Rapport Badinter : le syndrome de Stockholm pour le Code du travail

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Robert Badinter crédit Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rapport Badinter : le syndrome de Stockholm pour le Code du travail

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 janvier 2016
- A +

Par Christian Person.

Robert Badinter crédit Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)
Robert Badinter crédit Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Les entrepreneurs, comme les salariés, sont otages d’un Code du travail daté et inadapté au monde économique d’aujourd’hui.

Entrepreneurs, comme salariés, les Français, qui ont partagé depuis longtemps la vie de ce Code du travail agissant comme un geôlier, ont développé une empathie, voire une sympathie à son égard.

C’est regrettable. Ainsi, au lieu d’engager une profonde refonte du Code du travail qui nécessite tant un allègement qu’une modernisation, il fait l’objet d’un nouveau rapport… qui alimentera les étagères des bibliothèques publiques…

Ce dont les Français ont besoin c’est que le souffle nouveau de l’entrepreneuriat dynamise le Code du travail.

Quand nous entendons que « Tout salarié a droit à une rémunération lui assurant des conditions de vie dignes », nous entrepreneurs, ne pouvons qu’être exaspérés alors que nous avons dû combattre avec acharnement la suppression de l’exonération des heures supplémentaires. Nous ne pouvons qu’être désespérés quand nous devons nous battre pour travailler le dimanche alors que nos salariés sont consentants et davantage rémunérés.

Nous ne sommes pas favorables à la dérégulation. Nous, entrepreneurs de croissance, sommes favorables à une modernisation. Que le rapport Badinter vienne consolider des désuétudes en affirmant notamment que « la durée normale du travail est fixée par la loi » est un vrai scandale. La durée normale du travail devrait tout simplement être fixée par entreprise ou par branche mais certainement pas par des loi déconnectées des réalités du terrain économique.

Le rapport Badinter fera tout sauf améliorer le fonctionnement du marché du travail. C’est dommage. Au lieu de se demander si certaines dispositions du Code du travail sont utiles ou adaptées, cette mission n’est que l’alibi d’un gouvernement qui ne veut rien changer. Nous avons besoin de souplesse. La prochaine fois, nous devinerons dans les prémisses de la lettre de mission qu’il n’y a rien à attendre des commissions et des groupes de travail. La France a besoin d’une refonte intégrale de son Code du travail qui constitue aujourd’hui une véritable entrave au marché du travail. Elle a besoin d’un souffle nouveau. Qu’attend le gouvernement pour abroger les 35 heures ? Pour exonérer les TPE de charges sur les nouvelles embauches ? Pour autoriser les ouvertures en soirée et le dimanche ? Qu’attend le gouvernement pour faciliter les embauches ? On se le demande …

En matière sociale, les gouvernements successifs ont touché le fond mais creusent encore …

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  •  » Elle a besoin d’un souffle nouveau. Qu’attend le gouvernement pour abroger les 35 heures ? pour exonérer les TPE de charges sur les nouvelles embauches ? pour autoriser les ouvertures en soirée et le dimanche ? Qu’attend le gouvernement pour faciliter les embauches ? On se le demande »

    Vous créez des opposants a court terme, donc aucun intérêt pour eux avec les périodes d’élections qui arrivent.

  • Vous attendiez quoi de Badinter ? C’est un socialiste pur jus qui de plus ne fait que répéter ce qu’on lui a dit.

  • Il connaît quoi au travail et à l’entreprise Badinter ?

  • Et vous croyez quoi? qu’un gouvernement marxiste, pardon socialiste va changer radicalement la bible des syndicalistes?
    Pour rappel la France est classé 70e mondial en terme de liberté économique (https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_liberté_économique) c’est tout dire !
    La France socialiste aime les fonctionnaires ou semi-fonctionnaires, smicards, chômeurs ou assistés sociaux…alléger le code du travail c’est laisser de la liberté économique !
    Mon Dieu impossible dans un pays communiste !
    Faite comme moi…vivez ailleurs 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Il est des symboles qui ne s’inventent pas et qui résument à eux seuls l’univers burlesque (façon de parler) dans lequel nous vivons.

Tel est le cas de ce croisement de la rue de Rivoli à Paris qui « comporte quatre sens interdits pour autant de voies ». Une fois engagé dans la rue qui y mène et qui est en sens unique, il est « impossible d’échapper à une amende », en atteste l’amusante vidéo postée sur le site BFMTV.

https://www.youtube.com/watch?v=Bh45gJeCyuQ

Ainsi est devenue la France : un p... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

En plus de devoir supporter les cours à distance, en plus de devoir subir les confinements et couvre-feu successifs, les étudiants se retrouvent, pour les plus précaires d’entre eux à devoir faire les poubelles pour se nourrir.

Une réalité alarmante : la précarité de la jeunesse

Quel abominable constat. S’il est certain que la crise actuelle empire la situation des plus démunis, la précarité étudiante constitue une réalité antérieure à la pandémie de covid-19.

En février 2020, le taux de chômage des Fr... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles