Alerte Santé : l’État veut étendre son monopole aux psychologues !

L’État français cherche à résoudre les défauts criants de son système collectif de santé en le rendant encore plus collectif. Les psychologues pourraient en être les prochaines victimes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alerte Santé : l’État veut étendre son monopole aux psychologues !

Publié le 25 avril 2018
- A +

Par Nathalie MP.

La Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) a lancé une expérimentation de trois ans sur le remboursement intégral en tiers-payant des séances chez des psychologues agréés. Si l’expérience s’avère concluante, elle sera alors officiellement étendue au reste du territoire. Où l’on voit que même avec un Emmanuel Macron printanier et startupeur, on sort difficilement de l’axiome bien français selon lequel « c’est pas cher, c’est l’État qui paie » !

Il se trouve que dans ses recommandations de l’an dernier, la Haute Autorité de Santé (HAS) avait souligné que :

Certaines déprimes passagères ou certains troubles psychiques graves sont parfois pris pour des dépressions et traités de façon inadéquate.

Notamment, les produits anti-dépresseurs seraient trop souvent prescrits pour des dépressions légères et pas assez dans les situations graves, et dans tous les cas, on constaterait un déficit de suivi après prescription, ainsi qu’un recours trop timide à l’assistance psychologique.

En étendant le champ des remboursements de la Sécurité sociale aux psychologues, la CNAM espère améliorer la prise en charge et le suivi des patients concernés selon les recommandations de la HAS et, « en même temps », faire diminuer les prescriptions de médicaments anxiolytiques et anti-dépresseurs. Or ces derniers sont remboursés par la Sécurité sociale, tandis que les séances chez les psychologues installés en libéral ne le sont pas.

Premiers pas dans le Morbihan

L’expérience a commencé en février dernier dans le Morbihan. Elle sera élargie dès le mois de mai dans les Bouches-du-Rhône et en Haute-Garonne puis à l’automne prochain dans les Landes. Le dispositif concerne les personnes âgées de 18 à 60 ans souffrant de désordres de santé mentale d’intensité légère à modérée selon un parcours de soins tarabiscoté qui a tout du parcours du combattant, c’est le moins qu’on puisse dire :

Lors d’une première consultation avec son médecin traitant, le patient se voit prescrire une séance d’évaluation de 45 mn chez un psychologue. Ce dernier propose un premier round de 10 séances de 30 mn à titre « d’accompagnement psychologique de soutien ». Le patient passe une seconde fois chez son généraliste pour obtenir la prescription correspondant à ces 10 séances. Si sa santé n’est pas significativement améliorée après ce premier round, le patient est invité à consulter son généraliste une troisième fois pour obtenir la prescription d’un second round de 10 séances de « psychothérapie structurée » de 45 mn chacune.

L’ensemble est financé par la Sécurité sociale en tiers payant, sans dépassement d’honoraire possible, selon le barème suivant : 32 € pour la première séance d’évaluation, 22  € par séance pour l’accompagnement psychologique de soutien et 32 € par séance pour la psychothérapie structurée.

Parlez de ce nouveau dispositif à qui vous voudrez, je suis convaincue que la plupart de vos interlocuteurs trouveront cela formidable. S’agissant de rendre disponible « gratuitement » le plus de traitements possibles au plus de monde possible, qui pourrait trouver à y redire ? Ainsi que le confiait l’un des psychologues impliqués dans l’expérimentation au journal Le Monde :

Cela me permet de suivre des étudiants ou des personnes aux revenus modestes qui n’auraient pas pu se permettre une telle prise en charge.

Et pourtant, notre système de santé déjà très étatisé qui prétend tout contrôler, du nombre de médecins à leurs honoraires en passant par le prix des médicaments, est loin de donner satisfaction.

Non seulement l’assurance-maladie est en déficit chronique (4,9 Md€ en 2017) et alimente une dette qui se montait à 226 Md€ à fin 2017 pour l’ensemble des administrations de Sécurité sociale, mais les déserts médicaux et les pénuries de médecins et autres personnels soignants s’étendent partout, à la ville comme à la campagne, chez les ophtalmos comme chez les gynécos, ainsi que le constatait la Cour des comptes il y a quelques mois.

Et tout comme la Cour des comptes à l’époque, la CNAM semble incapable d’imaginer des solutions qui ne passeraient pas par une couche supplémentaire de planification bureaucratique dans notre système de santé, alors que c’est précisément cela qui le plombe, aussi bien financièrement qu’en termes de qualité des soins.

À ce titre, l’expérimentation sur l’extension des prises en charge financières en direction des psychologues est particulièrement parlante.

Tout d’abord, elle nous confirme de façon implicite que certaines réglementations induisent certains comportements qui, à l’usage et a posteriori, se révèlent peu souhaitables. En l’occurrence, on reproche aux médecins de prescrire trop d’anti-dépresseurs et pas assez de séances chez les psychologues, car les premiers sont remboursés tandis que les seconds ne le sont pas.

Autrement dit, on sous-entend, et on constate probablement dans les statistiques, que le médecin, qui est en principe un professionnel de la santé, prendrait ses décisions thérapeutiques peut-être plus en fonction du caractère remboursable des traitements que de la situation médicale personnelle de ses clients. Effet pervers typique.

Le fait de rembourser les psychologues va-t-il corriger ce biais ? Les prescriptions en leur faveur augmenteront certainement. Augmenteront-elles sur la base de considérations purement médicales ? Rien n’est moins sûr. On peut craindre qu’elles se mettent à augmenter énormément, d’autant que le système est placé sous le signe de la déresponsabilisation totale induite par le tiers payant qui fait que les patients n’ont rien à débourser.

De plus, s’agissant de consultations psychologiques, pour lesquelles la démarche du patient, sa décision personnelle de s’engager dans cette voie, comptent énormément dans le succès du traitement, l’accès complètement gratuit semble à la fois contradictoire et facteur d’échec.

On peut s’attendre également à ce que la prescription de médicaments ne baisse pas, car comme le remarquait un psychiatre interrogé par Le Monde :

Rien n’empêche les généralistes de prescrire des antidépresseurs parallèlement à l’envoi chez un psychologue.

Conséquence inévitable, la CNAM va se mettre à contrôler les prescriptions, qu’elles concernent les médicaments ou les séances de psychothérapie, comme elle le fait de façon générale pour peser à la baisse sur les dépenses de santé. Ce faisant, l’État s’immisce dans la relation entre le médecin et son patient, les décisions médicales sont surveillées et l’autonomie professionnelle du médecin est mise à mal.

Mais ce n’est pas tout. Remboursement des soins signifie obligatoirement fixation préalable et autoritaire des prix, ce qu’a fait la CNAM avec ses séances à 22€ et 32€ suivant la durée. On constate d’ailleurs que la CNAM a aussi calibré par avance le nombre de séances et le temps passé avec les patients de façon purement administrative, sans aucun égard pour la situation personnelle des patients et les façons de travailler des psychologues.

Celui que je citais plus haut, qui se réjouissait de pouvoir traiter dorénavant des populations financièrement modestes, n’était pas sans relever que « le tarif est l’un des points noirs » car dans sa propre pratique du métier, les séances durent plutôt une heure que 30 ou 45 minutes.

Pour les organisations professionnelles, les prix définis par la CNAM sont trop bas. Ils dévalorisent le travail fourni ainsi que ses spécificités et son caractère sur-mesure. Actuellement, les séances chez les psychologues coûtent 50 à 60 € aux clients et certaines complémentaires santé les prennent en charge. Autre critique, le passage obligé par un médecin généraliste est jugé inutile, car ce sont les psychologues qui mènent l’évaluation, le médecin traitant se contentant de faire ensuite la prescription.

Enfin, s’il n’existe pas de numerus clausus pour les psychologues, la CNAM va se retrouver rapidement dans la nécessité de contrôler leur nombre. Du reste, l’expérience ne concerne pas les psychologues en général, elle s’adresse à des psychologues agréés. Les psychologues verront-ils un intérêt à devenir agréés mais low cost ou préfèreront-ils garder leur totale indépendance afin de pratiquer leur métier en fonction des besoins des patients plutôt que dans le cadre dirigiste de la CNAM ?

Non seulement cette idée de faire entrer les psychologues dans notre système de soins étatisés risque de n’avoir aucun impact sur les dépenses de santé, mais elle contribue une fois de plus à fausser complètement le marché de la santé.

Comme pour les médecins, elle risque de créer des psychologues parfaitement identiques et interchangeables entre eux, dont la latitude et la motivation professionnelles seront amoindries du fait de directives venues d’en haut.

Dans cette situation de fonctionnarisation rampante et de disparition de l’esprit d’émulation, comment s’attendre à ce que la profession cherche à se perfectionner en permanence ? Et comment croire que le patient, quelle que soit sa situation financière, sera mieux servi ?

Encore une fois, l’État français cherche à résoudre les défauts criants de son système collectif de santé en le rendant encore plus collectif.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je ne comprends pas pourquoi l’état ne va pas jusqu’au bout de sa démarche, en prenant en charge les secteurs les plus impactants sur le maintien en bonne santé de la population, comme par exemple la nourriture, l’habillement et l’habitat ?

  • Votre article donne les clés de façon très lisible pour les néophytes du secteur santé. Et comme professionnel de santé (avec cursus complémentaire en psycho) et heureusement sorti du système -préretraite sans solde 🙂 – , je trouve votre approche totalement juste. Les confrères que je plains et qui se plaignent maintenant quand je les rencontre, sont comme la grenouille dont on chauffe progressivement l’eau du bain, prisonniers dans la bassine. Hélas les patients eux, n’ont pas la moindre notion des racines du mal en amont, victimes du discours ambiant et il faut le dire aussi victimes d’une ignorance « crasse » de l’économie bien comprise . Ce qui est en fait normal puisqu’en dépendance générale de l’ « État nourricier et obèse » de la naissance à la mort. Pour le sevrage hélas ça n’est pas gagné :contre une mère étouffante, l’enfant ,victime inconsciente, choisit souvent la violence (contre sa mère entre autres) pour exister.

  • « cette idée de faire entrer les psychologues dans notre système de soins étatisés risque de n’avoir aucun impact sur les dépenses de santé »:

    C’est évidemment faux. L’impact risque d’être financièrement (mais pas seulement) important!

    Depuis S.Freud et J.Lacan, la psychanalyse a été, en France, « LA psychothérapie psychiatrique officielle et exclusive » déjà bien trop longtemps avant que des thérapeutiques plus récentes finissent par forcer l’accès « interdit », avec un bon retard sur les autres pays, dans les suites de l’école de Palo Alto (Californie), fondée en 1950!!!

    Ces thérapies plus récentes (mais déjà bien expérimentées) se montrent régulièrement plus courtes (souvent à partir de 3 mois, 2 X / semaine), plus efficaces, et donc bien moins coûteuses (+ 3 satisfactions pour le patient)!

    Le coût n’est pas négligeable et les psychanalystes, médecins ou pas, ont toujours défendu l’idée d’être rémunérés par le patient, prouvant ainsi son implication thérapeutique: une sorte d’expression de sa « motivation à guérir »! (Vous en pensez ce que vous voulez!).

    Mais si la « santé » n’a pas de prix, elle a un coût, croissant plus vite que l’inflation, ce qui est logique à cause des « progrès » (recherches, découvertes et adaptation des nouvelles technologies), + bien sûr l’augmentation exagérée de la législation et règlementation et des contraintes administratives dédiées, jamais prises en compte!

    Et on sait depuis longtemps que le patient-client risque de surconsommer et de galvauder ce qui « est gratuit », ce qui justifie l’existence d’une participation (« Ticket modérateur ») raisonnable à ses frais de traitement dont « les autres » supportent le principal par la solidarité « sociale ».

    • J’ai dit « Non seulement …. mais elle risque de fausser complètement le marché etc… » Sens logique différent.
      J’ai effectivement signalé que le prix avait son importance dans la motivation du patient de s’engager dans ce type de thérapie.
      Et j’ai aussi signalé que : « On peut craindre qu’elles se mettent à augmenter énormément, d’autant que le système est placé sous le signe de la déresponsabilisation totale induite par le tiers payant qui fait que les patients n’ont rien à débourser. »
      Donc en gros, on est d’accord 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Par Hannah Cox.

Cette semaine, le Sénat américain a commencé à débattre sur le contrôle des armes à feu que ses partisans ont qualifié de projet de loi de compromis.

Au début du mois, les démocrates ont annoncé qu'ils avaient obtenu suffisamment de soutien républicain pour que le projet de loi soit adopté par le Sénat (bien que la Chambre des représentants dispose d'une large majorité démocrate, une grande partie du programme de la gauche a été bloquée sous la présidence de Joe Biden en raison d'une majorité très mince au Sénat qui néc... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles