Les relations paradoxales entre État et liberté

Garant du respect du droit, l’État protège les libertés si le pouvoir judiciaire est indépendant. Mais puissance militaire, policière et désormais économique, il ne cherche qu’à renforcer ses propres pouvoirs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les relations paradoxales entre État et liberté

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 juin 2018
- A +

Par Patrick Aulnas. 

Le rapport entre État et liberté relève du paradoxe. Ces sont les États qui ont libéré les échanges internationaux en développant le multilatéralisme. Mais la puissance des États n’a cessé de croître parallèlement au développement économique. Garants du libre-échange par le respect de conventions internationales, les États sont aussi une menace pour la liberté individuelle.

Développement et apparition des choix économiques

Les sociétés humaines se sont longtemps caractérisées par la pénurie. La pauvreté était le lot de l’écrasante majorité. Il ne s’agissait pas de la pauvreté relative mesurée de nos jours en pourcentage du revenu médian. On évoque ici la pauvreté absolue, celle qui risque de conduire à mourir de faim, de froid ou d’une maladie jugée aujourd’hui bénigne.

Le décollage économique, qui commence en Occident à la fin du 18e siècle, fait émerger en deux siècles des sociétés riches dans lesquelles l’économie joue un rôle essentiel. D’une économie de subsistance, on passe à une économie d’abondance. Les hommes quittent l’antique fatum pour être confrontés à des choix. Autrement dit, le développement économique suppose des choix de politique économique qui ne pouvaient exister lorsqu’il s’agissait simplement de produire sa subsistance.

Ces choix ont principalement porté sur le rôle de l’État : dirigisme ou libéralisme économique ? Libre-échange ou protectionnisme ? À l’issue de deux siècles de développement accéléré, il apparaît clairement que sur l’axe dirigisme-libéralisme, c’est le dirigisme qui a beaucoup progressé. Au contraire, sur l’axe libre-échange-protectionnisme, c’est le libre-échange qui a eu le vent en poupe.

Croissance économique et croissance de l’État

 

En 1800, les dépenses publiques étaient inférieures à 10% du PIB dans tous les pays occidentaux. Le diagramme suivant, réalisé par l’OCDE, indique le pourcentage des dépenses publiques en fonctions du PIB pour les pays du G7 pour l’année 2015.

Il est clair que le poids des administrations publiques a considérablement augmenté dans tous les pays riches, même ceux réputés les plus libéraux comme les États-Unis (37,6%). La France détient le record avec 56,7%. Cette évolution générale résulte d’un facteur principal : le pouvoir politique ne pouvait se désintéresser des choix économiques à partir du moment où la pénurie généralisée avait été vaincue. Des choix étant possibles pour la société globale, ils avaient nécessairement un caractère politique. On peut certes penser que la politique est un mal, mais c’est un mal nécessaire.

L’intervention des États dans des domaines de plus en plus nombreux constitue un danger pour la liberté. De nombreux auteurs ont traité cette question. L’analyse la plus célèbre est celle de Friedrich Hayek, parue en 1944, La route de la servitude. Limitons-nous à deux observations.

  • Les mises en garde de Hayek sur le risque totalitaire lié à l’expansion continue de l’État n’ont eu aucun effet. Toutes les démocraties n’ont cessé d’accroître l’interventionnisme étatique depuis 1944. Malgré les objurgations constantes des partis de gauche concernant le recul actuel de l’État, les chiffres sont sans ambiguïté. Les dépenses publiques ont augmenté de façon quasi-constante depuis la seconde guerre mondiale. Lorsque les prélèvements obligatoires n’ont pas suffi, les politiciens ont recouru sans la moindre vergogne à un endettement public massif pour assurer le financement. Les États les plus riches de la planète sont donc aujourd’hui lourdement endettés. Le risque de prélèvements confiscatoires dans le futur est élevé. La question de savoir si les démocraties se dirigent lentement vers un totalitarisme soft se pose. La douce tyrannie qu’évoquait Alexis de Tocqueville ne semble plus très loin de nous.

 

  • Là où il s’était implanté, le totalitarisme autarcique a échoué. L’URSS et les régimes communistes d’Europe de l’Est ont disparu. Cuba est un pays pauvre. La Chine s’est ouverte au commerce international tout en conservant une dictature communiste. La Corée du Nord affame sa population pour développer un armement nucléaire.

 

  • L’avenir dira si une compatibilité peut être trouvée entre destruction créatrice et dictature. L’histoire récente a montré que les démocraties, en laissant le champ libre aux initiatives individuelles, supplantaient systématiquement les dictatures dans les domaines scientifique et technique. Mais la Chine de demain demeure une grande et belle inconnue. En développant avec souplesse et habileté ses relations internationales, elle est sortie de l’isolement dans lequel l’URSS s’était fourvoyée.

 

  • Les progrès géopolitiques de la Chine sont considérables. Mais le régime politique reste totalitaire. La liberté individuelle n’est pas une valeur de la société chinoise. Sans liberté individuelle, la destruction créatrice schumpétérienne sera-t-elle aussi efficiente ?

Croissance économique et libre-échange

Le libre-échange est une idée nouvelle. Le principe était auparavant la réglementation stricte des échanges, non seulement entre États mais aussi entre régions ou provinces (douanes intérieures). Des traités bilatéraux de libre-échange, limités à certains produits, pouvaient être conclus, par exemple entre la Grande-Bretagne et la France au 19e siècle. Ils étaient remis en cause si les relations bilatérales se dégradaient.

Parfois même, mais très rarement, une libéralisation unilatérale s’est produite. Ainsi, les Corn Laws, qui interdisaient l’importation de céréales en Grande-Bretagne, furent abrogées en 1846 principalement parce que la bourgeoisie industrielle avait pris l’ascendant sur l’aristocratie terrienne, hostile à l’abrogation.

Les économistes classiques, comme Adam Smith et David Ricardo, ont montré le lien entre libre-échange et croissance. Ce lien n’est contesté que par un nombre très restreint d’économistes. C’est sans doute cette quasi-unanimité qui a amené les États, c’est-à-dire les politiciens, à organiser le libre-échange au 20e siècle.

Le 20e siècle se caractérise par le développement du multilatéralisme. Des groupes d’États concluent des conventions internationales multilatérales débouchant parfois sur la création d’une organisation internationale. Ce fut le cas dans le domaine du commerce international.

De 1947 à 1994, un accord multilatéral de libre-échange à caractère évolutif a cherché à libéraliser le commerce international. C’est le Gatt (General Agreement on Tariffs and Trade), accord conclu entre 23 pays en 1947, qui deviendront 116 à la fin du siècle. Le Gatt se transforme en une véritable organisation internationale en 1994, avec la naissance de l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Les résultats d’ensemble sont très positifs : diminution massive des droits de douane, lutte contre le dumping, les subventions à l’exportation, les contingentements, etc.

Les États ont donc joué un rôle essentiel dans la libéralisation du commerce international. Sans le multilatéralisme étatique, il ne fait aucun doute que les barrières aux échanges beaucoup plus importantes auraient subsisté.

Protecteur des libertés ou Léviathan ?

Le rapport de l’État à la liberté est ambigu. Il organise la liberté des échanges tant à l’intérieur de ses frontières qu’à l’extérieur. Mais sa croissance, qui se manifeste par des dépenses publiques en augmentation constante, crée une puissance qui ne peut être à terme qu’une menace pour la liberté. Le rôle du pouvoir politique a toujours été ambivalent face à la liberté.

Garant du respect du droit, il protège les libertés si le pouvoir judiciaire est indépendant. Mais puissance militaire, policière et désormais économique, il ne cherche qu’à renforcer ses propres pouvoirs, risquant de se transformer à tout moment en un Léviathan incontrôlable.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Tout se passe comme si l’Etat ayant progressivement perdu la main sur l’économie avec le libre échange compense sa soif de contrôle en renforçant son emprise sur ses citoyens…

    • exactement. C’est ce que je me dis car quand on prend l’Etat dans les années 60 il était bcp plus imposant économiquement (le « poids » de l’Etat) mais était au final beaucoup plus respectueux des libertés et de la démocratie.

      Quelque part en lui donnant des choses à faire c’est plus sécurisant que de rien lui donner (état régalien) à faire comme le souhaite les « libéraux » (économique).

      Par exemple, on voit le même phénomène aux USA où le poids de l’État dans l’économie est faible (quoi que) mais où son emprise sur la surveillance de ces citoyens dépasse celle de la sainte russie du méchant poutine.

  •  » Tant qu’il y a un état, il n’y a pas de liberté  »
    Lénine
    ( Pas ma tasse de thé, mais même une poule aveugle trouve de temps en temps un grain de blé)

    • mouais, mais des nations anarchistes j’en vois peu;

      ce serait l’idéal surement mais en attendant la meilleure solution en l’état c’est d’avoir un État et pas n’importe lequel : un état de Droit et démocratique.

      mais je trouve intéressante de voir comment vous arriver à faire fonctionner une société anarchiste (sur une grande échelle et qui doit se défendre contre des entités non-anarchistes).

      • Le pays le plus anarchique d’Europe est, et je vais vous surprendre, la Suisse !
        L’anarchie est l’absence de couches de pouvoir, c’est l’anomie qui est l’absence d’état.
        Les Suisses n’ont que trois couches décisionnelles dans leur ‘trois-feuilles ‘ étatique:
        – la commune
        -le canton
        – la confédération
        et c’est tout !

        C’est donc le pays qui se rapproche le plus de l’ absence de niveaux appelée anarchie.
        Et l’un des plus riches de la planète…

  • L’état, c’est moi ! disait le Roi Soleil
    Aujourd’hui, les monarques républicains disent : ‘ l’état est à moi, son argent est à moi…’

  • Il faut quand même bien faire la différence entre la réalité française et ce qui se passe dans les autres pays!
    La dernière crise économique et financière a aidé bien des autres pays à remettre les pendules à l’heure en diminuant les dépenses collectives de l’état pour soutenir l’économie productive nationale, donc en favorisant le pouvoir d’achat, ébranlé, des citoyens, en favorisant (assouplissant) le travail, donc l’emploi, donc la capacité de produire, donc la croissance!

    Cela n’a pas eu lieu en France qui n’a pas pu, voulu ou accepter de faire ceinture au bon moment: elle le payera sans doute, capital et intérêts, évidemment!

  • l’état socialiste début 1939 a interdit la possession des armes aux citoyens, qui détenaient ce droit depuis la révolution française

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles