(Exclusif) Huile de palme : la Malaisie avertit Sapin et Touraine

Le label « sans huile de palme » est controversé : Contrepoints a pu avoir accès à une lettre du gouvernement malaisien, qui en est exportateur, adressée au gouvernement français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nutella credits awlgray (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

(Exclusif) Huile de palme : la Malaisie avertit Sapin et Touraine

Publié le 7 octobre 2014
- A +

nutella credits awlgray (licence creative commons)

L’huile de palme est le point de mire de nombreux censeurs depuis plusieurs années. Entrant dans la composition de pâtes à tartiner, pain, pâtisseries, préparations et cosmétiques, ce produit végétal abordable est attaqué de toutes parts, étant présenté comme responsable de risques cardio-vasculaires accrus pour ceux qui en consomment. Un certain nombre de marques industrielles, notamment dans le secteur de la grande distribution, profitent de cette suspicion ambiante en mettant en avant des produits sans huile de palme afin de se démarquer de leurs concurrents.

Cet étiquetage « garanti sans huile de palme » contrarie la Malaisie qui produit avec l’Indonésie plus de 85% de cette huile végétale. Cet agacement motive une lettre envoyée le 22 juin 2014 par Douglas Uggah Embas, ministre malaisien de l’Industrie de la plantation, à Marisol Touraine et Michel Sapin, respectivement ministre de la Santé et ministre des Finances français.

Dans ce courrier, dont Contrepoints a pu prendre connaissance, le gouvernement malaisien juge que « mettre en évidence des produits alimentaires avec la mention ‘garantie sans huile de palme’ équivaut à discriminer l’huile de palme sans nécessité. De plus, cet étiquetage côtoie d’autres indications comme ‘sans conservateurs’, ‘sans sel ajouté’ et ‘sans colorants’. Cela donne l’impression que le consommateur doit être informé de la présence d’huile végétale au même titre que ces additifs ».

Or, poursuit le ministre Douglas Uggah Embas, le gouvernement malaisien possède les preuves scientifiques que l’huile de palme convient à la consommation et est même bénéfique pour la santé. De plus, la production de cet ingrédient est essentielle à la survie des petits exploitants agricoles de ce pays d’Asie où ruralité signifie trop souvent pauvreté.

La lettre se fait alors plus saillante puisqu’est évoqué l’impact négatif que cet étiquetage discriminant choisi par les grandes entreprises de distribution françaises aurait sur les relations commerciales entre la Malaisie et la France. La France est, en effet, le 16ème partenaire commercial de la Malaisie avec 4,6 milliards d’euros d’échanges en 2012. La France ayant un excédent commercial important avec la Malaisie, les entreprises et l’État français pourraient être négativement impactés en cas de problèmes commerciaux avec ce pays d’Asie du Sud-Est.

À noter que cet étiquetage n’est pas seulement controversé en France mais aussi en Belgique, où les grandes entreprises industrielles et de distribution utilisant le label « sans huile de palme » sont vues comme pénalisant les industries locales utilisant cette huile végétale.

Le ministre malaisien rappelle que Jean-Marc Ayrault avait reconnu l’importance de l’huile de palme pour la Malaisie lors d’une visite officielle dans ce pays en juillet 2013. Le Premier ministre avait alors promis que la France n’introduirait aucune mesure discriminante envers l’huile de palme.

La missive se conclut sur un appel du ministre malaisien à ses homologues français à agir pour que la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes fasse respecter le droit français et européen qui serait violé par les grandes marques industrielles françaises discriminant l’huile de palme.

Voir les commentaires (85)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (85)
  • Tiens! Encore qui croit ce que dit un politique français 😉
    Il faudrait organiser des formations de langue de bois et de double langage, la France dispose d’un potentiel excellent et d’un vivier inépuisable, et même d’une école spécialisée, à Strasbourg.
    On apprendrait au monde entier à dire n’importe quoi n’importe comment à n’importe qui.
    Hollande et Valls woodtongue consulting, avec Belcatastrophe-valdingue comme gourou-expert.

  • Le consommateur a le droit d’être informé. Qu’est-ce qui empêche la Malaisie d’inciter les industriels à vanter les mérites de l’huile de palme ?

    • Ah mais on est d’accord, le consommateur doit être informé.
      Et il l’est déjà, via les notices (de plus en plus complètes) qui détaillent les ingrédients souvent au dos du produit.

      Un label n’a pas pour vocation à informer mais à discriminer. « Mon poulet vaut plus que le tiens car il a un label dessus ». Et un label « sans huile de palme » c’est purement marketing : c’est ce que dénonce les lettres ci-presentes, rien de plus 🙂

      • Le marché de la labellisation/certification est un marché comme un autre. S’il y a une demande pour des produits sans huile de palme il y aura des produits garantis sans huiles de palme.

        • Mathieu: « S’il y a une demande pour des produits sans huile de palme il y aura des produits garantis sans huiles de palme. »

          Avant que l’infime minorité activiste toujours en train du hurler sur tout ne s’y mette avec des arguments fallacieux tout le monde s’en foutait complètement de l’huile de palme.

          • Libre à chacun d’avoir ses opinions et de les exprimer en publique.

            Tant que l’argent public ne sert pas à favoriser un discours plutôt qu’un autre, et tant que chacun est libre de s’exprimer, il n’y a aucuns problèmes.

            Que certains commercialisent des produits revendiqués sans huile de palme s’ils le veulent, tant que ces derniers sont effectivement sans huile de palme (le contraire serai condamnable) : je n’ai rien à y redire. Que d’autres se goinfrent d’huile de palme : c’est leur droit le plus stricte.

            Au final, on en revient toujours à : chacun n’a qu’à faire ce qu’il veut tant que ses actions ne limitent la liberté d’autrui à faire de même.

            • Tout à fait d’accord.

            • un jeune: « chacun n’a qu’à faire ce qu’il veut tant que ses actions ne limitent la liberté d’autrui à faire de même. »

              +1000

              Le problème c’est que les petit chantages émotionnels aboutissent très souvent en France à des lois

            • Moi je voudrais mettre de la laine d’amiante chez moi. pq je n’aurais pas le droit « ?

              • Effectivement vous devriez en avoir le droit. Ca vous regarde. Par contre je sais pas si vous en trouverez encore dans le commerce…

        • Ah c’est exactement ce que j’ai dit ; sauf que le « marché » du label en France n’en est pas vraiment un (puisqu’il passe par la bénédiction de l’Etat).

          Le cronysme de bas niveau j’vous dit 🙂

  • Et l’impact d’une monoculture massive sur la biodiversite on en parle ? La Malaisie, ou plutot l’indistrie qui est derriere tout ca ne peut que récolter ce qu’elle a semé. Boucher nos artères ? En grande quantite oui ! Quel juste retour que de boucher cette economie. Je ne pense pas qu’ils en feront un malaise, contrairement à tous les chimpanzés qui ont vu leurs habitations disparaitre. Puis les elites ont d’autres commerces malsaints vers quoi se tourner, comme la vente de sable à Dubai !

    • monoculture massive ? bio diversité ? Vous voulez tuer tout l’agriculture française, c’est ça ?

    • Sortir des millions de personnes de la pauvreté, quel crime !
      Oser contester l’hégémonie de l’Occident et la supériorité de nos huiles, honteux !
      Pensez aux singes ! Pensez à nos artères (parce que, c’est bien connu, l’huile de tournesol n’a jamais rien bouché) !

      Bouh, méchante industrie. C’est sûr, les malaysiens vivraient mieux sans ces maudites plantations !

      Heureusement qu’en Occident on n’a jamais exterminé d’espèces pour y planter nos cultures… On est civilisé nous, à la fin !

    • Les malais et les indonésiens ont le droit d’exploiter leur territoire, nous avons même pas 25% de forêt, et la moitié sont des cultures d’arbres. On n’en meurent pas.

    • Pour produire 1 litre d’huile végétale, il faut exploiter 0,4 hectare de palmiers à huile ou 2 hectares de tournesols ou 4 hectares de colza. L’huile de palme est la meilleure solution niveau surface au sol, donc.

      • heu… doit y avoir un petit souci d’unités quand même : 3.61 Tonnes d’huile par hectare pour l’huile de palme

        8 fois plus de rendement que le soja, 6 fois plus que le tournesol et 5 fois le colza

        googler rendement culture huile de palme

    • Des chimpanzés en Malaisie ? Effectivement, vous êtes fin connaisseur de la biodiversité…

    • Quelle misère, ce commentaire.
      L’idéologie verte est vraiment catastrophique…

    • Et l’homme est un grand méchant : il ne pense qu’à s’enrichir (au dépend d’autrui). Euh en fait pas tous les hommes : seuls les capitalistes sont des grands méchants, les autres sont gentils. En fait, pas tous les capitalistes, seuls les riches capitalistes sont des grands méchants. Et s’ils ne pensent qu’à s’enrichir et qu’ils n’ont pas besoin d’argent (vu qu’ils sont riches) : ils ne cherchent donc à s’enrichir que pour être encore plus méchant, il n’ont d’autre but que de faire du mal aux autres (aux gentils)

      Et voila : la logique de gauche a encore une fois démontré que tout le problème du monde viens des riches capitalistes et que le complot est mondial : et que seuls ceux qui pense à gauche sont gentils et se soucient de la planète des orang-outang, de la biodiversité, de la santé des consommateurs …

      Beurk : stupéfiant de suffisance, d’arrogance et de populisme…

    • Roms: « Et l’impact d’une monoculture massive sur la biodiversite on en parle ? »

      Celle-là est absolument hilarante, parce que JUSTEMENT le palmier produit beaucoup plus d’huile à l’hectare que ses remplaçants, soja, colza et autre.

      En bref, il faudra BEAUCOUP plus de surface de culture pour avoir la même quantité d’huile. Si vous voulez sauver la planète il est URGENT de ne surtout PAS écouter les écolos et autre khmers vert.

      (ah zut, déjà dit dans d’autres message, pas grave, je post, pédagogie, répétition toussa)

    • Et alors? Les chimpanzé malais valent plus que les lynx que nous avons exterminés? On parle de la monoculture du bassin parisien (des centaines d’hectares de blé ouais!) dans les mêmes termes?

      « Je ne pense pas qu’ils en feront un malaise » Les paysans qui vont encore plus crever de faim feront peut etre un malaise quand on leur dira qu’il faut arrêter de manger à cause des décisions d’un aparatchik parisien…

    • Il faut bien alimenter 7 milliards d’humains. Ce n’est pas une mince affaire l’alimentation. Maintenant l’Huile de palme qui est bon marché permet de faire vivre des familles de paysans, de gonfler des profits des multinationales, et règaler les consomateurs. Ne faut-il pas obliger les industriels à informer leur clients que certains produits ne sont pas compatibles pour certains règimes pour raison de santé? Car pour ceux qui ont une vie èquilibrée sans problème de santé, l’huile de palme c’est bon.

  • On pourrait ajouter des trucs pour informer le consommateur : sans huile de vidange, sans cyanure, sans sel, sans eau, sans internet, sans moutarde, sans banane, sans orange, etc. en citant tout ce que ne contient pas un produit. Je pense qu’on ferait alors un grand pas de plus vers la connerie.

    • N’oubliez pas aussi que comme le consommateur est bête, il faut présenter ça sous forme de logos ou de vignettes.

      Et puis pour lutter contre les méchants lobbys agro-alimentaire, il faut imposer une étiquette unique pour banaliser le produit (une tête de mort fera l’affaire).

    • Label : Phobie Administrative Free.

  • « De plus, la production de cet ingrédient est essentielle à la survie des petits exploitants agricoles de ce pays d’Asie où ruralité signifie trop souvent pauvreté. »

    Après trois semaines passées dans l’état de Sabah – une des parties malaises sur Bornéo – j’ai plus vu d’immenses exploitations s’étendant sur des kilomètres, qu’autre chose se rapprochant de petites exploitations. Peut-être existent-elles ailleurs dans le pays.

    • Dans les deux pays responsables de plus de 80% de la production d’huile de palme dans le monde, l’Indonésie et la Malaisie, les petits exploitants représentent 35-40% de la superficie totale plantée de palmiers à huile.

  • Un ministre français ment par essence.

  • C’est surtout sur les produits des marques des grands distributeurs qu’on trouve ces étiquettes « sans huile de palme ». Je pense qu’il s’agit surtout pour les grands distributeurs (Système U, etc.) de se donner une bonne image à peu de frais. Histoire de faire oublier aux consommateurs qu’ils achètent quand même des produits bas de gamme.

    • BobbyWonder/JohnLeRouge: « Je pense qu’il s’agit surtout pour les grands distributeurs (Système U, etc.) de se donner une bonne image à peu de frais. »

      Oui. ils sont hypersensible à leur image, prêt à complaire à toutes les modes des activistes avant que ça ne dégénère en habituel chantage émotionnel.

  • Et perso, je ne peux m’empêcher de penser que c’est tout de même une coïncidence extraordinaire que ces étiquettes « sans huile de palme » apparaissent précisément en France et en Europe, exactement là où l’utilisation de cette huile de palme gêne les intérêts des cultivateurs franco-français ultra-subventionnés (colza, tournesol, etc.) qui ne produisent pas d’huile de palme. Et les autorités françaises sont au courant que cet étiquetage est illégal (c’est un autre débat) mais… ne font rien. Vraiment incroyable, cette coïncidence, hmm ? A croire que les lobbys français de producteurs d’huile végétale mènent campagne contre un concurrent étranger et sont couverts par l’Etat qui les subventionne massivement.

    • Le tournesol et le colza sont des huiles liquides, qui sont principalement utilisées comme agrocarburant en France. Tout le contraire de l’huile de palme. Et ce depuis quelques années déjà. Faudra repasser pour le complot.

      La mention sans huile de palme n’est pas illégale, car elle renseigne sur une propriété du produit. La pseudo étude, plutôt idéologique, fait un lien avec la santé. Alors que rien ne lie forcément huile de palme et santé (impact environnemental et social pouvant être dans certain cas désastreux). Même si contrairement au soit disant révélations du ministère, tout indique justement dans les dernières études que l’huile de palme a bien des effets délétères sur la santé. Comparativement à la même quantité d’une autre huile, elle favorise l’obésité. Le ministre malaisien fait son job, il devrait aussi déclarer que le « made in France » est illégal, ce serait aller au bout des choses. Notez que la mention sans huile de palme apparait sur bien des marques en dehors des MDD. Largement. Don cavant d’avancer des « analyses », il faut le faire données en main.

      Question « rendement », le fameux soja est surtout une source de protéines, avant d’être une source d’huile qui est plutôt un sous produit. Comparer l’huile de palme et l’huile de soja c’est comparer les choux et les carottes.

    • Bonjour

      Vous apportez une information, à savoir que l’étiquetage « sans huile de palme » serait illégal. A quel niveau ? Europe ? C’est très intéressant, et selon moi la question centrale posée dans l’article. Pouvez-vous partager vos sources ?

      merci à vous.

      • Ce n’est pas le cœur du problème, mais les labels « sans huile de palme » peuvent être contestés en vertu de plusieurs textes européens (EU Food Information to Consumers Regulation 1169/2011, EU Directive on Food Labelling 2000/13/EC, EU Health and Nutrition Claims Regulation 1924/2006, EU Advertising Directive 2006/114/EC, EU Unfair Commercial Practices Directive 2005/29/EC), et en vertu de plusieurs textes français (code du commerce : articles L450-1 à L-450-4 ; code de la consommation : articles R112-1 à R-112-31, articles L121-1 à L121-7, articles L122-11 à L-122-15, et L214-1 à L214-3). Les amendes encourues s’élèvent à quelques milliers d’euros donc les distributeurs préfèrent payer l’amende plutôt que de changer leur étiquetage. Mais c’est un autre débat.

        • La France qui appliquerait les arrets européens? C’est contraire à l’esprit des dirigeants français quand il question de protèger certains. Du moment qu’un label indique sans «  »contraire à la Loi, la loi devrait imposer la liste de tous les sans » ». Ainsi le consomateur aurait une analyse complète du produit, et pourrait poursuivre le fabricant pour tromperie.

  • Pas la peine de chercher un complot : l’humeur général est à la méfiance à cause des dénonciations de tous les lobbys verts. Alors les agences de marketing des distributeurs décident de grandes règles générales tournant toutes autour de « pas de controverses ».

    Les distributeurs sont neutres dans ce domaine, et comme le vent pousse toujours dans le même sens (« j’ai des droits sans avoir à assumer leurs coûts », plutôt que « j’ai les droits de mes devoirs et inversement »), c’est tout bénéfice pour eux.

  • Ces labels « sans huile de palme » ou « sans ogm » ou « sans antibiotiques » sont mis en place à la demande de la clientèle. C’est le fonctionnement ordinaire du libre-marché. C’est aussi un vecteur d’information efficace du consommateur.

    Personnellement lorsque je fait mon marché, tout mes achats sont autant d’actes de discrimination (saison, terroir, filière, label, marque, allégation nutritionnelle…)
    Prétendre qu’un label discrimine, c’est contester sa légalité, c’est essayer d’empêcher le consommateur d’obtenir une information claire et rapide.

    Le rôle de l’Etat pour l’étiquetage devrait se borner à sanctionner la fraude dans l’information aux consommateur.

    La démarche du Gouvernement malaisien est étonnante ! Sauf si la Commission Européenne a déjà limité le droit d’information des consommateurs d’Europe. Que ce soit par sa législation tentaculaire ou par ces traités de libre-échange qu’elle négocie à tort et à travers ! Pour moi la sécurité alimentaire passe avant le commerce intercontinental.

    ps
    mes enfants ne mangent pas de Nutella, mais du Nocciolata sans huile de palme (bien moins d’acides gras saturés) (et trois fois plus cher chez monop)

    • « Ces labels sont mis en place à la demande de la clientèle. » Mouahaha ! Très amusant !

      • Libre à vous de vous amuser avec votre nutrition. Veuillez croire que pour d’autre c’est un sujet de santé. Dans ce cas l’information nutritionnelle et sa fiabilité est primordiale, et parfois même vitale.
        merci pour eux.

        • Seul l’Etat avec ses politiciens et fonctionnaires incompétents s’amuse avec notre nutrition. Il n’y a que les fous pour croire aux bienfaits de leurs interventions.

          • Il ne vous parle pas d’intervention étatique.

            Il vous dit que tant que :
            – l’Etat doit se contenter de garantir la justesse des informations présentés par les industriels,
            – chacun doit-être libre de consommer ce qui lui sied.

            Je ne vois pas où la critique libéral peut s’abattre. Le libre marché est respecté. L’Etat est dans son rôle régalien, et uniquement celui-ci. Les libertés individuelles sont assurées.

            • L’étiquetage dont il est question dépasse la simple description du produit. En soi, il serait incontestable s’il n’avait pas fait suite à une campagne de dénigrement systématique orchestrée par l’Obèse socialiste et ses excroissances médiatiques, complètement hors de son rôle régalien. Il est en outre mensonger en ce sens qu’il incite les consommateur à croire que l’absence d’huile de palme serait bonne pour la santé.

              On se souvient que l’Etat régalien minimal a pour mission de sanctionner durement le mensonge politique et/ou économique, donc de lutter avec acharnement et sans répit contre les socialistes en général et les écolos en particuliers.

              • On est parfaitement d’accords.

                L’Etat n’a pas à compter les bons points ou à distribuer des poncifs. Les politiciens n’ont pas à régenter la vie des citoyens. Chacun n’a qu’à s’occuper de son business. Si une entreprise à envi de mettre en avant qu’il n’y a pas d’huile de palme dans ses produits, ou pas d’antimoine si ça lui fait plaisir : c’est son droit le plus stricte.

                Si vendre des produits garanties 0% huile de palme permet à certain de s’enrichir : ça me fait le plus grand plaisir pour eux. De la même manière que ça me fait le plus grand plaisir que des gens puissent acheter ces mêmes produits parce qu’ils l’ont choisit.

    • C’est pas la Commission qui limite le droit à l’information , mais le lobbying au Parlement européen. La Commission n’est pas une institution qui bricole comme c’est le cas en France. Pour ma part je crains que l’Etat français reste champion pour ce qui est de la désinformation, pour diverses raisons, et ce n’est la Commission qui lui demande de ne pas appliquer les centaines de directives. Bref le français est souvent très ignorant de ses droits , mais très prompte à dènoncer ceux qui lui permette de combattre les attitudes jacobinistes dont il est victime toute sa vie. Nutella c’est un produit de qualité qui pousse à la consommation. Comme tout bon produit, il est plus cher, car le mousseux ne remplacera jamais le Champagne.

  • mais c’est énervant !

    oui ou non, l’huile de palme est-elle nocive pour la santé ? Je demande un rapport clair et précis sur cette question.

    Si c’est nocif pour la santé, rien à foutre de ces paysans du bout du monde.

    Autre aspect de ma réflexion : et si nos escrologistes condamnaient l’huile de palme au prétexte que sa culture oblige à détruire la forêt et donc la faune locale ????……..

    c’est marrant comme c’est difficile de connaitre la vérité……………………

    • La vérité est connue. Si vous avez un doute, c’est simple. Ecoutez ce qu’affirment les écolos ou les socialistes : la vérité sera pile le contraire.

    • Vous avez le choix entre a) peut-être selon certaines sources peu fiables attenter à la la biodiversité locale et b) sûrement affamer la population locale. Que décidez-vous ?

    • petitjean: « et si nos escrologistes condamnaient l’huile de palme au prétexte que sa culture oblige à détruire la forêt et donc la faune locale ??? »

      Si ils voyaient plus loin que leur petit livre rouge vert, ça ce saurait.
      La Malaisie va, grâce à eux, changer pour du Colza (5 fois plus de surface pour le même rendement) voir du Soja (8 fois plus de surface)

    • Est-ce que l’huile de palme est nocive pour la santé ?
      Est-ce que les sud-américains, africains et asiatiques qui en consomment ont plus de maladies cardio-vasculaires que les consommateurs de hamburger ? L’OMS doit avoir les chiffres.
      Par ailleurs, les plantations d’hévéas en Malaisie et en Indonésie sont remplacées par les palmiers et le Viet Nam en plante de plus en plus car plus rentables.
      peut-on reprocher aux gens de vouloir améliorer leurs conditions de vie ?
      Par ailleurs, j’en ai un peu marre des dictacts des écologistes. J’ai mangé des produits issus des OGM et j’ai assaisonné mes aliments avec le l’huile de palme, pendant près de 30 ans de vie dans des pays aussi divers que variés and still alive and kicking !

    • Tapez ‘huile de palme’ comme mot clef dans le champ de recherche du présent site et vous aurez les réponses. Elle est à priori moins nocive car pas besion de l’hydrogéner comme par ex. l’huile à base de soja pour avoir les mêmes propriétés nécessaires dans l’industrie agroalimentaire (conservation, solidification).
      Il faut aussi chercher chez les lobbies des huiles concurrentes pour avoir des elements d’explication de cette mauvaise réputation (deux angles d’attaque: santé, environnement et d’énormes enjeux financiers derrière).

  • Quand on voit le nombre de hotspots en Indonésie et Malaisie en ce moment pour cramer de la forêt primaire et planter des palmiers, ce qui dégage un fumée blanche épaisse sur toute l’asie du sud-est très polluante et à des niveaux parfois létaux pour l’homme…

    Quand ces 2 gouvernements auront une meilleure maitrise de leur territoire, qu’ils auront réduits la corruption, éduqués leur population et qu’ils pourront garantir une qualité d’air respirable chez eux et leurs voisins (Singapour, Thaïlande, Papoua…), ils pourront se permettre d’envoyer des courriers.

    • Sans les fautes et avec une meilleure syntaxe, mon commentaire sera plus lisible…désolé. La situation dans laquelle ces 2 pays se trouvent est terrible, et personne s’en contrefiche.

    • NeBuKaT: « ce moment pour cramer de la forêt primaire et planter des palmiers »

      Comme l’huile de palme produit de 2 à 5 fois plus d’huile que les autres sources à l’hectare, il vont donc bruler de 2 à 5 fois plus de surface pour remplacer les palmiers.

      Entre l’Allemagne qui rejette 3 fois plus de co2 et de polluants (y compris radioactif) grâce au charbon et la Malaisie qui va se transformer en mono-culture intégrale, merci les écolos !

    • Ce n’est pas de la drogue que produisent ces 2 pays! Croyez vous que que l’huile hydrogènée ètait bonne pour la santé? Il y a bien une volonté manifeste de faire croire au consomateurs français qui ne cuisinent plus que des repas dèjà prèparés, mangent au MacDo et autre fast food, alors que le reste du monde pense que chaque français est capable de faire des repas 100% cuisine française. C’est bien au pays du Nutella que l’on est encore capable à chaque repas de manger des plats cuisinés fait maisons, car les italiens sont bien plus portés sur la prèparation de leur alimentation que les français. Et les italiennes de ressemblent plus aux mamma des années 60.

  • « Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose fait qu’une chose n’est pas un poison. » Paracelse

    Je vous laisse chercher sa date de naissance.

  • Mais enfin, l’Etat n’y est pour rien!
    Déjà qu’il s’occupe de ce qui ne le regarde pas à longueur de temps, il faudrait en plus qu’il ponde des lois sur ce que les fabricants ne doivent pas mettre sur leurs étiquettes?

    • C’est quand même l’état qui avait lancé le débat avec l’amendement Nutella avant de le retirer (taxe de 300%).
      L’état avait déjà fait la même chose avec le beurre et on sait ou ça nous a conduit : à utiliser des huiles hydrogénées encore plus dangereuses.

    • Heureusement qu’il est responsable de ce que l’on ècrit sur un produit vendu. C’est si vrai que pour les cigarettes il a dècidé pour les fabriquants. L’huile de palme n’est pas un stupèfiant

  • On sait bien que la production de l’huile de palme a produit de la deforestation.
    Et si des industriels veulent indiquer sans huile de palme alors ils le font. Ils sont libre de le faire.
    Et en regardant les ingredients (beaucoup ne regarde pas ) il y a marque huile vegetale et on va dire que 99% cette designation veut dire huile de palme, elle est nocif si on en prend enormement comme tout.

    • A partir de 2016 la mention détaillée du type d’huile sera obligatoire dans la CE.

      • La sélection naturelle n’est pas absente de toute cette merde verte©.

        A force d’avertissements divers, en 2025 les caractères sur les pots seront en 0.02pt

        • Oui trop d’info tue l’info.

          Etiquette verte, sans OGM, sans huile de palme, produit bio, équitable, sans gluten, snas pthalate, sans PCB, sans paraben, sans pesticide, sans hormone, sans bisphenol, respecte la couche d’ozone, ce produit n’a pas été fabriqué par des enfants, ni dans des prisons, fabriqué avec des énergies renouvelables, bon pour la planète : 1kg de CO² pour 100g de produit, avec des vrais morceux de fruits dedans…

    • « On sait bien que la production de l’huile de palme a produit de la deforestation. »
      oui et non. l’huile de palme réclame 3 ou 5 fois moins de surface que les matières grasse habituelle en France (beurre, colza, tournesol, etc.). Donc pour chaque unité de surface plantée en palmier, il y a 2 ou 4 unité de surface qui sont libérés pour autre chose ; de la forêt par exemple, mais en occident, là où on ne fait pas de palmier …

      • Certes mais les animaux sauvages qui vivent la-bas ne sont pas present en occident, difficile de trouver des orang outans ici, par exemple.

        • Oui c’est vrai, à choisir entre l’homme et l’orang-outan il est préférable de sauver l’orang-outan… dit celui tranquillement allongé sur son canapé en sirotant un coktail…

          • Oh moins je vois que la liberte ne s’applique pas à tous les etres vivants.

            • vous incluez virus bactéries?
              si vous voulez sauver des orang outang achetez un bout de leur habitat …sinon quoi ce sera toujours empêcher un pauvre bougre sacrifié à la place d’un orang outang…

    • Et la France fut aussi une grande foret. Maintenant c’est un territoire très contaminé de pesticides toxiques pour l’homme. Nous sommes bien mal placé pour donner des leçons

  • L’huile de palme n’est pas particulièrement mauvaise pour la santé.Par contre le rendement par hectare est extraordinaire ( comparé aux autres oléagineux) bien que pour l’instant cette plante ait bénéficié de bien peu d’amélioration génétique ( ce qui commence à changer). Le problème vient de la technique d’hydrogénation des acides gras insaturés qui est pratiquée par les industriels ( pour éviter que le produit ne rancisse par ex). Curieusement il n’y a aucune indication sur l’étiquette en ce qui concerne cette technique et le % d’acides gras insaturés trans ( qui favorisent le mauvais cholestérol). On se trompe donc de sujet en attaquant l’huile de palme qui a un très grand avenir compte tenu de sa compétitivité hors pair.

    • les amèricains ne veulent pas faire cas de cette affaire, comme les produit sans sucre. Ce qui peut expliquer la très grande discrètion sur le problème de santé publique

  • Pour le pekin moyen, à part la vague idée que « l’huile d’olive c’est bon ( meilleur que??) pour la santé », le message sur les huiles, graisses et cie n’est pas ce qu’il y a de plus clair.

  • Tous les jours, la France soupe à l’huile de Sapin et c’est un cataclysme 😀

  • Si les industriels veulent indiquer qu’il n’y a pas d’huile de palme c’est leur problème, ils font ce qu’ils veulent, la discrimination privée n’est pas un mal en soi.
    Par contre tout le ramdam autour de l’huile de palme fut parfaitement ridicule, et le mal est fait pour cette filière qui peut demander réparation étant donné que beaucoup d’informations fausses et non-étayées furent dites par les anti.

  • Ces pratiques de green washing doivent être sanctionnées. Ce n’est pas normal que le Gouvernement français laisse faire alors que le « sans huile de palme » est contraire à la législation française et européenne. Les distributeurs nous présentent ce produit comme nocif ce qui est totalement faux.

    Le Gouvernement admet une discrimination injustifiée, et permet aux supermarchés d’aiguiller les choix des consommateurs avec de l’étiquetage frauduleux.

    • http://www.fao.org/docrep/005/y2770f/y2770f05.htm

      3. ALLÉGATIONS INTERDITES

      Les allégations suivantes devraient être interdites:

      …..

      3.3 Les allégations qui ne peuvent pas être justifiées.

      …..

      3.5 Les allégations qui pourraient faire naître des doutes sur la sécurité d’aliments analogues, susciter la crainte ou exploiter ce sentiment chez le consommateur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
stratégie russe
1
Sauvegarder cet article

Résister ou collaborer avec les dictatures ? Ce thème historique est à nouveau d’actualité avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les pays de l’OTAN ou ceux de l’UE n’étant pas en guerre avec la Russie, la rupture des relations diplomatiques n’est pas envisagée. Mais les démocraties doivent-elles continuer à collaborer avec la Russie ou faut-il décourager toute coopération économique. Faut-il augmenter l’aide militaire à l’Ukraine, ce qui suppose une production plus importante d’armes et de munitions ?

La tentation est grande d’ét... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

La crise du coût de la vie s'aggrave avec la montée en flèche de l'inflation. Dans toute l'Europe et dans le monde entier, les gens ont du mal à payer les dépenses essentielles comme les factures de carburant et d'énergie. Certaines des plus fortes hausses de prix concernent les produits de consommation courante, comme les denrées alimentaires et les cosmétiques, et de nombreuses familles ont du mal à payer leurs courses hebdomadaires. Avec la guerre en Ukraine, la lenteur de la reprise économique après la pandémie de covid et les perturbatio... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles