Macron, EDF et spéculation

Faut-il investir dans EDF pour profiter d’un éventuel revirement de la politique énergétique sous la présidence de Macron ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Olivier Durand-EDF(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron, EDF et spéculation

Publié le 12 mai 2017
- A +

Par Simone Wapler. 

L’action EDF a pris 10% en deux jours. Selon une rumeur relayée par Reuters, Emmanuel Macron se propose de retarder l’arrêt du nucléaire.

EDF produit et vend de l’électricité. Dans notre monde d’ultra-libéralisme sauvage et de totalitarisme marchand, EDF nous vend de l’électricité à tarif réglementé par l’État.

L’État fixe ce qui doit être produit

Ce n’est pas tout. L’État fixe quel type d’électricité l’EDF doit produire. L’éolien ou le solaire étant bien vus de l’opinion publique grâce au lobby écologique et certains lobbies industriels, l’État nous taxe pour subventionner la production de ces énergies.

Voyez-vous, l’électricité, c’est important pour tout le monde et donc il faut que l’État s’en mêle. Pas d’électricité = pas d’industrie qui tourne, pas de transports publics, pas d’hôpital…

Le problème de l’électricité reste son stockage : il faut la produire juste à temps, au moment de la consommation et pour cela, il faut que les capacités de production soient toujours prêtes.

L’intérêt du nucléaire

Ce n’est pas le cas de l’éolien quand il n’y a pas de vent.

Ce n’est pas le cas du solaire quand il n’y a pas de soleil.

Ce n’est pas le cas de l’hydraulique quand il n’a pas assez plu.

C’est le cas du thermique (gaz, charbon, fuel).

C’est le cas du nucléaire.

En réalité, le nucléaire est la seule source abondante, dont le combustible ne coûte pas cher et qui est toujours prête. Vous devez cependant savoir une chose : il n’y a que très peu de différence de coût entre une centrale « en veille » qui ne produit pas et une centrale qui produit.

Le cadre du service public

Logiquement, vous pourriez pensez que l’État dans le cadre d’un « service public » (l’électricité à destination collective) devrait favoriser la source nucléaire puisque c’est l’énergie toujours disponible.

Pour éviter que du combustible nucléaire recyclable en bombe ne tombe entre les mains de dangereux individus, l’État devrait aussi avoir un droit de regard sur ce même nucléaire.

C’est la voie de la « politique énergétique » adoptée par notre pays au XXème siècle.

Mais depuis, nous avons pris un chemin de traverse…

La Parasitocratie s’est emparée du sujet. Pensez à la COP 21, au changement climatique, aux lobbies écologiques, aux merveilleux circuits taxations-subventions et au nombre d’électeurs que vous pouvez ainsi acheter…

Subventions aux énergies renouvelables

Les subventions aux énergies vertes intermittentes sont arrivées alors que les capacités étaient très abondantes. Elles ont conduit à un écroulement sur le marché européen du prix de l’électricité. Les producteurs d’électricité nucléaires ont du brader leurs prix. Puisque le nucléaire en veille coûte même sans vendre, autant le vendre, peu importe le prix.

Au fur et à mesure que l’éolien et le solaire produisaient, les prix s’écroulaient…

Voici où nous en sommes.

Prix de l’électricité en centimes d’euro

Prix de vente de l’électricité aux particuliers
kWh en heures creuses 14,62
kWh en heures pleines 15,64

 

Prix de l’électricité sur le marché de gros européen
kWh de 2,5 à moins de 5

 

Prix de revient de l’électricité
kWh nucléaire français 5
kWh thermique (gaz, charbon) 7
kWh éolien terrestre 8
kWh éolien maritime 14 à 20
kWh photovoltaïque 20 à 25

Sources : EDF, La France dans le noir, Hervé Machenaud

Bilan énergétique :

Les électriciens vendent à perte du nucléaire (en son temps financé par les contribuables). Nous payons très cher notre électricité. Les installations nucléaires se dégradent… Faute d’investissements dans le nucléaire, le service aux moments critiques (février en France) est en limite de rupture, l’éolien et le solaire ne délivrant pas assez de puissance à ces moments critiques.

Mais il y a moyen de faire pire…

Nous devons à Ségolène Royal (la mère des portiques écotaxes qui surplombent nos autoroutes) la loi de transition énergétique, adoptée en 2015. Cette loi prévoit la réduction de la part du nucléaire dans la production électrique française de 75% à 50% à l’horizon 2025.

Emmanuel Macron semble vouloir revenir sur ce point. D’où le bond en bourse d’EDF.

Le vrai libéralisme

Faut-il investir dans EDF pour profiter d’un éventuel revirement de la politique énergétique sous la présidence de Macron ? Il me semble qu’une entreprise dont les prix de vente sont fixés par l’État et dont l’État détient 83,1% du capital n’a rien à faire sur une place de cotation. C’est la différence que je vois entre le libéralisme authentique et ce que l’on qualifie aujourd’hui d’ultra-libéralisme ou de néo-libéralisme.

Si vous voulez faire de bonnes affaires, mieux vaut rechercher des entreprises exerçant sur les marchés les plus concurrentiels possibles, où les gouvernements interfèrent le moins possible, où les prix sont formés librement. Votre épargne ne doit pas être à la merci d’un décret ou d’une subvention.

Sur ces marchés, les meilleures entreprises sont évidemment celles qui réussissent à augmenter à la fois leur chiffre d’affaires et leur marge. Il y en a très peu.

Si vous voulez spéculer sur le capitalisme de connivence, c’est une autre affaire… EDF, Areva, les banques…le choix est large.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Tant qu’on ne supprimera pas les subventions à l’éolien et au solaire, les éoliennes et les panneaux photovoltaïques continueront à se développer et donc à faire baisser les prix de l’électricité sur le marché européen et la part du nucléaire dans notre production nationale (comme lors du 30 avril dernier. On le voit mal supprimer ces subventions (surtout s’il nomme au gouvernement une Lepage ou un de Rugy) alors qu’il s’est clairement inscrit dans la ligne de la transitude énergétique du gouvernement précédent.

    • Voir sur le site Eco2mix, le cas du 30 avril où l’abondance d’électricité produite par l’éolien chez nous mais surtout chez nos voisins allemands à fait passer les prix de gros en négatif…

  • Ségolène Royal n’est la la mère des portiques écotaxes. C’était pourtant dans ses cordes. C’est une lumineuse idée de la Présidence de N.Sarkozy, avec NKM et JL Borloo dans les parages.

    • Exonérer Ségolène de l’échec de l’écotaxe est dur à avaler.
      C’est la plus grosse erreur faite par Sarko ,il a imaginé avec le Grenelle mettre au pas les écolos…cela c’est retourne contre lui. Il aurait suffit d’appeler cela péage de transit pour en faire une réussite !

  • Vous avez raison s’il s’agit d’investir à long terme.
    Mais le mot « spéculation » s’applique à des actions cherchant un profit immédiat à court terme, et dans ce cas, tout est bon à condition d’être bien informé.

  • Uns subvention n’est pas différente d’un investissement …êtes vous contre l’investissement ?

    • @reactitude
      Un investissement induit une contrepartie positive, un gain, ou négative, une perte. Une subvention n’induit rien du tout, si ce n’est la dépendance à cette subvention.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles