Chassons les riches, on aura moins de pauvres !

Logique socialiste : moins il y aura de riches, plus le salaire médian baissera et avec un peu de bonne volonté, on devrait pouvoir éradiquer la pauvreté en France quand le salaire médian sera à 12 849 euros par an…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chassons les riches, on aura moins de pauvres !

Publié le 10 octobre 2017
- A +

Par Gérard Dosogne.
Un article d’Emploi 2017

L’absurdité de comparer des statistiques entre différents pays sans en comprendre la mécanique fait que le taux de pauvreté est plus élevé aux États-Unis qu’au Bengladesh ou en Suisse qu’en République tchèque.

Mais nos politiques, soit par incompétence, soit par mauvaise foi aiment se repaître de chiffres qui ne veulent rien dire car non comparables… surtout quand cela les arrange pour démontrer l’improbable. Alors poussons le raisonnement à l’absurde et chassons tous les riches de France pour faire baisser le taux de pauvreté !

Salaire médian et seuil de pauvreté

On constate (vérifié sur Eurostat) qu’il y a bien moins de pauvres en Tchéquie (9%) qu’au Luxembourg (15%) ou en Suisse (14%) ! La raison est simple : le salaire médian luxembourgeois ou suisse est nettement plus élevé que celui des tchèques. Donc le seuil de pauvreté (60% du salaire médian) l’est aussi.

En effet, le salaire médian luxembourgeois s’établit en 2015 à 35 370 euros par an, à 39 588 euros en Suisse et… à 7 423 euros en République tchèque. Pour comparaison, le salaire médian en France se situe à 21 415 euros et le taux de pauvreté à 13,6%.

On est donc pauvre en Suisse avec un salaire annuel par personne de 23.753 euros, soit 10% de plus que le salaire médian français.

Maintenant, si l’objectif est de baisser le taux de pauvreté pour rassurer les bonnes âmes en France, ainsi que les anticapitalistes et autres zinsoumis, la solution la plus rapide et la plus simple est d’abaisser le salaire médian : moins il y aura de riches, plus le salaire médian baissera et avec un peu de bonne volonté, on devrait pouvoir éradiquer la pauvreté en France quand le salaire médian sera à 12 849 euros par an… entre la Slovénie et l’Espagne. Si notre petit Chavez était au pouvoir, on y arriverait vite !!

Par contre, si les riches reviennent en masse…

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • quand les impôts deviennent insupportable !!!
    c’est à vous de décider si vous dever partir ou rester !!!!.
    quand certains de nos élus veulent nous faire la morale !!!
    ils doivent apprendre à compter…
    demain ce sera mieux…et la dette continue jusqu’à la faillite ou ce sera la confiscation de votre compte bancaire….

    • @Lou fabe
      Bonjour,
      « demain ce sera mieux…et la dette continue jusqu’à la faillite ou ce sera la confiscation de votre compte bancaire…. »
      Les deux mon capitaine ! En grèce et à Chypre les deux ont été faites et n’ont pas réglé les problèmes de dettes.
      « ils doivent apprendre à compter… »
      Oui ils doivent apprendre à compter et à raisonner.
      Le seuil de pauvreté de base pour le calcul est de 60% du salaire médian. Avec un salaire médian à 12849€ par an, les 60% s’appliqueront aussi. Là on sera tout proche du salaire médian tchèque de 7423€ par an actuellement (en espérant pour les tchèques qu’il augmente) avec 7709€. Taxés à 54%,(4163€ volatilisés) en imaginant une pondérance, c’est magnifique : il reste encore 3546€ ! Y a pas ! c’est magique et ça donne envie !
      Pour continuer à se goinfrer sur notre dos comme ils le font, il ne leur restera plus qu’à nous interdire de quitter le territoire, comme en Corée du Nord. Ca va être merveileux ce pays anciennement nommé La France !

      • Pas besoin d’interdiction de sortie du territoire! M. Mélenchon voulait taxer les français mondialement sur la base de la nationalité, à l’américaine! D’ailleurs quand on va aux US il faut déclarer qu’on n’a pas renoncé à sa citoyenneté américaine pour raison fiscale (c’est la question qui suit « êtes vous un terroriste? »)…

  • Le socialisme aborre le travail : ceux qui le créent et ceux qui travaillent. Les « pauvres » sont le fond de commerce des socialistes, pour exister il leur en faut le plus possible. Pour dominer et rester au pouvoir, quoi de mieux que d’en créer toujours plus et d’accuser les « riches ». Le but final ressemble plus à une société de sujets soumis, de serfs voire d’esclaves.

    • trés vrai ce que vous dites ! mais au régime ou l’éxode des riches s’accélere qui va payer pour ces millions de cas sociaux ? la réponse dans 2 ou 3 ans !

      • @Loic
        Au final, il n’y aura que des pauvres, aucun travail. à part celui imposé par l’Etat qui aura créé le retour du pauvre ultime : l’esclave. Comme au Vénézuela où l’Etat a renvoyé de forces des gens à cultiver la terre (pénurie alimentaire) ; comme en Corée du Nord où le travail « volontaire » le dimanche est obligatoire ; le Service de Travail Obligatoire pendant l’Occupation.
        Avec un PIB égal à zéro, dont 57% dûs aux dépenses publiques (lol), taxé à 54% ça risque d’être Rock’n’Roll ! J’avoue que là, n’étant pas socialiste, je ne vois pas quelle pourrait être leur médecine.
        Les socialistes pourront ainsi jouer aux « maîtres » dans leurs luxueuses demeures. Ils ont déjà les contremaîtres, officiels et officieux à, facilement recrutables quand il s’agit d’être du côté manche du bâton ou du fouet, le « Code noir » à dépoussiérer et à remettre à jour. La dette, du coup, se paierait en litres de sang.

  • si les riches reviennent en masse ….à se voir taxer leur yatch , leurs cheveaux , leurs lingots , m’étonnerait beaucoup qu’ils aient envie de revenir ;

  • vous pouvez meme dire qu’il y aura défaut de paiement , faillite , et donc saisie des comptes épargne et assurance vie ! elle est pas belle la vie ? ha décidemment nos énarques atteignent des sommets !

  • Cet article fait l’impasse sur le coût de la vie. Allez donc voir en Suisse le prix d’un steak….

  • Et paf, c’est envoyé!!!
    Sauf que c’est un raisonnement aussi c. que celui que vous critiquez!
    Ou alors c’est de l’enfumage, on parle de ça pour pas aborder le fond du problème.

    Si un état laisse les entrepreneurs faire leur job avec un minimum de liberté, sans l’accabler de taxes et de lois, sans ce boulet d’une administration (pléthorique, inutile, paralysante…) en donnant priorité à la création, que les riches soient là ou pas ça ne changera rien ou peu!
    Si on peut investir, entreprendre, créer des valeurs (même à la limite des valeurs financières), ce n’est pas parce qu’on est riche, c’est parce qu’on est entrepreneur!

    On est pas riche à vie ou pauvre à vie, c’est un état pas un statut!

    Alors arrêtez de stigmatiser ce qui n’est qu’un argument politicien, et réfléchissons à alléger les entreprises, à se libérer d’un état étouffant qui ne fait pas son job mais dépasse ses compétences!

    • Oui surtout que le marche du capital est un marche mondial, donc le financement des entreprises depend de l’affectation de l’epargne et non pas du lieu de residence de ses detenteurs.

    • Ben, qu’il le fasse, c’est pourtant pas compliqué…

    • Merci, votre commentaire est pour le moins pertinent. Le fond du problème n’est effectivement pas aborder.
      La politique entrepreneuriale française est pourrie! Il faut la débridé pour favoriser l’innovation et la création de valeur.
      Il y a plus de pauvre qui ont le désir d’entreprendre, mais non pas les moyens de se payer les conseils d’un bon comptable et d’un avocat d’affaire, en clair d’avoir accès à la culture entrepreneuriale et d’accéder à un réseau d’initiés; que de riches consentant à partager les richesses avec ceux qui l’ont produite. Tout cela est probablement volontaire à en croire les analyses faites par la sociologue gauchisante mais pour le moins intéressante de Mme Pinçon-Charlot.
      Si je dois m’en référer aux coups de com qui sont fait dans les magazines spécialisés, l’entreprenariat français mise tout sur le système de franchisé qui rapporte plus en revenu passif pour les actionnaires qu’à ceux qui mouillent leurs chemises pour créer de la richesse et qui se verront un jour jeter comme des m…
      Gageons à ce que le mouvement des start-up’s en France ne se transforment pas en laboratoire d’idées innovantes rachetées à bas coup par des oligarques dont la créativité fait plus défaut que leurs eugénismes condescendants. Sinon, la théorie deviendrait prophétique, celle de l’entrée dans l’ère de l’Ubérisation. Qui, faut le dire profiterait bien plus aux esclavagistes-absurdistes, aux souverainistes, aux conservateurs, qu’aux libéraux avant-gardistes et émancipateurs du genre humain. Ne laissons pas la force obscure de la dictature étatique nous entraver dans nos envies de grandeur!
      Paix & Prospérité à vous.

      • @le serviteur écarlate
        Bonjour,
        Le « fond du problème » tient en 4 mots : Ministère de l’Economie. L’Etat n’a pas à s’occuper d’Economie. Son seul devoir économique est de compter, au denier près, le Trésor Public récolté et de le dépenser avec sagesse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Danny Duchamp.

 

Dans le discours politique moderne, "corporation" est presque une injure.

En 2021, le sénateur américain du Vermont Bernie Sanders, répondant aux critiques de sa proposition fiscale, a publié une vidéo intitulée "Yeah, we're going to TAX BILLIONAIRES & CORPORATIONS" (traduction : "Oui, nous allons taxer les milliardaires et les sociétés") dans laquelle il nous assure que les nouveaux impôts seraient prélevés exclusivement sur les grandes sociétés et leurs riches propriétaires, comme si (même ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Plus des deux tiers de la population aisée américaine votent pour le Parti démocrate. Un changement d’électorat qui pousse ce dernier vers des réformes de moins en moins favorables aux classes populaires. Une situation désavantageuse pour les valeurs libérales critiquées par les deux camps.

Pour l’opinion publique véhiculée par les médias, le Parti républicain est celui des classes aisées et des grandes fortunes, et le Parti démocrate, celui des populations défavorisées.

... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'IEDM

Alors que la poussière commence à retomber après les ravages économiques causés par le coronavirus, les gouvernements tentent de trouver des moyens de rétablir l’équilibre budgétaire dans un avenir plus ou moins proche.

Les décideurs politiques sont en quête de nouvelles sources de revenus, et ceux qui se trouvent au sommet de l’échelle des revenus, les riches, représentent des cibles attrayantes. Ainsi, certains partis politiques, tant au niveau provincial que fédéral, ont fait renaîtr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles