La vérité sur ce Venezuela qui plaît tant à Mélenchon

Quinze années de socialisme ont détruit l’économie vénézuélienne. Est-ce un modèle à suivre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Maduro le 4 décembre 2014 (Crédits : Presidencia de la República del Ecuador, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vérité sur ce Venezuela qui plaît tant à Mélenchon

Publié le 2 août 2017
- A +

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’IREF-Europe

Le 6 décembre 2015, l’opposition, regroupement de partis de droite et de gauche, avait très largement emporté les élections législatives, première défaite de la gauche socialiste depuis qu’Hugo Chavez était arrivé au pouvoir en 1999 ; défaite cuisante pour son successeur, Nicolas Maduro, l’opposition ayant obtenu les deux tiers des voix comme des sièges, et le parti socialiste unifié du Venezuela au pouvoir le tiers restant. Victoire d’autant plus remarquable que le pouvoir chaviste avait tout fait pour museler l’opposition dans les médias et pour faire pression sur les électeurs, tandis qu’il emprisonnait de nombreux opposants.

Cette défaite s’explique largement par la situation dramatique de l’économie vénézuélienne et la leçon de l’expérience chaviste, une de plus dans l’histoire tragique du socialisme marxiste, est claire : quinze années de socialisme ont détruit l’économie vénézuélienne, pourtant longtemps soutenue par la manne pétrolière.

Certes, la page du socialisme vénézuélien n’est pas encore tournée, car le Président Maduro a montré qu’il ne reculait devant rien, face à cette cohabitation nouvelle pour lui. Il s’est empressé de prendre certaines mesures, prétendant dialoguer directement avec le peuple (avec un quasi-parlement parallèle) et non avec les parlementaires élus, et retirant certains pouvoirs de nomination au Parlement, alors qu’il contrôle déjà l’armée, la banque centrale et la grande entreprise pétrolière.

Le discours officiel à la télévision est sans ambiguïtés : l’opposition aurait mené « une guerre économique sans merci contre le pouvoir révolutionnaire, permettant une victoire de la droite fasciste. » Discours souvent entendu sous d’autres cieux.

Files d’attente et inflation typiques des régimes socialistes

La situation économique du Venezuela est typique des régimes socialistes. D’abord, ce sont les files d’attente dans les magasins : c’est la pénurie de nombreux produits qui caractérise le système en raison de la destruction du commerce et des importantes restrictions à la liberté d’entreprendre, des contrôles bureaucratiques et des prix fixés arbitrairement par l’État : de quoi faire disparaître les produits des magasins, en particulier les produits de base, du sucre à l’huile, en passant par les médicaments ou le papier toilette. Mais aussi de quoi alimenter un marché noir, qui, lui, pratique les vrais prix, avec en prime corruption, criminalité et spéculation ! La file d’attente est la première carte de visite de toute économie socialiste, les pays de l’Est en ont fourni l’exemple jusqu’à la chute du mur de Berlin.

Le contrôle des changes vient compléter le tableau, avec des taux de change artificiels (et donc un marché parallèle). Mais si le contrôle des prix fait disparaitre l’offre des produits contrôlés, le déséquilibre se manifeste ailleurs, avec une inflation ouverte. Le chiffre n’est plus publié depuis un an, mais une fuite a permis d’obtenir le résultat des douze derniers mois : 270% ! Le pouvoir d’achat est directement atteint : pénuries et hyperinflation ont lourdement pesé sur le vote des électeurs.

Effondrement de l’offre et gaspillage de la rente pétrolière

venezuela maduro rené le honzecL’effondrement de l’offre, accentué par tous les contrôles étatiques, se traduit aussi par une récession et le recul du PIB, déjà supérieur à 4% en 2014, s’est accentué en 2015. Le FMI l’évalue à 10%, car les chiffres officiels ont disparu, pour ne pas faire le jeu de la « guerre économique » que l’opposition et « l’impérialisme américain » mèneraient au pouvoir. « Transparencia internacional » a même, en vain, essayé d’agir en justice pour obtenir la publication des statistiques économiques, au nom de la transparence. Le gouvernement s’est lancé dans une fuite en avant monétaire, prenant totalement le pouvoir à la banque centrale, qui finance ainsi l’incroyable déficit budgétaire (25% du PIB) et les nombreuses entreprises publiques.

Cette dégradation rapide de l’économie a eu lieu en dépit de la rente pétrolière, qui représente 96% des exportations et 25% du PIB. Cette rente a été totalement gaspillée en mesures démagogiques destinées à calmer l’opinion, tandis que le reste de l’économie se délabrait peu à peu.

Mais le pétrole n’a pas empêché le surendettement du pays. Certains mettent en avant la chute des cours du pétrole pour expliquer la débâcle actuelle, mais l’économie était déjà en crise quand le pétrole était au plus haut, et la chute récente n’a fait que révéler le désastre du reste de l’économie, que masquait la rente pétrolière.

Un des pires indices de liberté économique

Cette catastrophe économique est parfaitement illustrée par l’indice de liberté économique publié chaque année par la Fondation Heritage et le Wall Street Journal. Il montre que le Venezuela se situe, pour les libertés économiques, à la 175ème place sur 178 pays ! On ne trouve de pire que le Zimbabwe, Cuba et la Corée du nord, de quoi faire rêver ! La note sur 100 du Venezuela est de 36,4 quand celle du premier pays, Hong Kong, est supérieure à 90. Même la France, pourtant lourdement étatisée, à la 70ème place, a une note presque double, 63,5 !

Remarquons d’ailleurs que le Venezuela n’est pas seul en Amérique latine à être sinistré en matière de libertés économiques, car, outre Cuba, on trouve aussi l’Argentine (168ème), l’Équateur (159ème) et la Bolivie (158ème).

Cet indice mesure en particulier la liberté d’entreprendre et celle des échanges, le poids des impôts et des dépenses publiques, la protection de la propriété ou encore la liberté sur le marché du travail. Indice de libertés pour les notes élevées, il devient donc a contrario un indice de socialisme pour les notes basses. L’effondrement économique des pays du bas du classement, en Amérique latine comme ailleurs, a une cause simple : c’est la conséquence des mesures socialistes d’étatisation mises en place et de la faiblesse de l’état de droit.

La leçon de l’ex-URSS et des pays d’Europe Centrale et Orientale, comme d’autres en Asie ou ailleurs, et la souffrance de leurs populations n’ont donc pas suffi à ouvrir les yeux. Le Venezuela est désormais à la croisée des chemins, car les chavistes feront tout pour rester au pouvoir.

Mais la leçon est claire, une fois de plus : le socialisme est un outil efficace de destruction économique, alors que la liberté est le moteur de la prospérité.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Amérique latine.

Cet article a été publié une première fois le 16 avril 2017.

Voir les commentaires (116)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (116)
  • Ce qui se passe au Venezuela est bien pire que ce qui se passe en Grèce. C’est incroyable qu’il n’y ait toujours pas de guerre civile tant la situation est mauvaise, et il ne semble pas y avoir d’exode massif non plus même si apparemment le nombre de Vénézuéliens aux USA est en forte hausse.

    Le pouvoir vénézuélien ca-t-il tenir longtemps. Avoir les vraies données du chômage serait bien aussi, selon des estimations non officielles il se rapprocherait de 20%.

    • « C’est incroyable qu’il n’y ait toujours pas de guerre civile tant la situation est mauvaise »

      28 000 personnes assassinées rien qu’en 2015. Entre 300 000 et 400 000 morts depuis l’arrivée des chavistes. Excusez du peu.

      • Exactement. Il y a un moment où le taux de meurtres par habitant est suffisamment haut pour qu’on puisse parler de « pays à feu et à sang ». Pour rappel, c’est le Vénézuéla qui a le plus fort taux de meurtres, plus de 90 / 10000 habitants. C’est TRENTE fois le taux des USA.

      • « 28 000 personnes assassinées rien qu’en 2015 » moi, dans mon commentaire, j’ai parlé de 27 000 morts. Le nombre exact de morts tués par homicide n’est pas connu, les statistiques officielles ne sont pas fiables. Quand je mentionne 27 000 morts, c’est une estimation basse, la vérité c’est que c’est (probablement) encore pire. Donc, vous avez raison de mentionner 28 000 morts. A noter que certaines estimations parlent de plus de 30 000 morts en 2015 (les estimations les plus hautes).

        A noter qu’il est important de dire que la criminalité et le nombre de meurtres c’est envolé avec l’arrivée au pouvoir aux chavistes. En effet, si c’était déja comme cela avant, on ne pourrait pas le reprocher aux chavistes mais ce n’est pas le cas.

        Le nombre d’homicides n’est que la partie émergée de l’iceberg de la criminalité: le problème du Vénézuela n’est pas que le nombre de meurtres mais aussi de la criminalité en général. Je crois que la plupart des gens ici n’imaginent pas à quel point il y a de l’insécurité au Vénézuela.

        Il est aussi important de dire que très peu de crimes sont élucidés au Vénézuela. 98 à 99 des meurtres au Vénézuela ne sont pas élucidés. Cela veut dire que les criminels au Vénézuela agissent en toute impunité. Le pire c’est que comme je l’ai dit dans mon autre commentaire, les criminels font souvent parti des forces de sécurité. Les gens ne peuvent pas avoir confiance en la police qui est sans doute la plus grande organisation criminelle au Vénézuela. Dans un état de droit, les criminels n’agissent pas en totale impunité mais bon, le Vénézuela n’a rien d’un état de droit

        • « 98 à 99  » 98 à 99 %

        • Le chiffre est de 27’875 morts violentes pour 2015

          • Certes. c’est le chiffre avancé par l’Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), association de défense des droits de l’homme. Si cette ONG fait un excellent travail. Je doute qu’elle puisse comptabiliser touts les meurtres, il ne fait aucun doute qu’elle laisse passer une partie des meurtres de côté. Voilà pourquoi on peut légitiment penser que le chiffre réel est plus élevé.
            Je ne vois pas comment une ONG ou université arriverait à comptabiliser tous les meurtres avec tous les blocages institutionnels existants en réussissant à n’en laisser de côté aucun.
            Les chiffres cités par l’Observatoire vénézuélien de la violence sont de loin les plus fiables et les plus complets en la matière mais il fait peu de doute que le chiffre réel est plus élevé

      • @Théo31
        Bonsoir,
        De plus le Vénézuela compte 3 villes dans le top 10 des villes les plus meurtrières du monde, dont Caracas, la capitale, est championne avec 120 homicides pour 100.000 habitants (Maturin en 5ème et Valencia en 7ème).
        Jean Transcen évoque 27875 morts violentes pour l’année 2015, ça fait tout de même 76 par jour !

  • Si au moins tous les gauchistes occidentaux qui encensaient Chavez en son temps pouvaient se remettre en question… Mais non, ils continueront de prôner inlassablement les mêmes idées destructrices d’humanité…

    • Le coup du Venezuela les hantera longtemps je pense.

      • Bien sûr que non.
        Le communisme n’échoue jamais, donc le Venezuela n’est pas communiste, ni même socialiste.
        Il l’était tant que ça tenait encore debout.

        • @ meuh non

          Il est exact qu’une idéologie n’a pas vocation à se remettre en cause: à l’inverse, ce sont « toujours » les autorités qui ne respectent pas assez l’idéologie: ce sont eux, les pervers (et ils le sont souvent! Tous les Soviétiques n’avaient pas une datcha et une voiture pour s’y rendre!).

          Il est donc nécessaire de douter sans cesse et d’évaluer la situation face au projet préalable. Si le résultat n’est pas probant, c’est le projet qu’il faut remettre en cause.

          En cela, le (notre!) libéralisme ne fait pas exception: en France, il est aisé d’être libéral, puisque la population ne l’est pas, ni le pouvoir. la plupart des pays sont plus ou moins libéraux et plus ou moins sociaux. Toute communauté humaine doit « priver » ses citoyens d’un peu de liberté au profit des instances régaliennes, sans quoi la liberté n’existe plus.

          Il y a un risque dans un pays, pas vraiment libéral, de vouloir perfectionner, en théorie, les principes libéraux qui ne risquent pas de se voir contredits par les réalités.

          Il en est de même pour les sciences « exactes »: un principe n’est respecté que si les conditions « standards » le sont aussi, ce qui n’est approché qu’en laboratoire!

          Les principes se veulent lois parfaites, la réalité (essentiellement humaine) est là pour en montrer les failles. Tous les pays à tendance libérale, savent, ont vécu qu’il n’y a pas de principe qui ne trouve ses limites dans la réalité.

          Soyons donc prudents: une communauté humaine doit adapter ses principes, pas ses citoyens, sauf à se retrouvée obligée de faire disparaître ceux qui ne sont pas au diapason!

          • Arrêtez! La Suisse est le seul pays libéral au monde, avec démocratie directe. La France elle en est très loin, proche du socialisme!

            • Je ne comprends pas bien le rapport entre libéralisme et démocratie directe.

              • Disons que ça permet quand même aux individus d’intervenir dans le débat pour par exemple empêcher que ce soit les taxes et impôts qui financent… je sais pas moi… euh les jeux olympiques par exemple…

      • La gauche à soutenu tous les pires régimes et tous les pires crimes commis sans aucune remise en question. Même pour le soutiens au nazisme ils se sont contenté de dire que c’était la faute des gens à droite alors que les nazis étaient d’extrême gauche.
        Rendu là, c’est juste un de plus.

        • @ Bobjack
          Je ne crois pas qu’il faille mélanger la politique et la morale: couler le Rainbow Warrior et tuer un homme était-il moral? Utile politiquement?
          Que fait l’armée française dans 13 endroits du globe: de la morale ou défendre des intérêts? Est-ce moral? Indispensable?
          Croyez-vous franchement que tous les Allemands qui ont suivi Adolphe étaient « d’extrême gauche »? Évidemment non! Mais emporté par les propos d’un tribun, ils ont été amenés à faire des choses où c’est leur force morale qui a refusé, avec des regrets! Même si la stratégie d’Adolphe était logique, politiquement.

          Il est facile d’être libéral dans un pays qui ne l’est pas, en radicalisant ses idées; il est moins facile de devoir composer avec une partie de la population qui ne pense pas comme vous.

        • La gauche n’a pas le monopole de la violence. Les pays capitalistes voilent leurs actes barbares sous couvertures de démocratie.

    • Mais c’est normal parce que si ça n’a pas réussi au Venezuela, c’est parce qu’ils n’en ont pas fait assez ! 😉

      Les socialistes aimeraient bien vivre en théorie, parce qu’en théorie, ça marche toujours !

    • Si un gauchiste était honnête, lui qui pense vivre dans un enfer turbo libéral en Europe, il émigrerait à Cuba ou au Venezuela.
      Evidemment, il ne le fera jamais, parce qu’il sait au fond de lui que son idéologie ne fonctionne pas, et il la souhaite surtout pour les autres, certainement pas pour lui et les siens.

  • Le nouveau ministre de l’économie est un cas. Déja, il n’a pas de diplôme en économie (ce qui passe encore. Bien qu’il n’est pas très intelligent de confier le ministère de l’économie d’un pays ruiné a un mec n’ayant ni connaissance ni expérience sur le sujet) mais surtout, sa méconnaissance de l’économie dépasse tout entendement. Pour lui, l’inflation n’existe pas. La loi de l’offre et de la demande n’existe pas non plus. Ce mec enchaine les déclarations les plus absurdes les unes que les autres. Un tel niveau de bêtise même pour un chaviste dépasse tout entendement. https://dolartoday.com/dios-nos-agarre-confesados-14-ideas-perturbadoras-de-luis-salas-nuevo-ministro-de-economia/

    • Mais il existe aussi des pays où le President croit qu il suffit de demander aux entreprises de créer des emplois pour que les emplois apparaissent ! Et le peuple a voté pour cette lumière!

  • Lors des résultats des élections, Maduro a parlé d’un coup d’état électoral. Non, c’est une pas une blague. Cela vous montre un peu le niveau des chavistes (ces gens sont des débiles).
    Divers leaders chavistes (comme Diosdado Cabello) ont déja dit qu’ils considéraient que le pouvoir n’était pas tenu par l’Assemblée nationale et qu’ils allaient passés outre celui ci.
    Il y a des menaces de mort à peine voilé des chavistes contre leurs opposants (plusieurs d’entre eux ont déja été assassinés, d’autres sont en prison à cause de leurs convictions politiques).

    Il faut quand même le faire pour perdre des élections quand on a la mainmise sur tous les médias, que l’on a emprisonné (ou assassiné) les principales figures de l’opposition, que l’on pratique de l’achat de vote à grande échelle, que l’on possède le cinquième pouvoir (c’est comme cela que l’on appelle le fait de contrôler toutes les règles électorales. Lors des dernières élections, les chavistes avaient perdu en voix mais avaient gagnés en sièges grâce à cela (mettre en place des circoncriptions électorales favorables)), que l’on a des milices para militaires (les colectivos) pour faire régner la terreur,…Pour tant malgré cela, les chavistes ont quand même perdu, cela montre bien à quel point ils sont nuls

  • Même les cubains préfèrent fuir le Vénézuela: http://www.lapatilla.com/site/2015/08/22/un-mil-600-medicos-cubanos-se-largaron-por-malas-condiciones-de-venezuela-a-colombia/ (article datant un peu, il date d’août). Le système de santé vénézuélien est tellement mauvais que les médecins cubains préfèrent fuir.

    • Même les étudiants palestiniens préfèrent repartir en Palestine tant ils se sentent misérables au Venezuela.

    • Beaucoup de médecins cubain ont trouvé le truc du Venezuela ( pétrole vénézuelien gratos en échange de médecins cubains ) pour ensuite se barrer en Floride.

      D.J

  • La base du chavisme c’est le clientélisme poussé à l’extrême. Chavez utilisait les ressources naturelles de son pays pour acheter les électeurs. Alors, normal qu’il ait gagné le référendum. Ajouter à cela que les chavistes contrôlent les médias et vous comprenez leurs succès. Pourquoi l’opposition a gagné les élections législatives ? Parce que le Vénézuela est ruiné. La plupart des gens se rendent compte du désastre du chavisme. De plus, ils ne peuvent pas acheter des électeurs massivement (ils en ont achetés quand même achetés mais bcp moins que d’habitude). On voit le résultat quand ils ne peuvent pas acheter les électeurs: ils perdent. (Je rappelle quand même qu’en 2010, l’opposition s’était retrouvée minoritaire à l’Assemblée, malgré un nombre de voix supérieur car les chavistes contrôlent le pouvoir électoral qui leur permettent de redécouper les circonscriptions électorales et les règles du jeu).

    Hugo Chavez a ruiné son pays, ce qui, pour un pays producteur de beaucoup de pétrole n’est pas une mince prouesse. Il a, faisant à grande échelle ce que d’autres font à plus petite échelle, acheté des millions d’électeurs pour une bouchée de pain. Il a muselé les médias, ce qui permet aux Vénézueliens d’avoir une information encore plus biaisée que les Français (ce qui n’est pas peu dire). Il a confisqué au profit de l’Etat, donc à son profit (la fortune qu’il laisse est colossale) des centaines d’entreprises, ce qui a fait fuir tous les investisseurs éventuels et conduit ceux qui ont pu sauver un peu d’argent à le placer à Miami. Il a installé, sur le modèle cubain de son ami Fidel, des sortes de Comité de défense de la révolution, chargés de la délation dans tous les quartiers et dans tous les immeubles.
    Des armes sont régulièrement distribuées aux partisans du gouvernement , avec très peu de munitions , par peur de la revente de celle-ci mais avoir une arme si vous êtes membres du PSUV ne pose aucun probléme . Certains ne s’y inscrivent que dans ce but .A rappeller que 7/10 des crimes sont commis avec la participation d’au moins un membre des services de sécurité de l’Etat …

    Article expliquant la situation économique du Vénézuela (il date de 2014, la situation s’est encore dégradé): http://www.express.be/business/fr/economy/le-venezuela-en-deroute-economique-serait-il-au-bord-dun-dfaut/208531.htm
    La pauvreté dépasse aujourd’hui le niveau d’avant Chávez : le pourcentage des foyers pauvres a atteint 48,4% en 2014 contre 44% en 1998, année de l’arrivée de Chávez au pouvoir. (Tout cela en se basant sur les chiffres truqués de l’état vénézuélien. En vérité, il y a bcp plus de pauvreté).
    http://www.voanoticias.com/content/venezuela-escasez-colas/2760055.html
    Le taux d’inflation a atteint le chiffre record de 68,5% en 2014 et s’achemine cette année vers les 100%. La pénurie de produits de première nécessité se généralise et oblige les Vénézuéliens dans leur ensemble à passer un total de 35 millions d’heures par semaine à faire la queue à la recherche d’articles dont les prix sont contrôlés par l’État.
    On ne peut plus acheter au Venezuela les besoins de premières nécessités: http://ordrespontane.tumblr.com/post/99566106351/un-litre-de-lait-a-caracas
    http://ordrespontane.tumblr.com/post/99652079331/le-marche-noir-de-cucuta
    Lisez ceci sur les proches de chavez qui se sont enrichis grace à lui: http://www.bloomberg.com/news/2014-08-12/venezuela-sees-chavez-friends-rich-after-his-death-amid-poverty.html

    • J’oublie de parler d’autres indicateurs comme le déficit public est à près de 20% du PIB, 11 milliards d’euros de charge de la dette en 2016,….Ce serait trop long de citer tous les indicateurs montrant la catastrophe au Vénézuela

      « s’achemine cette année vers les 100% » je voulais dire 300 %. Bien sûr, ce n’est qu’une estimation. De plus, comme le dit l’auteur vu que le chiffre n’est pas publié, il est difficile de dire un chiffre avec précision, on ne peut que faire un estimation (cependant, il a suffisamment d’outils pour pouvoir faire des prédictions plus au oins fiables)

    • http://www.cetri.be/Venezuela-Retomber-dans-la (ce site est pourtant fortement marqué à gauche et lié à l’extrême gauche. c’est très rare de voir de gens de gauche radicale reconnaitre le désastre du Vénézuela). C’est ce site qui parle de l’étude sur la pauvreté. Etude auquel on participé des organismes officiels ce qui tends à dire que la réalité est sans doute bien pire

    • 73% des foyers et 76% des Vénézuéliens sont en situation de pauvreté en 2015 (les chiffres que je citais avant c’était pour 2014). https://blogs.mediapart.fr/socializ/blog/231115/venezuela-record-la-pauvrete-atteint-73-des-foyers

    • @astérix
      Bonsoir,
      « Des armes sont régulièrement distribuées aux partisans du gouvernement , avec très peu de munitions , par peur de la revente de celle-ci mais avoir une arme si vous êtes membres du PSUV ne pose aucun probléme . Certains ne s’y inscrivent que dans ce but »
      C’était le même principe pour le parti nazi : seuls les membres du parti pouvaient étaient armés : « Germans who wish to use firearms should join the S.S or the S.A. Ordinary citizens don’t need guns as them having guns doesn’t serve the State » – Heinrich Himmler. (Les Allemands qui désirent utiliser des armes à feu devraient rejoindre les S.A. ou les S.S. Les citoyens ordinaires n’ont besoin d’aucune arme, car les avoir armés ne sert pas l’Etat.)

  • N’oublions pas l’explosion de la criminalité sous le pouvoir chaviste. Le Venezuela est l’un des pays es dangereux au monde. En 2015, il y a eu plus de 27.000 morts par balles. Pratiquement, aucun meurtre n’a été élucidé. Les criminels peuvent agir en toute impunité au Vénézuela. Remercions le chavisme pour cela

  • eh oui …le souvenir de mélenchon vantant toute les succès des « progressistes  » de chavez à la gauche grecque…

    • On peut aussi citer Corbyn, leader du parti travailliste qui loue le chavisme et le Vénézuela chaviste. Aujourd’hui, encore, il refuse de faire un mea culpa sur le Vénézuela. Enfin, venant d’un mec lié au terrorisme islamiste, rien ne m’étonnes.
      On pourrait aussi parler de Podemos qui est fortement inspiré du chavisme

      • Lié aux térrorisme Islamique? Vous pouvez développer?

        •  » Lié aux térrorisme Islamique? Vous pouvez développer?  »

          Le Hezbollah est un allié du régime vénézuélien.

          D.J

          • Je parlais de Corbyn pas du Vénézuela mais vous avez raison

          • Le Hezbollah n’est pas un groupe terroriste. Il a été fondé pour défendre le Liban contre Israël. Et avec succès. Le Hezbollah offre des services que le gouvernement libanais n’est pas capable d’offrir à tous ces citoyens (écoles, ramssage des ordures, recontruction de maison détruite par l’armée israélienne).

            • Dans le fond, le Hezbollah applique le Libéralisme. 😛

              Comme le gouvernement n’assure pas la protection de ses concitoyens contre les aggressions israéliennes, le Hezbollah a décidé de s’y mettre. Une armée privée qui défend les intérêts du pays. Sans compter les services sociaux offert.

              • Comme travestir l’histoire. En quoi en Syrie ils luttent contre Israel ? Et qu’est ce qu’ils font au Yémen ? Votre haine contre Israel vous aveugle. L’idéologie totalitaire islamiste du Hezbollah est contraire du libéralisme

            • Le Hezbollah est bien une organisation terroriste. Ce sont des islamistes certes chiites mais ne valant guère mieux que les sunnites. Ils sont antisémites (ils adorent faire le salut nazi). Ils ne luttent pas contre Israel ils veulent détruire Israel c’est une nuance très importante. Le Hezbollah est responsable de la mort de 58 parachutistes français. Honte à vous de nier la nature terroriste de l’organisation. Le Hezbollah ne se contente pas d’attaquer l’état d’Israel mais veut tuer tous les citoyens d’Israel comme le rappelle l’Attentat de Bourgas en Buglarie en 2012.
              Le Hezbollah offre des services aux chiites c’est vrai mais cela ne change en rien sa nature terroriste. Ce n’est pas la première organisation terroriste à offrir des services dans les territoires qu’ils contrôlent. L’EI offre aussi des services dans les territoires que l’EI contrôle. Cela ne change rien sa nature terroriste.

        • Il est lié à des organisations terroristes (hamas, hezbollah) et aux milieux négationnistes (niant la shoah) et complotistes (niant le fait que le 11 septembre soit dû à Al Qaeda).
          Je suis étonné que seul la presse britannique en parle (et que les médias internationaux taisent une tel information).
          D’ailleurs, récemment, il a envoyé une lettre à un juge (pratique qui se fait en GB) pour demander la libération de voleurs qui volaient…..au profit de l’état islamique

          • Un peu comme en France avec tout le milieu d’extrême gauche qui achète les voix des islamistes. Meme Valls l’a dénoncé par le mot « islamo-gauchisme », c’est pour dire …

  • Je suis d’accord avec cette analyse.
    Néanmoins, pour être juste, il faudrait aussi parler de la situation dans laquelle Chavez a repris le pays.

  • Le Vénézuela détient le record de l’inflation: http://www.el-nacional.com/economia/Inflacion-cerro_0_769123206.html
    270,7% en 2015. Aucun autre pays ne fait mieux

  • Un excellent article au sujet de la sécurité au Vénézuela: http://www.inhesj.fr/sites/default/files/cs27_28_vasquez_lezama_weinberger.pdf

    Entre 2002 et 2012, le taux de mortalité toute cause confondue a augmenté de 30 % au Vénézuela d’après les chiffres officiels.

  • En 1999, lorsque Chávez s’empara du pouvoir, la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne, la PDVSA, avait 51 000 employés et produisait 63 barils de pétrole brut par jour et par employé. Quinze ans plus tard, la PDVSA compte 140 000 employés et produit 20 barils de pétrole brut par jour et par employé. Aujourd’hui, d’exportateur, le Venezuela est devenu importateur de pétrole. http://af.reuters.com/article/algeriaNews/idAFL5N0R33EC20140902

    La dette de PDVSA approcherait 114 milliards de dollars (105 milliards d’euros). Il faut bien comprendre que PDVSA est le bras armé du clientélisme chaviste. PDVSA mène de nombreux  » programmes sociaux » (c’est surtout de l’achat de votes ) au détriment de ses investissements pétroliers.

    Je ne parle même pas des détournements de fonds au profit de proches du pouvoir chaviste.

  • Histoire classique.
    Le pouvoir peut être pris de différente façon, dont la voie électorale, mais après, c’est une autre chanson qui commence. Et si acheter des électeurs ne suffit plus et bien … on se passera des électeurs.
    N’attendez pas autre chose de Maduro que ce qu’on à vu partout et toujours. C’est déjà une dictature, alors un peu plus un peu moins … D’ailleurs il l’annonce sans scrupules.

    Ce qui se passera ensuite n’est pas écrit. Trajectoire cubaine ? argentine ? chilienne ?

  • Normalement on ne devrait plus évoquer l’économie socialiste quand on parle d’économie sinistrée tellement que les deux sont intrinsèques.

    D.J

  • Selon Forbes, le Vénézuela serait en défaut imminent. Le Vénézuela risque fort de faire faillite en 2016. http://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2016/01/20/venezuela-default-imminent-chavez-legacy-rests-in-pieces/#630f3174208f
    (P.S le chiffre de l’inflation cité ici dans cet article de Forbes est celui de la banque centrale vénézuélienne, chiffre considéré comme non fiable et largement sous évalué par tous les experts sur le sujet).

    • Depuis 2009, la Chine a prêté 60 milliards USD au Venezuela. Le défaut de paiement est inévitable à terme pour bcp d’experts

    • Sans nouvelle aide chinoise, le Vénézuela sera en défaut de payement d’ici la fin de cette année. Donc, tout va dépendre de l’attitude de la Chine

  • Taux de change sur le marché noir à 1000 bolivars / USD.
    Taux de change officiel à 6,3 bolivars / USD.
    Succès du chavisme.

  • Le Venezuela importeaujourd’hui 550’000 barrils de brut de pétrole des USA (alors qu’à la base, ce pays possède parmi les plus grandes ressources de pétrole au monde). http://atodomomento.com/pdvsa-importo-un-embarque-de-550-000-barriles-de-crudo-de-estados-unidos/
    Vive la réussite du chavisme

  • Comme tout bon pays socialiste, le vénézuela est confronté à une fuite des cerveaux qui mine le pays: http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/91210/la-fuite-des-cerveaux-fragilise-le-venezuela.html
    les entrepreneurs et les vénézuéliens les plus diplômés et les plus dynamiques ont fui le pays

  • Venezuela: Merentes directeur de la BCV et le calcul… 7×7=36…pas étonnant que tout aille mal!

  • Au Venezuela, environ 300 milliards $ des fonds de la République vénézuélienne ont été volés, donnés à leurs amis, par Chavez et Maduro en 17 ans. Cela s’est l’estimation la plus basse. Certaines estimations parlent de plus de 600 milliards $.

    Rosines Chavez(fille du dictateur) vit dans un appartement de luxe valant plus de 5 millions d’euros dans Trocadéro à Paris avec l’argent volé en provenance du Venezuela par son père.
    Rosines, c’est sa fille qui posait avec une liasse de billets: https://pbs.twimg.com/media/CachRfMWcAAXrAD.jpg:large

  • Le salaire moyen au Vénézuela c’est 9,41$ soit 9648,16 bolos fuertes. Le prix d’une boîte de thon au Venezuela est 736 VEF, avec le salaire moyen , on peut donc acheter 13 boîtes de thon au Vénézuela avec le salaire moyen.

  • 180,5%, l’inflation officielle au Venezuela en 2015, un record mondial. Il est clair que les chiffres officiels sont truqués et que la réalité est encore pire (à savoir une inflation à plus de 270 % en 2015).
    http://www.latribune.fr/economie/international/180-5-l-inflation-officielle-au-venezuela-en-2015-un-record-mondial-552074.html

  • Ce qui me sidère le plus dans le cas du Vénézuéla c’est que la population ne s’est pas encore révoltée. Les dirigeants politiques dans l’opposition sont remarquablement modérés et légalistes. Ils essaient de reprendre le pouvoir par des moyens juridiques. C’est une stratégie prudente, mais pour combien de temps?

    • Que peuvent t ils faire les chavistes ont fait attention à soigner l’armée. Les généraux sont devenus très riches grâce aux chavistes. Ils sont les premiers à profiter des largesses du pouvoir quand le reste de la population crève de faim. En cas de guerre civile, l’armée soutiendra les chavistes.

    • D’ailleurs, les généraux de l’armée vénézuélienne pratiquent le narcotrafic. De même les responsables de la police vénézuélienne dirigent le crime organisé. Vous croyez réellement qu’ils ont envie de changer de pouvoir. Ils risqueraient de ne plus pouvoir faire du trafic de drogue.

  • je ne pense pas…ils ont la capacité de faire une « la » part des choses, pour des idéologues, l’arrivée et le maintien au pouvoir priment , les idéologues sont avant tout des narcisses avides de pouvoir. melenchon applaudit des arrivées au pouvoir, il ne fait pas vraiment de bilan du gouvernement, c’est secondaire. Melenchon peut tout promettre.
    Le programme tout entier c’est le peuple au pouvoir, et melenchon c’est le peuple.
    On pourrait réfléchir sur la notion d’arriver au pouvoir…pouvoir de faire quoi?

  • en conclusion :
    la France sera le venezuela
    si mélenchon est élu
    mélanchon égal chavez
    quelle agitation! c pitoyable

    c triste pour le vénezuela
    mais noys sommes Français avant tout.

    • Vous semblez penser que le programme venezuélien appliqué à la France aurait un effet différent ? lol

      « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » Einstein, qui a dit aussi, qui s’applique ici plus ou moins :

      « L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves. »
      « Nous aurons le destin que nous aurons mérité. »
      « La politique c’est éphémère mais une équation est éternelle. »
      « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »

      • Le programme de JLM est néfaste mais c’est pas au niveau du socialisme bolivarien qui est aussi identitaire.

        • @ Indivisible

          J.L.Mélenchon a un pouvoir: celui de tous les tribuns: il harangue les foules, les couvre de promesses irréalistes mais dont il dit qu’il les réalisera en « dépeçant » le pouvoir de l’Union Européenne (dont il est député « absent », probablement!) les « patrons » (évidemment « rentiers riches » « exploitant honteusement » les « travailleurs » et « planquant » leur « magot » dans des « paradis fiscaux »: il leu fera « rendre gorge »). Lui-même n’est pas le plus pauvre des candidats et il gagne pas loin de 10 000€ par mois qu’il ne partage avec aucun parti!

          Donc il veut le pouvoir avec sa seule « industrie »: ses mots, ses phrases, ses discours, « produits » avec sa « grande gue… ». En cela, il est aussi dangereux que M.Le Pen, « de l’autre côté », paraît-il?

          Ch.De Gaulle utilisait les mêmes « armes » mais lui, avait une intégrité morale personnelle, et une « vision à long terme » pour son pays: avec son « vrai » métier de soldat, refusant les étoiles supplémentaires sur son képi, payant son électricité privée à l’Élysée, il ne craignait pourtant pas de se salir les mains si c’était nécessaire pour son but franchement « national » (Algérie): lui a rendu de la « grandeur » à son pays, quitte à se faire critiquer. Opposé à la démocratie représentative (députés « godillots »), il pratiquait le référendum, abandonné depuis 2005. Et désavoué, il a quitté l’Élysée en moins de 12 heures, pour ne jamais revenir. C’était un « dictateur démocratique »: ses successeurs (sauf G.Pompidou) n’ont jamais été dignes de sa succession et de sa constitution, « coupée sur mesures »!

          J.L.Mélenchon, député (« absent ») de l’Union Européenne restera un « tribun » mal élevé, bêtement avide de pouvoir mais sans vision pour la France qu’il va sans doute ruiner un peu plus! Il me dégoûte, tout simplement et sa remontée dans les sondages commence à m’inquiéter pour vous! Hors Fr.Fillon, malgré les « affaires » (+/- artificielles?), il n’y a, me semble-t-il, personne d’autre pour vous « sauver » car la France en est là!

          (Même si J.Lassale a toute ma sympathie! À cause de son réalisme, son humour, son auto-considération relative et de son pragmatisme: avec cet homme-là, on peut parler. Avec J.L.Mélenchon, non! Il n’aura que sa doctrine – ou ses intérêts personnels – à imposer: au delà, c’est le conflit! Il n’a pas quitté le P.S. sans raison!)

          • Je n’ai aucune sympathie pour Mélanchon. Je faisais remarquer que le contexte de la France n’est pas celui du Vénézuela avant Chavez donc que les comparaisons sont hasardeuses. D’ailleurs JLM ne passera pas le 1er tour compte tenu de notre expérience de nation occidentale développée. C’est juste une affirmation provisoire de mécontentement.

            • C’est mélenchon lui-même qui a dit s’inspirer du chavisme. Les partisans de mélenchon doivent arrêter de pleurer. Rien n’a obligé leur leader à vanter pendant des années le chavisme et à dire que le Venezuela était un modèle. Alors bien sûr qu’il y a des différences entre Melenchon et chavez et entre le Venezuela et la France mais on a quand même le droit de rappeler où en est le modèle de Melenchon.

            • « LM ne passera pas le 1er tour  » J’en suis pas si sûr. J’ai l’impression que tôt ou tard la France sera dirigé par un extrême (que ce soit MLP ou Mélenchon). D’ailleurs, il me semble qu’il y a une stratégie délibéré de la part de Macron de faire des extrêmes ces seuls opposants cette stratégie est extrêmement dangereuse. Un jour, cela va mener un extrême au pouvoir.
              Ce n’est pas parce que l’on est une nation développé que les électeurs votent intelligemment. Regardez ce qui s’est passé en GB le nombre de gens ayant voté pour Corbyn qui est un extrêmiste guère mieux que Mélenchon (et même pire dans le sens où il y a des liens avérés avec des organisations terroristes tel l’IRA, le Hamas, le Hezbollah). La nullité de l’élite politique traditionnelle explique en partie cette attirance pour les extrêmes (May en GB est ultra nulle, les premiers pas de Macron promettent rien de bon).
              Il ne faut jamais dire jamais

    • La France n’a pas d ressources naturelles contrairement au Venezuela. Mais le programme de Mélenchon est totalement irréaliste et ruinerait la France. Ce qui est pitoyable c’est croire aux vieilles recettes qui ont toujours échoué partout. Un âne ne trébuche jamais deux fois sur la même pierre mais l’extrême gauche si.
      Mélenchon a peut être une communication très moderne sur le fonds son programme est arriéré et comprends toujours les mêmes délires d’extrême gauche. Je plains les gauchistes tous leurs modèles finissent toujours par s’effondrer et bien sûr c’st jamais à cause de leur idéologie. Sûrement un complot américano sioniste.
      Ce qui est pitoyable c’est de fantasmer sur les dictateurs et autocrates car on constate que Mélenchon et je parle pas seulement du Venezuela mais aussi de la Russie, de Cuba,…a une profonde admiration pour les régimes dictatoriales et autocratiques. Ce qui en dit long sur le personnage.
      Les gens comme Mélenchon sont les pires: ce sont des extrémistes qui arrivent à dissimuler leurs vrais visages. Mélenchon est un très bon tribun et un excellent communicant mais sur le fonds c’est un extrémiste.
      Manifestement, les gauchistes Français ont une mémoire assez courte ils oublient ce qui s’est passer en 81 avec Mitterand: cela a été un échec total à tel point que Mitterand a dû faire marche arrière. Les délires de Mitterand ont coûté très cher à la France, il a explosé la dette francaise.
      Marrant, Mélenchon n’aimes pas les riches mais admire des dirigeants devenus milliardaires en volant leur peuple: Castro et Chavez. Les deux étaient milliardaires et vivaient dans le luxe. Petit rappel dans le scandale du swiss leaks, les trois pays les plus concernés étaient: 1 la suisse 2 la GB et 3 le Venezuela (et comme par hasard il s’agissait de chavistes).
      Dans la logique de Mélenchon, être riche en ayant créé des richesses c’est immoral mais être riche en ayant pillé son propre pays c’est très moral. Drôle de logique.
      On pourrait aussi parler de Poutine. Comme par hasard, les proches de Poutine sont devenus très riches depuis qu’il est au pouvoir. Il y a clairement eu un pillage de la russie au profit des proches de Poutine et cela ne dérange pas Mélenchon.

    • Mélenchon est un propagandiste des régimes dictatoriaux. Recoit t il de l’argent pour faire leur propagande ou c’est juste que les dictatures le font bandé ?

  • Classement heritage.org de la liberté économique : http://www.heritage.org/index/ranking
    Tout en haut, des pays comme l’Australie, la Suisse, le Canada,
    Tout en bas, les pays vers lesquels veut nous entrainer Melenchon: Bolivie, Cuba, Venezuela
    Au milieu, la France.
    Il ne vous reste plus qu’à choisir de quel côté vous voulez aller, mais prenez le temps de vous renseigner un peu sur les conditions de vie dans chacun de ces groupes, car je crois que tout le monde ne l’a pas fait…

  • Il n’est pas nécessaire d’être un fanatique de l’objectivisme pour constater que le socialisme ne « marche » jamais en tant que doctrine socio-économique: Ses « directives « souvent inspirées de Keynes conduisent plus souvent à la paupérisation des masses qu’à l’amélioration de leur sort: Quand on y ajoute une pincée de marxisme ( qui était pour Boukharine qu’une étape vers le socialisme )on se retrouve avec une dictature à la Maduro

    • Je pense qu’il faut faire une différence entre Keynes et les keynésiens. Je ne suis pas du tout sûr que keynes aurait été d’accord avec les keynésiens. Je rappelle quand même que Keynes a fortement critiqué le socialisme. Donc, on peut considérer comme incohérent pour un socialiste de se revendiquer de Keynes. http://www.contrepoints.org/2012/12/15/108025-john-maynard-keynes-contre-le-socialisme
      Mais bon comme je disais difficile de savoir ce que pensait Keynes étant donné qu’il changeait constamment d’avis. http://www.contrepoints.org/2013/07/13/130634-john-maynard-keynes-change-davis-mais Comme disait Churchill, si vous mettez deux économistes dans une pièce, vous aurez deux avis différents. À moins que l’un d’entre eux ne soit Lord Keynes, auquel cas vous aurez trois avis différents.
      Il est vrai qu’en 1926, l’économiste Keynes, dans une lettre ouverte au ministre français des Finances de l’époque, estimait impossible que les prélèvements publics puissent dépasser 25 % du revenu national.
      Je pense que les keynésiens ont déformé la pensée de Keynes. http://www.contrepoints.org/2012/05/24/84368-rvisez-votre-keynes http://www.hayek.ufm.edu/index.php?title=Leo_Rosten_Part_II

      Je vous conseille de lire: » Where Keynes Went Wrong » d’Hunter Lewis qui réfute les idées de Keynes.
      Il y plusieurs choses à observer relativement à Keynes et à ses idées. Premièrement, il présente ses idées sans aucun support concret (données, études, exemples). Ses théories ne sont que des intuitions, voire des croyances. Il les présente de façon « opaque », sans préciser d’ordres de grandeur (par exemple, quel est supposé être le taux de chômage du plein emploi?). Deuxièmement, il a souvent changé d’idée durant sa vie (le livre de Lewis présente plusieurs exemple de cela). Troisièmement, Keynes était un excellent orateur et débateur. Cela lui a permis de convaincre beaucoup de gens et d’obtenir beaucoup d’attention médiatique, de laquelle il raffolait au plus haut point. C’était par contre un piètre écrivain. Quatrièmement, Keynes se considérait comme faisant partie de « l’élite bourgeoise »; c’est sans doute pour cette raison qu’il rejettait le communisme (où tout le monde est égal). Par contre, Keynes a mentionné dans la préface de la version allemande de The General Theory (distribuée sous le régime Nazi) que ses idées seraient beaucoup plus faciles à appliquer sous un régime totalitaire (comme celui d’Hitler). Ça en dit long sur les fondements du keynesiannisme et les implications de cette idéologie pour la liberté des individus…
      Les théories de Keynes plaisent aux politiciens, parce qu’elles leur permettent de dépenser à leur guise au nom de la stimulation économique et d’avoir l’air d’un héro lorsque la reprise économique finit par se pointer. Comme les politiciens adorent dépenser notre argent, il est normal qu’ils aient accordé autant d’importance à Keynes. Le keynesiannisme justifie l’existence de gros gouvernements financés par des taxes élévées et de l’inflation.

  • Mélenchon chercherait-il à s’enrichir autant que Castro et Chavez? Ce qui expliquerait l’admiration qu’il porte à ses escrocs!

    • @ Virgile
      Il n’y a pas de vraie différence entre les « fous de pouvoir » et les « fous de l’argent », je crois.

      L’argent est un pouvoir de substitution quand on ne parvient pas au pouvoir.

      Ce sont 2 « drogues dures » et ceux qui en sont atteints devraient se soigner, psychiatriquement parlant: il n’est pas « normal » de vouloir être « président de la république » qui affiche « Liberté, égalité, fraternité », les 3 à acquérir, bien sûr!

      Pour l’argent, il faut le gagner (méthode au choix), la présidence, il faut la conquérir et s’en emparer pour devenir un de ces derniers monarques (provisoires) européens, avec V.Poutine, R.T.Erdogan ou V.Orban (qui d’autre? Le Prince de Monaco? Le Prince du Liechenstein? Les co-princes d’Andorre?). En cela, on ne peut pas dire la France totalement démocratique, le président ayant des prérogatives réservées (contrairement aux « vrais » Monarques héréditaires, tous soumis au parlement, au moins).

      • En fait ils veulent le pouvoir pour l’argent, et le sentiment de puissance qu’il donne. Castro et Chavez ont amassé une énorme fortune en pillant leur pays.

  • « le socialisme est un outil efficace de destruction économique, alors que la liberté est le moteur de la prospérité. » Vous délirez complètement, ce sont Chavez, et ensuite Maduro, qui sont des mauvais hommes, qui une fois de plus ne pensent qu’à leur gueule. Le socialisme n’a rien à voir là-dedans car ils ne sont pas socialistes, ils prétendent juste l’être.

    • Toujours la même regain chez les socialistes: ils admirent un pays puis quand celui ci est ruiné et qu’ils ne peuvent plus nier son échec, ils disent que ce pays n’a pas pratiqué de socialisme. Il y a eu un nombre innombrable de pays socialistes et cela a toujours donné le même résultat. Quand l’économie d’un pays est totalement contrôlé par l’état, inévitablement les dirigeants de ce pays profiteront de leur contrôle sur l’économie pour s’enrichir eux mêmes. Dans toutes les dictatures communistes, les dirigeants étaient riches. Il y avait d’un côté: les dirigeants riches et de l’autre le reste de la population crevant de faim. Ce n’est pas quelque chose propre au Venezula mais à tous les pays pratiquant cette idéologie. Posez vous la question pourquoi. Pourquoi dans ce genre d pays systématiquement les dirigeants s’enrichissent à leur profit ?
      C’est assez simple. C’est de la psychologie humaine. Les dirigeants de l’état auront toujours tendance à utiliser l’état à leurs fins. On ne peut rien y changer cela sera toujours comme cela. Voilà pourquoi plus l’état intervient dans l’économie plus il y a de corruption.
      Les socialistes n’ont toujours pas compris ceci: les gens contrôlant l’état (politiciens et hauts fonctionnaires) n’agissent pas uniquement dans l’intérêt général mais aussi dans leurs intérêts. Il est faux de croire que l’état défends toujours l’intérêt général.

    • Si le Venezuela n’est pas socialiste pourquoi les socialistes ont tant admiré ce pays pendant des années ? Pourquoi Chavez a été l’idole de la gauche ? Et venez pas m’expliquer que ce n’est pas vrai car connaissant le pays, je savais que le chavisme était un échec. Pourtant dès que je le disais aux gauchistes, ils m’insultaient d’être un propagandiste américain. Et avant le Venezuela, il y a eu par le passé d’autres pays servant le modèle à la gauche: l’URSS,…C’est toujours le même scénario. Les gauchistes disent que leur pays est une réussite (alors que c’est faux. Le plus souvent les statistiques prouvant la réussite de ces pays sont des chiffres truquées). Puis vient un moment où la situation est tellement désastreuse qu’ils ne peuvent plus nier l’échec de ces pays. Soit ils cherchent un bouc émissaire (complot américano sioniste) soit ils disent que le pays n’a pas pratiqué de vrai socialisme.
      Si on vous écoute les socialistes européens ne savent pas ce qu’est un pays socialiste et ce qu’est un dirigeant socialiste.

      Plus l’état intervient dans l’économie plus il y a de corruption.

    • l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (LR et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérêts, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richesses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

      Bastiat a très bien défini ce qu’est l’état: L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même ; et alors que fait-on ? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. »

      Comme la France est très réglementé, il y a énormément de capitalisme de connivence. Surtout qu’en France, les hauts fonctionnaires/ politiciens ont fait les mêmes écoles que ceux qui dirigent les entreprises du CAC 40

      Quand l’état intervient dans l’économie, inexorablement il y a du capitalisme de connivence. Le capitalisme de connivence c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption(au sens large du terme), soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. Aujourd’hui, il est clair que les états soutiennent les grosses multinationales (à commencer par les banques). Le capitalisme de connivence ne découle en rien du libéralisme économique mais de l’interventionnisme économique. On ne peut pas dire clairement que les multinationales possèdent les politiciens ou inversement que les politiciens possèdent les multinationales, ce n’est pas clair. Il y a une connivence entre les deux. Pas l’un qui dirige l’autre. Voilà une courte (et excellente) vidéo expliquant de manière très simple en quoi la réglementation étatique est mauvaise et avantage les grosses entreprises: https://www.youtube.com/watch?v=jhbWFx5OxfU

    • Le socialisme n’a jamais fonctionné. L’une des raisons est d’ailleurs contenu dans votre commentaire: le socialisme ne peut pas marché car l’humain est imparfait.
      L’état sera toujours sous le contrôle d’être humains imparfaits. Des études ont montré que les gens au pouvoir ont tendance à en abuser. Ce n’est pas une question de bien ou de mal c’est juste de la psychologie humaine. Au Venezuela, les chavistes contrôlaient les plus grandes réserves de pétrole au monde. Dur de ne pas en profiter

    • Ce n’st pas pour rien aussi que dans les pays dictatoriaux ou autocratiques (comme l’est le venezuela chaviste), il y a beaucoup plus de corruption et de pillage de richesses que dans une démocratie parce que dans ce genre de systmèe, il n’y a pas de contre pouvoir alors que dans la démocratie, il existe des contre pouvoirs et surtout, un parti n’a pas le monopole du pouvoir politique dans une démocratie. Or, toute force (politique ou économique) en situation de monopole abuse systématiquement de ce monopole. En démocratie, il y a une concurrence. Ceci dit les hommes politiques en démocratie sont loin d’être épargnés par la corruption tout simplement que quiconque au pouvoir aura une tentation.
      Le seul moyen de lutter efficacement contre la corruption c’est de limiter l’intervention de l’état dans le domaine de l’économie

    • Le socialisme est basé sur le vol des richessses. Rien d’étonnant que les socialistes en profitent pour s’en mettre dans la poche. Soi disant les socialistes volent les riches ( riches pour les socialistes ça comprends aussi les classes moyennes ce qu’ils évitent soigneusement de dire) pour redonner aux pauvres. Le problème de cette logique c’est que l’on détruit les richesses. On incite les gens à ne pas s’enrichir, on transforme les pauvres en assistés au lieu de les inciter à devenir plus riches. Et puis taxer les riches n’est jamais suffisant alors on taxe les classes moyennes. Au final c’est elles qui payent le plus. Lors de ce vol des richessses les socialistes ont la fâcheuse habitude à se servir au passage. Redistribuer les richesses n’est qu’un euphémisme pour dire voler les richesses pour financer ses électeurs et se servir au passage.
      L’une des principales causes de la montée des inégalités dans les pays riches s’est l’immigration. Des études ont déjà montré notamment en Suède que sans l’immigration il n’y a pas de montée des inégalités. Alors franchement quel logique il y a prôné une immigration massive et a s’offusquer d’une montée des inégalités. C’est absurde. Pour moi, la lutte contre les inégalités n’est qu’un prétexte pour prôner la haine des riches. Le socialisme est motivé par l’envie et la jalousie. Les socialistes sont jaloux des riches. Marrant les socialistes préfèrent lutter contre les inégalités que contre la pauvreté. Les inégalités sont plus intolérable que la pauvreté. Vu que les socialistes ne savent pas comment régler le problème de la pauvreté ils préfèrent s’occuper des inégalités quitte à créer plus de pauvreté.

    • Toujours la même rengaine pour justifier l’échec lamentable d’une idéologie inepte! C’est le socialisme le problème! Ce sont les entrepreneurs qui créent les richesses et les emplois, pas l’état ni les politiciens. Ils ne peuvent le faire qu’avec des capitaux et donc le capitalisme!

  • Bonjour
    Akashi a mentionné « C’est incroyable qu’il n’y ait toujours pas de guerre civile tant la situation est mauvaise ». En fait, ça vient doucement:
    http://www.talcualdigital.com/Nota/141667/maduro-ordena-que-se-le-entreguen-fusiles-a-los-milicianos
    Cordialement

  • Pour éviter toute erreur d’interprétation ou toute critique inutile concernant des données déjà anciennes, je précise que cet article, repris ce jour par Contrepoints , que je remercie de l’avoir relayé, a été publié le 18 janvier 2016 sur @IREF . Il ne contient donc pas de données ultérieures, mais, depuis, la situation s’est encore aggravée, économiquement, socialement et politiquement, ce qui ne retire donc rien, au contraire, à la pertinence de l’analyse!

  • Il y a un seul mot à bannir quand on parle de politique: vérité
    Maintenant je me garderai bien d’avoir une opinion sur ce qui se passe là bas si près des USA avec sa CIA, NSA et autres officines occultes
    Si seulement les vénézuéliens pouvaient régler leurs pbs internes sans intervention des seuls et uniques représentants planétaires du  » bien « 

    • Il faut arrêter avec le complot américain. La situation du Venezuela a été causé par le chavisme. Ce qui a causé le désastre au Venezuela c’est le socialisme (nationalisations, contrôle de change, destruction de l’économie de marché,…). Ces politiques ont toujours mené au même résultat (pénuries, effondrement économique,…) et le Venezuela est le dernier exemple
      La situation des USA a bien changé ces dernières décennies. Avant l’Amérique latine était la basse cour des USa ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Manifestement, vous n’êtes pas au courant que l’opposition au chavisme aujourd’hui dépasse de loin le camp de la droite, il comprends aussi la gauche modérée et même l’extrême gauche (communistes, anarchistes,…). Selon vous, l’extrême gauche vénézuélienne est le pion du Vénézuéla ? Aujourd’hui, beaucoup d’électeurs chavistes ont aujourd’hui rejoint l’opposition. Pourquoi ? Les chavistes ont plus d’argent pour les payer et en plus, ils voient la situation catastrophique de leur pays. Ils sont confronté à la faim, aux pénuries,…ce qui les pousse à s’opposer au pouvoir en place. Même chez les chavistes, il y a des défections. Certains chavistes s’opposent au pouvoir en place parce qu’ils voient le désastre de la situation et que le pouvoir devient dictatorial (l’exemple le plus connu c’est la procureure générale).
      Marrant de parler de l’ingérence des USA, on pourrait parler de l’ingérence de la Russie, de la Chine, de Cuba, des FARC,…en faveur des chavistes. Là bien sûr ce n’est pas scandaleux. Quand le pouvoir en place recrute d’anciens farc pour attaquer les opposants. Sans un pays comme la Chine, le pouvoir en place se serait écroulé depuis longtemps.
      Bien que les chavistes tiennent des discours anti américain, ils n’ont jamais hésité à faire des affaires avec les USA. Les USa sont d’ailleurs leurs premiers partenaires commerciaux. D’ailleurs, aujourd’hui, le Venezuela est obligé d’importer 550’000 barrils de brut de pétrole des USA (alors qu’à la base, ce pays possède parmi les plus grandes ressources de pétrole au monde). http://atodomomento.com/pdvsa-importo-un-embarque-de-550-000-barriles-de-crudo-de-estados-unidos/
      Le pétrole vénézuélien est raffiné au Texas. Une bonne partie des revenus du Venezuela viennent des USA (PDVSA est par exemple propriétaire d’une chaine de stations service aux USA). Aujourd’hui, le Venezuela tient justement grâce aux USA. Je m’explique: aujourd’hui, personne ne veut prêter à l’état vénézuélien car il est clair que la situation économique est trop mauvaise. Donc, les chavistes ont mis en place un montage financier est simple : PDVSA (compagnie nationale de pétrole) emprunte en USD sur le marché américain via sa filiale Citgo Petroleum Corporation. Comme les obligations émises sont en droit américain, et non en droit vénézuélien, ce qui offre des voies de recours plus aisées pour les investisseurs en cas de non-paiement, les taux d’emprunt sont plus abordables. Les montants levés sont transférés ensuite à PDVSA et permettent de financer le budget de l’Etat.
      N’oublions pas que les dirigeants chavistes ont des villas à Miami et que les enfants des dirigeants chavistes sont envoyés dans des universités américaines. Quelle hypocrisie de se prétendre anti américain et dans le même temps acheter des villas aux USA et envoyer ces enfants là bas.

    • Ben oui laissons les chavistes massacrer leur peuple n’intervenons pas. C’est d’autant plus marrant de critiquer les USA pour leur interventionniste alors que je vous rappelle qu’à l’époque de Chavez, le Venezuela n’hésitait pas à pratiquer de l’impérialisme et à s’ingérer dans les affaires intérieurs des autres pays pour promouvoir leur idéologie ? Chavez préférait développer l’extrême gauche dans les autres pays plutôt que d’aider leur propre peuple. Chavez avait un drôle sens des priorités (car si la situation économique n’était pas aussi catastrophique qu’aujourd’hui, la situation économique était déjà mauvaise à l’époque de Chavez).

  • Le bolivar vénézuélien vaut désormais moins que la monnaie de «World of Warcraft»
    http://www.slate.fr/story/149373/bolivar-venezuelien-monnaie-world-warcraft

  • La Méluche peut être rassurée, le coup d’état n’aurait pas réussi.
    🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles