Manger sain ? Si je veux !

Il n’existe pas de réponse universelle et facile aux problèmes d’alimentation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fast food Mc Donald's (Crédits fish_boun, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manger sain ? Si je veux !

Publié le 4 février 2016
- A +

Par Youri Chassin.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Fast food Mc Donald's (Crédits fish_boun, licence Creative Commons)
Fast food Mc Donald’s (Crédits fish_boun, licence Creative Commons)

Imaginez une table de cuisine sur laquelle il y a :

  • Trois sandwichs aux œufs et fromage, tomate, oignons frits et mayonnaise ;
  • Une omelette de cinq œufs ;
  • Un bol de semoule de blé ;
  • Trois tranches de pain doré avec du sucre en poudre ;
  • Trois crêpes avec pépites de chocolat ;
  • Deux tasses de café.

On s’imagine tout de suite le déjeuner d’une petite famille, possiblement un peu rondouillards. En plus d’être obèses, ils sont sûrement diabétiques ! La Coalition Poids s’indignerait et réclamerait au plus vite des avertissements de santé sur les produits sucrés, une revendication qui n’a rien de nouveau

Et pourtant, ce déjeuner très calorique est celui d’un champion olympique de natation, dont le corps d’athlète fait rêver avec ses muscles découpés. Lorsqu’il s’entraîne, Michael Phelps mange 12 000 calories par jour, soit quatre fois la norme recommandée. À lui tout seul !

Une mauvaise alimentation présente bel et bien des dangers. Dans l’alimentation comme dans bien d’autres aspects de la vie, il faut faire preuve de bon sens et trouver un équilibre entre les calories et nos activités quotidiennes. C’est la seule recette magique.

Jamais n’avons-nous été aussi conscients de ce que nous mangeons et buvons. Les émissions comme l’Épicerie à Radio-Canada et les émissions culinaires de toutes sortes font la part belle aux solutions santé. On apprend à lire les valeurs nutritionnelles très jeunes. Bref, l’information est partout présente et c’est tant mieux.

Parfois, on tente d’aller trop loin. Lorsque certains veulent imposer des mises en garde sur des produits comme la nourriture ou les boissons, comme le propose la Coalition Poids dans le Journal d’aujourd’hui, c’est la notion d’équilibre qui prend le bord. Le fait que Jaromir Jagr boive du Coke Diet n’est vraiment pas un problème dans son cas. Si vous en buvez deux litres en regardant le match dans votre salon, ça peut constituer une mauvaise habitude, par contre.

Le bon jugement compte-t-il encore pour quelque chose ? Peut-on faire nos propres choix sans se faire condamner par les ayatollahs de la vie saine ? Je ne vais pas me mettre à manger la même chose que Michael Phelps en espérant lui ressembler. Pas parce qu’on me dit que le sucre ceci et les matières grasses cela. Juste parce que ça n’aurait pas de bon sens.

Dans un débat de santé comme celui-ci, il ne faut pas oublier que les circonstances varient considérablement d’une personne à l’autre. Ma vie n’est pas celle d’un champion de natation. Les solutions mur-à-mur ne conviennent donc jamais à tout le monde et c’est pourquoi il n’existe pas de réponse universelle et facile aux problèmes d’alimentation.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial santé publique

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Une petite question: que pensez-vous de l’alimentation cétogène (85% de lipides, 10% de protéines, 5% de glucides)?
    Je sais qu’il y a eu un ou deux articles sur contrepoints mais les commentaires sont très partagés (et passionnants).
    Apparemment, cela fait des miracles et c’est un type d’alimentation qui se distingue clairement de toutes les recommandations qu’on nous rabâche à longueur de journée.

    Merci

    • j’ai une tante de 93 ans qui saute et court.. qui n’a jamais été malade, eh ben des gens pense pouvoir lui lui expliquer ce qu’elle doit manger… bien sur ces gens sont parfois maladifs mais ils ont lu des trucs ou leur docteur leur a dit..

    • En tous cas, une chose est sure : on aurait du mal à vivre en se nourrissant exclusivement de navets. C’est pourtant ce que semble nous conseiller les charlatans de la diététique en dénigrant tous les aliments …

      Depuis l’invention de l’agriculture, on a adopté une alimentation permettant de nourrir un nombre important d’individus. Il est logique de penser cependant qu’elle n’est pas parfaitement adaptée à notre organisme. Si j’ai bien compris, l’alimentation « cétogène » vise à se rapprocher de notre alimentation « naturelle » de pré-civilisés. Cependant n’est-ce pas le simple fait de manger à notre faim qui n’est pas adapté à notre organisme ?

      Après, on veut nous faire la morale sur de « mauvaises habitudes » alimentaires. Et en accusant souvent les industriels d’en être la cause. Mais d’après certaines études, les omnivores comme les rats qui nous sont proches adoptent les mêmes comportements : se jeter en priorité sur les sucres puis les graisses. Notre cerveau primitif reste persuadé que la nourriture est difficile à obtenir et qu’il ne faut pas laisser passer une occasion de faire des réserves.

      Ainsi donc, le problème se résume au dicton : il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. Plus on a de facilité pour vivre, et plus on se crée nos propres problèmes – et ce dans tous les domaines. C’est peut-être à ça qu’il faudrait réfléchir en premier ?

    • Je ne vous dirai pas comment manger, mais le régime don vous parler est très certainement mauvais pour votre santé au long terme. Peut-être donne-t-il l’impression d’avoir meilleure forme, se sentir mieux et avoir une plus belle peau, mais ça ce n’est que pendant quelques années.
      Un régime à 85% de graisses (déjà lesquelles), vos artères ne vont pas aimer.
      Qu’on vienne me démontrer qu’il est sain de manger ainsi, car je ne comprends pas comment on peut défendre ce genre d’alimentation.

    • Un « nouveau » régime qui promet des miracles, c’est original 🙂
      En tout cas les possibles effets à long terme font rêver: cholestérol élevé, calculs rénaux, diminution de la densité osseuse, problèmes hépatiques…
      Que ceux qui veulent tester n’hésitent pas à revenir témoigner dans quelques années, ce sera certainement très intéressant.

  • Ca fait assez longtemps que le mythe des 12 000 calories par jour de Michael Phelps a été démenti, y compris par lui-même.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Autrefois, l’obésité était associée à la bonne santé, et les réserves aidaient à passer l’hiver. Mais les valeurs ont été renversées, depuis le Moyen Âge. Les enfants du confinement, victimes de l’inactivité et moralement atteints, ont peut-être constitué des réserves en prévision des abyssaux déficits qu’ils auront à combler.

Le président nous a été vendu comme un génie de la finance. Certains susurrent qu’un épicier aurait obtenu de meilleurs résultats et je ne doute nullement que l’on trouve de géniaux épiciers. Le concernant, à la ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles