Dépenses publiques : les hésitations de Macron en disent long

Le gouvernement multiplie les palinodies sur la baisse des dépenses publiques. Ces hésitations en disent long sur l’impréparation symptomatique du macronisme à la baisse des dépenses publiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépenses publiques : les hésitations de Macron en disent long

Publié le 9 juin 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Depuis plusieurs jours maintenant, le gouvernement laisse planer l’incertitude sur la meilleure façon de baisser les dépenses publiques. Tantôt, il est question de tailler dans les aides sociales. Tantôt, ce sont les prétendus « 140 milliards d’aides aux entreprises » qui seraient dans le collimateur. Bruno Le Maire vient d’en préciser l’idée : il remettrait en cause certains taux réduits de TVA (probablement celui sur la restauration).

Ces hésitations illustrent parfaitement l’impréparation d’Emmanuel Macron et de son équipe face à la baisse des dépenses publiques. Admirateur fondamental de l’État, le Président de la République a peu d’idées sur la voie à suivre pour en réduire le périmètre. La diminution de 3 points de PIB des dépenses publiques à la fin du quinquennat devrait rester lettre morte.

De la difficulté de baisser les dépenses publiques

La note de France Stratégie sur la baisse des dépenses publiques a bien mis en exergue le champ étroit des stratégies possibles en la matière. Partout dans le monde, les pays qui se sont risqués à cet exercice ont taillé dans les dépenses sociales et dans la masse salariale des fonctionnaires.

Le principe d’une compression des aides sociales, qui représentent 70 milliards de dépenses, est à peu près acquis. Toute la difficulté est de savoir comment le gouvernement fera passer la pilule alors qu’Emmanuel Macron avait promis qu’il augmenterait certains minima sociaux. En attendant d’avoir fixé une ligne, le gouvernement rame pour expliquer que les dépenses ne diminueront pas, mais que leur efficacité augmentera.

On comprend intuitivement l’angoisse macronienne sur ce sujet. Déjà figé dans l’image d’un « président des riches », Emmanuel Macron pourrait laisser beaucoup de plumes dans cette opération et s’ancrer définitivement dans une fracture systémique avec les milieux populaires.

Il n’en reste pas moins que les hésitations du gouvernement sur ce point donnent le sentiment d’une grande confusion, reflet d’une probable réalité politique. Le gouvernement ne sait pas vraiment où il va. Il est prisonnier de la logique comptable de l’ancien monde : il faut trouver de l’argent pour tenir les engagements européens, mais comme on n’a aucune vision sur ce que doit être un État sobre, on fait des calculs d’apothicaire pour tomber sur le bon chiffre.

Le silence gênant de Macron sur la masse salariale des fonctionnaires

Alors que tous les pays qui ont baissé les dépenses publiques ont taillé dans le vif de leurs fonctionnaires, le gouvernement évacue savamment cette possibilité. On occupe le terrain avec des questions sur les aides ou sur les aides aux entreprises, mais on esquive toute possibilité de diminuer le nombre de fonctionnaires.

Pourtant, ceux-ci sont pléthoriques, et personne ne songe à mesurer leur productivité. Il n’existe toujours aucune mesure exacte de leur temps de travail, et leur performance relève de la grande nébuleuse intergalactique.

Les sujets ne manquent pas où l’inefficience du service public devrait être l’objet de scandales publics. Il ne se passe pas une semaine sans une affaire emblématique. Par exemple, le ministère de l’Intérieur a finalement abandonné l’application mobile qu’il avait achetée pour lancer des alertes aux attentats. Elle produisait trop de bugs ! Combien de fonctionnaires ont été sanctionnés après ce naufrage technique et financier ? Aucun bien entendu. C’est pourtant l’argent du contribuable qui s’est envolé en fumée.

Le fantasme des 140 milliards d’aide aux entreprises

Au lieu de soulever le problème d’une fonction publique obèse et peu productive, le gouvernement décide finalement de s’attaquer aux aides aux entreprises, qui représenteraient, paraît-il, 140 Md€. La signification de ce chiffre n’est mise en question par personne, et cette passivité (à commencer par celle de la presse) sur la notion d’aide aux entreprises est déjà un indice de l’étourdissement profond de l’opinion publique face à la puissance étatique.

Parmi les aides aux entreprises, le gouvernement range le CICE et les taux réduits de TVA. C’est un choix idéologique très proche de tous ceux qui ont une ligne « anti-business » comme on dit. Or, le fait que le CICE et les taux réduits de TVA soient des aides aux entreprises laisse perplexe.

S’agissant du CICE, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il le convertirait en baisse définitive de cotisations sociales. Dans cette hypothèse, il perdrait sa « qualité » d’aide aux entreprises. Le gouvernement prépare-t-il le terrain à un abandon de cette mesure ?

S’agissant de la TVA, il faut rappeler inlassablement qu’elle n’est pas payée par les entreprises, mais par le consommateur final. L’existence de taux réduits de TVA est une mesure de justice sociale, puisqu’elle permet de rendre plus accessibles certains biens primaires de consommation. Supprimer certains taux réduits contribuera seulement à réduire la consommation de ces biens, et à mettre en difficulté ceux qui les produisent.

Puisque c’est la TVA réduite sur la restauration qui est dans le collimateur, sa suppression mettra seulement un peu plus en difficulté les petits restaurants traditionnels tenus par des travailleurs indépendants. Cette décision accélérera un peu plus le grand remplacement de nos bistrots par des kebabs et permettra de faire financer par les très petites entreprises la baisse immédiate des finances publiques. Dès l’année suivante, les recettes de TVA baisseront, du fait des cessations d’activité qui s’ensuivront.

Qu’est-ce que le macronisme ?

Progressivement, c’est le portrait en creux du macronisme qui se dessine. On voit bien qu’au-delà des quelques mesures décidées en début de quinquennat, le programme macronien était à la limite du flou et du nébuleux. Il repose largement sur des improvisations de circonstance.

Dès lors qu’il s’agit de baisser la dépense publique, l’essence du macronisme revient au galop. Réticent à toucher à la masse salariale des fonctionnaires de l’État, conformément à la doctrine de Bercy dont il est un pur produit, Emmanuel Macron préfère recourir aux réflexes traditionnels de l’ancien monde : baisser les aides aux pauvres et augmenter la pression fiscale des entreprises.

Beaucoup de commentateurs ont répété sans esprit critique le gimmick auto-proclamé d’un Macron pro-business. Cette illusion, on le sait aujourd’hui, a permis de drainer de nombreux dons pendant la campagne électorale. Dans la pratique, Emmanuel Macron ne touchera pas fondamentalement à l’État obèse, et défendra avant toute chose les privilèges des fonctionnaires. Dût-il, pour cela, casser de nombreux pots dans le tissu économique.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Le jeune loup a dévoré Hollande, et maintenant les neurones s’en fixent un peu partout dans son organisme. A commencer par ceux qui font appeler tout manque à imposer une dépense…

  • son seul atout l’arrogance et la com pour le reste ….!

    • ça devient intéressant parce que sa com est aux limites et commence à se fissurer…….et les gens vont se rendre compte qu’ils ont voté pour un mec sans aucun programme.

  • je n’avais pas terminé.
    quand on pense que Macron avait promis de réduire le coût des assemblés (577 députés, et 30 sénateurs ) pour 100 départements ….?
    mais Audiard n’ avait il pas dit dans un de ses un de ses dialogues
     » les promesses rendent les c..s joyeux « 

  • C’est le pire escroc que nous avons eu comme président.
    Il a tout truqué depuis qu’il était Ministre, fait exploser tous les budgets le concernant depuis qu’il était Ministre, a bien organisé avec ses copains des Médias qu’il a bien arrosé pendant qu’il était Ministre pour mettre à mort Fillon (un autre c’était pareil) mais que surtout on se taise sur ses magouilles pour trouver le FRIC auprès de la finance et certains grands groupes. Aujourd’hui il faut rendre des comptes, 11 vaccins, des taxes et charges a n’en plus fini, etc.
    Pendant ce temps-là il continue à se faire une image internationale pour l’après 5 ans ! une retraite colossale pour avoir profité pendant 5 ans de l’idiotie des Français. Ce n’est pas le premier ni le dernier au regard du comportement de la majorité des Français dans la vie et lors des votes.
    Hélas sur le plan local c’est pareil.
    Profiter du social ou d’un travail coul comme fonctionnaire restez en France
    Travailler et gagner de l’argent Se sauver le plus vite possible à l’étranger.

    • C’est le digne clone de son prédécesseur, tout aussi escroc et incompétent!

      • Culbuto savait faire rire dans les chaumière alors que cet ado attardé est un dangereux psychopathe. Le bruit des bottes se fait toujours plus présent.

    • On ne saurait mieux s’exprimer. Comment peut-on être aussi naïf pour croire à ses(Macron) mensonges à tenir debout!!!

  • On sait que 100 milliards sont gaspillés chaque année et ils ne trouvent pas de sujets où faire des économies? Il faudrait déjà commencer par supprimer toutes les subventions aux associations, syndicats, etc… Les quelques 1400 commissions et leurs membres dotés de salaires faramineux.
    On sait où tailler, mais il leur faudrait couper les vivres aux centaines de milliers de parasites qui vivent aux crochets des contribuables!

    • On aura compris que le guignol entend pratiquer le même cllientélisme.

    • et diminuer le nombre de sénateurs et de parlementaires, sans parler des collectivités et des décideurs qui sont vraiment en nombre et nous coutent la peau du c*l

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles