Le piège de l’énergie verte

Le problème électrique belge est né de l’idéologie antinucléaire, savamment orchestrée depuis des années par divers groupes de pression écologistes et financiers.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 158 énergie renouvelable

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le piège de l’énergie verte

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 août 2014
- A +

Par István E. Markó et Drieu Godefridi, depuis la Belgique.

imgscan contrepoints 2013363 énergie renouvelableMonsieur Pieter Timmermans, le président de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), publiait ce 21 août dans La Libre Belgique un texte sur la situation énergétique qui, à première vue, semble être de nature à recueillir l’adhésion de tout un chacun. Cependant, en y regardant de plus près, on peut se demander si les « aveugles » qu’il dénonce ne travaillent pas à la FEB.

Le constat accablant que dresse la FEB est bien réel et nous affecte directement. Hélas, M. Timmermans n’ose pas dire de manière explicite – ou feint d’ignorer – que le marasme dans lequel nous gisons est dû, non pas à notre politique énergétique, mais bien à notre politique de l’électricité.
Le problème électrique belge est né de l’idéologie antinucléaire, savamment orchestrée depuis des années par divers groupes de pression écologistes et financiers. La croyance aveugle dans la production d’électricité par ce que le patron de la FEB appelle pudiquement « les énergies alternatives », nous a conduits au désastre actuel. Une minorité agissante est parvenue à faire croire – même à la FEB, semble-t-il – qu’il faut produire de l’électricité avec la source d’énergie la plus chère, la plus compliquée, la plus consommatrice en subsides (étatiques), la plus aléatoire et celle qui exige de revoir de fond en comble le réseau électrique : le « renouvelable ».

On a beau appeler cela du nom sympathique de « smart grid », cette gabegie devrait coûter à l’Union européenne la modique somme de 400 milliards d’euros d’ici 2020. Ajoutons à cela plusieurs dizaines de milliards d’euros qu’il faut payer en subsides dans chaque État membre, y compris la Belgique, pour maintenir les aides financières indispensables au fonctionnement des énergies alternatives (cf. l’ouvrage Le fiasco énergétique de MM. David Clarinval et Corentin de Salle). Qui va payer ? Personne n’a les moyens de le faire, M. Timmermans. Est-ce parce qu’il y a des entreprises engagées dans les « énergies alternatives » au sein de la FEB que celle-ci préfère se voiler la face plutôt qu’ouvrir les yeux ?

Pourtant, la croyance de la FEB dans les énergies alternatives semble sans limite. Ainsi M. Timmermans vante-t-il le « potentiel énorme à mettre en connexion l’énergie éolienne et hydraulique du nord de l’Europe avec l’abondance d’énergie solaire du sud de l’Europe ». Ce potentiel n’existe que dans la tête de ceux qui ne savent pas calculer. M. Timmermans serait bien inspiré de demander à son homologue espagnol ce qu’il pense de cette idée.

L’Espagne, qui a cru dans le miroir aux alouettes des énergies alternatives, a dû créer un fonds sur la place de Londres appelé « Fondo de Amortización del Déficit Eléctrico », dont même ceux qui ne connaissent pas la langue de Cervantès comprennent que l’objet est d’ »amortir » la gabegie du renouvelable espagnol. Ce ne sont pas moins de 30 milliards d’euros que les Espagnols vont devoir rembourser… Quant à l’idée saugrenue d’importer de l’énergie solaire des pays du sud de l’Europe, les experts de la FEB devraient s’informer de l’échec retentissant de cette autre fausse bonne idée qu’était le projet Desertec.

Tant que l’on ne dira pas de manière claire et honnête que la situation électrique (et non pas énergétique) catastrophique dans laquelle nous nous trouvons provient de la croyance aveugle et dogmatique dans les « énergies renouvelables », nous ne sortirons pas de l’ornière.

Nous nous sommes collectivement trompés avec la génération d’électricité « renouvelable ». Disons-le clairement, ouvertement, fortement, honnêtement, afin que le gouvernement en formation prenne les mesures qui s’imposent.


Sur le web

Lire aussi sur Contrepoints : « Fiasco énergétique – Le gaspillage écologiste des ressources »

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Article éclairant quant à la profondeur de l’infection idéologique parmi certains milieux patronaux. Tous s’astreignent à jouer de mimétisme, autrement dit « singer, sans discernement ». Faut souligner que le matraquage médiatique entretient le bêtisier sur une large échelle ; quelques journaleux excellent dans ce domaine de la propagande verte (noms et titres tus) !
    De fait, une confusion de genre s’est installée entre une forme d’indépendance énergétique nationale et la nécessaire efficience économique pour les consommateurs industriels et particuliers. En ces matières, les Z-Ecolos – les Greenpeace et leurs consorts ne ratèrent pas mal leurs « coups » ; ça change heureusement sous l’effet d’une prise de conscience publique : tout le monde n’est pas borné !

    Petite nuance toutefois relative à la portée du concept « smart grid » européen :
    1) L’interconnexion entre sources (product mix) et pays constituerait – théoriquement – un facteur relatif d’équilibrage.
    2) les coûts exorbitants et un monitoring complexe en resteront problématique. Les algorithmes ne résolvent pas tout (cfr. le HFT en bourse, etc.). D’autant qu’en cas de « clash accidentel » sur une composante de réseau peut engendrer des effets pervers de déclenchements en boule de neige.
    Je crois que des cas régionaux furent vécus aux USA et Canada.
    Portant ceci au niveau continental européen, la réponse ad hoc reste floue…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Ci-dessous les diagrammes de production de l’Allemagne (Institut Fraunhofer, Energy charts) et de la France (RTE, eCO2mix)

Les besoins à la pointe sont de l’ordre de 70 GW pour les deux pays, soit 140 GW en tout. C’est faible pour des journées d’hiver. Le froid n’est pas intense, et l’activité économique n’est pas florissante.

 

On a connu deux jours sans aucun vent les 2 et 3 mars. (En bleu clair sur les diagrammes). L’Allemagne a été sauvée par le gaz, le charbon et le lignite et ne parle plus guère d’arrêt... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles