La mondialisation n’est pas libérale

Le libre-échange a beau faire consensus en théorie, le paradoxe de notre mondialisation tient à ce qu’il existe une déconnexion spectaculaire entre le discours et la pratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mondialisation n’est pas libérale

Publié le 9 juin 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

Vous connaissez sans doute cette fameuse boutade : « si vous mettez deux économistes dans la même pièce, vous aurez trois avis différents ».

Le commerce international est l’exception qui confirme la règle. La question de la supériorité du libre-échange sur toute forme de restriction commerciale est en effet réglée depuis deux siècles chez les experts, chez qui il existe un quasi-consensus.

Bien sûr, tout comme vous trouverez quelques  intellectuels  marginaux en Arabie Saoudite qui vous confirmeront que la Terre ne tourne pas autour du soleil (si, si !), vous rencontrerez sans doute quelques économistes ô combien subversifs qui vous expliqueront que, pour enrichir tout le monde, il convient de restreindre le commerce à ces lignes arbitraires que sont les frontières nationales.

On se demande pourquoi la frontière nationale est l’horizon indépassable de ce raisonnement qui, s’il était rigoureux, s’appliquerait également entre régions, départements et communes. Mais la logique ne prévaut pas chez ces gens-là.

Mondialisation : un libre-échange de façade

Le libre-échange a beau faire consensus en théorie, le paradoxe de notre mondialisation tient à ce qu’il existe une déconnexion spectaculaire entre le discours et la pratique. Derrière des déclarations de bonne volonté libre-échangiste se cachent des pratiques que l’on pourrait qualifier de « néo-protectionniste » ou mercantiliste.

C’est ce que faisait remarquer un lecteur en soulignant que « l’Europe telle qu’elle fonctionne s’abandonne à une mondialisation qui n’est pas libérale […] mais mercantiliste. »

Cet état de fait n’est pas propre à l’Europe. Il concerne le monde. Normalement, le libre-échange consiste simplement à ne pas interférer avec la liberté du commerce international.

Le mercantilisme, lui, entretient un culte disproportionné vis-à-vis des exportations en diabolisant les importations, accusées à tort d’appauvrir la société. En conséquence de quoi cette doctrine prône l’usage de la puissance gouvernementale pour privilégier certains producteurs nationaux au détriment de la concurrence… et du consommateur.

Illettrisme économique du mercantilisme

Pour le mercantiliste, lorsque vous achetez un vêtement à Strasbourg, tout va bien. En revanche, lorsque le magasin dans lequel vous effectuez votre achat est situé un peu plus loin de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, il s’agit là, selon la comptabilité nationale, d’une importation nuisible (bien que personne ne s’appauvrisse dans cette affaire).

Le mercantiliste, fort de son illettrisme économique, met donc toute son énergie à restreindre les échanges internationaux pour privilégier les producteurs nationaux par le biais de mesures protectionnistes. En réduisant la concurrence internationale, il pense rendre service à sa patrie alors qu’il ne fait que dégrader le pouvoir d’achat de ses concitoyens.

Moins de droits de douanes mais plus de normes et guerre des devises

Traditionnellement, le mercantiliste utilisait la fiscalité pour privilégier arbitrairement les entreprises nationales. Les droits de douanes ont historiquement toujours été le moyen le plus facile d’interférer avec les échanges.

Mais depuis la signature de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) qui a initié dans le monde entier un mouvement de recul de la fiscalité douanière, les États ont été obligés d’innover en matière de restrictions pour contourner leurs engagements en faveur du commerce international.

D’où l’émergence d’un nouveau mercantilisme furtif, caché, destiné à vous spolier plus discrètement. Ce nouveau protectionnisme s’appuie sur tout un tas de mesures dites « non-tarifaires », c’est-à-dire des mesures non fiscales.

Les normes techniques et sanitaires

Un exemple de protectionnisme caché réside dans l’utilisation de normes techniques et sanitaires. Un cas anecdotique est sans doute celui du cassis de Dijon : la réglementation allemande imposait une teneur minimale d’alcool dans la liqueur de cassis de Dijon, sans quoi elle ne pouvait être mise sur le marché allemand. Voilà qui était pratique pour certains producteurs outre-Rhin désormais affranchis d’une concurrence gênante.

Une autre forme de protectionnisme non-tarifaire bien connu réside dans les manipulations monétaires. En dégradant le taux de change d’une monnaie par une politique inflationniste, les gouvernements espèrent renchérir le coût des importations et accroître les exportations en s’arrangeant pour que la monnaie que vous détenez dans vos poches ait moins de valeur sur le marché international. Les mesures d’assouplissements quantitatifs prises par la plupart des Banques centrales vont dans ce sens.

Il est aujourd’hui difficile d’échapper aux mesures protectionnistes classiques qui nous appauvrissent, si ce n’est en pratiquant la contrebande, ce qui – entre nous – est plutôt risqué sur le plan pénal. Le protectionnisme monétaire est quant à lui un peu plus facile à contourner.

Il suffit dans ce cas de convertir son épargne en achetant des actifs monétaires moins exposés aux manipulations gouvernementales. Les crypto-monnaies et les métaux précieux peuvent dans ces conditions constituer des protections intéressantes contre toutes les distorsions inutiles destinées à perturber le commerce international.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La mondialisation n’est pas libérale…….et pourquoi voulez vous qu’elle le soit ?
    Tant que Paul sera le concurent de Jacques pour vendre à Pierre , Paul et Jacques mettront leurs morale libérale dans un mouchoir au fond de leur poche. Remplacez Paul Jacques et Pierre par le nom d’un pays…le libéralisme ne peut exister qu’a l’intérieur d’un pays et ne concerne que les rapports entre les habitants et l’état.le libéralisme ne peut pas exister et ne doit pas exister entre les habitants..on n’est pas en 68 et nous ne vivons pas en communauté,la propriété de l’un n’est pas la propriété de tous et elle doit être défendue coûte que coûte.

    •  » le libéralisme ne peut exister qu’a l’intérieur d’un pays  »

      Parce que que l’appareil qui vous a permis de poster ce commentaire, on vous là fourgué de force depuis l’étranger?

    • le libéralisme ne peut pas exister et ne doit pas exister entre les habitants..on n’est pas en 68 et nous ne vivons pas en communauté

      Deux ans que vous polluez commentez chaque article et vous n’avez toujours strictement rien compris au libéralisme.

      Le coup de la communauté hippie je ne l’avais jamais entendue.

  • Nouvelle lubie le « circuit court » ou produire local sous prétexte écologique etc. Si on l’applique cela donne chômage, pénurie, pauvreté. IL est vrai que les peoples pourront bénéficier des circuits courts et locaux grace aux « jets » devenus écolos et couteux…
    J’ai l’impression souvent de relire les textes moyenâgeux sur la nature des anges et les arguties des religieux et politiques pour maintenir leurs incuries au 15/16eme siècles .

  • Pourquoi faut il qu’un article raisonnable se termine par une conclusion aussi lamentable. Si l’on pense, à juste titre, que le libre commerce enrichit tout le monde, il ne faut pas oublier que les bénéfices des commerçants ne représentent que quelques pour cent des valeurs de ce qui est échangé. La première des qualités de l’outil de paiement (la monnaie) est sa stabilité. Si du jour au lendemain la monnaie varie de plusieurs pour cent, cela décourage le commerçant qui ne considère pas le commerce comme un casino. Les monnaies classiques, malgré leurs défauts et malgré les manipulations des banques centrales sont quand même largement connectées à des actifs réels (la monnaie est le passif de la banque et les actifs sont les reconnaissances de dettes de ceux à qui la banque a prêté sur la foi de leur capacité à rembourser). A contrario les monnaies spéculatives (type bitcoin) n’ont aucun filet de sécurité modérant leurs fluctuations brutales. Même l’or a un cours variant largement sous l’effet de la spéculation.

  • « Le libre-échange a beau faire consensus en théorie, le paradoxe de notre mondialisation tient à ce qu’il existe une déconnexion spectaculaire entre le discours et la pratique.  »

    Ben parce que chacun (Etat ou individu) veut du libre-échange mais pas au prix de perdre son âme. Tout comme le socialisme théorique le libre-échange théorique est utopique. Si le mercantilisme et ses avatars existent il y a une raison qui dépasse le cadre strictement politique. Cela fait partie de l’action humaine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Chine
2
Sauvegarder cet article

La Chine se voit bientôt la première puissance économique mondiale et en avance dans de nombreux domaines. Elle semble même penser ne plus avoir besoin du reste du monde pour son développement. C’est probablement une erreur, comme l’a montré l’épisode maoïste.

 

Pourquoi la Chine choisit d’être seule ?

Dans mes derniers articles, j’évoquais les faiblesses à long terme de la Chine, principalement sa crise démographique ou la démotivation des jeunes qui, n’ayant pas connu la misère de leurs parents, rechignaient à travailler ... Poursuivre la lecture

En 2003, Julien Sanchez écrivait :

"Les partisans du libre-échange sont piégés dans une version de politique publique du Jour de la marmotte, obligés de réfuter les mêmes arguments fallacieux encore et encore, décennie après décennie."

Une autre décennie s'est écoulée depuis, et le point de vue de Sanchez est tout aussi pertinent.

Blake Masters, un homme d'affaires soutenu par Trump qui se présente maintenant au Sénat américain en Arizona, a récemment tenu une séance de questions-réponses sur sa page Instagram où il a ann... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles