[Replay] Le FMI de Christine Lagarde

Publié Par Sébastien Maurice, le dans Économie générale

Par Sébastien Maurice.

Christine Lagarde (Crédits : IMF, licence Creative Commons)

Christine Lagarde (Crédits : IMF, licence Creative Commons)

Les économistes du Fonds monétaire international vivent-ils dans le monde réel ? Déjà en avril 2010, le FMI proposait de régler la crise budgétaire grecque par des hausses massives d’impôt, alors même que l’économie était écrasée sous le poids de la pression fiscale existante.

Rien d’étonnant, cela dit, venant d’économistes dont le statut de fonctionnaire international les autorise à être eux-mêmes totalement exemptés d’impôt.

Rappelons que si les Grecs font tout pour échapper à l’impôt, ce n’est pas par manque d’esprit patriotique, mais parce que le système fiscal grec est particulièrement oppressif. La vraie solution aurait donc au contraire été des réductions d’impôt massives pour remettre sur pied l’économie.

Il s’agit d’une solution gagnant-gagnant, puisqu’elle permet d’augmenter l’assiette de l’impôt (reprise de la croissance et diminution des revenus non déclarés), de réduire mécaniquement les dépenses sociales (baisse du chômage et de la pauvreté) et d’enclencher une baisse du ratio d’endettement par rapport au PIB.

Comme presque toujours en Europe, le choix exactement inverse a été fait. Les plans successifs d’augmentation des taxes ont fait basculer la Grèce dans une spirale récessive qui n’a fait qu’alourdir le poids des dépenses sociales et de la dette tout en encourageant encore davantage l’évasion fiscale.

FMI rené le honzecMais ce n’est rien à côté de ce que prépare le FMI en cas de résurgence de la crise des dettes souveraines. Au lieu de tirer les leçons de ses erreurs, le Fonds monétaire international propose à présent un plan encore plus destructeur et souhaite s’attaquer directement à votre patrimoine par la mise en place d’une taxe sur tous les comptes d’épargne et d’assurance-vie afin d’alléger la dette des États. Une autre solution envisagée par le FMI est d’obliger les fonds d’assurance vie et de pension à acheter de la dette publique à des taux inférieurs au marché.

Si vous pensez que cela ne vous concerne pas et que seuls les riches seront touchés, sachez que selon certaines rumeurs un plan serait à l’étude en Grèce pour prélever 30% sur tous les comptes dès 8000 euros. Lorsqu’un État absorbe 50% de la richesse nationale, tout le monde doit être visé. L’étatisme est vendu sous couvert de lutte contre les inégalités (ce que les étatistes de gauche appellent lutte des classes entre riches et pauvres) mais il aboutit toujours à une lutte entre le gouvernement et le peuple. Les grandes fortunes et les entrepreneurs savent déplacer leurs capitaux et fuir à l’étranger, contrairement à la classe moyenne et aux plus défavorisés.

Comme le notent nos collègues du Temps, le problème de l’endettement public est loin d’être limité à la Grèce et une nouvelle crise des dettes souveraines est imminente. Dans la plus grande discrétion, les élites préparent la mise en place de la société sans cash pour vous faire payer l’addition, et aucun grand média n’en parle. Il est temps de réagir en signant notre pétition !


Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

  1. >Maître pourquoi quand Chypre a été écrabouillée, son système bancaire régenté, et massacré, ses habitants ont vu se réduire leur système de santé et de retraite. Nos Gauchistes défendeurs du peuple opprimé, n’ont rien dit ?
    >>Petit scarabé : parce que Chypre est de droite : et la misère est acceptable pour ceux qui votent à droite.
    Mais surtout pas quand il s’agit de la Gauche, la belle gauche démagogique qui promet n’importe quoi, puis vient demander à Bruxelles de payer pour elle. Là toute les Associations de Gauche notamment Françaises :
    CES ASSOCIATIONS DE GAUCHE FRANÇAISE SUBVENTIONNÉES PAR DES DÉPARTEMENTS DE DROITE.
    Sont choquées : car, en Grèce, on attaque un gouvernement de la gauche de la Gauche.
    >Ah !

  2. « Les grandes fortunes et les entrepreneurs savent déplacer leurs capitaux et fuir à l’étranger, contrairement à la classe moyenne et aux plus défavorisés. » Certaines éminences grises ont déjà la solution à ce léger contretemps. Des économistes et des hommes de l’Etat parlent de plus en plus d’une idée qui commence à prendre forme dans les cercles dits progressistes, à savoir un gouvernement mondial. D’ailleurs, à ce propos, de plus en plus d’eurocrates expriment la possibilité que l’Union européenne s’étende jusqu’à Moscou. Alors peut-être qu’un jour il sera également compliqué pour les entrepreneurs de déplacer leurs capitaux autant que pour les classes moyennes. Pour certaines grandes fortunes, je ne me fais par contre pas de souci : elles trouveront bien un compromis avec le pouvoir.

    1. Un gouvernement mondial ? Un rêve communiste, qui, heureusement, a explosé contre le mur de la réalité. L’Union Européenne, telle qu’elle est maintenant, risque de ne plus durer bien longtemps. Pour ma part, je pense que les pays bien gérés, l’Allemagne en tête, finiront par en sortir, et laisseront les pays comme la France et la Grèce se débrouiller avec leur dette, leur Etat obèse et leur protection sociale en faillite.

      1. Pardon ? l’Allemagne un pays bien gérée ? ce n’est pas parce que c’est moins pire que c’est bien. Considérez : la dette de l’Allemagne, le nombre de pauvres en Allemagne, le poids de l’état croissant en Allemagne. Analysez les chiffres en macro et vous verrez qu’aucun état en Europe n’est bien géré, ni dans le reste du monde.

        1. @ Jeanbois : et la Suisse, n’est-elle pas mieux gérée que les autres ? Même si elle n’est pas à l’abri du socialisme envahissant…

        2. Budget allemand équilibre, caisses sociales excédentaires, endettement en baisse, sur quelle planète vivez vous ?

          Le problème de l Allemagne est sa pléthore d usines qui tournent pour les branleurs en faillite du sud de l Europe.

          Quant aux pauvres arrêtez avec cette légende urbaine.

          1. A se demander ce que vous ne comprenez pas dans mes propos, 4 lignes, des mots simples, que puis je faire de plus ?

            1. l’ Allemagne…..certes, là bas, ça ne rigole pas, mais en attendant, si vous vous rappelez bien la réunification, nos grosses têtes donnaient dans les grandes phrases, « il faudra 25 ans à l’Allemagne pour se relever de cette réunification »…. au bout de 10 ans, ils avaient pratiquement fait le boulot… toute la différence est là, quand il faut manger le pain noir, ils ne vont pas faire des grêves , ils retroussent les manches pour sortir le pays du bourbier….en France, il y a les « syndicats » pourtant « alimentés par les gros chèques de l’état, juste une info assez récente, subvention aux glandeurs de la sncm… plus en grêve qu’au travail, et après, l’état donne de gros chèques pour maintenir à flot ….

    2. Un compromis… comme Khodorkovsky, vous voulez dire? Celui-là même qui est accusé de meurtre juste après avoir entamé des poursuites à hauteur de plusieurs milliards de dollars contre l’Etat Russe pour spoliation?

  3. Quand on devient grand, on se garde d’affirmer n’importe quoi.

    La fiscalité grecque est élevée ? Possible, mais personne ne pourrait vous en parler, puisque personne ne paie ! Il est fatiguant de voir les français si bien expliquer une Grèce qu’ils fantasment dans leurs bistrots.

    Oui par contre, les dépôts ne produisant pas d’intérêts, l’impossibilité de faire un versement sans traçabilité, le piège se referme, et avant même d’avoir capturé les bestioles, la plupart se seront sauvées.

    Quant au FMI, le fond n’est pas mauvais, mais les circonstances l’obligent à financer tout et n’importe quoi, et ses appels à la fiscalités indiquent qu’il serait temps que les Etats cessent de s’en laver les mains.

    1. C’est justement ce qu’explique l’article, la fraude est encouragée par les taux d’impôts excessifs.
      Personne ne paye ? là c’est vous qui affirmez n’importe quoi. Bien que la fraude soit importante, si aucun revenu n’était déclaré nous aurions un PIB proche de 0…il est de 22 000$ par habitant, donc ils déclarent bien une large part des revenus…ceux qui sont allés en Grèce se rendent bien compte que le PIB « réel » par habitant n’est probablement pas beaucoup plus élevé que 30 000$ par habitant.

      1. « si aucun revenu n’était déclaré nous aurions un PIB proche de 0…il est de 22 000$ par habitant, donc ils déclarent bien une large part des revenus »
        Le PIB n’a pas grand-chose à voir avec les revenus, même si le PIB / habitant peut donner une indication du niveau de richesse, mais il n’y a pas de lien direct.
        Le PIB est la somme des valeurs ajoutées, c’est-à-dire pour faire simple le prix de vente moins le prix de revient. Pas grand-chose à voir avec les revenus.
        Ceci dit, des petits génies ont eu l’idée d’inclure dans le PIB la « valeur ajoutée des administrations » (qui n’en ont aucune d’un point de vue comptable) à la valeur des revenus des fonctionnaires. Il y a donc un lien PIB – revenu à ce niveau-là, mais c’est de la fausse richesse, une vue de l’esprit.

        1. Le PIB c’est également la somme des salaires (la valeur ajoutée se retrouve bien dans la poche de quelqu’un un jour ou l’autre), d’où le rapport avec les revenus…

        2. Pas grand-chose à voir avec les revenus

          La VA rémunère les salaires, le crédit (s’il y en a un) et le profit.

        3. Oui comme l’ont expliqués QQN et Théo il y a bien une relation direct entre la VA et les revenus, de plus on retombe sur ce que je disais au départ, à savoir que si les commerçants ne déclaraient rien, la VA comptabilisée serait beaucoup plus faible donc nous ne pourrions pas avoir un tel niveau de PIB/H

  4. Ce n’est pas aux pauvres de payer les erreurs que font les riches et les banques

    1. Dans ces conditions il faudrait leur interdire de voter.

  5. Le FMI est d’abord un croque-mitaine utile, puis un bouc émissaire indispensable. Il n’a jamais été envisagé par des dirigeants d’y faire appel pour que lui sauve la situation à leur place.

  6. Le FMI détient sa propre monnaie (mondiale) : les SDR. Cette monnaie pourrais propulser le FMI au statut de méga FED : impression illimité de SDR et aucun collatéral pour appuyer cette monnaie, juste son nom comme garantie de confiance dans le papier en cas de crise monétaire majeure.

    On connait l’appétit de nos concitoyens désespérés pour ce genre de manœuvres étatiques miraculeuses.

    1. Voici la présentation donnée par le FMI. Il ne s’agit ni plus ni moins d’une monnaie mondiale pilotée par les élites. Le free banking n’est définitivement pas à l’ordre du jour 🙁 =>

      http://www.imf.org/external/np/exr/facts/sdr.htm

  7. Et pour alimenter les très juste déclarations de Monsieur Maurice, voici un article écrit par Vincent Bénard qui fait déjà allusion à la nécessité d’instaurer en Grèce une fiscalité plus juste et qui augmentera considérablement les rentrées fiscales.

    http://www.objectifliberte.fr/2010/03/grece-flat-tax.html

    1. La flat tax est une hausse d’impôt pour les bas revenus, précisément ceux qui peuvent aisément réaliser des revenus sans les déclarer grâce à l’argent liquide, alors que les riches ne peuvent très difficilement frauder. Ce n’est donc absolument pas la solution. Si je devais jouer au conseiller économique, je dirais qu’il faut abolir toute la fiscalité et ne conserver qu’un taux unique de taxe sur les ventes ou de TVA à 20 ou 25% maximum, avec un taux réduit à 10% pour le CA en dessous de 500K (donc pour les petites entreprises). Mais en vérité la seule mesure fiscale réellement compatible avec la liberté, c’est l’abolition totale des impôts.

  8. « L’étatisme est vendu sous couvert de lutte contre les inégalités […] mais il aboutit toujours à une lutte entre le gouvernement et le peuple. Les grandes fortunes et les entrepreneurs savent déplacer leurs capitaux et fuir à l’étranger, contrairement à la classe moyenne et aux plus défavorisés. »

    Ce n’est pas la raison pour laquelle la pression fiscale affecte toujours les pauvres.
    La raison en est que les hommes de l’État ne peuvent pas décider qui paie vraiment les impôts.
    http://www.contrepoints.org/2013/01/03/110093-letat-ne-decide-pas-qui-paie-les-impots

  9. C’est bien pourquoi je prélève chaque mois du cash depuis 18 mois.
    De toute façon à un taux 0% à la banque ou 0% chez moi, le cash est aussi bien chez moi.

    1. Marc, je vous rejoins sur la nécessité de l’inutilité voire le danger de laisser son cash en banque (j’y travaille depuis 20 ans…) mais alors pourquoi stocker du cash ? Pourquoi ne pas changer votre cash en métal précieux ? Une pièce d’argent, c’est moins de 20€, avec une valeur intrinsèque, alors que les billets ne valent que la confiance qu’on accorde aux émetteurs (et qui est , dans mon cas, plus que limitée).
      Je conçois aisément qu’on veuille sortir du système bancaire mais stocker du cash au delà de 2 mois de besoin, vraiment, je vois pas l’intérêt.

  10. Christine Lagarde au JDD : « Tsipras m’a soutenue pour mon deuxième mandat » http://www.lejdd.fr/Economie/Christine-Lagarde-au-JDD-Tsipras-m-a-soutenue-pour-mon-deuxieme-mandat-773733
    Un vrai anticapitaliste

Les commentaires sont fermés.