Bercy : la république du Roi Soleil

A Bercy, le ministère des finances s'est arrêté dans le temps, dans une ode à l'Etat tout puissant.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bercy : la république du Roi Soleil

Publié le 10 septembre 2016
- A +

Par Philippe du Penhoat.

Bercy : la république du Roi Soleil
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

On se souvient que Tocqueville, en écrivant L’Ancien Régime et la Révolution démontrait que cette dernière, loin de renverser l’ordre ancien, a permis d’asseoir définitivement le pouvoir d’État que les rois avaient conquis, le renforçant génération après génération.

À Bercy, même les lieux célèbrent la puissance de l’État !

Ce n’est pas une visite au Ministère des Finances qui infirmerait sa thèse !  L’architecture elle même se fonde sur une symbolique médiévale affirmée par ses auteurs eux-mêmes. De larges douves protègent les habitants du château contre la populace qui envahit périodiquement l’autre Bercy, celui d’en face, celui du sport et des spectacles. Les bâtiments eux-mêmes sont pourvus de meurtrières vitrées là ou l’on s’attendrait à voir de larges fenêtres…

Après un contrôle de sécurité fait par d’authentiques douaniers dans un ancien octroi lui aussi garanti d’origine, on découvre deux longs bâtiments : Vauban, à droite, Colbert à gauche. Colbert, long bâtiment jouxtant les douves, au bout duquel se trouve le prestigieux hôtel des ministres.

Les choses sont dites : l’esprit d’aujourd’hui reste celui de Louis XIV, celui du pré-carré et des forteresses, celui de l’octroi de rentes, de monopoles et de la gestion de l’économie par l’État.

Soyons honnêtes ! Le bâtiment amiral enjambe la rue de Bercy et permet, sans se mélanger aux passants ordinaires, d’accéder à trois autres bâtiments situés le long de la rue de Bercy jusqu’à la gare de Lyon. Leurs noms rappellent d’autres grands serviteurs de la dynastie des rois Bourbons : Sully, Turgot, Necker. Sully, on comprend. Necker aussi, avec un peu de réflexion : un banquier aux idées partageuses et sociales qui écrit « l’éloge de Colbert », on reste dans l’air de notre temps, y compris pour les résultats. Mais Turgot ? Un libéral ! Serait-ce pour prouver que s’en prendre aux rentes et positions acquises pour libérer l’économie conduit tout droit à la sortie ?

Une administration arrêtée dans le temps

Notre administration se serait-elle arrêtée à la révolution ? Pas de Bonaparte, à qui l’on doit l’essentiel des structures de l’État moderne. Mais il est vrai que ce nom est aujourd’hui presque un gros mot. Pas de Jacques Rueff, qui a assaini les fondements de notre cinquième république après avoir servi les précédentes. Joseph Caillaux, homme de gauche, à la vie privée et aux opinions parfois sulfureuses il est vrai, qui a travaillé les questions fiscales et poussé l’impôt progressif sur le revenu a bien plus imprimé la troisième république que Necker le règne de Louis XVI.

Soyons honnêtes, il y a quelques noms du vingtième siècle à Bercy. Une allée Jean Monnet sépare et conduit à Colbert et Vauban. Jean Monnet menant aux hérauts du nationalisme économique et militaire, un comble ! Par ailleurs, entre salles et bureaux B4589 ou D3476, se glissent quelques salles aux noms plus illustres : hall Bérégovoy, salon d’honneur Michel Debré, centre de conférence Pierre Mendès-France. Tous d’après-guerre : ce ne sont plus les 4 ans de Vichy, mais plus d’un siècle et demi qui sont effacés de notre Histoire !

Et ces éléments du XXe ne sont que des sous-ensembles du Grand Siècle ! Décidément, Tocqueville avait raison, lui qui, pourtant, écrivait au XIXe…

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Hélas, tristement vrai.

    Et il est surprenant de voir comment « un président normal » a enfilé avec délices la toge royale, même si elle lui est démesurée, avec sa cohorte de nobliaux haut-fonctionnaires d’Etat tout droit sortis de l’école nationale des ânes, et sans oublier le Figaro de service perpétuel. Au fait, y a-t-il aussi le service protocolaire du leverl de sa Majesté »? pour le « bain de sa Majesté »? pour « l’habit de sa Majesté »? pour le cirage des « chausses de sa Majesté »? etc…etc…

    Heureusement qu’après Louis XVI on en avait fini avec tout ça, enfin, c’est ce qu’on croyait.

  • il y a tellement à manger à cet endroit et aucun moyen de contrôle par le peuple (hormis une grosse émeute).

  • Notez que le bâtiment de Bercy a osé ce qu’aucun roi de France ne s’était permis pour son propre palais : écraser le lit de la Seine de sa botte afin de symboliser la prééminence de ce ministère sur toute autre administration. Ne trouvez-vous pas le symbole limpide ?

  • Article intéressant mais comparaison avec les rois de France totalement aberrante. Vous devriez lire sur la fiscalité/et le pouvoir d’antan…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La flat tax s'invite à l'occasion des débats pour la présidentielle 2022 et plus particulièrement chez Éric Ciotti.

Cet impôt à taux fixe modéré qui s’applique à tous est le gage d’une incontestable efficacité.

Pour ceux qui l’ignoreraient, il s'agit d'un impôt à taux unique, voire à deux taux, qui remplacerait l’impôt sur l'ensemble des revenus (travail et autres sources) devenu lourd à gérer et trop souvent l’objet de contournements.

La flat tax éviterait également de nombreuses fraudes ou mon... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Ce vendredi 5 novembre à 19 heures, Radio libertarien a le plaisir d’accueillir Simone Wapler (que les lecteurs de Contrepoints connaissent déjà) ainsi que Thibault Laurentjoye, membre du collectif des Économistes atterrés. Nos deux intervenants présentent l’avantage d’être tous les deux particulièrement intéressés par les questions relatives à la fiscalité et à la politique monétaire. Ils devront répondre à une question simple : les impôts sont-ils un fardeau ?

La fiscalité étant un thème qui suscite la controve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles