Transition énergétique : les incohérences de Monsieur Hulot

Une lettre ouverte adressée à Nicolas Hulot, Ministre de la Transition énergétique et solidaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : les incohérences de Monsieur Hulot

Publié le 13 avril 2018
- A +

Par Michel Gay.

Monsieur le Ministre de la Transition énergétique et solidaire,

Bien écrit, clair, contenant des informations essentielles et bien présentées, le dossier de 168 pages du maître d’ouvrage pour le débat public sur le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE 2018) qui définit la politique énergétique de la France jusqu’en 2028, et dont vous avez signé l’éditorial, n’en est pas moins incohérent dès les premières pages.

Tout au long de ce document partial, le dogme antinucléaire (réduire coûte que coûte l’énergie nucléaire), ainsi qu’une confusion entre les objectifs et les moyens, biaisent le raisonnement.

Plusieurs points sont notamment incompatibles avec la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) devant être respectée, avec la Loi de transition énergétique (LTECV) votée en août 2015, et avec le compte-rendu du Conseil des Ministres du 7 novembre 2017.

Une exigence historique

Vous indiquez que « la transition écologique et solidaire est un mouvement » et « une exigence historique ». Il s’agit ni plus ni moins « d’abandonner le modèle qui a accompagné notre développement depuis 150 ans ».

« Compte tenu de l’ambition de cette transformation, il est essentiel qu’elle soit pleinement partagée et que les citoyens soient impliqués dans toute leur diversité ».

Permettez, Monsieur le Ministre, que de nombreux citoyens parfois regroupés en associations (FED, Vent de colère, SLC, AEPN, SFEN1,…) ne partagent pas votre point de vue sur la manière de conduire cette transition énergétique et vous fassent part de leur avis sur ce qui doit être amélioré, comme le suggère le dossier précité du maître d’ouvrage en page six.

L’énergie étant au cœur de notre économie, comme vous l’indiquez au début de votre éditorial, les contradictions et la préparation du sabordage de l’industrie de la France dans ce projet de PPE 2018 pourraient conduire la France à un K.O technique auquel succèdera un grave chaos social.

Puisque ce dossier accompagne le débat public qui « constitue le grand rendez-vous démocratique qui doit permettre d’ouvrir les échanges », veuillez trouver en annexe une critique détaillée et constructive de la politique énergétique présentée.

Cette dernière, si elle devait être maintenue en l’état, ne permettrait pas « d’en sortir à la fois plus riche et plus fort », mais elle conduirait à un appauvrissement des Français, à de graves troubles sociaux, et elle mènerait la France dans le caniveau.

Personne ne doit pouvoir dire : « je ne savais pas ».

Pour aller plus loin :

Annexe à l’article

 

  1. FED: Fédération Environnement Durable ; SLC : Sauvons Le Climat; AEPN : Association des Ecologistes Pour le Nucléaire ; SFEN : Société Française d’Energie Nucléaire.
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • la girouette écologiste dit tout et fait son contraire !!!! l’écologie quand ça l’arrange !!!! ursupateur….

    • je ne dirais pas cela, définissez l’écologie politique…
      l’écologie politique ne peut pas avoir de principes directeurs, ça se résume à une série de postures. non à ceci ,oui à cela…non à ceci et oui à cela…
      toute action humaine a des impacts sur l’environnement… à tout écologiste qui propose un truc vous aurez le un plus plus écologiste qui le refusera.

  • On est gouverné par une sale bande d’irresponsables, une nouvelle génération d’imbéciles qui n’ont aucune expérience encore moins de vécu dont le seul objectif est de piller la société. Hélas cela ne se retrouve pas seulement dans la politique c’est également le cas dans la gestion et l’encadrement à tous les niveaux des grandes entreprises. L’autre problème est le numérique à tout va car ce troupeau d’imbéciles ne peuvent pas même comprendre qu’un jour ou l’autre ils seront plus disposés à les utiliser en raison des aléas de la vie ou simplement de l’âge dont ils ne vont pas échapper, perte de vue, de maladie, ou simplement d’envie ce qui va forcément les détacher de cette technologie qui est aussi une forme de pollution. Enfin pour clôturer cette image de la nouvelle société ils sont majoritairement fainéants, ne pensent qu’aux vacances, loisirs débauches et d’une prétention sans limites.

  • Là où vous voyez de l’incohérence moi je vois de la manipulation …on n’écrit pas à un manipulateur en espérant être lu et compris , un manipulateur se fout royalement de votre opinion, il vit dans sa bulle et personne n’y entre.

  • Merci à Michel Gay pour cette analyse du dossier du maitre d’ouvrage (annexe).
    J’espère que les associations mentionnés dans l’article sauront peser dans le débat.
    Cette notion de « transition écologique et solidaire » est une véritable imposture.
    Les éoliennes tuent des dizaines de milliers d’oiseaux et chauve-souris chaque année, dont la majorité appartiennent à des espèces protégées, raser des espaces boisés pour installer des panneaux solaires est une idiotie sans nom quand on prétend lutter contre l’artificialisation des sols, sur le territoire français les seuls lieux pertinents pour installer des panneaux solaires sont les espaces déjà artificialisés.
    Cette « transition » n’a rien de solidaire. C’est en fait essentiellement un moyen légal – via la cspe – de ponctionner de l’argent dans la poche des français pour le donner aux industriels et riches particuliers qui investissent dans le business du solaire et/ou de l’éolien. La vraie solidarité, c’est le système en place depuis des décennies avec un opérateur public monopolistique procurant de manière fiable une électricité bon marché (je ne suis pas un inconditionnel des monopoles publics, loin de là, mais dans ce domaine, il faut reconnaitre que le monopole public EDF est une réussite avec une des électricités les moins chères des pays développés).
    Pour couronner le tout, cette imposture n’apportera aucun progrès dans la vie courante, l’électricité ne sera pas meilleure qu’actuellement. Les péages autoroutiers restent mal perçus par une majorité de citoyens, mais ils sont malgré tout acceptés car les autoroutes apportent vraiment un plus par rapport aux routes nationales et départementales: rapidité et sécurité de déplacement.
    Dans le cas de la « transition énergétique », on paiera plus pour un service pas meilleur (même peut-être moins bon, car le développement outrancier de l’éolien risque de déstabiliser le réseau de distribution).

    • Elle ne risque pas de la déstabiliser, elle VA le déstabiliser! L’organisme qui en est chargé a déjà prévenu qu’en cas de grand froid il n’y aura pas suffisamment d’électricité pour alimenter tout le pays. Ce qui est évident, l’hiver est la période la plus défavorable pour les intermittentes. Mais le plus grave est que les prix vont exploser! Merci pour les 10 millions de pauvres !

      • non camarde il y aura toujours assez d’électricité , et si tu en veux davantage que ce qu’il t’est délivré c’est la preuve que tu conspires …

    • ce qui a fait le succès dedf, ce n’est pas d’être un monopole public, c’est d’avoir mis en oeuvre la filière nucléaire.

  • « Compte tenu de l’ambition de cette transformation, il est essentiel qu’elle soit pleinement partagée et que les citoyens soient impliqués dans toute leur diversité ».

    Comment fera-t-il si les citoyens ne s’impliquent pas et refusent ces changements?
    Il utilisera la force?
    Mais saurait-il faire autrement?

  • Tous les monopoles finissent par coûter trop cher, très cher aux contribuables (rentes, régimes spéciaux, avantages en tout genre) du fait de l’absence de concurrence.
    sncf,ratp,air france, éducation nationale,sécurité sociale : vive la concurrence !

  • @ HUG « … il faut reconnaitre que le monopole public EDF est une réussite avec une des électricités les moins chères des pays développés. »
    Le démantèlement des 58 réacteurs existants en France ne serait pas budgété ni provisionné. De plus certaines compétences auraient disparu.
    L’électricité comme le train ont été subventionnés abondamment, les mensonges n’ont pas manqué non plus.

    • Le démantèlement de votre résidence principale est-il provisionné ?

      • @ MichelO
        Je plussoie, le démantèlement des routes est-il provisionné,
        le démantèlement des zac est-il provisionné,
        le démantèlement des barrages hydrauliques est-il provisionné, etc, etc . . .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles