Ce qu’est un vrai « business angel »

Il n’y a pas que l’argent qui compte. Le vrai business angel est celui qui apporte son expertise et ses réseaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Xavier Niel (Crédits : Le Web, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce qu’est un vrai « business angel »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 mai 2015
- A +

Par Valérie d’Emploi 2017

Xavier Niel, fondateur de Free
Xavier Niel – Credits : LeWeb11 @ Les Docks Paris via Flickr (CC BY 2.0)

 

Challenges a révélé il y a quinze jours le classement des « business angels français les plus actifs ». Une vingtaine de noms plus ou moins connus, avec en tête un célèbre trio d’entrepreneurs français les plus en vue. Nous ne pouvons que regretter cette confusion des concepts que le respectable magazine a laissé se faufiler sur ses pages, mais un vrai business angel, comme on l’a vu dans d’autres pays, est en effet très loin de ce que nous laissent croire les médias français.

Niel, Grinda, Simoncini… Les journalistes semblent convaincus que c’est grâce à leurs efforts, et à ceux de quelques-uns qui les suivent, que nous allons relancer la création d’entreprises en France et en finir avec le chômage. Faux.

Vingt entrepreneurs français, couronnés suite à un classement établi par un site destiné aux entreprises cherchant le financement, Fundme, ne sont pour la plupart qu’un exemple de capital-risque. Intervenant souvent à travers un fonds d’investissement, ces entrepreneurs investissent dans quelques dizaines voire centaines d’entreprises en espérant sortir gagnant avec celles d’entre elles qui réussiront.

Mais que sont-ils réellement capables d’apporter à ces nombreuses entreprises qui leur font confiance à part de l’argent, à raison d’une centaine de milliers d’euros en moyenne ? Nous l’avons souvent dit mais nous le répétons : pour une startup, ce n’est pas uniquement l’argent qui compte. Le vrai business angel est celui qui apporte son expertise et ses réseaux à une entreprise dont il voit le potentiel, et qui a suffisamment de temps à lui consacrer pour la voir grossir.

Xavier Niel a investi dans 230 startups, notamment à travers son fonds Kima Ventures : il est considéré comme l’un des champions du monde en termes de nombre de participations. Fabrice Grinda : 170 startups ; il reçoit une centaine de dossiers pour l’investissement par semaine. Marc Simoncini, plus de 100 startups, dont 30 à travers son fonds Jaïna Capital. Il faut avouer que la suite du classement se montre légèrement plus modeste, avec une vingtaine de startups investies en moyenne, mais la mission de conseil et d’accompagnement d’entreprises par ces entrepreneurs nous semble pratiquement impossible.

« Le top 5 des business angels les plus actifs »

top-5-ba-164df
Montant total investi depuis 2012, en millions d’euros. (Source : Les Échos / Fundme)

 

Il faut bien évidemment se féliciter de l’initiative de ces entrepreneurs de vouloir soutenir financièrement les entreprises françaises. Mais pour le business angel, c’est son expérience d’entrepreneur qui valorise l’argent apporté, d’où le nombre très restreint d’entreprises bénéficiaires afin de pouvoir s’en occuper pleinement.

En outre, l’investissement de vingt entrepreneurs français glorifiés ne représente qu’une petite goutte dans l’océan qui manque aux entreprises françaises. Ils ont investi au total 100 millions d’euros depuis 2012, ce qui est très loin des 2 à 4 milliards qui manquent chaque année à nos startups pour pouvoir afficher le même niveau de créations d’entreprises employeuses que d’autres pays développés et pouvoir réduire l’écart en emploi marchand accumulé depuis plus de trente ans notamment avec l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Les statistiques officielles britanniques sur le dispositif fiscal encourageant le financement dans les créations d’entreprises, l’EIS (Entreprise Investment Scheme), destiné notamment aux business angels, montrent qu’ils sont plus de 1000 business angels britanniques indépendants à investir au moins 200.000 livres par an, l’investissement moyen étant de 400.000 livres.

En l’absence de statistiques comparables en France, puisque Bercy ne souhaite pas admettre l’inefficacité des dispositifs existants ciblant les créations d’entreprises, Madelin et l’ISF-PME, il est presque pardonnable que les médias français mettent sur un piédestal les quelques financiers qui s’intéressent aux jeunes entreprises. Pour produire de vrais business angels en France, il nous faut revoir la fiscalité de création d’entreprise et donner à ceux qui ont réussi la liberté d’investir.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Clair qu’avec 230 filleuls, on n’est plus un business angel mais un gérant de fonds spécialisé dans les start-ups

  • « Le vrai business angel est celui qui apporte son expertise et ses réseaux » Curieuse réflexion que la votre, elle enfonce des portes ouvertes. Quel investisseur procéderait différemment ? en mettant de coté l’état bien entendu…

  • Business Angel ou business Démon ?

  • 230 start-ups auxquelles il apporte son expertise et son savoir- Mais il dort quand ? – Il se brosse les dents quand ? Son abnégation m’interpelle, je suis admiratif.
    Pourquoi gâcher ce doux idéal en parlant de choses si basses que le dispositif fiscal… Je n’y crois pas, ils ne font pas cela pour ça !

  • Ce que vous décrivez est très juste. Mais c’est ce qu’on peut appeler la situation idéale : disposer à la fois d’un financement et d’une expertise, de conseils, de réseaux. C’est le « perfect business angel ». Bien souvent ces 3 éléments ne sont malheureusement pas réunis, mais cela n’empêche pas que même si tout n’est pas réuni, ce qu’ils apportent est précieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Par Eric Verhaeghe.

L’affaire illustre les questions de fond qui agitent le capitalisme français, entre volonté d’expansion à long terme et logique de rentabilité à court terme.

D’une certaine façon, l’affaire Unibail-Rodamco et le conflit interne autour du plan Reset, qui propose une augmentation de capital, illustre les questions fondamentales qui se posent au capitalisme français aujourd’hui.

D’un côté, le management propose une stratégie d’investissement et de développement à long terme, au détriment d’une logique de ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de  The Foundation for Economic Education

À 14 ans, Alina Morse a réalisé le rêve américain. Comment cela s'est-il produit ?

Alina Morse est une jeune fille de 14 ans typique à bien des égards. Elle va au lycée, aime danser et vit avec ses parents.

Ai-je mentionné qu'elle dirige également son propre empire international du bonbon ? Non ? Eh bien, c'est ce qu'elle fait.

L'histoire commence par une visite à la banque. Elle est alors âgée de sept ans et réclame une sucette, ce que son pèr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles