Énergie solaire : gros nuages en vue

L’énergie solaire va mal. Cela n’est pas nouveau, nous avons vu en France un certain nombre de sociétés disparaître en même temps que la vérité des prix sur l’électricité gagnait peu à peu du terrain. C’est désormais aussi le cas en Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
panneau_solaire

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie solaire : gros nuages en vue

Publié le 6 novembre 2012
- A +

L’énergie solaire va mal. Cela n’est pas nouveau, nous avons vu en France un certain nombre de sociétés disparaître en même temps que la vérité des prix sur l’électricité gagnait peu à peu du terrain. C’est désormais aussi le cas en Allemagne.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’énergie solaire va mal. Cela n’est pas nouveau, nous avons vu en France un certain nombre de sociétés disparaître en même temps que la vérité des prix sur l’électricité gagnait peu à peu du terrain. Les militants du parti des verts nous soutenaient néanmoins que ce secteur était porteur d’avenir et nous citaient l’Allemagne en exemple.

Siemens vient d’annoncer la vente de toutes ses activités liées à l’énergie solaire.

L’activité de Siemens dans l’énergie solaire représente aujourd’hui 680 emplois pour moins de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011. Sans préciser le montant de ses pertes, le groupe allemand vient d’annoncer que dans le cadre de son plan économique de réduction des coûts « Turbine 2013 »,  il s’engageait à revendre ses activités dans l’ énergie solaire.

Alors que l’Allemagne a décidé d’arrêter l’exploitation de l’énergie nucléaire, Siemens a expliqué sa décision par les arguments suivants: « en raison des changements sur les marchés de l’énergie solaire, d’un ralentissement de la croissance et d’une forte concurrence sur les prix, les objectifs de la compagnie dans ce domaine n’ont pas été atteints« .

D’autres pistes

Si Siemens quitte l’énergie solaire, il n’abandonne pas pour autant les formes de production énergétiques alternatives mais souhaite se focaliser sur les technologies jugées plus sûres en terme de rentabilité, comme  l’hydro-électrique et l’éolien.

Une décision dont les investisseurs français doivent tenir compte car elle aura forcément des répercussions sur l’ensemble du marché européen de l’énergie solaire. Notons que d’autres formes d’exploitation d’énergies renouvelables se portent économiquement bien, comme la biométhanisation par exemple.

Contrepoints a consacré de nombreux articles à la question de l’énergie solaire. Découvrez les dans notre dossier énergie solaire.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La mystification écologique perd progressivement son effet hypnotique sur les entreprises et la population.

    • Vous avez certes raison.
      Mais ça n’empêche guère les acolytes des arnaqueurs Hulot & Co (tel un Jean-Marc Jancovici …) de mentir sans vergogne en chacune de leurs « prestations » médiatisées, avec la complicité de nos chers médias intoxiqués (LeMonde en tête du peloton des obtus)!

      Les USA, canadiens, polonais et les allemands ont eux compris (enfin ceux d’entre eux qui ne sont pas d’étiquette Verts, Green ou Grüne).

      Ah ! La Commission européenne lance une enquête sur le dumping de prix chinois au photovoltaïque ? Sans effets escomptés avant des années, c-à-d inutile car trop tardif.
      En réponse à quoi les chinois viennent de lancer une investigation sur les procédures d’octroi d’AIDES & SUBSIDES de nos pays U.E. à la production des énergies alternatives (ou des prix d’énergie).

      Les européens mal éclairés se comportent vraiment tels des troufions (à la différence des yeux bridés, bien plus subtils)…

      • C’est le « péril jaune ».

      • J’ai lu Jean Marc Joancovici et il s’avère qu’il « soutient » le nucléaire et est « contre » l’éolien et le photovoltaique

        • Lu ? L’auriez-vous aussi entendu publiquement (invité par ses camarades Ecolos ?). Là il tient un autre langage : celui d’un prétendu « consultant » , être assez opportuniste. Chez ce profil, la capacité d’adaptation est remarquable, d’autant que l’homme a le verbe facile !

  • L’extrait des propos de Siemens fait très rentier.

    Et l’investissement, la R&D ?
    Alors que des labos développent des matériaux (déjà fonctionnels) qui pourraient recouvrir à peu de frais la plupart de nos objets technologiques de cellules photovoltaïques, voire la plupart de notre immobilier urbain.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le renforcement des contraintes environnementales pour l’élaboration et le contrôle des documents d’urbanisme met de nombreux maires dans une situation de plus en plus inconfortable car ils sont incapables d’expliquer à leurs administrés pourquoi ils sont contraints de déroger au principe d’égalité des citoyens devant les charges du service public, principe inscrit dans la Constitution et fondement du droit administratif.

 

Un bon sujet de réflexion au risque de parler de ce qui fâche

Personne mieux qu’Edgard Pisani, qui fu... Poursuivre la lecture

Depuis dix ans, tout ce que la France compte d’experts en énergie crie dans le désert. Le système médiatico-politique a fait la sourde oreille.

 

Trois exemples parmi tant d’autres

La Commission Percebois/ Mandil : rapport sur l’Energie à 2050  (Février 2012)

« Le ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique a demandé le 19 octobre 2011 à Jacques Percebois, professeur à l’université de Montpellier 1, de présider une commission pluraliste et ouverte, avec comme vice-président Claude Mandil, ... Poursuivre la lecture

La transition énergétique sera avant tout une transition électrique reposant sur le « grand remplacement » d’équipements thermiques par des équipements électriques. En France la consommation d’électricité devrait presque doubler d’ici 2050. La question de fond est « d’où viendra cette électricité ? ».

Depuis une dizaine d’années, sous l’impulsion de l’Allemagne l’Europe a choisi de foncer tête baissée dans les renouvelables avec comme le gaz naturel comme support. Cette stratégie se lit en filigrane de l’évolution des sources é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles