Rapport Pompili : le nucléaire malmené dans les médias

Le rapport Pompili semble avoir créé une onde de réactions dans les médias qui n’ont pas toujours fait preuve de rigueur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Centrale nucléaire Vogtle USA-Blatant World(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rapport Pompili : le nucléaire malmené dans les médias

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 juillet 2018
- A +

Par Gérard Petit.

Un dessin de presse passé à la postérité montrait un repas familial ayant tourné au pugilat suite à l’évocation de l’Affaire Dreyfus, avec cette légende restée fameuse : « Ils en ont parlé ! ».

Tout au contraire, du rapport Pompili, pourtant potentiellement polémique, tous les media « ont parlé » mais dans le consensus, voire dans la surenchère. Un comportement panurgien qui ne surprend pas, le nuclear bashing étant dans l’air du temps.

Le rapport Pompili semble avoir fonctionné comme un « désinhibiteur » et chacun dans les media de se rappeler qu’il a dans ses dossiers, ou dans un coin de sa tête, des éléments pour apporter une autre pierre au tas, ou pour décocher une nouvelle flèche par le truchement de titres inquiétants ; qu’on en juge :

« Mille incidents par an », « lourd héritage des déchets », « perte de compétences », « heure de vérité », « déficiences nucléaires », « failles de sécurité », « présence de fichés S », « constat très lourd »… 

Dans un tel contexte de surenchère, chacun veut en être et sans surprise, ni la nuance ni le discernement ne sont convoqués. S’agissant des défauts du nucléaire, outrer le trait laisse plus de traces durables que de suspicion sur la véracité des dires, la situation s’est maintes fois vérifiée par le passé.

Ainsi, l’effet de ce rapport va-t-il pour l’instant au-delà de ce qu’avaient espéré sa rapporteuse et ses mandants, « on apprend à hurler, dit l’autre, avec les loups » et visiblement, on apprend vite au vu de l’avalanche des critiques et des sérieuses remises en cause, qui s’est déclenchée en aval de sa divulgation.

De l’examen d’un système qui devrait n’en tolérer aucune, les traqueurs de failles autoproclamés seraient apparemment revenus avec des gibecières remplies.

Le rapport est implicitement présenté comme LE document tant attendu, celui qui porte au grand jour les inquiétudes que tout un chacun pressentait. Les voici qualifiées et quantifiées au prisme de pas moins de 33 recommandations, c’est donc bien que l’affaire allait mal !

Mieux, le document ne prétend-il pas dire enfin à EDF la vérité sur l’état d’un parc nucléaire, pourtant placé en continu sous la vigilance de son contrôle interne très structuré et d’instances externes nationales réputées indépendantes, compétentes, sans parler du regard des autres, Peer reviews et inspections de l’AIEA ?
Dans cette industrie servent des acteurs dont la sûreté nucléaire constitue un sur-moi permanent et qui sont très légitimistes s’agissant du respect des règles d’exploitation, c’est leur métier de concepteur et d’exploitant.

Il est vrai que ce qui vaut en général ne vaut pas forcément pour chacun, mais justement, ce sont des équipes qui conduisent, ce sont des équipes qui maintiennent, ce sont des équipes qui contrôlent.

Bien conseillés par les opposants ayant notoriété sur rue et ayant recueilli beaucoup de témoignages ciblés, les parlementaires membres de la commission ont sans surprise repris des antiennes, fondées ou non, mais surtout, ils les ont habilement reformulées en signaux d’alerte.

Une approche tactique aussi vis-à-vis des syndicats, car souligner particulièrement l’épineuse question de la sous-traitance des activités, de longue date un de leurs chevaux de bataille, c’est tempérer leur verve dans l’expression d’inquiétudes concernant le devenir même d’une filière rudement malmenée devant l’opinion par un rapport provocant. Un résultat obtenu d’ailleurs compte tenu du caractère factuel et atone des réactions syndicales du secteur, un monde qu’on a vu s’enflammer jadis face à de bien moindres périls.

Il reste pourtant bien inconséquent pour le pays de faire son miel idéologique et politique d’une collecte attrape-tout étalée sur fond de manque de transparence (un classique) et de manque de rigueur et de compétences (un item qui monte en puissance).

Illustration : on présente comme liés le vieillissement des installations et la baisse de leur niveau de sûreté, hors tout fondement technique, la stratégie de conduite et de maintenance des installations étant justement établies pour garantir ce niveau, entre autres par le suivi de paramètres pertinents. Cette instrumentalisation du vieillissement en ferait un discriminant commode, déjà expérimenté hélas à Fessenheim, pour désigner les prochains réacteurs à arrêter.

Dans un univers aussi technique que toute la chaîne électronucléaire ou l’appréciation entre ce qui importe, et moins, ne peut être que le jugement de spécialistes, que peuvent trouver , même en cinq mois, les généralistes de cette commission, même efficacement « pilotés » par des opposants ?

À cette question Madame Pompili répond que « quand on cherche on trouve » mais que cherchaient-ils exactement sinon à montrer du doigt un mauvais acteur, pas très propre sur lui, peu rigoureux et dissimulateur ?

Y sont-ils parvenus, on peut le craindre en voyant la curée médiatique déclenchée, mais celle-ci ne sera peut-être qu’un feu de paille, un clou d’actualité en chassant un autre.

Reste à se répéter en boucle et sans trop y croire « que tout ce qui est excessif est insignifiant ».

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ha.
    Un papiers commentant les commentaires des commentaires.
    Excellent travail de journaliste moderne…
    🙂

  • Madame B Pompili approchant de la ménopause, il est naturel que le vieillissement des centrales la préoccupe.

  • Le réchauffisme à base de mauvais CO2 anthropique soutenu par des politiciens menteurs prétendant nous refroidir en se faisant passer pour des scientifiques, tel super Hulot, en a pris un sale coup après notre honteuse démission devant la bande de casseurs de NDDL. qui, non punie, n’a pas du tout lâché prise. L’espoir porté par les éoliennes salvatrices s’est évanoui après le bilan très négatif des transitions écologiques espagnole et allemande, où des dépenses colossales ont été engagées pour produire des ENR se sont révélées totalement inutiles pour fournir de l’électricité UTILE et ruineuses et destructrices de grandes surfaces de l’environnement naturel. La production française de l’électricité reste la grande championne de la protection de l’environnement qu’elle impacte au minimum. En effet avec plus de 3000 années d’expérience cumulée, le jeune nucléaire français ne compte aucun mort du fait de la maitrise de sa radioactivité. Avec les Japonais et les Américains, on atteint plus de 10000 ans sans accident mortel ! Les causes de Tchernobyl et de ses 40 morts sont très bien analysées pour savoir s’en protéger désormais. La luxuriance de la faune et de la flore locales en parfaite santé vérifiée, qui a rapidement envahie la zone inhabitable «pour des millénaires» disaient les écolos-ignares est tout à fait rassurante pour l’avenir du nucléaire, de même que la luxuriance humaine actuelle vraiment incroyable des villes martyres de Hiroshima et Nagasaki. L’échec final des écolos pessimistes, mensongers et avides de dollars, n’étant plus mis en doute, et la maitrise du nucléaire confirmée et encore améliorable entraine un démarrage fulgurant de la recherche mondiale sur le développement du nucléaire, seul chance d’évolution des pays pauvres, promis à la mort si , par malheur, la décroissance désirée par les écolos avait gagné. En conséquence nous allons les voir s’agiter furieusement comme des mouches dans le vinaigre, si l’énarchie macronienne croit encore devoir et à tort se servir politiquement d’eux…On n’arrête pas le progrès :aux dernières nouvelles, on vient de découvrir que des bactéries vivant dans le noir des abysses, toujours en avance sur les hommes, ont choisi de vivre de la radioactivité , sans autre relation avec leur milieu!

  • « ni la nuance ni le discernement ne sont convoqués »
    Heu… on parle de la presse en France non? rien d’étonnant la dedans…

  • Notre presse est lajoritairement une lresse de propagande. Se rappeler que la propagande…
    – s’appuie sur la répétition qui agit comme un lavage de cerveau,
    – est simpliste: par occultation des éléments complémentaires de réflexion. La méthode s’est affinée: on apporte des analyses »d’experts » qui sont eux-mêmes des militants ou des agents de la propagande.
    – est d’autant plus efficace que le manque d’informations alternatives et de culture pour une majorité de citoyens est avéré. D’où l’intérêt d’appauvrir l’Education. Quant aux alternatives, internet est, à juste titre et malgré ses défauts, perçu comme un danger majeur par les propagandistes.
    – est destinée à manipuler les foules en fabriquant l’opinion. Par conséquent, elle compte sur le mimétisme et l’effet de groupe qui annihile la liberté de penser en dehors de la doxa majoritaire,
    – et surtout, est indifférente au réel, aux faits prouvés: ce qui compte, c’est ce que les gens croient.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants français et européens maltraitent le nucléaire depuis 20 ans.

Résultat : alors que la France rayonnait dans le monde et dominait l’Europe dans l’industrie nucléaire pendant les années 1990, les Américains confortent maintenant leur position en Europe en remportant l’appel d’offre pour une première centrale nucléaire en Pologne.

 

La Pologne s’engage dans le nucléaire américain

La Pologne, où le charbon est toujours prédominant pour sa production d’électricité, opte pour le nucléaire. Le 28 octobre 2022... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Les années 1960 et 1970 ont connu une énergie abondante et peu chère. Les solutions et les réussites d’hier peuvent être des éléments d’innovation pour les problèmes de pénuries d’aujourd’hui.

Au début des années 1970, tout allait pour le mieux dans la Communauté européenne — comme on appelait alors l’UE. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la reconstruction d’une Europe meurtrie a été rendue possible grâce au plan Marshall, du nom du secrétaire d’État aux relations internationales du gouvernement ... Poursuivre la lecture

En 2018, le président Macron affirmait vouloir fermer 14 réacteurs nucléaires avant 2035.

En 2022, après avoir arrêté le projet de réacteur de quatrième génération Astrid en 2019 et fermé les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim début 2020, il déclare à présent vouloir maintenant prolonger tous les réacteurs existants, en construire 6 nouveaux, et lancer les études sur 8 autres (soit 14 en tout).

Le président dit-il tout et son contraire, navigue-t-il à vue, ou bien est-ce de la « haute politique » trop subtile pour le ci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles