Guerre de l’homophobie en Tunisie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau Tunisie (Crédits Gwenael Piaser, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Guerre de l’homophobie en Tunisie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 décembre 2015
- A +

Par Farhat Othman.

Drapeau Tunisie (Crédits Gwenael Piaser, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.
Drapeau Tunisie (Crédits Gwenael Piaser, licence CC-BY-SA 2.0), via Flickr.

La société civile est en ébullition en Tunisie. Un jugement homophobe extrêmement sévère a été rendu le jour même où la Tunisie recevait sa distinction internationale, journée de célébration des droits de l’Homme, par ailleurs.

C’est un tribunal de la ville religieuse de Kairouan qui a donné le signal de ce qu’on considère déjà comme un acte de guerre. Venu le jour même où, dans la ville de Sousse dont relève judiciairement ce tribunal, on jugeait déjà en appel une autre affaire homophobe, un jeune étudiant ayant été condamné à un an de prison suit à un moyenâgeux test anal.

Une déclaration de guerre

Le jugement de Kairouan a concerné six étudiants d’un foyer étudiant de Rakkada convaincus de sodomie sur la base de tests anaux. Ils ont écopé de la peine maximale prévue par l’article 230 du Code pénal dont la légalité est forment contestée, mais qui trouve légitimité dans une conception se voulant islamique.

Bien plus grave, le tribunal a condamné aussi l’un des étudiants pour une peine supplémentaire de six mois pour détention sur son portable de scènes pornographiques. Et cerise sur le gâteau, les six jeunes ont été condamnés au bannissement de la ville, peine rarement prononcée sinon jamais en Tunisie.

D’après certaines indiscrétions diplomatiques, ce jugement serait la conséquence de la peur des milieux intégristes de voir le chef de file du parti islamiste se rallier à l’opinion de plus en plus répandue de la nécessité d’abolir l’homophobie en Tunisie.

Déjà, dans une interview à des médias étrangers, il a été amené à faire acte de son opposition à la philosophie de l’actuel article homophobe, se basant sur le fait que l’islam protège la vie privée des gens.

Cette reconnaissance du bout des lèvres par M. Ghannouchi de la légitimité de la cause anti-homophobie est une sorte de lâchage de lest face à la forte pression dont il a fait l’objet de la part de l’ami américain qui tient à jouer en Tunisie la carte de l’islam politique.

Bien mieux ; il serait même allé jusqu’à promettre de voter un texte de loi abolissant l’article de la honte s’il devait venir devant l’assemblée, tablant manifestement sur le fait que cela ne se ferait jamais.

Une société civile laïciste

En effet, il sait que le sujet demeure tabou et si l’homosensualité (mon terme pour homosexualité trop connotée sexe) est répandue dans la société, le sexe y étant total, on n’ose en parler du fait de l’environnement de contraintes légales et morales.

Ainsi, aucun député n’ose parrainer le projet de loi abolitionniste qui leur a été proposé. Ils furent même rares à défendre la cause quand l’association récemment créée a été et est menacée de dissolution.

Les militants associatifs eux-mêmes refusent de proposer un tel texte pour la raison qu’ils ne veulent pas mélanger la religion à la politique. Or, un tel laïcisme dogmatique arrange les affaires du chef islamiste, car le discours de la société civile demeure inaudible du moment qu’il ne fait pas référence à l’islam.

Son discours légaliste est ignoré par une majorité dans la société qui, bien qu’elle ne soit pas homophobe ni pratiquante, est attachée aux valeurs d’un islam vécu moins comme culte que comme culture.

Une population attachée à un islam culturel

On ne sait donc pas parler aux gens qui passent pour homophobes ou intégristes quand ils ne font que naïvement acte d’attachement à une religion qu’on leur dit homophobe. Pourtant, des essais et des témoignages ont démontré le contraire, puisqu’il existe aujourd’hui des imams gays et des mosquées inclusives ; mais les élites laïques ne veulent en faire état ne serait-ce que pour éclairer l’opinion, réussir à susciter l’écoute.

S’ils ont versé dans un dogmatisme laïcisant qui a plombé leur cause, il semble que le dernier jugement par sa violence même a suscité en eux une réaction salutaire. On pense ainsi créer un collectif et on n’exclut plus d’examiner la possibilité d’user de l’argument religieux d’une manière ou d’une autre.

Il était temps, car c’est la seule arme pour débloquer la situation. En effet, la Tunisie se voulant démocratique ne peut que se plier à la loi de la majorité. Celle du peuple est en apparence pour l’homophobie, car elle pense que l’islam est homophobe. Un projet de loi appelant à l’abolition de l’article 230 base légale de l’homophobie pour violation de la constitution, non seulement dans ses dispositions civiles, mais aussi dans son inspiration religieuse, permettrait de lancer un débat salutaire et réactiver la possibilité de rappeler à sa promesse le chef de file du parti islamiste.

Il faut rappeler en effet que nonobstant l’option pour une notion creuse d’État civil, la constitution tunisienne réfère à l’islam aussi bien dans son article 1er qui en fait la religion de l’État, que dans un préambule référant aux valeurs de l’islam et faisant partie intégrante du dispositif.

Il est sûr qu’un tel projet se voulant consensuel déclenchera la guerre contre l’homophobie en Tunisie, ce qui ne ne manquera pas de faire tache d’huile touchant aussi l’Algérie, mais aussi le Maroc où la société civile remue déjà, même si elle ne le fait pas encore correctement, demeurant trop proche des vues occidentales et courant le risque de paraitre, auprès du peuple, comme ne véhiculant que des valeurs occidentales déconnectées des réalités Arabes musulmanes.

Ci-après le texte qui circule depuis mai et que la société civile pourrait valider, en faisant l’arme par excellence dans la future bataille contre l’homophobie en Tunisie.

PROJET DE LOI

Abolition de l’homophobie
Attendu que l’homophobie est contraire aux droits de l’Homme et au vivre-ensemble paisible, à la base de la démocratie,

Attendu que l’orientation sexuelle relève de la vie privée que respectent et l’État de droit tunisien et l’islam,

Attendu que l’article 230 du Code pénal viole la religion musulmane qui n’est pas homophobe étant respectueuse de la vie privée de ses fidèles qu’elle protège ;

L’ARP décide :

Article unique

La vie privée étant respectée et protégée en Tunisie, l’article 230 est aboli.

Retrouvez sur Contrepoints tous les articles de Farhat Othman

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • il a l’air pas mal du tout ce projet de loi : 10 petites lignes de texte, l’art de dire les choses d’une manière concise et compréhensible…
    pour comparaison, ça existe encore en france, une loi qui fait moins de 10 pages, et sans 20 ou 30 références à d’autres lois absconses ?

  • Rappeler moi, on est bien en 2015 ?
    Ces gens ont 5 siècles de retard aujourd’hui et 6 demain.

  • Nos amis Tunisiens plus progressistes que les imams payés par le Qatar et l’Arabie Saoudite ( nos alliés)pour rependre le poison de l’islam radical sunnite …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Parler aujourd’hui de l’utilité de l’immigration suscite souvent une réaction violente : ce serait, au mieux, de l’inconscience, une "trahison de l’identité nationale" ou, au pire, une complicité avec l’islamisme ! Pourtant l’histoire a prouvé l’utilité économique et démographique de l’immigration et une récente étude de l'OCDE vient d'en confirmer l'impact positif pour les finances publiques des pays concernés.

Les sentiments anti-immigration sont largement utilisés dans l’actuelle début de campagne président... Poursuivre la lecture

Par Malik Bezouh.

Poursuivi pour « offense aux préceptes de l'islam et aux rites musulmans », l'islamologue Saïd Djabelkhir, âgé de 53 ans, a été condamné le 22 avril 2021 à 3 ans de prison par un tribunal algérien.

Une sinistre affaire qui n’est pas sans rappeler celle de Slimane Bouhafs, cet activiste algérien converti au christianisme et qui a connu, en août 2016 les affres de l’incarcération dans une prison algérienne. Son crime : avoir porté « atteinte à la religion musulmane » en manquant de respect à la personne du prophè... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

C’est reparti ! Une femme policier a été tuée par un islamiste, après d’autres Français. Vite, certains politiques proclament qu'il faut arrêter l’immigration. Que la colère monte contre les assassins, c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est d’utiliser un mot qui ne veut rien dire pour exploiter électoralement cette colère.

Commençons d’abord par déblayer le sens de ce mot, qui est variable suivant l’interlocuteur et son opinion politique, et ensuite voyons si l’arrêter ne déclencherait pas d’autres graves co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles