L’Allemagne renoncera-t-elle au salaire minimum pour les réfugiés ?

Il est avéré que le salaire minimum est une barrière à l’embauche pour les travailleurs les moins qualifiés. C’est pourquoi les autorités fédérales allemandes réfléchissent aujourd’hui à exempter les réfugiés peu qualifiés du salaire minimum légal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Migrants à Kos (Grèce) (Crédits : Stephen Ryan - IFRC, licence CC-BY-ND-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne renoncera-t-elle au salaire minimum pour les réfugiés ?

Publié le 25 janvier 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

L’Allemagne renoncera-t-elle au salaire minimum pour les réfugiés ?
Migrants à Kos (Grèce) (Crédits : Stephen Ryan – IFRC, licence CC-BY-ND-ND 2.0), via Flickr.

L’accueil d’un million de réfugiés constitue un défi de taille pour l’Europe et l’Allemagne. Il ne suffit pas d’exprimer de bons sentiments par une politique d’ouverture pour que celle-ci réussisse. Le succès dépend de la capacité des réfugiés à s’inclure dans notre société dans un contexte où les tentations d’un repli identitaire sont extrêmement fortes sur le vieux continent.

Un éventuel échec en matière d’inclusion des étrangers radicaliserait sans aucun doute ces tentations. C’est pourquoi il est vital de démonter les barrières de nature à mettre en péril la réussite de l’ouverture des politiques migratoires. L’inclusion des étrangers sera d’autant plus facile que les marchés seront ouverts pour permettre à chacun de trouver sa place.

Quel rapport avec le salaire minimum, me direz-vous ?

Il est avéré que le salaire minimum est une barrière à l’embauche pour les travailleurs les moins qualifiés : ceux dont la productivité n’égale pas le prix arbitrairement fixé par l’État. C’est pourquoi les autorités fédérales allemandes réfléchissent aujourd’hui à exempter les réfugiés peu qualifiés du salaire minimum légal.

C’est une proposition raisonnable pour la Confédération des associations d’employeurs allemands (BDA) qui avance néanmoins l’idée que cette exemption devrait concerner tous les travailleurs. Après tout, si le salaire minimum nuit aux peu qualifiés de manière générale, il n’y a aucune raison de traiter différemment les locaux et les immigrés.

Cette proposition fait écho à un rapport du Fonds monétaire international, publié le 20 janvier 2016, qui recommandait lui aussi de permettre aux réfugiés de déroger au salaire minimum. Le rapport reprenait ainsi une idée émise par le Conseil allemand des experts économiques qui consiste à traiter les réfugiés comme des chômeurs de longue durée, ce qui permettrait de déroger au salaire minimum pour accroître leur employabilité.

En dérogeant au salaire minimum, on permettrait à certaines populations jusque-là exclues du marché de l’emploi d’accumuler de l’expérience, des compétences et de développer ainsi de nouvelles qualifications utiles pour grimper progressivement les barreaux de l’échelle sociale.

Cette idée est par exemple déjà mise en oeuvre dans le cadre de l’apprentissage qui permet aux entreprises de former leurs apprentis en dérogeant au salaire minimum le temps d’accroître leurs qualifications. Ce dispositif répandu outre-Rhin explique en partie le faible taux de chômage des jeunes Allemands (6,9% contre 25,9% en France en novembre 2016, selon Eurostat).

Le mythe de l’immigré bon marché voleur du travail des autres a la peau dure

Bien sûr l’idée d’assouplir les réglementations pour faciliter l’inclusion des étrangers ne plaît pas à tout le monde. C’est notamment le cas de la Confédération syndicale allemande (DGB) qui avertit sur le risque de conforter les populismes et le discours protectionniste traditionnel sur l’immigré bon marché qui viendrait voler le travail des locaux.

La confédération omet néanmoins de préciser qu’elle fait partie des forces qui agissent régulièrement dans le sens du protectionnisme salarial. En effet, le salaire minimum neutralise les avantages comparatifs des travailleurs étrangers peu qualifiés (souvent disposés à accepter des rémunérations plus faibles). Par conséquent, le relèvement arbitraire du prix du travail peut inciter les employeurs à discriminer certains profils.

On comprend ainsi le risque qu’induirait ce genre de dérogations : elles reviennent à admettre l’inefficacité du salaire minimum et réduisent la capacité des syndicats à verrouiller les marchés sur le long terme pour mieux exclure les étrangers dont ils redoutent la concurrence.

Bien sûr le salaire minimum n’est pas la seule forme de barrière à l’entrée. À ces restrictions s’ajoutent de multiples tracasseries administratives : problème de reconnaissance des qualifications professionnelles (le cas typique d’un médecin étranger dont le diplôme n’est pas reconnu en Allemagne) ; délais imposés avant de pouvoir prétendre à un emploi, impossibilité de lancer une entreprise individuelle durant la procédure de demande d’asile, nécessité d’obtenir une autorisation administrative après avoir obtenu une promesse d’embauche… Vendre ses services constitue un parcours du combattant en Allemagne et dans la plupart des pays européens.

Le problème de ces mesures, qui rendent plus difficile l’insertion professionnelle des réfugiés, est qu’elles risquent de compliquer leur coexistence avec les locaux.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • experience grandeur nature en somme…

  • Les réfugiés n’ont-ils pas vocation de rentrer chez eux avec le retour de la paix dans leur pays, notamment en Syrie?

    • Mais pourquoi les empêcher de travailler en attendant leur départ ❓ C’est fondamentalement crétin car ils pourraient apporter au pays d’accueuil en attendant, et à leur pays d’origine au moment de leur retour 🙁

    • C’est la paix en Syrie ?

    • les réfugiés plus exactement les gens qui sont arrivés en allemagne c’est des gens…il y a de foutus cons, des profiteurs, des criminels en puissance etc..et des tas de braves gens..qui sont là car ils ont fui la guerre…comme vous l’auriez fait…et se greffe là dessus des trucs simplement humains..ils ont tout perdu, tout dépensé pour retourner..ils peuvent être partis pour ne pas revenir…des gens…
      je trouve ridicule l’angélisme mais je trouve sordide le traitement qu’on en fait parfois.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles