Students for Liberty défend la liberté à Rennes !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Students for Liberty défend la liberté à Rennes !

Publié le 10 juillet 2015
- A +

Students for Liberty continue de se développer à grande vitesse en France. Aujourd’hui, l’antenne rennaise voit le jour avec toujours les mêmes objectifs : faire découvrir nos idées, les diffuser et nous rencontrer.

Par Tom Pinard [*]

« À long terme, c’est nous qui l’emporterons… La botte cessera un jour de marteler le visage de l’homme, et l’esprit de liberté brûle avec tant de force dans sa poitrine qu’aucun lavage de cerveau, aucun totalitarisme ne peuvent l’étouffer. » — Murray Rothbard

Students-For-LibertyLe projet Students for Liberty – Rennes s’engage dans le combat pour la liberté. Il vise à apprendre, réfléchir, débattre, de l’application aux problèmes actuels.

Aujourd’hui, il est malheureusement devenu habituel d’entendre que les politiques de droite comme de gauche seraient « libérales », voire « ultralibérales ». Il est important, pour nous, de développer de vraies idées pro-libertés, de permettre à chacun de savoir si telle ou telle réforme est libérale ou liberticide.

Le gouvernement actuel et les événements récents permettent d’illustrer notre philosophie facilement, et avec énormément de matière. En effet, les mesures liberticides s’enchaînent : projet de loi renseignement, censures, interdiction d’UberPop etc. Ces menaces doivent être au cœur de nos discussions. Il est devenu primordial de nous organiser, de nous développer au sein des différents campus français, pour que les étudiants d’aujourd’hui, salariés, entrepreneurs, citoyens de demain, comprennent à quel point nos libertés sont aujourd’hui en danger. C’est le rôle d’associations telles que la nôtre.

C’est dans cette optique que Students for Liberty – Rennes mettra en place différents événements. Nous avons l’intention d’organiser des café-débats pour permettre à tous, sympathisants ou néophytes, de participer à la discussion sur des sujets d’actualités divers. Nous viserons aussi le partage de réflexions personnelles, de lectures réalisées ou d’arguments réfléchis pour chaque sujet porteur d’observations dans le but de tous pouvoir défendre nos idées. Nous travaillerons sur la mise en relation de sujet d’actualité et d’œuvres libérales essentielles tel que le rapprochement entre la fronde des taxis et la Pétition des marchands de chandelles de Frédéric Bastiat.

L’association a deux ambitions majeures pour sa première année d’existence. La première est l’organisation d’une conférence, qui devrait avoir pour thème « qu’est-ce que le libéralisme ? », afin de lutter contre tous les clichés qui nous sont opposés en redéfinissant nos principes. Cette conférence aura aussi pour but de lancer l’association rennaise, pour, je l’espère, de nombreuses années, en touchant une large population. Le second projet est la préparation de la conférence rennaise des Libérés de la Sécu afin de leur prouver notre soutien important, cette réunion ayant plusieurs fois échoué dans son organisation alors que le mouvement est très présent en Bretagne. Les entrepreneurs de la capitale régionale pourront ainsi s’informer sur le sujet.

Je vous invite dès aujourd’hui à nous rejoindre sur la page Facebook Students for Liberty – Rennes afin d’obtenir les informations pour participer aux échanges, aux conférences ou tout simplement débattre avec nous. Je vous remercie de partager la page pour nous exprimer votre soutien et permettre à certains de nous découvrir et de nous contacter.

[*] Tom Pinard est coordinateur local pour European Students for Liberty.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • A Rennes? c’est de la provocation. Gare au baston.
    En tout cas, bravo, faut le faire, marre de laisser les socialistes tuer la France.

    • Non, ce n’est pa s la « faute aux socialistes », seulement, le précédent n’a pas été « libéral pour tout et pour tout le monde »

      Le problème politique actuel c’est que les plus âgés (dont je fais partie) vont devenir majoritaires! Ces vieux, sécuritaires, nostalgiques, réactionnaires et conservateurs finiront par voter de plus en plus à l’extrême droite, ou gauche!

      Non, que les jeunes se revendiquent, d’abord, comme « LIBRES », opposés à toute contrainte jugée exagérée: Les jeunes ont besoin de se construire un avenir idéal, dont, malheureusement, la vie les contraindra sans doute à abandonner des bribes et morceaux, à leurs corps défendant!

      Qu’il n’oublient pas que la liberté a des limites: ce n’est pas « ce que je veux, quand je veux, où je veux »! Ça s’arrête là où commence celle de mon voisin et là ou la réalité l’exige (mais cela, ça peut changer!).

      Pas de catéchisme! Lire F.Bastiat, oui, mais ce sont les idées de F. Bastiat!

      Un vrai libéralisme, c’est bien l’idée qu’on en a! Aucune théorie n’a de valeur si ce n’est quand des femmes et des hommes s’en emparent et les font leur! L’obéissance a des écrits par d’autres n’a rien de libéral!

      L’avenir n’est pas écrit et tout reste donc à inventer et à créer!

      Un libéral ne s’engage pas à se soumettre à une idéologie dont il n’aurait aucun contrôle! Où serait sa « Liberté »?

      C’est bien pour ça que les partis « libéraux » ne se rassemblent que sur certaines orientations et certaines valeurs, mais en légiférant peu sur tout le reste!

      • Sur ce point, vous avez raison, les socialistes n’ont pas été les seuls. C’est d’ailleurs ce qui a fait sauter Sarkozy, malgré ses belles promesses il n’a pas été libéral, seulement intéressé par sa réelection.
        Ensuite, mon propos n’était pas une mise en cause des « jeunes », mais simplement le rappel que toute cette partie du territoire était à gauche, même têtes fortement.
        Et votre approche du « libéralisme » me ferait presque penser à de l’anarchisme, alors je me contente d’une définition plus simpliste ; en dehors des fonctions régaliennes, moins il y a d’Etat mieux ça vaut.

        • « en dehors des fonctions régaliennes, moins il y a d’Etat mieux ça vaut. »

          Oui, probablement, un peu simpliste!

          Contrairement à vous (peut-être), je limite la liberté individuelle à certaines réalités, pas forcément libérales, mais ce sont des faits contre lesquels l est inutile d’aller se casser le nez, de front, quitte, ensuite, à remplacer la gestion d’état par une offre de sociétés « privées », progressivement.

          Bientôt le traitement idéal d’un cancer sera efficace si personnalisé, cela coûtera « un pont », impayable par la majorité des gens, sans assurances: si on opte pour « un droit de l’homme à des soins de santé » (comme médecin, je ne m’y opposerais pas!), il faudra bien un nouveau « droit ».

          Et supprimer toute « sécurité sociale », en Europe, même si pas libéral, n’est, à mon avis, pas envisageable! Oui, c’est un « acquit » de Gauche, mais je ne suis pas opposé qu’une solidarité tempère ma liberté individuelle: contradiction? Je l’admets bien volontiers!

          Mais je revendique d’être assez libéral, sans nier, pour autant, que d’autres ont des idées non-condamnables: les différences, la variété font le richesse! Celui qui ne pense pas comme moi, n’est pas à condamner! Je ,e possède pas toute la « Vérité », évidemment!

          Et la « sécurité sociale », quelle qu soit sa forme, fait partie « du patrimoine européen » intellectuel, moral, humain et c’est bien notre solidarité pacifique qui malgré les heure perdues en discussions, font que l’idée-même de nous entretuer n’est plus jamais d’actualité: c’est bien ça « que le monde entier nous envie »!

          Ne voyez-vous pas que la crise européenne démontre de mieux en mieux que les « clubs politiques nationaux » détestent qu’on regarde leurs pratiques par peur que ce soit su par les électeurs? Comme pour les centrales nucléaires, je crois plus les commissions internationales que les nationales, pour me mettre à l’abri! (et des reportages de « Cash » sur la 2 ne me poussent vraiment pas à faire plus confiance à la France!).

          Notre avenir est une transparence communautaire opposée à nos intérêts nationalistes: « l’Union fait la force », c’est la devise du pays où je suis né; les étrangers ont tous pensé que ce pays allait éclater: les citoyens majoritaires préfèrent le contraire! Il en est allé ainsi! Ils ont une autodérision qui les sauve toujours mieux que le chauvinisme! Je ne suis plus Belge!

          • Effectivement, je me rappelle que vous disiez faire partie des « vieux’, je comprends mieux maintenant. Votre souci, le cancer et la retraite. Et pour vous, seul la Sécu peut vous donner tout celatouta. Désolé, il vous suffirait de voir le prix que cela nous cpute pour comprendre que notre système, s’il semble égalitaire, est hors de prix et même pas à la hauteur. Et prendre une « assurance » comme vous dites vous aurait couté beaucoup moins cher.
            Vous dénigrez les services des entreprises privées, mais savez-vous que dans nos régions, les budgets sont utilisés à 70 % en frais de fonctionnement, restant donc 30% pour le retour aux citoyens pour les investissements collectifs et aides sociales réelles. Un tel ratio en entreprise l’aurait immédiatement mise en faillite. Mais là c’est « gratuit », c’est payé par les impôts.
            Faut-il vous rappeler le trou permanent de la Sécu, des caisses de retraites, bref de tous les organismes d’Etat?
            Croyez-vous qu’on soit à un déficit public pratiquement de 100% par hasard? vous souvenez-vous que les dépenses dûes à la fonction publique représentent plus de 56% du PIB? soit; c’est un peu mieux que les régions…
            Alors oui, je dis simplement que l’Etat fasse déja bien ses devoirs régaliens, et ça c’est pas gagné.

            • Non, si le cancer m’intéresse et que je me tiens donc au courant de l’actualité et des perspectives d’avenir, ce n’est pas du tout en ce qui me concerne sauf que c’est mon job (non abandonné malgré que je sois d’ores et déjà retraité: j’ai parfaitement intégré que j’étais « proche » de la « sortie »: c’est aussi logique que normal: je ne demande pas qu’on investisse « bêtement » sur ma prolongation, ce n’est pas rentable! Et comme je suis dans un pays plutôt bien organisé, avec une euthanasie autorisée, je n’ai pas grand-chose à craindre. )!

              Vos suspicions ne sont donc pas justifiées ni fondées

              Mais les prochaines thérapeutiques personnalisées vont avoir un prix indéterminable, actuellement, mais dont l’augmentation se caculera en centaines de %., voire plus.

              Un sondage-trottoir minimum vous dira que leurs impôts doivent respecter leurs soucis: sécurité, nationale et civile, enseignement et santé, le reste passe bien après!

              Même des politiciens purement libéraux ne pourraient démanteler la « sécu » comme vous dites!

              D’abord parce qu’on ne va pas achever les retraités quand on décidera que les gens au travail feront les économies qu’ils veulent en prévision de toute leurs difficultés et dépenses imprévues! C’est un combat perdu d’avance!

              Mais l’état pourrait très bien se limiter « au cahier des charges » et au contrôle que les choses se fassent en conformité!

              Oui, je demande que quiconque me vendant un contrat d’assurance, sera en mesure de m’indemniser en cas de sinistre!
              Que mon banquier puisse me rendre mon argent à lui confié et qu’il ne vienne pas, désolé, me dire qu’il n’a pas eu de chance à la bourse
              Ou que le flic de mon quartier vienne chercher son enveloppe tous les lundis, pour faire son boulot!!

              Ce n’est certainement pas à moi (17 ans à travailler chez vous en « travailleur immigré »comme coopérateur pour un pays …) qu’il est besoin de décrire l’administration française! Je suis bien au courant et, comme vous, sans doute, j’ai littéralement payé pour en faire l’expérience. (c’est bien pour ça que je vous dis que je ne risque pas cela, ici, où je suis!) même si pour payer ce qu’ils me doivent maintenant, c’est peu et ça n’arrive pas vite mais informatisation, connaissent pas: des papiers, des papiers! et des caisses différentes, multiples et redondantes pas interconnectées: un bordel mais dans lequel personne ne s’amuse. Pays de ….!)

              Avant de parler de trou de la sécu, je lirais d’abord ce qu’en écrit la cour des comptes! L’état qui décretait des « baisses de charges », à tour de bras, compensait-il toues ces cotisations disparues?

              Non, l’état bouffe sans doute 58% du PIB (oui, ça augmente encore: normal: réformes? 0! et N.Sarkozy, non plus!)

              Mais vous savez bien que pour la « gôche », l’état c’est forcément le « bien absolu », des instituteurs et des infirmières dévouées, des gens qui se sacrifient! Et on sait tellement bien que ce n’est qu’un consortium administrativo-politique (autre « connivence »!): la profession la plus représentée à l’assemblée nationale, c’est « fonctionnaire » et parmi eux, les premiers sont les « enseignants »!

              Vous comprenez bien que je me gausse! Quand je vos les comtés, conseils, commissions, groupes de « travail » (les « théodules ») qui ne se réunissent jamais ou rarement, et ne foutent rien d’utile mais touchent! Ce conseil économique et social où chacun place ses amis!

              Mais, pourtant je sais que la France ne supporte aucune remarque étrangère et que je ferais mieux de fermer ma g…!

              Sans rancune!

  • Bravo Tom ! Vive la Bretagne libre !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Albouy et Alain-Charles Martinet[1. Professeurs émérites des universités en sciences de gestion].

Traduction, trahison, c’est bien connu. Ainsi va la version française du Guépard !

Sciences Po Paris en a enfin terminé avec son long processus de nomination de son directeur. Il s'agit, sans grande surprise, de l'énarque Mathias Vicherat, 43 ans, issu de la même promotion que le président de la République Emmanuel Macron. Le prestigieux institut avait été fortement secoué en 2020 par l’enquête pour viols et agressions se... Poursuivre la lecture

Par Emilie Remond. Un article de The Conversation

En ces temps bouleversés par la pandémie mondiale, les systèmes scolaires se sont vus contraints du jour au lendemain d’assurer, bon an mal an, une « continuité pédagogique » et l’enseignement à distance, jusque-là assez confidentiel et réservé à des situations spécifiques comme la maladie, a concerné tous les élèves, du primaire au bac et au-delà.

Alors que cette transition a été souvent plus subie qu’acceptée, se heurtant notamment à des difficultés techniques, il est intéressa... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Thomas.

La période de rentrée scolaire est propice à toutes les annonces et polémiques sur les sujets les plus mineurs concernant l’éducation. C’est à croire que ces bruits médiatiques stériles constituent une diversion face à l’absence totale de perspectives et de débats sur les grands sujets de fond concernant l'élaboration des programmes (imposés d'en haut), les pratiques pédagogiques ou encore les carrières des enseignants. La grande absente des discussions de cette rentrée est la question de l’enseignement numérique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles