Pour rester jeune, prenez de la glycine !

Pour une fois, une recherche très sophistiquée débouche sur une lueur d’espoir que n’importe qui peut partager.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bébé qui dort credits peasap (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour rester jeune, prenez de la glycine !

Publié le 11 juin 2015
- A +

Par Jacques Henry.

Bébé qui dort credits peasap (licence creative commons)
Bébé qui dort credits peasap (licence creative commons)

 

La quête de l’éternité n’en finit pas de préoccuper les scientifiques et c’est bien normal car celui qui trouvera le moyen de prévenir le vieillissement inexorable de notre corps aura touché le gros jackpot. Les travaux vont un peu dans toutes les directions et c’est bien normal aussi car les causes du vieillissement sont multiples. On a identifié le raccourcissement des télomères, ces petits morceaux d’ADN qui se trouvent à chaque extrémité des chromosomes, un peu comme les ficelles au bout d’un bon saucisson à cuire de la bonne ville de Lyon. On a accusé l’augmentation d’espèces chimiques oxydées contribuant à endommager les membranes cellulaires avec un déficit en équipement enzymatique permettant de les éliminer qui apparaît avec la vieillesse. On a également identifié une autre cause précipitant la mort des cellules, un affaiblissement de la capacité des mitochondries, ces petites centrales électriques de la cellule, à fournir de leur énergie aux cellules. Enfin, on a accusé l’accumulation de mutations au cours de la vie, c’est-à-dire au cours du renouvellement de notre stock de cellules, mutations agissant dans tous les sens, y compris vers l’apparition de cancers.

Pour tenter d’élucider l’énigme du vieillissement une équipe de biologistes de l’Université de Tsukuba à Ibaraki au Japon en liaison avec l’Institut Riken de la même ville a choisi une méthode différentielle astucieuse pour faire ressortir les différences entre des cellules « jeunes » et des cellules « vieilles ». Il s’est agit d’étudier des lignées de fibroblastes établies à partir de jeunes sujets, y compris des fœtus, et de « vieux » sujets de 80 ans et plus. Le métabolisme énergétique général de huit lignées, 4 de chaque sorte, a été étudié en suivant la consommation d’oxygène des cellules car qui dit production d’énergie sous-entend consommation d’oxygène et dégagement de CO2. Dans les cellules de notre corps, ça marche comme dans une centrale électrique à charbon ou à gaz, un combustible comme du glucose est littéralement brûlé pour produire de l’ATP (adénosine-triphosphate) qui servira aux besoins en énergie de la cellule avec dégagement de CO2, celui-là même que l’on rejette en respirant.

D’emblée les premières données ont été formelles : les « vieilles » cellules respirent beaucoup moins bien que leurs homologues « jeunes ». En d’autres termes, elles consomment moins d’oxygène et par voie de conséquence elles vont finir par mourir par manque d’énergie avec toutes les conséquences que cette situation suppose. Que s’est-il donc passé dans la cellule pour en arriver à ce résultat ? L’équipe dirigée par le Docteur Jun-Ichi Hayashi a cherché à identifier des différences dans les mutations de l’ADN des mitochondries affectant en particulier le système impliqué dans la détoxification et la neutralisation des espèces chimiques oxydées. Ce fut un coup d’épée dans l’eau : pas de différence notoire entre les « jeunes » et les « vieux », je parle, bien sûr, des fibroblastes en culture.

L’idée inattendue du Docteur Hayashi fut de reprogrammer ces fibroblastes, en réalité de vulgaires cellules de la peau, en cellules souches multipotentes. On sait le faire en introduisant des signaux dans la cellule à l’aide de virus porteurs de gènes qui réorientent les cellules, même âgées, en cellules embryonnaires. L’hypothèse était que si on programmait ensuite ces cellules multipotentes pour qu’elles redeviennent des fibroblastes (on sait le faire aussi), elles devraient soit avoir gardé en mémoire leur « vieillesse » soit s’être refait une santé par ce processus. Si tel était le cas, il suffirait alors d’identifier les gènes (et l’expression de ces derniers) impliqués dans un tel artifice expérimental de rajeunissement pour avancer dans la compréhension du processus de vieillissement. Et le résultat de cette approche n’a pas du tout été celui qu’on attendait.

D’abord le vieillissement ne provient pas d’un défaut (mutations) du matériel génétique propre aux mitochondries – ces petites entités sub-cellulaires possèdent en effet un ADN spécial différent de celui du noyau cellulaire – mais bien de mutations apparues dans l’ADN du noyau cellulaire. L’identification par différence des gènes moins bien exprimés dans les « vieilles » cellules a montré que la perturbation la plus spectaculaire se situait au niveau de deux activités enzymatiques régulant la production d’un aminoacide dans la mitochondrie et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du membre le plus simple de cette famille de molécules essentielles à la vie, la glycine. Rien à voir avec l’arbuste grimpant du même nom et pour les aficionados de la chimie ça s’écrit NH2-CH2-COOH et ça s’appelle aussi acide amino-acétique.

Cet aminoacide est impliqué dans de nombreux processus métaboliques et si sa synthèse continue vient à décliner en raison d’une déficience de l’expression de deux des enzymes clés impliqués dans cette synthèse, alors la cellule n’a plus qu’une seule issue, mourir faute d’énergie. Ces enzymes sont codés par l’ADN du noyau et le vieillissement des mitochondries ne provient donc pas de l’ADN mitochondrial mais bien de modifications de celui du noyau cellulaire. Ces gènes ont été identifiés par un artifice expérimental consistant à mesurer le niveau d’expression de ces derniers à un instant donné et en analysant les différences d’expression entre les fibroblastes « jeunes » et les fibroblastes « vieux ». Ce ne fut pas une partie de plaisir puisque le travail consista à examiner l’expression de 27958 gènes nucléaires à l’aide de microarray (bio-puces en français) !

Bref, il fallait une preuve ultime de l’implication de ces activités enzymatiques dans le vieillissement des mitochondries et ce fut très simple : réduire au silence l’expression des deux gènes identifiés, une manipulation maintenant communément utilisée en biologie moléculaire. L’équipe du Docteur Hayashi put ainsi faire vieillir prématurément des fibroblastes pourtant issus de fœtus ou de très jeunes enfants. Et si on donnait de la glycine à « manger » à ces fibroblastes dont ces gènes avaient été rendus silencieux, ils finissaient par s’habituer et rester « jeunes ».

Conclusion, gavez-vous de glycine, ça ne coûte pas cher, dans les 5 dollars le kilo, c’est disponible sur internet et ce n’est pas toxique ! Pour une fois, une recherche très sophistiquée débouche sur une lueur d’espoir que n’importe qui peut partager. J’avoue que je suis moi-même surpris par le résultat final de ces travaux de grande qualité publiés dans Nature et disponibles pour les curieux ici.


Source

Note : j’ajouterai pour mes lecteurs insomniaques que la glycine (3 grammes le soir) améliore la qualité du sommeil et j’avoue aussi que je suis tenté d’essayer pour mieux dormir surtout si en prime je peux rester « jeune » !


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Article intéressant. Mais au lieu de diriger vers la médication, il serait préférable de favoriser l’alimentation. La glycine, en plus d’être produite par notre corps, se retrouve également dans les aliments comme les viandes, la levure… C’est plus par une alimentation saine et équilibrée que l’on préserve une bonne santé et même une bonne qualité de sommeil, que par une approche pharmaceutique.

    • Il est intéressant de voir que des recherches scientifiques hyper complexes, touchant à l’infiniment petit… débouchent parfois sur des choses très… basiques.

      Une rapide recherche sur internet montre que la « glycine » est mentionnée depuis longtemps… dans le milieu des body builders.

      En tout cas, l’ingénierie génétique finira bien par tenir toutes ses promesses : jeunesse éternelle, vous ne croyez pas ?

  • La principale question reste : quelle fraction de la glycine alimentaire est assimilée par les cellules concernées ?
    Il aurait été intéressant aussi de détailler les voies qui limitent la synthèse de glycine par le corps humain.

  • La glycine est certainement un piège à con comme toutes les pilules magiques que l’homme cherche et cherchera en vain dans sa recherche délirante d’omnipotence.

    L’homme a donné tout ce que son cerveau était capable de faire et ne fera pas beaucoup mieux dans l’avenir, en un siecle avec 1000 milliard de baril de pétrole et les plus grands cerveaux nous n’avons même pas réussit à guérir un rhume alors pour l’immortalité ça me fait marrer.

    De toute manière on ne veut pas voir tout ces vieux croutons de politiciens, financiers…. éternellement au pouvoir, qu’ils crèvent est une très bonne chose pour l’évolution.

    • Vous êtes un imbécile.

      • Ca c’est fortement argumenté, imparable, je m’incline devant l’évidence même: l’évidence de l’imbécilité de cette réponse. Note bien, je ne dis pas que tu es un imbécile, je dis que ta réponse est imbécile. Comprendras-tu cette nuance?

        Cela dit, je rejoins Plouc à 200%. Croire qu’on atteindra l’immortalité est au mieux une idiotie. Rien dans l’univers ne dure éternellement, tout change constamment.

        C’est très bien de poursuivre un rêve, ça fait avancer la recherche, la technologie, la connaissance. Mais ces derniers temps les scientifiques ne cessent de clamer ce genre d’idiotie. L’immortalité, télécharger un cerveau, transférer la conscience humaine dans un support cybernétique, cloner des êtres améliorés, fables auxquelles la jeune génération décérébrée croit dur comme fer.
        Et ce qu’il y a de rassurant, c’est que pour atteindre ces buts abracadabrantesques, la science ne reculera probablement devant rien. Les singes de laboratoires en savent quelque chose.

        • L’article ne mentionne en aucune manière l’immortalité. Plouc pense que la fin de l’histoire est atteinte, qu’on n’a pas fait grand chose en un siècle et qu’on ne fera guère plus.

          C’est éminemment imbécile effectivement.

          • Merci à Ilmryn pour la version longue.

          • D’un point de vue spirituel (je n’ai pas dit religieux), ou moral si vous préférez, en effet l’humanité n’a pas évolué. C’est toujours soif de pouvoir, de richesses, guerres et désordres à répétition, et plus la technologie progresse, plus ces guerres, désordres, et injustices deviennent destructrices.

            Faire progresser les techniques et les sciences ne fait pas pour autant évoluer l’homme, il ne faut pas confondre. C’est grâce à un outil formidable qu’est Internet, qu’on est maintenant fliqués en masse par des états sans scrupules. Le progrès technologique est indéniable. Mais l’homme se donne ainsi des moyens d’être toujours plus efficace dans la saloperie. Progrès? Permettez-moi d’en douter.

            • Dr Slump: « D’un point de vue spirituel (je n’ai pas dit religieux), ou moral si vous préférez, en effet l’humanité n’a pas évolué. C’est toujours soif de pouvoir, de richesses, guerres et désordres à répétition, et plus la technologie progresse, plus ces guerres, désordres, et injustices deviennent destructrices. »

              De moins en moins de gens sont pauvre, malades, ont faim, des pays entiers sont placés sous le signe de la coopération, du droit et de la solidarité et en prime il y a de moins en moins de guerres:
              http://www.contrepoints.org/2015/06/14/210929-desole-mais-ca-va-de-mieux-en-mieux

              Seul une ignorance totale de l’histoire, de l’état du monde actuel, ou un aveuglement total du a un excès de télévision peut vous faire tenir de tels discours.

              • Par pitié, évitez de me comparer à ceux qui se font une opinion au JT de 20h! Si c’était le cas, je ne viendrais pas régulièrement sur Contrepoints, et une flopée d’autres sites et sources d’information indépendantes, dont le blog de h16.

                J’ai d’ailleurs déjà lu son article à ce sujet, et comme vous je suis effectivement convaincu de ces progrès. Mais une plus grande prospérité, une plus grande sécurité (troquée contre moins de liberté?) ne rend pas pour autant l’homme meilleur. Ca peut juste signifier que les humains sont toujours autant incapables de maîtriser leurs pulsions, et qu’il leur faut la menace d’une sanction pour les dissuader de commettre des méfaits contre les autres.

                Sous le signe du droit ? Laissez-moi en sourire, droit international qui est régulièrement bafoué par les uns et les autres, et les états les plus acclamés pour leur démocratie et leur liberté ne sont pas les derniers à se moquer des traités qu’ils ont eux-mêmes signés. Si le droit et la concorde progressent toujours plus, alors pourquoi les armements se perfectionnent eux aussi toujours plus? Pourquoi les états ont-ils toujours autant besoin de services secrets, d’espionnage et de surveillance, surveillance qui ne va pas en diminuant?

                Ce ne sont là que quelque unes des questions qu’on peut se poser au sujet du progrès. J’en conviens, j’ai été péremptoire quand j’ai affirmé que l’humanité n’a pas évolué d’un point de vue spirituel. Il n’en reste pas moins qu’il est permis d’en douter, et qu’il ne faut pas confondre progrès d’une société ou d’une civilisation, qui peut encore à tout moment sombrer dans l’horreur, et évolution spirituelle. Je vois surtout que les humains se montrent toujours aussi prompts à la haine, au fanatisme, la violence. Même des moines bouddhistes se mettent à persécuter des minorités… musulmanes!

                L’homme a t’il vraiment changé? Je doute aussi que des statistiques suffisent à prouver quelque chose d’aussi subjectif et instable que l’esprit humain. Relisez Sa Majesté des Mouches pour comprendre ce que je veux dire.

                • Dr Slump : Pourquoi les états ont-ils toujours autant besoin de services secrets, d’espionnage et de surveillance, surveillance qui ne va pas en diminuant?

                  Je vous rejoins, une bonne partie des états des pays développés sont en train de bouffer les libertés au nom de chimères sécuritaires.

                  Dr Slump: Sous le signe du droit ? Si le droit et la concorde progressent toujours plus, alors pourquoi les armements se perfectionnent eux aussi toujours plus?

                  Le droit n’est pas corrélé avec la perfection de l’armement mais avec le respect des droits des hommes et c’est en progression dans le monde. (surtout dans les pays qui en manquaient)

                  On se tue majoritairement à coup de kalachnikov qui date de 1947 pas à coup de bombardiers B1.

                  Dr Slump : Je vois surtout que les humains se montrent toujours aussi prompts à la haine, au fanatisme, la violence.

                  Largement pas selon les statistiques sur la violence en Europe et dans le monde les gens qui aident leurs voisins sont infiniment plus nombreux que ceux qui les combattent mais ils ne font pas le 20h eux.

                  Dr Slump : « L’homme a t’il vraiment changé? »

                  Il est possible que votre vision soit biaisée par les médias qui ne mettent en avant que le pire.
                  Mais oui, depuis l’époque ou l’esclavage et la discrimination était la norme nous avons beaucoup changé.

  • L’article n’ évoque pas la partie de la glycine qui chatouille l’éternité moins une journée …est ce les fleurs , les feuilles , les racines peut- être ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un accord quasi-unanime existe sur le diagnostic : la population humaine va diminuer. Les désaccords ne portent que sur le moment précis. Deuxième moitié du XXIe siècle ou XXe siècle ? Cette question de spécialiste intéresse les politiciens, qui se limitent en général au court terme.

Mais le plus important est de prendre conscience du caractère inéluctable de l’évolution qui s’amorce.

 

Les évolutions mondiales

Sans doute y a-t-il de grandes différences entre les continents. Mais globalement, tous les indicateurs von... Poursuivre la lecture

Dans un tweet publié vendredi dernier, le célèbre spécialiste de sciences cognitives de Harvard Steven Pinker s’étrangle d’indignation. L’édito du mois d’août de Nature Human Behavour, une prestigieuse revue à comité de lecture publiée par Springer Nature Publishing, lui est désormais haïssable :

Journalistes et psychologues, prenez note : Nature Human Behavior n'est plus une revue scientifique évaluée par les pairs, mais l'exécuteur d'un credo politique. Je n'arbitrerai plus, ne publierai plus et ne citerai plus (comment savoir si les... Poursuivre la lecture

À l’invitation d’un groupe de travail de l’Institut Chiffres et Citoyenneté sur les mesures à prendre face au vieillissement et à la perte d’autonomie, je suis intervenu pour parler de la composante démographique de ces questions le 12 mars 2022.

Le problème est mondial, mais se pose avec une acuité accrue en France du fait de son histoire démographique.

L’actualité des questions soulevées par le vieillissement de la population française, ne provient pas du livre récent consacré aux maltraitances en EHPAD, mais à trois facteurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles