Emploi : la France en queue de peloton

Il tombe donc sous le sens que la France doit mettre en œuvre des réformes permettant d’augmenter substantiellement la marge des entreprises françaises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emploi : la France en queue de peloton

Publié le 2 février 2017
- A +

Par Bernard Biedermann.
Un article d’Emploi 2017

Emploi : la France en queue de peloton
By: Robert Couse-BakerCC BY 2.0

Les débats actuels en matière d’économie sont truffés de comparaisons internationales. Il en est ainsi, du pourcentage de l’État dans le PIB, du coût du travail, du niveau des impôts, du degré de flexibilité du Code du travail et bien sûr des montants des dettes intérieures et extérieures. En 2016 la France se classe en queue de peloton parmi 15 pays européens pour tous ces critères. Cela explique sans mal pourquoi les entreprises n’embauchent plus en France.

Un politicien qui veut argumenter pour défendre la situation actuelle pourra toujours trouver le cas d’un autre pays, qui pour un seul de ces critères est également en queue de peloton, mais a pourtant un faible taux de chômage. Toute l’erreur est là, car les données économiques sont toujours caractérisées par l’interdépendance de plusieurs variables. Certes, il n’est pas facile d’expliquer des choses aussi complexes sans recourir à un certain réductionnisme. De ce fait les débats se déroulent souvent entre réductionnistes et le ton monte. Or quand le ton monte, la pensée descend !

Des indicateurs fiables existent

Il existe néanmoins des indicateurs synthétiques qui peuvent aisément permettre de trancher les débats. Par exemple, le résultat brut nécessaire à l’entreprise pour servir un revenu net de 100 à l’investisseur taxé à un taux d’IR intermédiaire. Cet indicateur est calculé sur la base des résultats, des chiffres d’affaires et des coûts salariaux. Il est un critère important dans le processus de décision d’investissement et de recrutement que l’on peut généraliser au niveau macroéconomique. Or, en France, pour servir un revenu net de 100 euros à l’investisseur, l’entreprise doit produire un résultat brut de 230 euros, contre 195 pour l’entreprise allemande et 185 pour l’entreprise britannique1.

Il tombe donc ici sous le sens que la France doit mettre en œuvre des réformes permettant d’augmenter substantiellement la marge des entreprises françaises. Ainsi, on ne supprime pas l’ISF pour faire plaisir aux riches, on n’assouplit pas le Code du travail pour satisfaire le MEDEF, et on ne réduit pas le poids de l’État pour se donner une coloration libérale. Mais on le fait parce que c’est nécessaire pour tous. Il s’agit de reconstruire les conditions d’une économie souple, dynamique et surtout qui recrute, et c’est comme cela qu’il faut expliquer les nouvelles mesures aux Français.

L’objectif est bien le retour au plein emploi et trop souvent, politiques et médias séparent les objectifs des moyens pour les atteindre : certaines interviews sont divisées en plusieurs parties complètement séparées. Par exemple on parlera d’abord de l’ISF sans le relier à son impact réel sur l’emploi puis dans une autre partie on traitera du problème du chômage.

On dit souvent qu’en France nous sommes des rêveurs qui n’aimons pas les chiffres. Il faudra bien finir par reconnaitre la réalité.

Sur le web

  1.  Baromètre AMAFI / 16-46 11 octobre 2016.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles