Les millionnaires ont quitté la France par milliers

Emmanuel Macron saura-t-il ralentir ou stopper, l’exode des Français qui ont compris que la France vivait totalement sous l’emprise de Bercy et qu’il n’y avait plus rien à espérer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les millionnaires ont quitté la France par milliers

Publié le 24 novembre 2017
- A +

Par Richard Krieger.
Un article d’Emploi 2017

Nous savions que François Hollande n’aimait pas les riches, lui dont la retraite lui assure plus de 30 000 euros par mois. Nous devons inscrire désormais à son passif déjà colossal, le fait que sous son « règne » nos millionnaires ont préféré quitter la France plutôt que de se laisser plumer comme des pigeons.

Ces millionnaires, qui sont-ils ? Des cadres supérieurs ayant un appartement à Paris et une résidence secondaire en Bretagne, ou le propriétaire d’un grand champ de pommes de terre à l’ile de Ré ? L’heureux possesseur d’une Aston Martin DB5 (la voiture de James Bond) ou bien un jeune patron de start-up qui a su revendre son « business » à un grand groupe financier ?

Ce peut être tout cela. Tous ces heureux propriétaires d’un actif net supérieur à 1 million d’euros sont par définition classés parmi les millionnaires. Pour évaluer la richesse, on prend en compte les biens mobiliers et immobiliers, les bijoux et les œuvres d’art.

Selon une étude du Crédit Suisse de 2010, la France abriterait 9 % de millionnaires, soit 2,2 millions de personnes pour environ 50 millions d’adultes, ce qui la placerait au 3ème rang mondial derrière les États-Unis et le Japon.

Quels sont ces riches qui s’expatrient ?

D’après Wikipédia :

  • Les « riches » sont les millionnaires qui possèdent entre 1 et 5 millions de dollars de fortune ;
  • Les « très riches » sont les millionnaires qui possèdent entre 6 et 20 millions de dollars de fortune ;
  • Les « supers-riches » sont les millionnaires qui possèdent entre 20 et 30 millions de dollars de fortune ;
  • Les « ultras-riches » sont les millionnaires qui possèdent plus de 30 millions de dollars de fortune.

Les conseils en gestion de patrimoine s’accordent à dire qu’en dessous de 5 millions, le jeu de l’expatriation n’en vaut pas la chandelle.

Alors, si l’analyse ci-dessous faite par le blog canadien visualcapitalist dit vrai, c’est donc 12 000 millionnaires français qui se sont exilés avec leurs capitaux entre 2015 et 2016, en progression de 20%.

En prenant par exemple l’hypothèse – raisonnable – d’une moyenne de 5 millions d’actifs net par exilé, et en imaginant que ceux-ci transfèrent la moitié de leur patrimoine hors de France, cela représenterait 12 000 X 5 millions d’euros x 0,5 soit 30 milliards qui sont partis s’investir en dehors de France en une année.

Quels sont les effets de l’émigration des millionnaires ?

Cette émigration des millionnaires a pour conséquences la diminution pour la France de ses ressources : pour maintenir une charge fiscale égale, il faut augmenter le prélèvement des contribuables restants et/ou réduire ses services publics.

Par ailleurs, le cas échéant, il y a la disparition des activités économiques qu’exerçait ou finançait la personne qui s’exile, entraînant in fine une destruction de l’emploi local ou national.

Enfin pour l’État d’arrivée, le nouvel impatrié va apporter une ressource budgétaire supplémentaire par ses impôts, et éventuellement de nouvelles activités économiques, particulièrement quand l’expatrié est un entrepreneur.

Forts de ces informations, nous verrons si Emmanuel Macron saura ralentir ou stopper, par sa politique, cet exode des Français qui ont compris que la France vivait totalement sous l’emprise de Bercy et qu’il n’y avait plus rien à espérer. Rendez-vous pris en 2018 pour le suivi de cette étude qui interpelle.

Le classement 2016 des 5 principaux pays exportateurs de leurs millionnaires

Le classement des 5 principaux pays destinataires

Source : http://www.visualcapitalist.com/millionaire-migrants-countries-rich-people-flocking/


Sur le web

Lire aussi : Exil fiscal : l’Australie, destination préférée des millionnaires

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Il aurait été intéressant de savoir pourquoi les pays comme les USA, l’Australie, le Canada … sont si attractifs pour les millionnaires

  • Les millionsires ont quitté la France : oui , mais il reste 577 députés, au moins 300 sénateurs et une ribambelle de politicards de droite, de gauche ou de la planète verte qui ont consciencieusement pillé ce pays et y séjournent encore pour profiter du système de pillage légal qu’ils ont instauré.
    Ajoutons à cela des médias serviles qui protègent honteusement les voleurs pour « un plat de lentilles » et une justice mise en place par les voleurs.
    La mafia napolitaine est émerveillée devant la performance des politicards français. D’ailleurs, ils vont recevoir Jerome C. dans leur confrérie.

  • Puisqu’on vous dit qu’il n’y a pas d’enfer fiscal. Que les méchants riches qui se font plumés ne sont pas solidaires avec ces hommes politiques qui n’ont jamais rien gagnés de leur vie et ne font que dilapider les richesse créer par ces méchants riches. Moi qui ne suit pas riche et qui suis racketter du matin au soir je rêve de quitter ce pays ou l’on passe son temps à critiquer ceux qui se défoncent pour créer de la richesse et des emploi en surprotégeant et assistant les autres. Mais non, non, je vous assure, ils nous ont dit encore à Pôle emploie qu’il n’y avait que très peu de fraude et si les chômeurs ne trouvent pas de travail c’est que les salopards de patrons ne veulent pas embaucher!!! Après tout pourquoi la France qui est en faillite arrive bien à gonfler ses effectifs dans la fonction publique, sans baisser ses dépenses et pas les patrons de TPE ou PME? Si seulement j’avais pu investir dans la fonction publique!!!!

    • On est bien d’accord Filouthai, rien ne change, et pour ce qui est de la mafia je pense effectivement que la France est devenue une vraie référence.

  • C’est aussi des expatriés comme moi qui ont développé leur entreprise à l’étranger en ne veulent pas faire rentrer leur argent dans la bouche de Bercy. 6 mois par an France, c’est largement suffisant et ça permet de rester fiscalement dans le pays où on réside 6 mois et un jour par an ( en plus aujourd’hui, il y a une tolérance sur la durée )

    • Bonjour docteur0675

      Cette règle existe mais elle n’est pas la seule:

      « Au regard du fisc, vous êtes considéré comme ayant votre domicile fiscal en France dès lors que vous remplissez l’une quelconque des quatre conditions suivantes :
      -votre foyer, c’est-à-dire le lieu où vous et/ou votre famille (conjoint et enfants) résidez habituellement, est situé en France (peu importe que vous effectuiez des séjours temporaires à l’étranger pour raisons professionnelles ou autres) ;
      -vous séjournez en France plus de la moitié de l’année (peu importe le lieu de séjour principal de votre famille) ;
      -vous exercez votre activité professionnelle en France (sauf si cette activité est l’accessoire d’une profession exercée à l’étranger) ;
      -le centre de vos intérêts économiques, c’est-à-dire le lieu d’où vous tirez la majeure partie de vos revenus ou celui où vous avez réalisé vos principaux investissements, est établi en France. »

  • Bof ,quand un « riche » quitte un HLM il est vite remplacé..cela n’a vraiment aucune importance..au contraire cela permet à d’autres de devenir riches !

  • La chose saisissante dans ce classement est qu’elle permet de mettre en avant que certaines idéologies et politiques similaires pratiquées dans ces pays font nettement fuir les riches quand d’autres les attirent très nettement. C’est flagrant quand même.

  • Macron est un charlatan et un escroc, comme le prouve le budget de l’Etat pour 2018. Hausse des impôts et taxes, ainsi que des dépenses!

  • 30000 euros de retraite par mois, cela équivaut à un patrimoine de 36 millions d’euros avec un gain de 1% par an net d’impôts et d’inflation, et hors résidence principale. Non, décidément, moi non plus, je n’aime ces riches-là. Je les aime d’autant moins que ces rentiers n’ont jamais produit la moindre richesse tout au long de leur vie. Les faquins se sont contentés de parasiter la société, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, bien sûr. Et parvenus à la retraite, ils poursuivent gaiement leur œuvre de malfaisance. Il doit exister un enfer spécial qui leur est réservé, en compagnie des grands dictateurs de ce monde.

    • Il ya un blues de Lee Roy Carr qui dit (en gros)
      : » Moi je ne veux pas aller au paradis, c’est plein de grenouille de bénitiers, de crapaud de confessionnaux, de gros hypocrites et de moches saintes nitouches….
      Je veux aller en enfer, il y a plein de joyeux drilles aimant la bouteille et les filles, de grosses cochonnes qui aiment baiser et qui en réclament…. »
      « Mais en enfer vous allez rencontrer des sales types…Lénine, Staline, Hitler,Mao….. »
      « Surement pas, Satan gère très bien sa boutique, toutes ces ordures sont éjectées dans le vide intersidéral »…

      Traduction libre…

  • « s’accordent à dire qu’en dessous de 5 millions, le jeu de l’expatriation n’en vaut pas la chandelle. »
    On peut faire confiance à la taxophilie de l’Etat français pour abaisser ce seuil en augmentant la fiscalité.
    De plus, l’instabilité fiscale de la France et la croissance inexorable de sa fiscalité, ne peuvent qu’encourager à partir même si la rentabilité est faible. Ne serait-ce que pour ne pas avoir à payer une future « Exit tax » que notre parasitocratie ne manquera pas de mettre en place devant la fuite grandissante de ses salauds de riches égoïstes qui n’ont rien compris au vivre-ensemble redistributif…

  • Il n’y a pas que les millionaires qui s’expatrient, il y aussi ceux qui y aspirent, des jeunes plein d’ambition, prêts à travailler 80 heures par semaine pour monter leur boîte et qui sont assez intelligents pour savoir que le faire en France, c’est accepter à l’avance de se faire plumer en cas de réussite.
    Ils préfèrent ausi s’expatrier dans des pays où trouver du financement pour une startup est plus facile qu’en France (UK ou USA).
    Bref, plein de raisons pour quitter ce pays mafieux.

  • Dans le budget 2018 il est prévu 16.000 fonctionnaires de plus! Comme si on en avait pas assez? C’est pour en faire profiter les enfants des énarques?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

À peine rentrée de vacances et l’esprit encore bien loin du terrain politico-économique qui m’occupe ici ordinairement, je jette néanmoins un œil nonchalant sur les dernières nouvelles de l’actualité française et qu’apprends-je ?

Que « l’économie française se porte bien ! », qu’elle a réalisé un véritable « exploit » sur le plan du chômage, que le retour au niveau d’avant-crise est prévu pour la fin de cette année et que la France peut s’enorgueillir des meilleurs chiffres de croissance de la zone euro ! C... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Gaël Campan.

Les divisions sont profondes et multiples au sein de la société française. La place des riches est l'un des sujets controversés les plus récurrents et les plus confus. Ils sont tantôt admirés tantôt méprisés, enviés ou vilipendés. Chacun est pro-riche ou anti-riche, mais tous ou presque s’accordent à dire qu’ils en ont trop, ou encore qu’ils pourraient se contenter de moins.

Pourtant, là n’est pas la question. C’est par illettrisme économique que l’on regarde les différences dans les niveaux de richesse plutôt q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles