Pollution à Paris : Hidalgo nous enfume

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne hidalgo credits Parti Socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pollution à Paris : Hidalgo nous enfume

Publié le 12 janvier 2017
- A +

Par Daniel Fischer.
Un article d’Emploi 2017

Pollution à Paris : Hidalgo nous enfume
Anne hidalgo credits Parti Socialiste via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0)

À l’occasion du dernier épisode de pollution qu’a connu l’agglomération parisienne, on a pu assister à une surenchère frisant l’hystérie dans les médias et à la télévision, Madame Hidalgo n’étant pas la dernière à se joindre à ce concert dans un souci de soigner sa clientèle électorale et de continuer sa pêche aux voix écolo bobo.

Que nous a-t-on dit ?

Les circonstances climatiques limitant les échanges normaux dans l’atmosphère, il fallait que les vilains automobilistes, et principalement les possesseurs d’un véhicule diesel, restent chez eux un jour sur deux, et ceci pour éviter un désastre sanitaire chiffré à 48.000 décès supplémentaires en année pleine.

Quelle est la réalité ?

Sur l’origine des particules fines : il suffit de voir une carte de France de la pollution du 1er au 8 décembre pour constater qu’elle atteint son maximum dans le quart Nord/Nord Est du pays et la vallée du Rhône, c’est-à-dire sous les vents dominants ramenant sur l’Hexagone les poussières émises par les centrales thermiques d’Europe centrale, et plus spécifiquement d’Allemagne : le 6 décembre, à 20h, 52% de la production électrique outre-Rhin provenait de centrales à charbon (28% anthracite et 24% lignite, le plus polluant). Dans ces conditions les émissions imputables aux moteurs diesel ne représentent plus qu’un petit pourcentage de la pollution totale, ceci sans compter les effets controversés du blocage des voies sur berge et des ralentissements qui en résultent sur la circulation.

Sur l’exposition des populations et les risques sanitaires : ce qui est important, plus que les pics de pollution, c’est la durée d’exposition au risque. L’effet à court terme frappant des personnes fragilisées (asthmatiques, personnes âgées) est relativement facile à mesurer. Par contre, le chiffre de 48.000 décès prématurés, répété ad nauseam par les médias est plus difficile à vérifier et, pour tout dire, peut valablement être mis en cause :

  • Une étude de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) datant de 2002 donne pour l’Europe de l’Ouest, sur une population totale de 412 millions d’habitants, environ 5 millions de décès dont 23.000 liés à la pollution de l’air urbain, soit la moitié de ce qu’avancent les médias pour le seul territoire de la France métropolitaine. Les statistiques donnant l’espérance de vie par département prouvent d’ailleurs que l’on vit plus longtemps dans les villes — censées être plus polluées — qu’à la campagne (à Paris 81 ans pour les hommes et 86 ans pour les femmes à comparer à l’Aisne, respectivement 78 et 83 ans.)
  • La pollution de l’air dans les appartements et les bureaux n’est pas prise en compte alors que le réflexe en cas de pic de pollution conduit à se confiner hermétiquement chez soi et que, en automne ou en hiver, on passe généralement plus de temps à l’intérieur qu’à l’extérieur, alors que les concentrations en polluants peuvent y être 15 fois supérieures. On peut utilement se référer au Guide de la pollution de l’air intérieur publié par l’Ademe ou aux très sérieuses études publiées par le Nature Research Journal donnant les concentrations très élevées en terpène dans l’atmosphère des cuisines où l’on grille de la viande saupoudrée de poivre ou d’herbes aromatiques.

Sur les mesures antipollution et leur coût :

  • Rendre les transports en commun gratuits et envoyer la population parisienne en cohortes serrées dans le métro, l’expose à un risque de pollution beaucoup plus élevé du fait des particules fines émises par le métro lui-même lors des périodes de freinage !
  • La gratuité des transports en commun se traduit pour le contribuable par une facture qui dépasse les 4 millions d’euros par jour pour la SNCF et la RATP, à laquelle s’ajoutent au moins 100.000 euros par jour pour le Vélib, l’Autolib et le stationnement non payant. Comme l’écrit le Syndicat des transports d’Île-de-France, le coût de la gratuité des bus et des métros, mise en place pendant 6 jours en décembre s’élève à 23 millions d’euros. Avec cette somme, le STIF aurait pu acheter 50 bus électriques qui auraient roulé 14 ans sans émettre de pollution.

Conclusion : une fois de plus, méfions-nous des emballements médiatiques !

Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Et c’est bien entendu pour cela qu’Hidalgo a imposé la circulation alternée aux voitures à essence, qui ne produisent pratiquement pas de particules, le week-end avant Noël. Il faut se débarrasser de cette maire incapable qui ruine Paris.

    • C’est faux, il y a d’ailleurs une excellente étude de l’Ademe aux sujets des particules. Les moteurs essences rejettent également des particules en nombre et c’est même de pire en pire à cause de la technologie utilisée ces dernières années (injection directe). La prochaine norme prévoit l’obligation de filtrer les particules sur les moteurs essences (cette filtration est heureusement beaucoup plus simple que pour les moteurs diesels)

      • Le meilleur moyen de limiter les émissions de particules est d’augmenter les émissions de CO2 des moteurs. Et ça tombe bien, les émissions de CO2, on s’en fout, notamment parce qu’il n’y a pas le plus petit commencement de risque que le microscopique CO2 émis par les activités humaines ait la moindre influence sur les évolutions naturelles du climat, tellement les forces en jeu sont incommensurables.

        Maintenant, il convient de dénoncer l’hystérie sanitaire à propos de ces histoires de particules qui n’a pas d’autre objet que politique. Bloquer les particules à l’échappement d’un moteur est l’équivalent de chasser une fourmi dans un gratte-ciel. Le risque qu’une seule fourmi parvienne à ruiner le bâtiment est négligeable, et l’influence de ce niveau de particules sur la santé humaine est exactement du même ordre, même multiplié par des millions de véhicules concentrés en ville.

      • Alors, qui peut m’expliquer pourquoi les voitures à essence sont meilleures d’un cran que les voitures diesel dans l’échelle de la vignette Crit’Air ?
        Sur le fond, cela ne change rien: si on laisser rouler une vieille voiture très polluante sur deux et qu’on interdit de rouler à une voiture récente peu polluante sur deux, c’est une mesure injuste, coûteuse pour la Société et très peu utile. Si cela devait se reproduire en dépit de Crit’Air, je me verrai contraint d’utiliser tous les moyens en ma possession pour faire chuter Hidalgo aux prochaines élections.
        Pour mémoire, la circulation alternée avait été instituée à une époque (début 1997) où la quasi-totalité des voitures n’avaient pas de pot catalytique (imposé en 1993 aux seules grosses cylindrées) et où 100% des voitures étaient très polluantes au vu des standards d’aujourd’hui (les voitures de 1997 sont aujourd’hui interdites à Paris faute de pouvoir obtenir une vignette Crit’Air).

    • Norme euro6b les voitures essences sont autorisées à émettre 10 fois plus de particules fines que les diesels.
      Ce n’est qu’avec l’entrée en vigueur de la norme euro6C le 1er septembre 2018 que les moteurs essences devront avoir le même taux d’émission de particules fines que les diesels.

  • En regardant au niveau européen les cartes de taux de micro particules au 1er et au 8 décembre sur le site prevair.org on ne voit pas du tout de lien entre la situation parisienne et la situation au niveau de l’Allemagne. À moins que l’Île de France ne soit un « piège à accumulation » qui capte et garde les particules venir de l’est, mais ça me semble douteux. C’est dommage de commencer sur une information fausse, ça discrédite le reste de l’article qui contient un nombre certain d’informations exactes par ailleurs (taux de PM10 dans le métro parisien en heure de pointe : 500 microgramme/m3, à mettre en rapport avec le seuil d’alerte à 80…)

  • Simple rappel : le communiqué de la SCM du 6 décembre 2016 sur « La circulation alternée dans la Région parisienne ».

    http://www.scmsa.eu/archives/SCM_Communique_circulation_2016_12_06.pdf

  • C’est de la politique à œillade. Seul l’aspect automobile est traité. Or il y a des conséquences économiques non prises en compte, impact sur les entreprises, transports en commun très difficile d’amélioration. Nous assistons à l’hégémonie de Paris sur la banlieue jusqu’à l’A86 ! Quand au mot socialisme il ne sert qu’à se faire élire, après l’élection ils se critiquent tous et font de la politique de clans de riches. Allez comprendre quelque chose dans cette soupe politicienne in-digérable.

  • En décembre, le site Prev’Air indiquait des zones rouges au dessus de Troyes de même que sur Paris. On ne comprend pas très bien ce qui est source de pollution dans cette région. Autre bizarrerie, quand on cliquait sur Air Parif, on ne retrouvait pas les données de Prev’Air qui affirmait s’en informer. Autre bizarrerie encore, Prev’Air prétend prévoir la pollution aux particules 3 jours avant! C’est du n’importe quoi!
    Quant aux particules émises par les moteurs à essence, c’est vrai qu’il y a un très gros problème.
    Enfin, quand j’avais un moteur diesel à injection directe (Ford 2.5DI), le seuil de taux de particules (opacité des fumées) était plus bas qu’un moteur turbo diesel! Encore une incohérence. Et puis comment ne pas réagir au fait que les moteurs peuvent légalement déconnecter leur système anti-pollution (Renault) et surtout qu’on continue à les vendre. Actuellement, le contrôle technique ne mesure pas l’opacité des fumées sur certains moteurs PSA (Citroen et Peugeot) et VW car les constructeurs ont bridé le moteur à 2500t/mn à vide (au point mort), alors que la mesure doit être faite au régime max (4000, 5000, 6000t/mn) en fonction des moteurs. J’ai assité au controle de la pollution d’une Clio diesel le 27 décembre dernier.Le technicien avait mis la sonde dans l’échappement mais elle est tombée. Il a pourtant fait la mesure et a trouvé que la pollution était correcte. Evidemment!
    Tout cela pour dire que c’est du grand n’importe quoi.

    • Idem à Bordeaux il y a quelques jours. Panneau indiquant de ralentir forte pollution atmosphérique… sauf que les sites étaient tous en carafe… pas une donnée… étonnant, non, cette campagne.
      A moins que le réchauffement climatique ne sentant le soufre, on ne nous orchestre une nouvelle « donne », histoire d’imposer un contrôle des déplacements, une disparition de l’autonomie en imposant petit à petit tant de règles que les gens finissent par ne plus acheter de véhicules propres (héhé) et en avant pour une nouvelle destruction créatrice accélérée et un petit business de rente qui va bien.
      Ces constructivistes en peau de lapin qui avancent les agendas de la nomenklatura finissent par me lasser… surtout quand en regardant les chiffres, on remarque que le niveau des exemptions (les copains et al.) est tel que les seuls à vraiment être touchés sont ceux du privé qui bossent ou les cul-terreux de province qui n’ont rien vu venir…

  • s’il fallait se débarraser de tout ce qui pollue , à paris ou ailleurs , on se retrouve à l’age de pierre ; je présume que hidalgo se déplace à vélo….et qu’elle rame en canoë pour aller d’un continent à un autre plutôt que de prendre l’avion…..de même qu’elle doit faire pousser ses propres légumes plutôt que de les acheter ….et qu’elle n’achete que  » français  » because faire venir ses produits de l’étranger , ça pollue aussi…..

    • Pensez-vous ? Seul la soif du pouvoir l’anime, le reste c’est sans importance. Elle tuerait père et mère pour arriver.

  • Bonjour,

    Le monde crève de pollution mais apparemment pas encore assez pour tout le monde.

    La politique est censée gérer l’avenir, pour une fois que cela arrive qui voudrait s’en plaindre? Pas moi ni mes enfants!

    Et si les allemands et les polonais empoisonnent l’ile de France, les franciliens ont le droit d’en remettre une couche, fut elle mince!!

    Rarement lu un article aussi aberrant, apparemment votre article a trouvé de nombreux fans, content pour vous.

    On est vraiment mal barrés.

    • « le monde crève de pollution »
      ce n’est pourtant pas les données que l’on observe au niveau de la planète où l’espérance de vie augmente. Comme l’a noté l’article, l’espérance de vie à Paris est supérieure à celle observée dans l’Aisne.
      Il y a bien sûr des facteurs sociologiques, mais ça montre que l’impact de la pollution atmosphérique en IDF sur la santé est sans doute sur estimé.
      Mais quel bonheur pour un politique, pouvoir dire « voyez, je travaille pour préserver votre santé, pour vos enfants »
      C’est presque imparable.

    • allez donc voir la foutue carte de la pollution par les particules fines ( certes souvent une estimation)

      http://maps.who.int/airpollution/
      oh purée mieux vaut la france à l’amazonie? le sahara c’est la mort???

      dépenser plein de pognon pour régler des problèmes qu’on a du mal à évaluer….

      Les écolos sont des pourrisseurs de sujets, c’est une vraie question de savoir quel est l’impact de la pollution ( sur des gens bien portant comme les occidentaux ) ..;c’est quand même incroyable de s’inquiéter EN PREMIER de choses qu’on arrive m^me pas à mesurer!!!

      • Sauf que en Amazonie, les feux agricoles sont les principaux responsables. Les particules naturelles dues au désert n’ont rien à voir avec celles émises par de la combustion. D’ailleurs, ceci est une moyenne, les pics urbains sont bien supérieurs, et deviennent alors un vrai danger de santé public.

        • Des pics qui atteignent ceux du métro, qui eux sont permanents, donc le métro est un vrai danger de santé public. CQFD.

          • Ou alors, hypothèse beaucoup plus vraisemblable, le métro n’est absolument pas dangereux.

            Sacré découverte pour nos édiles et leur seuils délirants… En effet, si les usagers réguliers sortent indemnes de leurs séjours prolongés dans le métro, c’est la preuve indubitable que les niveaux de particules inférieurs à ceux du métro sont en réalité sans danger aucun. Les seuils déterminés en dépit du bon sens, c’est le cœur du problème pour le versant politique du sujet (et non pour son versant sanitaire). La pollution des voitures est mesurée en milligrammes émis par km. Des milligrammes ! Par km ! Les seuils sont donc fondés sur des rapports de l’ordre de 1 à plusieurs dizaines de millions. C’est littéralement chercher une fourmi dans un gratte-ciel. Et les politiques veulent nous faire croire qu’il y aurait un danger pour la santé ? De qui se moque-t’on ?

            Sans compter que dans les quelques études totémiques citées en justification des décisions politiques (toujours les mêmes, sans possibilité de contradiction scientifique), les risques sont mesurés en jours de vie perdue, sans autre précision. La méthode employée dans ces études consiste à affirmer que ceux qui allaient mourir de toute façon du fait de leur état de santé déjà dégradé seraient morts quelques heures plus tôt à cause d’un pic de pollution. Ici, on parle bien d’heures et non d’années. Qui peut affirmer, avec un minimum de sérieux, quand au juste les victimes seraient mortes « normalement » sous les hypothèses de l’étude avec une précision absolument fantastique de quelques heures ? Qui peut affirmer sans risque d’erreur que le prétendu pic de pollution (variation infime d’un phénomène marginal) a la moindre responsabilité dans la dégradation de la santé de gens déjà très malades ? Qui peut affirmer sans risque de passer pour un clown qu’un autre facteur plus réaliste n’est pas responsable de ces décès ? Tout ceci n’a rien à voir avec la science, ni même avec une politique raisonnable. C’est seulement de l’hystérie politique à propos de sujets magiques.

            Cette politique soi-disant sanitaire, c’est au fond l’équivalent moderne des imprécations des sorciers du temps des peuplades primitives.

            Le plus inquiétant dans l’affaire, c’est qu’une part significative de la population n’a pas évolué, n’est pas parvenue à s’élever au dessus de la capacité de perception et de la capacité logique des peuplades primitives. Les barbares sont toujours parmi nous, comme autant de zombies errant dans la modernité, prêts à s’attaquer à l’honnête citoyen correctement éduqué. Tôt ou tard, c’est bien ce problème qu’il faudra collectivement traiter, parce qu’il est beaucoup plus important pour nos sociétés, pour la civilisation, que la pollution imaginaire.

            • Non mais écoutez vous Cavaignac, vous n’avez l’impression de tomber dans le ridicule avec vos peuplades primitives.

              • Puisque vous êtes un expert du ridicule et des interventions nuancées, le ridicule consommé de la circulation alternée au prétexte d’un danger sanitaire imaginaire ne vous aura donc pas échappé.

                Si ?

                Quel dommage…

              • « les pics urbains sont bien supérieurs, et deviennent alors un vrai danger de santé public. »

                Vous croyez vraiment qu’il s’agit là d’une remarque « pondérée » ? C’est au contraire un pur délire hystérique, sans aucun fondement ni scientifique ni médical. Commencez donc par comprendre ce que recouvrent réellement vos affirmations au lieu de répéter comme un perroquet les mensonges des politiciens.

                C’est bien là de la pensée magique qui consiste à croire qu’une affirmation fausse devient vraie parce qu’on la répète inlassablement. La psalmodie remplace l’intelligence, attitude typique des peuplades primitives quand le monde devient trop méchant et qu’on ne le comprend pas.

                Il y a aussi la danse pour faire pleuvoir en période de sécheresse…

          • On ne vit pas 24h/24 dans le métro. C’est sur que l’air du metro est connu et reconnu pour etre ressourçant. Ca rime à quoi cette défiance permanente envers un commentaire qui apporte de la nuance?

        • je ne dis rien sur les causes….bon…quant aux pics , on peut voir des effets sur des crises respiratoires certes, mais si je comprends ce qu’implique votre point c’est que seuls les pics sont importants pour la santé publique ( celle au milliers de morts prématurées par an via calcul) , donc le problème c’est 10 jours par an ? une pollution de fond ne serait pas importante….
          Par quel miracle la pollution moyenne amazonienne ou saharienne n’aurait elle pas des conséquence sur la santé?
          Le fait est que si, on se compare, on est peu pollués..sauf en ville et sauf lors des pics…

          Je ne dis pas que la pollution n’a pas d’effet sur la santé , je dis à ce déplorable bouddha vert qu’il faut regarder les choses « sérieusement » sauf si on veut juste « agir » pour agir sans se soucier du coût et des effets. La logique verte m’échappe complètement. On ne peut pas tenir un discours catastrophiste et accusatoire sur la pollution et prôner des solutions qui l’aggravent sur le cours terme…Ou bien on fluidifie au possible le trafic urbain ou bien on l’interdit…on ne le congestionne pas pour une période indéfinie ou on accepte sa part de responsabilité dans les « morts de la pollution »…

          les verts sont insupportables , ils déclarent être les seuls qui se posent des questions.. alors qu’ils ne s’ne posent aucune justement, ils prônent des trucs ils se désignent des boucs émissaires…
          je vous invite à regarder ce que dit matt briggs sur un certain type de cancer certes mais pour éclairer sur les effets de mesures..drastiques..https://www.youtube.com/watch?v=rbf_TXqEY-Y à partir de 34 mn par exemple…

          Les données disent quoi…elles disent la pauvreté tue sans qu’on y puisse rien tandis que l’opulence peut tuer si on en fait le choix, fumer picoler bouffer…. quel est le diable selon les verts..?

    • « La politique est censée gérer l’avenir » : non.

      • En effet, seul le marché libre est en mesure de gérer l’avenir et ceci grâce à la spéculation, ce processus le plus utile, le plus efficace et le plus bienfaisant jamais imaginé pour préparer l’avenir.

  • Toute le monde sait que Anne a été mordue par une voiture quand elle était petite…

  • Vous persistez dans dans votre propre caricature. Dire que cela.engendre des inflammations au niveau des bronches, qu’une augmentation de la.prise en charge de patient pour des problemes respiratoires est observée lors de pics de particules, l’OMS declare certaines particules cancérogène est un pur délire hystérique?
    Oui vous êtes inaudible dans la démesure. Vous concluez que ne pas être d’accord revient à être trop idiot. Enfin bon, le dialogue est impossible avec ce genre de mode de pensée.

  • la vignette Crit’air, la vignette de Boniment’air

    • A grand coup de pub, Hidalgo affirme que la vignette est obligatoire. C’est faux! Ce qui est obligatoire, c’est de respecter les restrictions de circulation. Pourquoi cette pub? Parce qu’elle a la trouille que les parisiens boycottent la vignette, ce qui rendraient les contrôles très difficiles. En clair, il faudrait presque arrêter toutes les voitures pour examiner les cartes grises! Hidalgo ment et rement. Le problème avec les menteurs, c’est qu’ils ne se déconnectent de la réalité (exemple Cahuzac) et que leur entourage s’en détache. Au fait avez-vous vu des vignettes sur les taxis et les bus?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Aurélien Véron.

Il n’échappe à personne que Paris est en pleine transformation. Mais tout le monde s’interroge sur la direction choisie et ses conséquences pour l’économie de la capitale.

Madame la maire, quelle est votre vision de Paris ?

Voulez-vous en faire une ville-monde qui rayonne par son bouillonnement culturel, son dynamisme économique et la recherche de l’excellence ? Ou une ville de la démobilité, de la proximité dans la lenteur et de l’esprit participatif de ZAD, chacun décorant son pied d’arbre ou son tro... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Rachida Dati dénonce les finances calamiteuses de la Ville de Paris et demande la mise sous tutelle financière… de l’État ! Si les pratiques de la Ville de Paris sont clientélistes, opaques et manquent de « sincérité financière » l’État n’a pas lui-même de leçon à donner dans ce domaine.

L’indignation touchera peut-être certains contribuables et administrés d’Anne Hidalgo mais pas la majorité. Anne Hidalgo a été réélue en 2020 alors que les dérives de sa gestion étaient connues. Rappelons que Rachida Dati fut ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles