Christine Lagarde sauvée mais partiellement coupable

La Cour de justice de la République n’a pas totalement redoré son blason par rapport à un passé guère brillant mais si elle a fait bénéficier Christine Lagarde d’une double mansuétude très discutable, elle n’a pas toutefois trahi sa mission.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christine Lagarde (Crédits : IMF, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christine Lagarde sauvée mais partiellement coupable

Publié le 20 décembre 2016
- A +

Par Philippe Bilger.

Christine Lagarde (Crédits : IMF, licence Creative Commons)
Christine Lagarde (Crédits : IMF, licence Creative Commons)

J’étais prêt, la relaxe de Christine Lagarde prononcée, à écrire sur tout ce qui aurait dû la faire condamner. Apprenant contre toute attente qu’elle était déclarée coupable pour le délit de négligence, je vais mettre en évidence ce qui, à mon sens, a dû être pris en considération par la Cour de justice de la République – en espérant n’être pas trop éloigné de ses motivations essentielles.

Elle a certes bénéficié d’une relaxe partielle au sujet du choix de l’arbitrage, ce qui rend moins cohérente, irréfutable la décision de culpabilité à cause de l’absence de recours contre la décision arbitrale (Le Figaro).

Le ridicule d’une dispense de peine appliquée à de tels agissements au nom de la personnalité qu’elle a été, alors que précisément sa qualité aurait justifié une sanction sévère, n’effacera pas le sentiment de justice et le caractère de vérité suscités par sa mise en cause, aussi limitée qu’elle soit. On peut certes arguer d’une justice à deux vitesses mais Christine Lagarde était emmenée apparemment si triomphalement vers sa relaxe totale que la décision contraire apparaît déjà comme une victoire éclatante. Et c’est beaucoup.

Une procédure contestable

Aucune partie civile.

Un procureur général ayant pris des réquisitions écrites de non-lieu et n’ayant pas estimé devoir se défausser pour laisser la latitude à un autre magistrat d’adopter éventuellement, à l’audience, un point de vue contraire. D’autant plus que Jean-Claude Marin n’a jamais été étranger à la chose politique ni au camp de Christine Lagarde.

Un témoin capital, Stéphane Richard, décidant de ne pas se présenter pour ne pas être « un sous-témoin » puisque mis en examen dans une autre procédure parallèle pour escroquerie en bande organisée.

Des juges parlementaires présentés comme peu pugnaces et questionneurs.

Une absence de confrontation à l’audience entre les témoins Guéant et Pérol et l’accusée.

Une défense persuadée de l’emporter.

Je me demande si en définitive tout ce qui pesait si lourdement et ostensiblement en faveur de Christine Lagarde n’est pas apparu pour une inégalité choquante, une incitation à redresser la barre et à échapper à l’inéluctable : une relaxe programmée et organisée.

Par ailleurs Christine Lagarde a naturellement adopté le style de dénégation des puissants : j’étais débordée, je ne pouvais pas tout lire et tout savoir, je m’occupais des affaires internationales et Stéphane Richard du plan national, mais en même temps, ce qui était contradictoire dans l’esprit, elle déclarait « avoir agi en toute confiance et conscience ». Il fallait choisir : au courant de tout ou de rien, attentive par devoir ou indifférente par surcharge ?

La dénégation comme style de défense

Cette attitude était d’autant plus dévastatrice que le raisonnement de l’accusation représentée par une double volonté d’exonération distinguait artificiellement le registre politique du registre pénal. Comme si le premier était dispensé de suivre les expertises et les avis techniques et que l’infraction de négligence n’aurait pas pu être constituée par une forme de désinvolture à l’égard de ce que la compétence et la rectitude ministérielles auraient dû imposer.

Mais, bien plus, il me semble qu’un fil rouge politique ne cessait d’éclairer l’ensemble du processus de l’exclusion judiciaire jusqu’à l’arbitrage frauduleux et l’absence de recours contre celui-ci.

En effet, en s’obstinant, pour sauver la mise à Christine Lagarde, à ne pas relier la séquence qui a mis sur la touche la Cour de cassation au profit de l’arbitrage – Borloo étant le premier à opérer – et celle qui a organisé le caractère scandaleux de ce dernier, notamment avec les 45 millions d’euros pour réparer le préjudice moral de Bernard Tapie, on ne peut rien comprendre à des abstentions et à des refus qui n’ont été inspirés que par la nature politique, et non plus technique, de l’ensemble.

La Cour de justice ne redore pas son blason

Pour que l’arbitrage malhonnête ait lieu, il fallait évidemment, comme première démarche, faire fi d’une avancée judiciaire au profit d’un arbitrage qui allait faciliter et permettre le pire. De cette manière le comportement de Christine Lagarde est explicable en tous points, notamment par son refus de recours contre la sentence arbitrale.

Cette affaire avec ses implications politiques mettant en cause le plus haut niveau – inspirateur de l’arbitrage – ne pouvait constituer Christine Lagarde comme une personne seulement « abusée » qui n’aurait pas manqué, si elle l’avait été et si elle n’avait pas été solidaire de l’option de l’arbitrage – elle a succédé comme ministre au grand ami de Tapie qu’était Jean-Louis Borloo -, de s’en prendre au détournement de fonds publics commis par escroquerie et en bande organisée.

La Cour de justice de la République n’a pas totalement redoré son blason par rapport à un passé guère brillant mais si elle a fait bénéficier Christine Lagarde d’une double mansuétude très discutable, elle n’a pas toutefois trahi sa mission.

Christine Lagarde sauvée mais partiellement coupable.

Tant mieux, tant pis.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Je serais curieux de connaitre le prix de cette einième procédure … Cependant je ne cromprends pas la position de l’auteur : »Pour que l’arbitrage malhonnête ait lieu, il fallait évidemment, comme première démarche, faire fi d’une avancée judiciaire au profit d’un arbitrage » En quoi un arbitrage est-il moins bien qu’une procédure Judiciaire ? et surtout en quoi le risque d’arnaques est différent : ne voit-on pas des politiques sortir de procès ou ils sont jugés coupable de détournement de somme collossale et ont une peine inférieur à un voleur de pomme !

    • Bien d’accord, le problème n’était pas tant l’arbitrage que son montant exorbitant. Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès.

  • Je ne comprends rien à cet article, quel style bizarre ! Et je ne parle pas que du vocabulaire juridique.
    Tout le monde qui braille à tord et à travers « les puissants ma p’tite dame » et personne pour expliquer pédagogiquement ce qui s’est réellement passé.

  • Après le « responsable mais pas coupable » on a le « coupable mais sans peine ». C’est bon, on connait la musique,quel que soit le mécanisme alambiqué utilisé pour contourner les règles (au départ), enfumer les contradicteurs (au milieu) et sauver les têtes (à la fin), il reste toujours, pour le pékin moyen, le goût amer que l’on se f..t de lui. Alors les arguties spécieuses de quel article de loi on saurait extraire la substantifique moelle qui éclaircirait d’un seul coup le débat… M’enfin, le FMI est content, on peut garder la dame à son poste, c’est qu’il y a d’autres sujets sensibles en ce moment, mon bon monsieur.

  • J’aurai pu comprendre qu’on la poursuive comme actrice, complice ou receleuse du crime pour lequel les autre protagoniste sont poursuivis (escroquerie en bande organisée), mais « négligence  » … c’est quoi, ça, « négligence » ? Le fait d’avoir laissé se commettre un crime qu’on aurait pu empêcher mais sans savoir qu’un crime était en train de se commettre (sans quoi, ce ne serait plus de la négligence, mais de la complicité) ? Une sorte de non assistance à personne en danger sous stéroïdes, applicable même à des choses et même quand le danger n’est pas clairement identifié ?
    A ce compte, qui n’est pas coupable ? Et, spécialement, quel juge, quel policier peut échapper au jugement en « négligence » pour, entre autres, n’avoir pas empêcher un vol, n’avoir condamné un criminel qu’à un an de prison alors qu’il aurait pu lui en infligé 5 et ainsi empêcher qu’il commette un autre crime la 4ieme année, etc.

    A partir de là, le procès et la cour était déjà ridicule à mes yeux. Le jugement ridicule de « coupable mais pas sanctionné » n’est qu’une cerise sur ce pâté.

    • Cet article est sans fondement. Merci, vous êtes le seule qui ait fait un commentaire cohérent. Cette affaire est ridicule et éminemment politique et discrédite la justice française qui passe pour une justice de république bananière. Devant des charges aussi ridicules Christine Lagarde aurait dû être acquittée.

  • La majorité des parlementaires de la CJR, 7 pour être précis, sont issus de la gauche donc oui, la condamnation de Lagarde était écrite d’avance mais comme les loups ne se mangent pas entre eux, hors de question de l’envoyer en zonzon. Si en revanche 7 parlementaires avaient été de droite, Lagarde aurait été relaxée.

  • et les 45 M€, ils sont pour les français qui sont eux à l’amende !

  • Maître Bilger ne semble plus attendre grand chose de la Justice?
    République bananière.

  • Le véritable scandale est que l’affaire ne soit pas encore réglée après tout ce temps. Mais comment pourrait elle l’être ? L’état étant juge et partie, cette affaire est beaucoup plus politique que judiciaire et en conséquence les magouilles, les petits arrangements et les coups tordues pullulent. La grande victime est la justice qui se ridiculise avec un verdict absurde, mais ne l’a t’elle pas cherché en s’engageant dans cette procédure entièrement dictée par des motivations politiques ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Nous sommes en 1987. Un an plus tôt, la France faisait le choix d’élire une majorité RPR-UDF à l’Assemblée nationale, inspirée par la révolution conservatrice après cinq années d’échec du premier gouvernement socialiste de la Cinquième République.

Jacques Toubon, député de Paris et secrétaire général du RPR, rencontre un entrepreneur et animateur de télévision très en vogue et au style très direct. Il souhaite l’investiture du parti gaulliste à Marseille dans la perspective des élections législatives de 19... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Sur les 14 500 plaintes reçues par la Cour de Justice de la République (CJR) portant sur la gestion de la crise covid, quelques-unes ont abouti, dont celles contre Agnès Buzyn, l’ancienne ministre de la Santé.

Ce vendredi, Agnès Buzyn devrait savoir si elle est mise en examen dans le cadre d’une enquête menée depuis juillet 2020 sur la manière dont le gouvernement a géré l’épidémie de covid qui s’est abattue sur la France début mars 2020.

On reproche à l’ancien ministre à la fois son inaction et sa légèr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles