Retraites : l’augmentation minime sera vite gommée

Que cache l’opération visant à relever les retraites de 0,8% ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
[cp_donation]

Retraites : l’augmentation minime sera vite gommée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 septembre 2017
- A +

Par Jacques Garello.

On vient de leur annoncer une augmentation de 0,8 % du montant de leurs pensions, bloqué depuis trois ans. Voilà de quoi les rassurer doublement : d’une part ils pourront payer le supplément de CSG qui est prévu pour la plupart d’entre eux, d’autre part ils ont la certitude que le système par répartition pourra continuer aussi longtemps qu’ils seront en vie.

La communication, telle qu’on la conçoit maintenant dans les hautes sphères, consiste à faire avaler des couleuvres à des Français qui pourraient avoir le mauvais esprit de critiquer les réformes en marche.

Rassurant pour les retraités

Le relèvement de la CSG avait ému à juste titre les retraités, puisqu’ils sont astreints à cette généreuse contribution, même si des exemptions étaient prévues pour les « petites retraites ».

L’opposition en avait fait d’ailleurs un cheval de bataille – à peu près le seul dans le domaine économique – pendant la campagne des législatives. Le gouvernement vient de rassurer tous les retraités : alors que le montant de leurs pensions (pour le régime général des salariés du privé) était bloqué depuis trois ans, une augmentation de 0,8 % sera appliquée au 1er octobre prochain.

On peut déjà remarquer que l’inflation, même si elle est pour l’instant minime, a été tout de même autour de 1% annuellement, ce qui signifie que le pouvoir d’achat réel des retraités continuera à baisser.

Manne budgétaire de 20 milliards

Bien évidemment, l’incidence sur les pensions de la hausse de la CSG n’est pas prise en compte, elle sera d’ailleurs très variable suivant la situation des foyers fiscaux, le plancher de 14.750 euros en dessus duquel on paiera 1,7 point de CSG ayant été avancé par le gouvernement.

Mais il va bien falloir que quelques-uns contribuent à cette manne budgétaire espérée à 20 milliards d’euros. Évidemment, la justification de cette ponction est la diminution des charges sociales qui pèsent sur les salariés du privé : beaucoup de retraités ne comprennent pas pourquoi ils doivent consentir des sacrifices pour restaurer le pouvoir d’achat des personnes en activité.

Mensonge ridicule

Mais le 0,8 % est un mensonge ridicule quand on sait que dans moins de dix ans la répartition aura explosé, et les pensions seront rapidement et fortement réduites avec ce système stupide et coûteux.

Aujourd’hui les charges sociales sont chez nous les plus élevées d’Europe, c’est bien à cause de la répartition, qui nourrit les pensions des retraités (de plus en plus nombreux, et vivant de plus en plus longtemps) avec les cotisations des actifs (comparativement de moins en moins nombreux et ayant un emploi de plus en plus tardivement).

Il n’est pas dans les intentions de Jean-Paul Delevoye, chargé de la réforme des retraites l’an prochain, d’abandonner la répartition pour introduire la capitalisation, même partielle. On parle d’une « retraite par points » sans préciser si elle sera par répartition ou par capitalisation : autre mensonge.

Dans ces conditions les retraités et futurs retraités ont pris leurs précautions, le nombre de contrats d’assurance-vie est passé de 16 millions à plus de 30 millions. Ceux qui n’ont pas de quoi payer une assurance seront condamnés à l’extrême pauvreté. Quant aux autres ils sont paradoxalement l’objet des attaques de Bercy, qui veut briser les contrats d’assurance-vie et taxer l’épargne des Français encore un peu plus. Voilà donc ce que cache l’opération 0,8 % .

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Je te donne 0,8% et je t’en repique 2%
    A quand une réforme, une vraie réforme du système des retraites ?
    Les suédois ont mis 14 ans, nous nous torchons ça en 3 mois ….

  • 0,8%…sur la retraite de base ,la CSG porte sur toutes les retraites , base et complémentaires…m’étonnerait qu’il y ait une stratégie politique la dedans hors mettre plus de gens au dessus du seuil !

  • « il n’est pas de problème que l’absence de solution ne finit par résoudre » Henri Queuille.

  • Grâce à ce merveilleux système social que le monde entier nous envie, mais que personne n’imite, et aux socialistes, ma pension va augmenter de 10 euros en 5 ans. Youpie!
    Je crois que ce n’est fait que pour qu’il y en ait plus au dessus de 1200 euros!

  • lol et moi qui vient à peine de commencer à cotiser !! et le pire c’est qu’on y est obligé ! Mon investissement risque de ne pas être très rentable ? Mieux vaut en rire qu’en pleurer

    • non seulement il ne sera pas rentable, mais en plus, il n’existera plus avant 20 ou 30 ans.
      donc, si vous commencez seulement à cotiser, pourquoi commencer ? refusez de cotiser et allez dans un pays francophone où les cotisations retraites sont épargnées sur un compte à votre nom.
      ju, ne, vd, ge, vs, fr… vous avez même le choix du canton

  • Les commentaires sont fermés.

[cp_donation color="blue" margin_bottom="10"]
pascal salin
6
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Une chronique de Cécile Philippe. Un article de l’Institut économique Molinari.

S’inspirer de Jean Jaurès pour sauver le système de retraites ?

Oui car le sujet de la retraite a été trop souvent traité sous un angle purement politicien, ce qui contribue à entretenir un statu quo intenable.

Relire Jaurès nous montre qu’on peut être à gauche et défendre la capitalisation.

Il suffit de se replonger dans L’Humanité de 1909. Jaurès y expose comment la capitalisation « en soi est parfaitement acceptable » et peut consti... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l'Institut Molinari

 

L’institut économique Molinari vient de republier quatre textes de Jean Jaurès éclairant le débat sur l’intérêt d’une capitalisation pour tous. Ces articles sont représentatifs du débat sur la capitalisation collective se déroulant dans les colonnes de L’Humanité dans les années 1909 et 1910. Retour sur un moment oublié d’histoire sociale toujours bien actuel, alors que nombre de syndicalistes n’osent pas défendre ouvertement la capitalisation, en dépit des avantages ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles