Limitation à 80 km/h : la bourse ou la vie ?

Était-il vraiment opportun d’annoncer une baisse de la vitesse sur les routes sous prétexte d’enrayer la mortalité routière ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Limitation à 80 km/h : la bourse ou la vie ?

Publié le 17 janvier 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe

Réduire la vitesse sur les routes moyennes, voilà la dernière trouvaille du gouvernement. D’un cynisme glacé, Édouard Philippe affirme préférer sauver des vies même au prix de son impopularité. Il se veut ainsi le héros qui sauve les vies des Français.

Mais est-ce la bonne mesure à prendre ? Cette préoccupation n’est pas inutile bien entendu, mais le rôle de l’État n’est-il pas plutôt d’analyser et d’anticiper l’évolution de la circulation ? Et n’aurait-il pas par ailleurs d’autres urgences : le chômage, la dette, la fiscalité … ?

Les limitations de vitesse sont à peu près les mêmes partout en Europe. Le nombre de tués dans des accidents de la route (à population égale) est pourtant très différent. Le rapport entre le plus faible nombre de tués (Suède, 27 morts par million d’habitants) et le plus fort (Grèce, 74) est de 2,7, soit presque le triple.

La Suède est un pays ou les limitations sont basses, certes, mais la Grèce aussi puisque les voies les plus rapides sont limitées à 120 km/h. Au Royaume-Uni, on ne compte que 28 morts par million d’habitants, pourtant la limitation sur les routes moyennes est de 96 km/h.

Le Luxembourg, l’Italie, le Danemark et la France partagent les mêmes limitations de vitesse (50, 90, 130 Km/h). Le nombre de morts par million d’habitants y est pourtant très variable, respectivement, 64, 56, 31 et 54.

Il est donc audacieux, comme le fait le Premier ministre, d’associer vitesse et mortalité sur la route.

Comparaisons par type de route

La répartition du nombre d’accidents, mortels ou non, par type de route, ne met pas non plus en évidence le rôle de la vitesse. En effet, c’est bien sur autoroute que l’on compte le moins de morts, mais aussi le moins d’accidents par kilomètre, malgré la vitesse la plus élevée.

Les statistiques de la sécurité routière pour 2016 de la Commission européenne montrent que seulement 8% des accidents mortels ont lieu sur autoroute, contre 55 % sur les routes rurales.

Un rapport de la commission des comptes des transports de la nation présentait un calcul montrant que « l’autoroute apparaît comme le réseau le plus sûr avec un risque trois fois plus faible que sur l’ensemble des routes ». Le risque relatif était de 0,3 (7,4 % des tués pour 25,7 % du volume de circulation).

Source : la documentation française – rapport de la sécurité routière 2011- ONISR

Cependant, les autoroutes bénéficient d’une qualité très supérieure à la moyenne. Les glissières de sécurité encadrent toutes les voies et les véhicules ne se croisent pas. Ce sont en outre des routes faciles : peu de virages, revêtement de qualité, peu de freinage, pas d’arrêt.

Le risque relatif est le plus élevé (1,7 soit 6 fois plus que sur autoroute) sur les routes départementales. La mesure prônée, la baisse des limitations, cible donc bien les routes où la mortalité est la plus forte, mais ne s’attaque pas aux bons facteurs. Le principal risque n’est pas la vitesse.

La qualité des infrastructures

La récente hausse de la mortalité routière (de 3 268 morts en 2013 à 3 477 en 2016) correspond à la dégradation du réseau routier (ou à l’impression que les conducteurs s’en font).

L’indice de compétitivé global inclut un chapitre sur la qualité des routes. La France est passée du premier rang en 2012 au septième en 2016. L’Union des syndicats de l’industrie routière française (Usirf) ajoute que le secteur des travaux publics routiers a perdu 30 % de chiffre d’affaires depuis 2010. Il l’estime aujourd’hui à 12,2 Md€ dont 2,3 Md€ (19 %) pris en charge par les administrations publiques centrales.

Il y a sûrement ici une solution moins démagogique à trouver. Mais elle nécessite de s’interroger sur la répartition des dépenses entre l’État et les collectivités.

Il est significatif également que ce classement fasse partie du classement plus global de la compétitivité d’un pays. La qualité du réseau routier est essentielle aux échanges, qu’ils soient commerciaux ou non. Rappelons que cette limitation a été fixée en 1973 : que de progrès depuis dans la sécurité automobile (ABS et Airbag notamment) qui devraient plutôt motiver des choix inverses !

Le contre-exemple danois, augmentation des limitations

Le Danemark présente un remarquable contre-exemple. Les limitations, pour des motifs de sécurité, ont été rehaussées sur les routes moyennes, de 80 km/h à 90 km/h. Il est difficile de prétendre y voir une corrélation, mais pour autant la mortalité a reculé.

Le ministre en charge de ces questions vantait également le bien-fondé de cette mesure pour la rapidité des échanges et la prospérité économique, ce qui n’a pas été relevé en France.

L’État choisit la mesure la moins coûteuse et, malgré les apparences, la plus démagogique. Les limitations de vitesse sont des mesures d’autrefois, faites pour les voitures moins sûres qui roulaient il y a 50 ans. Mais il préfère baisser la vitesse plutôt que d’entretenir, d’innover, d’imaginer de nouvelles règles de circulation.

Cette réduction de la vitesse n’anticipe pas les nouveaux besoins en infrastructures de la voiture autonome. Il y aurait pourtant beaucoup à faire pour prévoir la réglementation à venir et adapter d’ores et déjà, progressivement, les routes et la signalisation aux voitures de demain.

Alors que cette question occupe le Premier ministre, l’Allemagne et ses autoroutes à vitesse non limitée réduit sa dette en valeur. On a les priorités que l’on peut. Par ailleurs, cette mesure a été prise sans le vote du Parlement. Pas glorieux pour un pays qui donne souvent des leçons de démocratie au reste du monde…

Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • il n’est également tenu aucun compte des incivilités routières ; et pourtant , dieu sait s’il y en a ;

  • Les oligarques ont la culture de l’impôt au lieu « d’imposer » au services dit public de servir l’intérêt commun notamment la DDE qui est nationale mais dont la compétence est départementale voir communale alors que nos routes sont européennes!! Les camions limités à 80 avec tachymètre vont pousser les voitures limitée à 80 mais avec compteur aléatoire !!

  • Mesure pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’état. Bientôt radars mobiles gérés par des compagnies privées, qui vont rouler à 70 km/h, se feront doubler et forcement, ceux qui doublent se feront flasher.
    Par contre on reste laxistes sur les incivilités. J’étais il y a peu, quelques jours à Berlin. J’ai été frappé de voir cyclistes, piétons et voitures, chacun à leur place et surtout, chacun respectant le périmètre de l’autre…

    • Qui vont rouler à 70 pour piéger les gens ???
      Et donc mettre les autres automobilistes en danger pour mieux les verbaliser ?

      On a le droit de tirer à vue dans ces cas là, non ? 😀

    • De ce que j’ai vu en fRance, si la majorité est civilisée, une minorité mérite que l’on aie son arme chargée sous le siège.

  • Les automobilistes français peuvent légitimement être énervés. Il est toutefois incompréhensible qu’ils passent leur énervement sur leurs confrères automobilistes, et redeviennent doux comme des moutons quand il s’agit de réélire leurs oppresseurs ou même simplement de répondre aux sondages de popularité.

    • Oui enfin, réélire leurs oppresseurs, c’est oublier la vague de dégagisme qui a frappé 2017 et viré pas mal d’anciennes figures.

      Mais peut être que le mal n’est pas qu’au niveau des têtes, mais au niveau du gouvernement profond ?

  • On est tous d’accord pour dire que la raison principale est de récolter des amendes pour excès de vitesse..alors à quoi bon entrer dans le jeu de justifications bidons ?
    Il ne faut pas oublier que leur principal argument est la mort ( et ce n’est pas contestable) pas le nombre d’accidents…entraînés avec certitude par la baisse de la vitesse et de la vigilance .
    Quand je dis argumentaire bidon c’est que c’est uniquement théorique et que cela n’a rien à voir avec la réalité. ..et c’est valable aussi pour les tenants des vitesses actuelles, 90 ou 80 n’a aucune importance réelle lorsque l’on conduit,…quand la route le permet on va respecter plus ou moins ces vitesses limites..en ouvrant l’oeil sur la radar planqué..rien de neuf donc ….et puis 80 sur une départementale…70 serait plus approprié….cela éviterait la présence de nombreux camions

  • On voit bien là une preuve supplémentaire de l’inertie intellectuelle qui touche les politiciens de tous poils: cette mesure sera comme souvent et quoiqu’en dise le nouveau messie des automobilistes nommé Philippe sans réel effet ( sauf pour les finances bien sûr, les radars vont s’en donner à coeur joie !) Bref une mascarade de plus qui n’aurait surement pas déplu à notre ancien président Culbuto !

  • moins de mort = plus de contribuables.
    Mais surtout, pour nos gouvernants qui savent sur tout et méprisent leurs con-citoyens, vox populi n’égalera jamais vox dei, même si le dei en question est le peuple souverain inscrit dans la constitution.
    En outre, plus facile de limiter la vitesse que d’éduquer les conducteurs!

  • Incivilité…Mauvaise qualité du réseau…Oui..Oui…Mais on oublie un point important….La qualité des voitures…Les français roulent français, voitures à l’ergonomie incertaine, aux assistants à la conduite tenant du bricolage, avec une tenue de route aléatoire et un « confort » confondu avec molesse et avachissement sur la route…
    Bien sur les « journalistes » automobiles, quasis salariés de nos chères marques se gardent bien de relever tout ça et l’acheteur de ces poubelles ne s’en rend compte que quand le problème (accident) arrive…

    • Le principal défaut des voitures françaises…la faiblesse de la’motorisation due à cette stupide idée de chevaux fiscaux.
      Contrairement aux croyances le frein n’est pas votre ami , votre sauveur est l’accélérateur

  • Plutôt que de prendre une mesure qui ne sert à rien, si ce n’est à exaspérer les automobilistes, mieux vaudrait s’occuper des causes : alcoolisme, état des routes, signalisation inadaptée… En outre, plutôt que de sortir une réglementation dictatoriale, à la sauce soviétique, ce qui compte, c’est adapter la signalisation de vitesse au profil de chaque route, comme cela est en général fait : sur ligne droite, aucune raison de limiter à 80 km/h, mais avec des virages, mieux vaut limiter à 80 km/h, voir 70 km/h ou 50 km/h pour les endroits particulièrement dangereux.

  • D’abord il y a les peuples du nord de l’Europe Luthérien et rigoureux, puis ceux du sud latins et fantasques. Donc comparer les exemples du Danemark ou de la Suède avec la France, l’Espagne ou la Grèce ne sert à rien.
    Autre chose le cher Edouard a réagit comme le principal du collège qui parce que un élève a jeté une boule puante dans la classe décide de donner une colle collective sans se soucier qui est le responsable. Les incivilités sont légions: Clignotants, feux rouge, alcool, distance de sécurité, vitesse excessive ou inadaptée (regardez à quelle vitesse roulent certains sur un parking de supermarché).
    Dans un groupe de personnes il y aura toujours 10% d’ultra, 10% de réfractaires à tout, le reste adhère sans forcément être convaincu.
    Le nombre de morts a baissé grâce surtout à une prise en compte collective mais surtout aux progrès en sécurité active et passive des voitures et aux progrès des secours et de la prise en charge médicale.
    Alors tous PUNIS. C’est plus facile, plus lucratif, cela demande moins de moyens humains pour le gouvernement.
    Notre Philippe se sacrifie sur l’hôtel de la popularité: Quel homme, quelle abnégation, quel sens du devoir!
    Tiens l’émotion me gagne, les larmes me viennent.

    • « Le nombre de morts a baissé grâce surtout à une prise en compte collective mais surtout aux progrès en sécurité active et passive des voitures et aux progrès des secours et de la prise en charge médicale. »
      Absolument. On peut ajouter aussi la rénovation des infrastructures, et une nouvelle façon de traiter les points noirs. Augmentation du rayon de courbure des virages, ronds points, sécurisation des routes à 3 voies, barrières de sécurité (doublées de préférence pour les motards) etc.

  • Parmi les raisons inavouables qui font que Philippe s’obstine il y a probablement le fait que le bidule est parti dans les tuyaux de l’administration et que cette dernière n’aime pas lâcher un nonosse lorsqu’elle en tient un. Sans oublier que, compte tenu de cette propension de nos polytocards à mettre la charrue avant les boeufs, des marchés ont probablement déjà été passés avec des fabricants de panneaux et autres gadgets et qu’il sera compliqué et coûteux pour l’état de se dédire.

  • Il faut bien remplir les caisses vides de l’État appelées aussi « Le Tonneau des Danaïdes ».

  • Le 90 km/hre n’est pas respecté,
    les distances de sécurité ne sont pas respectées….

    Ces gens aux manettes veulent faire rentrer de l’argent point barre !

  • Merci à l’Auteur…
    Cependant, les lignes tableau ne gagnerait-elles pas à être classées selon les valeurs descendantes de la dernière colonne?

    Quid des critères de classification dans “mort sur la route” pour chaque Pays?
    En fRANCE n’est-ce pas un décès dans les trois jours… ou sept?

    Par avance merci…

    • Désolé pour les fôtes.
      Merci d’excuser les éventuelles coquilles de retranscription suite à une trop hâtive relecture.

    • Ah oui, tiens, à ce sujet, une remarque. La mortalité routière par million d’habitant, c’est bien. La mortalité routière par importance du trafic routier, c’est mieux.
      (si les chiffres sont aussi bons en Suède, ne serait-ce pas, par exemple, parce qu’on y roule peu l’hiver à cause de l’enneigement ?)

    • « En fRANCE n’est-ce pas un décès dans les trois jours… ou sept? »
      Depuis 2005, on compte, comme dans la majorité des pays européens, les décès à 30 jours. Les comparaisons sont donc pertinentes.
      Pour info, avant c’était à 6 jours. Il y a une différence d’environ 5 % entre les deux chiffres.

  • 1. « Et n’aurait-il pas par ailleurs d’autres urgences : le chômage, la dette, la fiscalité … ? »
    Si l’on reste dans le domaine des » vies sauvées », il y avait bien d’autres mesures à envisager avant celle-ci, dont le but reste objectivement anecdotique, et qui sont de la responsabilité de l’Etat. Que fait-on par exemple sur les 5000 morts par maladies nosocomiales contractées dans les hopitaux français ? Rien…

    2. L’exemple suédois est souvent mis en avant. On y roulerait à 70 km/h sur les routes. Si mes infos sont bonnes, c’est une description bien tronquée de la réalité. En réalité, le 70 km/h c’est une valeur par défaut, car sur de nombreuses routes dont la topologie le permet, on y roule plutôt à 90 ou à 100 ! Certains experts proposaient d’ailleurs en France de copier ce modèle, on a préféré une vitesse uniforme, éventuellement compréhensible sur une petite route de campagne, mais pas du tout acceptable pour une nationale rectiligne et dégagée.

    3. L’argument économique : cf cet article de la Tribune… https://www.latribune.fr/blogs/cercle-des-ingenieurs-economistes/20140103trib000807759/reduire-les-limitations-de-vitesse-c-est-freiner-la-croissance-et-l-emploi.html
    Heureusement que nous sommes en situation de plein-emploi, hein ? Qu’est-ce que ce serait sinon ?…

    4. « La France est passée du premier rang en 2012 au septième en 2016. »
    Tiens, tiens, comme par hasard au moment où la mortalité routière s’est mise à stagner, au lieu de continuer à baisser. Apparemment, aucun politique en responsabilité n’a vraiment voulu faire le lien. Même si dans la pratique, en toute discrétion, les tronçons qui ont fait l’objet de l’expérimentation à 80 km/h ont été rapidement améliorés par des travaux d’importance.

    • 10 000 morts par an en France pour cause de suicide.
      Quand l’Etat va-t-il mettre des radars à déprime et des flics derrière les français pour détecter leur mal de vivre ?
      Je propose une baisse des impôts de 10% pour essayer de sauver un millier de vies par an…

  • Pour améliorer la sécurité routière, il est indispensable de remplacer les vitesses limitées (code couleur rouge) par les vitesses conseillées (code couleur bleu) qui sont déjà prévues par le code de la route mais qui ne sont jamais utilisées. Les vitesses limitées doivent être réservées aux points les plus à risque du réseau routier. Leur rareté doit être un signal clair pour les automobilistes, mieux avertis d’un danger exceptionnel.

    Pour améliorer les recettes de l’Etat, il faut au contraire maintenir les vitesses limitées, multiplier les radars et abaisser les limitations juste en-dessous de la vitesse d’usage du réseau, de telle manière que tout automobiliste ayant un comportement normal soit placé en situation de délit et passe régulièrement à la caisse. Si jamais les automobilistes respectent la limitation en adoptant une vitesse anormalement basse, abaisser à nouveau la vitesse limite de quelques km/h en dessous de la vitesse moyenne adoptée par les usagers, moyenne qu’on aura pris soin d’anticiper à l’aide de quelques sondages réguliers. Ensuite, abaisser la vitesse limite autant de fois qu’il est nécessaire d’augmenter les recettes de l’Etat. Idéalement, pour maximiser les recettes, on omettra d’indiquer la vitesse limite en supprimant les panneaux au bord des routes afin que les automobilistes ne puissent plus savoir s’ils sont ou non en infraction.

    • @Cavaignac

      Votre « suggestion » d’améliorer les recettes de l’état en omettant in fine d’indiquer les vitesses limites par suppression des panneaux au bord des routes est déjà hélas une réalité à certains endroits .
      Ce défaut de signalisation m’a permis récemment un passage en caisse surprise!
      Ne pas oublier de mettre à jour son GPS curieusement autorisé malgré le danger couru si l’on quitte la route des yeux!
      À quand l’interdiction du GPS accidentogène?

      • @LEONIDES
        Bonsoir et bonne année,
        Lors de la dernière campagne de Noël de la sécurité routière « Tous responsables » (des autres mais pas de soi) il était écrit sur les panneaux en 4mx3m : « Le téléphone tue. » Avec une belle photo d’un téléphone géant devant un volant, et un pouce tout aussi énorme qui écrasait un vélo et un enfant sur le téléphone. C’est bien le pouce qui écrase, donc la personne. Mais c’est plus pratique de faire porter le chapeau à un objet inanimé dénué de volonté, que sur une personne, tout autant que de culpabiliser tous les conducteurs pour les fautes d’autres, sans responsabiliser chacun.

        • Edit :
          Quant au fait de quitter de vue la route, le simple fait de devoir regarder son compteur kilométrique pour vérifier sa vitesse n’est pas très « sécurité routière ». Du coup au lieu de se concentrer sur la route, on est déconcentré par le respect de la vitesse, qui change souvent, et la recherche des panneaux ronds rouge avec des numéros dedans.

        • @STF

          Bonne et heureuse année à vous de même.

          Afin de responsabiliser chacun il faudrait par ailleurs prendre conscience que « l’erreur est humaine »et que personne n’est à l’abri d’une défaillance.(en excluant évidemment certains comportements délibérés heureusement minoritaires mettant en danger la vie d’autrui).
          Une campagne de sécurité routière devrait souligner que les occasions de ne pas être totalement concentré sont MULTIPLES EN TEMPS NORMAL, et sont souvent à l’origine des accidents.
          Raison de plus pour mettre en place de nouvelles règles cohérentes puisqu’il ne devrait être question avant tout que de sécurité routière!

    • Quand ils auront (les polytocards) abaissé le limite à 0 km/h, il leur faudra interdire les lits, parce que c’est là qu’on y meure à coup sur le plus souvent.
      Vu qu’ils (les polytocards) sont prêts à tout, cela arrivera 🙁

  • Beaucoup plus de contrôles sur la vitesse, et toujours très peu sur l’alcool et la drogue……………………

    • @sitonia83

      Bonne remarque mais pour l’instant l’I.A. ne peut détecter à la chaîne ce type d’infraction qui reste » peu rentable « comparé à la manne des radars.

      Ce type de conduite représente pourtant un problème ESSENTIEL de sécurité indépendamment de toute vitesse adoptée par ailleurs!

  • Limiter bêtement la vitesse à 80 km/h présente beaucoup d’avantages pour le prédateur insatiable qu’est devenu l’Etat : 1) rendre tout comportement normal davantage taxable et donc augmenter les recettes de l’Etat 2) transformer plus facilement en délinquant tout individu qui n’a rien à se reprocher et donc créer un effet de culpabilisation généralisée 3) obliger les gens à avoir des préoccupations débiles au lieu de les mettre en situation de faire preuve de responsabilité et de pertinence.

    Résultat : quand tout le monde est considéré comme délinquant, plus personne ne l’est : tout le monde est mis dans le même sac et les délinquants vraiment dangereux ne se distinguent plus.
    Si le peuple n’est plus considéré comme de la chair à canons, il est désormais devenu juste de la chair à taxer.

    • @Virgin
      Bonsoir et bonne année,
      j’adère à votre commentaire.
      « Le Peuple n’a qu’un seul ennemi, son gouvernement. » A. De Saint-Just.

  • Cet article va dans votre sens :
    http://www.sudouest.fr/2014/10/02/landes-apres-l-accident-l-incomprehension-1690807-3452.php

    Même les poulets ne sont pas capable de conduire correctement.
    Que fait la DDE ❓ Elle roupille sec ❗ Il faut bien que les ponctionnaires fassent de longues pauses pour ne pas se planter le crayon dans l’œil en s’endormant. Les autres, ils s’en cognent, leur sécurité d’abord :mrgreen:

    • @MichelC
      L’accident des Landes auquel vous faites référence indique que beaucoup d’automobilistes « oublient « de PLUS en PLUS de respecter le STOP.(et dans certains cas les feux rouges!).
      Ce genre de comportement INADMISSIBLE, plus ou moins délibéré mettant en danger la vie d’autrui, devrait être puni plus sévèrement qu’aujourd’hui.
      Le STOP indique un arrêt TOTAL et non un passage à une vitesse « improvisée » selon l’humeur du moment!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
édouard philippe
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Par Laurent Sailly.

"Ensemble citoyens !" sera officiellement lancé le 29 novembre avec un meeting à la Maison de la Mutualité à Paris, cinq mois avant l'élection présidentielle de 2022, selon une source parlementaire rapportée par Franceinfo mardi 23 novembre, confirmant une information de BFM TV.

C’est à l’hôtel de Lassay, résidence parisienne du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, qu’une dizaine de dirigeants des principaux courants qui composent la majorité avait rendez-vous pour diner, mercredi 17 novembre ... Poursuivre la lecture

confinement ensemble citoyens
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Édouard Philippe a lancé son parti politique le 9 octobre 2021. Baptisé Horizons, il a pour devise : pour faire bien, il faut voir loin. Ce qui est une nouvelle mouture du fameux Gouverner, c'est prévoir.

Horizons n'est pas un parti d'opposition à Emmanuel Macron. Il a été créé pour assurer sa réélection en récupérant des voix sur sa droite. Cela tombe bien puisque celle-ci est en cours de dépeçage.

En même temps, il s'agit pour l'ancien Premier ministre de rejouer un rôle dans la vie politique du pay... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles