Le sans gluten, un trouble alimentaire comme un autre ?

L’hystérie du « sans gluten » est exemplaire de cette mode du ‘sans’.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le sans gluten, un trouble alimentaire comme un autre ?

Publié le 5 avril 2017
- A +

Par Pierre Silberzahn.

De récentes publications viennent de jeter le trouble dans la communauté des Sans gluten. Les farines sans gluten ayant un index glycémique élevé et étant dépourvues de fibres favoriseraient l’apparition du diabète.

Faire du pain sans gluten nécessite des additifs pour le remplacer, additifs certainement plus dangereux que le gluten. Enfin, très souvent, les gluténophobes remplacent la farine de blé par du riz. Or le riz apporte une quantité d’arsenic et de mercure dont l’impact n’a pas été étudié mais qui pourrait être toxique.

Éviter de se faire intoxiquer ?

Après avoir mangé pour se nourrir, puis pour ne pas trop grossir, ensuite pour faire le plein de minéraux, vitamines, antioxydants, brûleurs de graisse etc., de nombreux consommateurs veulent aujourd’hui éviter de se faire intoxiquer. « En se mettant à table il vaut mieux se souhaiter bonne chance que bon appétit » proclame Pierre Rahbi, un cavalier de l’apocalypse. « Sans sucre ajouté, sans aspartame, sans huile de palme, nourri sans farines animales, nourri sans OGM, cuisiné 100% sans colorant, sans conservateur » proclame Findus. Picard surgelé affiche lui dans ses magasins : « Le plus de nos plats cuisinés c’est ce qu’ils ont en moins : pas de matières grasses hydrogénées, pas de glutamate, pas de colorant de synthèse, pas de conservateur ajouté, et un sel dosé au plus juste. »

L’hystérie du « sans gluten » est exemplaire de cette mode du sans. Le gluten est une des protéines présentes dans un certain nombre de céréales, dont le blé. C’est grâce au gluten que la farine de blé est panifiable. En présence d’eau, le gluten de la farine devient visqueux -une glu- et forme un réseau tridimensionnel qui piège le gaz carbonique dégagé par l’action de la levure sur l’amidon. Voilà comment se forment les bulles qui permettent au pain de lever.

Allergie et intolérance

De très nombreux aliments peuvent être à l’origine de diverses manifestations pathologiques, intolérances ou allergies : l’arachide bien entendu, le lait (lactose), les fruits de mer (poisson, crustacés et mollusques), les œufs, les noix, le soja, les sulfites etc.

L’allergie alimentaire est à distinguer de l’intolérance alimentaire qui est une difficulté à digérer ou à absorber certains aliments ou leurs composants. Les manifestations pathologiques liées à l’ingestion de gluten peuvent relever d’une intolérance au gluten bien caractérisée médicalement qui est à l’origine de la maladie cœliaque et qui oblige à une exclusion totale des aliments en contenant.

Elles peuvent relever d’une allergie au gluten (médicalement bien caractérisée mais rare) et enfin semblent pouvoir relever d’un syndrome mal défini nommé sensibilité au gluten qui serait très répandu, et responsable de toutes les pathologies possibles (dont l’autisme !) L’intolérance au gluten concerne 0,6 à 0,7% des Américains, pourcentage stable ces dernières années.

Mais selon wikipedia, en 2016, 25 % des Américains seraient des consommateurs réguliers de sans gluten. Sans qu’il y ait la moindre raison objective ou médicale à cette exclusion.

Orthorexie

D’où peut venir cette mode du sans gluten ? Elle semble avoir été lancée aux USA par l’ouvrage Wheat belly paru en 2011 qui connaît toujours des tirages records et qui présente le blé comme un poison chronique. L’industrie s’est engouffrée dans le créneau, générant une production de sans gluten extrêmement lucrative, relayée par la presse féminine, les journaux paramédicaux, des sites internet, restaurants sans gluten etc.
Les produits sans gluten, jusqu’alors associés à la maladie, sont devenus synonymes de bien-être, de bonne santé et, en creux, de minceur. Le sans gluten est certainement une manière déguisée de faire un régime minceur en excluant pain, pâtes, pizzas, pâtisseries.

En réalité, ce rejet du gluten relèverait essentiellement de l’orthorexie, terme introduit par Bratman en 1911 pour désigner un ensemble de pratiques alimentaires caractérisé par la volonté obsessionnelle d’ingérer une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains.

Bratman propose de considérer cette pratique comme un trouble des conduites alimentaires, au même titre que l’anorexie ou la boulimie, l’orthorexie pouvant conduire à une malnutrition et à un isolement social. L’intolérance au gluten serait donc un prétexte commode pour dissimuler un comportement orthorexique.

Il permettrait d’affecter une distinction sociale dans sa manière d’être par un mécanisme de consommation ostentatoire (Fieschler). Comme une secte dont les adeptes partagent leur foi en dehors de laquelle il n’y a point de salut, les no-glu se considèrent comme une aristocratie des consommateurs maîtrisant pleinement, par toutes sortes de privations, leur alimentation, leur santé, leur corps.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Tous les régimes « extrêmes » comportent une part de doctrine. Je connais une famille qui est adepte du régime Seignalet. Ils ne mangent que des aliments anciens (vieilles céréales entre-autres, pas toutes facile à trouver), pas (ou peu) de cuisson des aliments, pas de produits laitiers, supplementation en minéraux, etc.
    Ce régime paléo, detox, ancestral, est rempli d’interdits (quasi-religieux).
    Le terme utilisé par ses adeptes pour désigner les « mauvais » aliments est « c’est poison ! ».
    Sous des couverts scientifiques et médicaux, ces régimes endoctrinent des gens faibles ou manipulables, favorisant un commerce spécifique fort rentable.
    Rien de nouveau, donc…

  • Vite de même

    – Il faudrait rappeler que le blé a été modifié et contient bien plus de gluten que dans le passé. Est-ce que le système digestif est capable de s’adapter?

    – On laisse les pains industriels fermenté pendant environs plus ou moins trois heures, alors que certaines personnes laissent leur pain au levain fermenté pendant deux jours. Pendant le processus de fermentation, des vitamines et minéraux sont produits. Le tout étant plus grand que la somme de ses composantes. C’est pour ça que les compagnies de l’Agro-alimentaire sont obligé d’ajouter une panoplie dans leurs produits vide de minéraux et vitamines.

    Je conseille les documentaire « Notre pain est-il dans le pétrin » et « Cooked » (épisode sur l’air).

    • Ancien boulanger, je vous réponds.
      Effectivement, depuis plus de 100 ans, les blés sont un peu plus riches en gluten grâce aux améliorations variétales réalisées par l’homme. Il n’a pas été prouvé de nocivité particulière.
      On peut faire du bon pain (je le fais encore moi- même) en laissant fermenter la pâte 5 à 6 heures, même au levain naturel (sans levure, ni additif no améliorant). Il n’acquiert pas plus de vitamines ni de minéraux pendant la fermentation. Tout dépend de la farine utilisée ( de la type 45 à la type 150). Vous pouvez avoir un pain industriel riche en vitamines, minéraux et fibres cellulosiques(à la farine complète) et un pain artisanal au levain presque vide de vitamines, minéraux et fibres(à la farine blanche). Ce n’est pas plus compliqué que cela.

  • L’orthorexie une « maladie » ? 100% approuved !
    Ciel ! Il y aurait du satanique gaz carbonique dans notre pain quotidien, qu’en dit le GIEC , que font les gouvernements, journalistes « scientifiques » dujournalderéférenceLibéré et autres sauveurs de la Planète ?
    Et si on essuyait le régime « sans manger, sans boire, sans éliminer » ?
    PS : Compassion pour les « vrais » allergiques, c’est pas drôle du tout pour eux…

  • C’est un paradoxe de constater que ce sont les bobos, les gens les plus éduqués, qui suivent ces modes stupides et scientifiquement erronées. Et ce sont les journalistes des media qui les propagent, en ce moment tous pondent tous les jours des articles proposant un régime grotesque, tel celui de la désintox, complètement inutile puisque l’organisme rejette tout ce qui lui est inutile. Une telle ignorance et stupidité chez la classe la plus élevée interpelle sur la bêtise humaine. Einstein la citait comme preuve de l’infini.

  • Bonjour, enfin un article sympa ,j’en ai essayé des méthodes pour maigrir, trop souvent des arnaques , sauf une méthode que j’ai trouvé sur le net après des centaines de recherches sans succès… j’en revenais pas , j’ai perdu quelques kilos en peu de temps , sans jamais les reprendre ,Je vous conseille vivement cette méthode si vous voulez perdre du poids rapidement .Sachez que je n’ai rien à gagné dans cette méthode,Je vous conseille de regarder la vidéo de présentation de la méthode via ce lien :
    http://onregime.fr/la-methode-reducteur-de-graisses/
    Bonne chance
    Elodie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles