Il faut en finir avec tout ce fun qui pollue

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bravo l'Etat!

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il faut en finir avec tout ce fun qui pollue

Publié le 12 août 2014
- A +

On le sait, je l’ai déjà écrit à de multiples reprises, l’humain est plus qu’un fardeau pour cette Terre : c’est, véritablement, une nuisance. Et une nuisance qu’il est même devenu simple de quantifier : un peu en dessous de l’astéroïde qui décima les dinosaures, mais pas tant que ça. Car oui, l’humain est responsable d’une véritable extinction de masse.

Pour rappel, la dernière extinction de masse, survenue au crétacé-tertiaire, serait due, selon la théorie la plus solide actuellement, à un gros caillou (d’une dizaine de kilomètres de diamètre) ayant heurté la Terre au niveau du Mexique. L’humain n’existant pas à l’époque, il n’a pas pu être blâmé pour cette extinction et cette diminution tragiques de la biodiversité, mais rassurez-vous, il n’en va pas de même aujourd’hui. Grâce à la conjonction d’une étude, réalisé à Stanford et qui manipule le conditionnel et les précautions rhétoriques par packs de douze, et à une presse déchaînée qui ne s’embarrasse pas, elle, de ce conditionnel et de ces précautions, on apprend que l’humain est directement responsable de la sixième extinction de masse sur la planète.

Lolcat WTF

Vous avez bien lu, on parle en effet d’extinction de masse, rien de moins, et provoquée par l’Humain avec ses petits bras. Enfin, petits, pas tant que ça. D’abord, l’humain a le mauvais goût d’être très nombreux, de péter, de roter et de parler fort quand il est en groupe. Ensuite, il a inventé tout un paquet de machines, toujours plus polluantes, qui amplifient largement sa capacité à faire d’innommables dégâts en plus de ses caquetages insupportables. Enfin, l’humain, au lieu d’assumer sa nature pourtant évidente de parasite mal embouché qui fait trop de bruit, adore se culpabiliser et faire des petits calculs, et a donc décidé d’inventer un concept, la biodiversité, définie de façon aussi peu claire que possible.

Parce qu’en effet, il y a biodiversité et biodiversité. S’il est simple d’accoler l’image de multiples races de félins à celle de biodiversité (même si les cougars viennent de disparaître, semble-t-il), s’il semble convenu que la biodiversité englobe bien le fait qu’on trouve plusieurs espèces de moules sur les bouchots ou les canapés, une définition plus précise est délicate à trouver. Ça sent le concept un peu fourre-tout.

Ainsi, la récente apparition d’une nouvelle espèce de virus Ebola ne semble absolument pas réjouir nos vaillants défenseurs de Gaïa. Il semble que lutter contre la biodiversité virale ne pose guère de problème. À leur décharge, il faut dire que mourir du virus Ebola, ce n’est pas franchement glamour, et que s’il prenait la fantaisie à nos écolos de combat de sautiller de joie à l’idée d’une prochaine disparition de l’humanité (ne riez pas, ils en sont capables, comme jadis le prince d’Édimbourg souhaitant être réincarné en virus mortel afin de réduire la population terrestre), cela nuirait probablement à leur image de marque, si propre et verte nette par ailleurs. Ceci permet d’affirmer que cette biodiversité n’a pas vraiment besoin d’être définie, et qu’il suffira de simplement en parler avec un air attristé pour que tout le monde (les humains, surtout) comprenne.

Moyennant quoi, la conclusion s’impose : non seulement, cela va de mal en pis, mais en plus, c’est de la faute des humains. En effet, la biodiversité (définie par l’humain), qui atteignait jadis la valeur précise mais non discutable de 2733.276 brols (calculée par des humains) est en train de s’effondrer (c’est vérifié par des humains) parce qu’elle n’atteint plus que 1801.123 brols, et c’est mal (disent des humains) parce que c’est l’humain qui est à l’origine de cet effondrement pour 93.74% (à peu près). Et c’est mal parce que, parce que, parce que bon c’est mal.

Bon, bien sûr, il y a une petite incertitude sur les valeurs, les mesures et les pourcentages. Et sur les causes. Et sur les effets de l’humain sur la planète, à court, moyen et long terme. Sur le plan géologique, où la centaine de milliers d’années est la norme, peut-être est-il aussi envisageable de se dire que l’humanité n’a pas tout à fait un impact aussi percutant qu’un gros caillou de 11 km de diamètre et 400.000 milliards de tonnes, lancé à 20.000 km/h de plein fouet sur la péninsule du Yucatan. Mais vu depuis les petits papiers subventionnés de certains chercheurs ou dans la presse elle aussi subventionnée et acquise à la cause écologiste, en revanche, l’identité des deux impacts (celui de l’Homme d’un côté, et celui du Gros Caillou de l’autre) est absolument évidente : lâchez sur la planète sept milliards de petits mammifères idiots avec des voitures, des iPhones, des déodorants alcoolisés et une absence chronique de préservatifs solides, et hop, vous avez l’équivalent sur le biotope d’une explosion de plusieurs milliards de bombes atomiques.

C’est absolument évident.

la sixième extinction de masse

Il faut donc lutter, pied à pied, contre tout ce que l’humain fait de mal. Et il y en a, des choses que l’humain fait de travers, à commencer par respirer. Ça va, bien sûr, des feux de brousse (même ceux, nombreux, déclenchés par la foudre qui sont en réalité le résultat du réchauffement climatique, lui aussi de la fautàlom) jusqu’aux … ballons lors des événements festifs.

Oui oui, les ballons lâchés lors d’événements commémoratifs, festifs ou autres sont autant de marques répugnantes du passage cradingue de l’Homme sur Terre et doivent être ardemment combattus, comme en atteste le récent dépôt de plainte d’une association écologiste contre la très méchante et très polluante mairie de Reims qui a eu l’impudence biochoquante de lâcher 2000 ballons dans le ciel champenois. Deux p*t@1n de milliers de ballons en latex pour commémorer le centenaire de la Première Guerre Mondiale, c’est une véritable offensive contre la Nature, une bastonnade en règle des ours, des dauphins et des tortues qui ont la pénible habitude de mâchouiller de la baudruche lorsqu’ils en trouvent, quitte à s’en étouffer (parce qu’aussi mignons soient-ils, ils ne sont tout de même pas très futés, ces bestiaux). Ces 2000 ballons sont une déclaration de guerre scandaleuse, que dis-je, un tortucide, un dauphicide voire un oursicide éhonté !

lâchers de ballonsEt comme on sent l’association Robin Déboire Des Bois bien chaude dans sa lutte contre les commémorations et le fun coloré des petits ballons tortucidaires, je leur propose d’une part d’attaquer Disney pour incitation à la pollution avec son film d’animation, Là-Haut, qui présente un retraité écophage et pollugène déplaçant sa maison avec — horreur — des milliers de ballons gonflés — horreur des horreurs — à l’hélium, et d’autre part d’étendre leur combat à toutes ces manifestations un peu trop démonstratives et beaucoup trop polluantes qui ajoutent l’outrance et la démesure aux bruits agaçants que cette Humanité qui rote et qui pète n’arrête pas de faire. Il faudrait par exemple déposer une bonne grosse plainte à chaque fois qu’un feu d’artifice municipal est tiré. Non seulement, cela fait un tapage d’enfer, mais cela pollue un maximum, produit une quantité non négligeable de gaz à effet de serre, ne sert absolument à rien et diminue à l’évidence la biodiversité. Il en sera de même pour les raves-parties, les manifestations culturelles diverses et les rassemblements politiques ou syndicaux qui laissent souvent un bien triste paysage, couvert de cochonneries polluantes, après leur passage.

De plaintes en plaintes, l’association pourra clairement montrer qu’elle a, elle, œuvré concrètement à la protection de la faune et de la flore que ces études ont montré si menacées. Bien sûr, l’Humanité s’en trouvera nettement moins joyeuse. Mais la sauvegarde des espèces passe par là : sans repentance, nulle biodiversité.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (78)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (78)
  • Faudrait quand même que quelqu’un leur dise que les humains sont des êtres vivants, et que les êtres vivants, ça ne sait faire qu’une chose : pulluler au détriment des autres êtres vivants, qu’ils bouffent ou remplacent. Et ce, jusqu’à ce que les ressources manquent… ou qu’une autre espèce les remplace…
    Ainsi, il est bien clair qu’aucun bestiole de plus de 10 kg ne survivra sur Terre que par le bon plaisir d’humains qui leur auront aménager des zoos ou réserves mise en place pour leur plaisir d’humains.
    So what ? « C’est la vie » (en english dans le texte)

  • J’ai toujours beaucoup de mal à comprendre cette détestation de h16 pour tout ce qui ressemble à une réflexion écologique.

    Que la presse déforme les conclusions scientifiques est dommage, mais ça n’enlève pas de valeur au débat sur l’écologie.

    Il y a une grande hétérogénéité dans l’écophobie. Par exemple si je lis les remarques sur le réchauffement climatique et le GIEC :

    – Il y a ceux qui disent que ca n’existe pas.
    – Il y a ceux qui disent que ça existe, mais que ce n’est pas la faute à l’homme.
    – Il y a ceux qui disent que ça existe, que c’est la faute à l’homme mais qu’on n’y peut plus rien.
    – Il y a ceux qui disent que ça existe peut être mais que si on est pas sûr à 100%, il ne faut rien faire.

    Et encore des subdivisions selon le fait qu’on trouve ça grave ou non.

    Mais malgré ces désaccords de fond entre eux, on dirait que tous sont d’accord pour faire une équivalence entre un chercheur du GIEC et un bolchevik prenant ses ordres au Moscou des années 50 par l’intermédiaire d’une faille spatiotemporelle.

    Plus généralement, la simple idée que le GIEC puisse avoir raison ou tort est considérée par les débatteurs comme un péché mortel selon leur prise de position. GIEC = DIeu ou le Diable. Pas d’intermédiaires.

    Ce n’est pas comme cela que s’organise le débat scientifique, sauf au Vatican des années Gallilée.

    Je ne fais pas de follow up sur ce débat, je ne tiens pas à descendre dans l’arène avec des personnes qui perdent leur sens commun dès qu’on leur montre un tree hugger.

    • C’est étrange, cette façon de contester tout en refusant le débat, mais je crois que c’est exactement ce qui irrite les libéraux. Pour moi, vous pouvez défendre la biodiversité ou le GIEC si ça vous chante, en tant que scientifique ça me peine de voir autant d’insultes à l’intelligence présentées comme de la science, mais s’il fallait relever chaque insulte à l’intelligence ou au bon sens, on n’aurait plus le temps de vivre.

      Où ça coince, c’est que nos biodiversitaires et nos GIEC-men prétendent nous imposer un mode de vie, nous attaquer en justice si nous ne nous y conformons pas, nous vilipender pour avoir contesté leurs assertions, et nous imposer un cadre de vie conforme à leur dogme, et à nos frais par dessus le marché. Alors, oui, on ne marchande pas avec les dictateurs à la petite semaine, et la seule espèce dont je me préoccupe de la sauvegarde est le serpent à sonnettes : don’t tread on me !

    • Comme d’habitude, à côté de la plaque. h16 est pour la réflexion écologique, et contre l’écologie sans réflexion.

    • Étant donné que vous mettez Hume dans votre pseudo, il est étonnant que vous ne saisissiez pas.
      Sa pensée imposant une attitude sceptique envers le rationnalisme naïf, la croyance que l’on puisse comprendre la réalité complexe et chaotique, alors que la pensée est bourrée de biais cognitifs, d’autant de prismes déformant cette réalité, et que l’homme puisse organiser par la politique des solutions universelle pour réaliser l’état parfait de la société…

      Lisez déjà Taleb et son cygne noir, afin de comprendre pourquoi les sciences prédictives sont loin d’être fiables. A partir de prédictions fausses, les solutions seront fausses aussi. D’ailleurs, ça fait 18 ans qu’on a un cygne noir climatique, non ?

      Maintenant, si vous considérez qu’un discours qui parle de fin du monde, de péché originel et du repentir avec voeux de pauvreté est un discours scientifiques, tant mieux pour vous. Mais sachant que l’homme a une sacrée tendance aux mystifications – de tous temps, il y a eu des prédictions de fin du monde, etc… A une époque scientifique, il est sensé que de tels discours apparaissent et prennent l’apparence de la science – qu’un discours soi disant scientifique soit aussi similaire au discours religieux ne peux que m’inspirer de la méfiance.

    • Je ne sais pas si on peut appeler réflexion écologique le tissu d’ânerie, de mensonges, d’à peu près et de n’importe quoi déversé chaque jour sur nos têtes. Et discuter sur de l’à peu près et de la mauvaise foi, c’est une perte de temps évidente qui mène à une impasse. Ca peut juste permettre un bonne rigolade.
      Sans risque de me tromper, je pense que la réaction de H16 n’est pas contre l’écologie, mais contre les écologistes politiques qui se servent de l’écologie pour imposer leur vision du monde.
      Cela n’a rien à voir avec l’écologie bien comprise et bien faite, celle qui a permis depuis 40 ans et plus de réduire les pollutions.
      Un travail gigantesque nié en permanence par ces écologistes politiques.
      Quant au GIEC, poubelle!

      • C’est quand même le 2ème papier sur l’écologie qu’il nous fait depuis qu’il est rentré de vacances hein !
        Je suppute que des mitants de GreenPeace lui ont crevé ses pneus quand ils ont vu son autocolant en faveur de l’énergie nucléaire.

    • @ Hume Rawls

      Comme dit MichelO c’est le refus du débat qui irrite.
      Même le débat au sein du GIEC est interdit, des scientifiques y participant ont été viré parce qu’ils étaient ne serait-ce qu’une fois pas trop d’accord sur le position de la virgule et se voient maintenant refuser l’accès aux publications peer reviewed.
      Le GIEC ce ne sont plus que gens qui se causent entre eux et s’autovalident les uns les autres. Le GIEC tu es d’accord ou tu quittes la science.

    • Bonjour Hume Rawls
      On ne doit pas vivre dans le même monde, car ce n’est pas nous qui refusons de débattre sur le ‘RCA’ mais c’est vous et les médias tous inféodés à la ‘pensée unique’, comme dirait Kahn (pas Ds mais Jf) LOL

  • Ce qui est « utile » à l’Homme est déjà polluant. Mais que penser de ce qui est « inutile » ? Comme, par exemple, ces petits élastiques multicolores dont les enfants font des bracelets et qui finiront tous à la poubelle (donc, dans la nature) quand la mode passera à autre chose (d’encore plus polluant…). En fait, j’appelle « pollution » tout produit qui n’existe pas naturellement ou qui existe en faible quantité aisément assimilable par la Nature. Si le plastique ou les nanoparticules n’existent pas naturellement, tout rejet est par excellence de la pollution qui empoisonne la Nature. Mais « quid » des produits chimiques et pharmaceutiques qui existent en quantité infinitésimale et que l’on fabrique à tour de bras pour les rejeter ? Exemple de pollution sournoise dont personne (je veux dire les merdias) ne parle : les poissons de nos rivières sont déjà perturbés par toutes les hormones contraceptives non « digérées » lors du passage des eaux usées dans les stations d’épuration…

    • Les petits élastiques avec lesquels jouent les enfants sont faits avec des matières extra-terrestres en fait. Comme les médicaments ou les pilules contraceptives. La matière première ne vient pas de la planète terre. C’est bien connu que la planète ne peut produire que de l’herbe ou des fruits.

      Qu’est-ce qu’on vivait bien à l’époque où on se contentait de bouffer les fruits que l’on trouvait dans les arbres. On demanderait aux hommes préhistoriques quelle serait leur préférence, ils n’hésiteraient pas une seconde entre vivre à poil dans le jardin d’eden, ou avoir le confort moderne. C’est fou ce que l’on est devenu bête hein… Tout ce confort, toute cette douceur de vivre, quelle indécence.

      Et je vous rejoins, cette pollution qui permet de sortir de la pauvreté des milliers de chinois en les faisant bosser, tout ça pour le bonheur de honteux petits blancs pollueurs et proprement insupportable.

    • Et l’influence de l’homme sur l’environnement n’est rien d’autre qu’un facteur de plus dans l’évolution. L’influence d’autres espèces serait naturelle, mais pas celle de l’homme ? A oui, l’homme est un pécheur…

      Maintenant, ce qui est produit et jeté pourra servir très probablement de ressource future dès lors qu’il y aura des débouchés.

    • les hormones contraceptives non « digérées » lors du passage des eaux usées dans les stations d’épuration…

      Excellente observation. Au lieu de nous gonfler avec les ENR et le nucléaire, il est possible d’éliminer ces polluants. Par exemple avec du charbon actif. Et de rendre l’eau d’une STEP potable ❗
      Ce serait bien moins cher que ces moulins à vent à la noix :mrgreen:

  • Les commentaires sur l’article du Figaro sont EPIQUES.

    C’est quand je lis un tel ramassis de conneries que je suis plus que jamais heureux de voir la merde dans laquelle les français sont.

    J’espère tellement, mais tellement qu’ils vont prendre cher dans les années à venir. Économiquement, socialement, dans tous les domaines, les français méritent tellement ce monde de merde dans lequel ils vivent.

    Il n’y a rien à tirer de cette population. Elle mérite d’avoir mal, de s’éteindre complètement, idéalement le plus douloureusement possible.
    La liberté ne viendra plus jamais de ces terres, faut se rendre à l’évidence, le socialisme a éreinté les gens, il leur a lavé le cerveau.

    • Rémy D. WIEDEMANN
      12 août 2014 at 12 h 14 min

      Je suis assez d’accord avec ça. A chaque fois qu’on dit quelque chose de censé dans ce pays, une horde débarque pour vous laminer. Le ciel leur tombe sur la tête et ils pleurent; pour qui ont-ils voté, telle est ma perpétuelle question. « On ne savait pas », disent-ils, et pourtant quelle énergie n’ont-ils pas eu pour flétrir les paroles de simple vérité et les humbles prophètes ? On pouvait assassiner 200.000 enfants dans le ventre de leurs mères mais pas prononcer le mot « fournée ». Hypocrisie, mensonge, vice, crime perpétuel contre l’intelligence. Tout cela se paye, intérêts et capital.
      Quant à nous, nous demeurons, comme disait Louis IX.

      • Je suis profondément d’accord avec ce que vous dites. Cela fait 30 ans que les Français votent comme des cons pour des cons. Le résultat est là. C’est la raison pour laquelle je ne vois plus les 4/5è de ma famille et de mes amis qui ont voté pour ces socialistes (pour les plus modérés d’entre eux), alors qu’on leur racontait le scénario qui s’est EXACTEMENT déroulé. Le « on savait pas  » n’est plus une excuse : ils avaient tous les exemples sous les yeux sur la Terre à portée d’Internet de ce que des idées de cons donnent tous les jours comme résultats. Quant aux autres plus extrémistes bien barrés au-delà de la ceinture d’astéroïdes, je vais au zoo et je vois des formes de vie plus intelligentes.

        • Il n’y avait pas d’internet avant 1980, ou tout au moins, les PC n’étaient pas aussi performants qu’aujourd´hui. De plus même maintenant, que sait-on vraiment des politiques qui se présentent aux élections ?
          Et comme rien ne les oblige à suivre leurs promesses une fois élus …
          Ce qui m’effraie c’est l’individualisme et le manque total de réaction des gens.
          « Plus c’est gros plus çà passe » disait Chirac. Pourquoi l’oligarchie se génerait-elle ?

  • bonjour,mes propos vont sans aucun doute sembler simplistes à d’aucuns infiniment plus instruits ; pensez donc ; le niveau d’un ex Maitre principal de la « royale  » *ça ne va pas très loin .
    Quoi qu’il en soit voici : En escale à Trincomalee, Ile de Ceylan devenue Sri Lanka ,notre équipage fût convié à une conférence donnée par le Commandant Cousteau .accompagné de Monsieur Tazieff .Outre que cette conférence était destinée à avertir les habitants de cette région du danger qu’il y avait à s’agglutiner sur ces basses côtes à cause de probables raz de marée , il poursuivait en signalant le danger N 1 , à savoir la Surpopulation de la planète entière qui surviendrait dès le franchissement de la barre des 4 milliards d’habitants ; Chiffre fatidique selon lui ,car on verrait alors survenir des conflits mondiaux ,à cause de la nourriture ,de l’eau ….
    Mais cause toujours mon lapin mais , en attendant les Tsunamis sont bels et bien arrivés , les déplacements de populations aussi !
    Comme je l’ai dit ,ce raisonnement peut paraître primaire ,simpliste ou ce que bon vous semblera ; les faits sont là .A chacun d’en tirer ses propres conclusions .
    * par « royale  » entendez la Marine de Guerre .

    • Faudrait savoir ce qu’il voulait : empêcher la surpopulation ou sauver des multitudes ? Ou entretenir son image personnelle ?

      • bonjour MichelO ,à l’époque je ne sais pas si le Commandant Cousteau avait encore besoin d’accroître sa notoriété , quand à savoir s’il souhaitait endiguer la surpopulation et sauvegarder le reste ,il faudrait le demander à ses descendants .

        • Rémy D. WIEDEMANN
          12 août 2014 at 12 h 25 min

          Cousteau avait bien des talents mais il était en effet dangereusement eugéniste et, sur ces sujets, se trompait et trompait le monde. Je vais heurter. Non seulement il n’y a pas de surpopulation mais nous allons au devant d’un crash démographique, c-a-d un effondrement extrêmement grave. Vous pouvez le vérifier aisément, tous les indicateurs sont dispos.
          Il n’y a PAS de surpopulation, pour quiconque a un peu survolé notre planète pour ainsi dire inhabitée: des centaines de millions de km carrés sans habitants, dans des zones qui, si l’on en croit les réchauffistes, devraient être vivables sous peu. Mais ne retenons que les zones viables: elles ont une densité très faible. Si l’on avait la densité d’un département français, on pourrait atteindre 70 milliards. Lorsqu’on va à Séoul, on survole durant des heures une Sibérie sans la moindre ville. Or, la technologie permet de vivre confortablement dans de telles contrées, les Canadiens le prouvent.
          S’il n’y a de surpopulation, ce n’est que dans les mégalopoles dues à la folie anti-agricole moderniste, l’exode rural.
          Les problèmes d’accès à l’eau potable et à l’alimentation sont également de faux problèmes: tous les brevets existent. Le seul problème résiduel est purement POLITIQUE: ce sont les politiques qui d’une part dépensent mal l’argent par exemple en colloques inutiles, raouts, conférences, galas et réunions annuelles sur ces thèmes alors que cet argent pourrait utilement consacré à la mise en œuvre, et avec succès. On a des nouveaux fruits et légumes qui pourraient sans problème et sans eau, nourrir tous les affamés d’Afrique, et gratuitement.
          La question est donc: pourquoi dit-on qu’il y a surpopulation ? Parce qu’il y a croyance. Et que cette croyance est diffusée par des organisations nocives, eugénistes, qui veulent la Terre pour elle toutes seules. Elles visent 800 millions d’habitants. A chaque fois que vous entendez dire que la planète est surpeuplée, regardez d’où ça vient et vous trouverez la marque des influences sectaires, cachées.
          Vous pouvez copier-coller ce texte et vous en servir ultérieurement, vous serez certainement encore confronté à cette causerie.

          • L’article de H16 est intéressant et amène les 2 partis à se poser des questions.
            Rémy…
            Oui la densité de la france ramener à la superficie du monde permettrai de dépasser les 70G humains.
            Mais ils produisent quoi les parisiens? et oui tout le monde mangent tout les jours et heuresement les moellons permettant de construire ne tombent pas du ciel (sa serait dangereux)

            De base, il faut aussi des zones agricoles, artisanales, industrielles, commerciales pour avoir à manger, créer des outils et échanger.

            Ce n’est pas la technologie qui permet la colonisation de zone difficile.
            C’est le PETROLE, c’est le mode de stockage d’energie le plus éfficace en terme de poids ou de volume. C’est lui qui fait tourner les bestioles « technologique »
            A l’heure actuelle 1/7 de la population est réellement un consommateur mondialisé, et je suis probablement bête mais je pense que les soucis d’instabilité géopolitique arrivent… (une crise monétaire qui n’en finit pas, le retour des ingrédients de la guerre froide, des querrelles de territoire, le retour des guerres confessionnelles)

            Une dernière chose, j’ai lu une étude « verte » de l’assos d’un ami.
            C’était suffisant simple pour que je puisse vérifier, il ne faisait que calculer l’énergie envoyer sur terre par le soleil, il multipliait sa par l’efficacité de la photosynthèse et une moyenne de la production de consommable des plantes par unité d’énergie. Et au bout de leur calcul ont aboutit à la conclusion qu’à plein régime et sans l’exploitation de l’energie fossile la terre ne pourrait nourrir que 1G humains +/- 300M humains (suivant les plantes)
            Le pétroe ont en fait aussi de l’engrai mon cher.

            Cordialement.
            Nicolas

            • Rémy D. WIEDEMANN
              13 août 2014 at 2 h 01 min

              Eh bien, ils se trompent lourdement ou du moins leurs modes de calculs tablent sur des rentabilités actuelles ou même anciennes. La Terre et le soleil sont inexploités, par des modes certes performants jadis qui sont devenus obsolètes. Je ne préconise pas un changement brutal, mais progressif. Aujourd’hui, il existe des brevets qui, mis en application, permettraient de faire 1000 fois mieux.
              L’énergie végétale par exemple est presque inexploitée. Rien que la transformation générée continuellement par un arbre est une ressource énorme, avec une consommation minimale puisque l’arbre se nourrit de ses propres rejets (feuilles et bois mort).
              Le pétrole est très mal utilisé, on pourrait en tirer beaucoup plus. Ne serait-ce que parce que les constructeurs sont empêchés de développer des rendements bien meilleurs. Peugeot par exemple a déclaré qu’il était empêché de produire des moteurs moins polluants. Ce sont les politiques qui bloquent, je le répète: ils sont le polluant principal.
              Notre mode de consommation doit changer, et il changera, inévitablement.
              Par ailleurs, oui, on pollue beaucoup trop. Mais tout cela changera dès lors qu’on laissera à l’initiative privée, aux inventeurs et aux entreprises travailler à leur aise.
              Un seul exemple: autre fois, il y a 20 ans, Atochem Japon a réussi à développer un vivier bactériologiques sain permettant de dévorer le pétrole en mer. Une démonstration a été faite, ils ont jeté du pétrole en mer, cela faisait une nappe énorme. En 12 heures, elle a été entièrement dévorée et les bactéries, ensuite, faite d’aliments, sont mortes sans résidu. Le programme, plutôt que d’être encouragé, à été sciemment abandonné, sur ordre. Sachant qu’il y a un Amococadiz par semaine, par dégazage, on a le droit de se poser des questions…

          • « Il n’y a pas surpopulation humaine »

            C’est vrai d’autant plus qu’un ratio assez récent montre que la quantité de terre arable disponible sur la Terre est actuellement de 7.000 m2 par habitant. Alors qu’on sait qu’un jardin de 400 m2 suffit à la survie d’une famille de 4 personnes. On ne parle évidemment pas des déserts et des océans, ces derniers représentant 75% de la surface de la planète. S’il y a extinction des espèces, elle peut être autant attribuée à des phénomènes stellaires (taches du soleil qui entrainent des phénomènes différentiels importants de pression, de magnétisme, de températures et d’inadaptation aux changements de certaines espèces), qu’aux pollutions létales (métaux lourds et hydrocarbures…), qu’aux espèces récessives.

            Certaines espèces disparaissent car elles sont en bout de chaîne de l’évolution et n’ont plus rien à apporter en terme de richesse génétique (exemple du Panda…) aux arbres de l’évolution. Dans le domaine des idées il y a la même disparition des idées accessoires et de la pérennité des idées principales.

            Il ne faut pas pleurer la disparition des espèces. C’est comme ça, on n’y peut pas grand chose, sauf bêtises faites par la chasse et la pêche à grande échelle, les pollutions de certains biotopes. Mais la Terre a une capacité de recyclage énorme, dont il ne faut certes pas abuser. Lutter contre le nucléaire est une bêtise idéologique, car c’est la source d’énergie la plus propre, la moins consommatrice de richesses minières. Elle deviendra encore plus propre quand la fusion sera arrivée au bout de son processus expérimental dans 50 ans grâce au projet mondial actuel.

            Mais il est temps de prendre conscience que la pollution humaine impacte sérieusement la vie sur Terre, même si la vie sera encore là quand les hommes n’y seront plus.

            Il y a eu d’immenses bouleversements planétaires bien avant que l’homme ne pollue (c’est à dire depuis 200 ans) ou n’existe. C’est la raison pour laquelle la responsabilité de l’homme est infime dans ce processus. La seule différence d’aujourd’hui est que nous disposons d’instruments de mesures et de statistiques comme la Terre n’en a jamais disposé le long de son histoire, ce qui facilite un processus anxiogène de la part de scientifiques.

            Est-ce que l’explosion du Pinatubo est le fait de l’homme, alors que la somme des gaz dégagés à l’occasion dans l’atmosphère fut monstrueuse ?

            Enfin, la production d’oxygène par le plancton est largement supérieure à la production de CO2 par les activités humaines. Je ne suis pas scientifique mais chacun avait compris que les délires des scientifiques étaient largement impactés par leur besoin de renouvellement de leurs subventions par les États et le GIEC onusien.

            • un jardin de 400 m² pour faire vivre une famille de 4 personnes? sans blague?

              • ça marche si on considère que la famille se passe de pain et de tous les produits céréaliers, et qu’elle ne consomme pas de viande, car là la surface augmente très nettement, ainsi que la consommation d’eau.
                Avec 400 mètres, on se passe aussi de café, chocolat, fruits exotiques, etc.

                • Rémy D. WIEDEMANN
                  13 août 2014 at 2 h 07 min

                  Tout le monde entier n’est pas obligé de produire la même chose. Chaque parcelle peut être complémentaire des autres. C’est ce qu’on faisait autrefois, avant la normalisation qui a obligé les agriculteurs à supprimer la diversité et à faire du tonnage. Jadis, une ferme, avec 3 arbres et une basse-cour, était indépendante. On a voulu planifier et opter pour la productivité. Grosse erreur qu’illustre très bien la superbe vidéo racontant l’histoire de l’agriculture française au XXème siècle. A retrouver et voir. On y montre que les agriculteurs ont été ridiculisés par le bureaucratisme et le parisianisme, l’évolution des mœurs et la montée des revendications sociales. Certes, ils n’étaient pas très instruits. Mais ils possédaient une science perdue: l’art de cultiver. La France capétienne était un trésor agricole, qui pouvait nourrir la moitié du monde. Les années 50 à 80 ont entièrement ruiné ce modèle. L’Europe s’en est mêlée avec son grand marché tueur et on a créé des quotas stupides, après avoir poussé à ce productivisme polluant et stérilisant pour les terres.

              • en jardinage intensif, et des moyens rudimentaires (pas d’engrais chimiques, pas d’outils mécaniques) tu peux produire grosso modo 1kg de nourriture végétale humaine par m² et par an (matière sèche, hein, pas juste de la salade pleine d’eau 😉 ), représentant environ 10 000 Cal (soit 3 jours d’alimentation), plus autant d’immangeable pour un humain mais qui satisferont un porc ou des poules.
                Tu peux donc en théorie te contenter de 100 m² … mais … la liste des « mais » et des « si » est fort longue : parasites, insectes, mauvais temps, rats, pilleurs, travail à fournir, etc.
                En pratique, l’Homme préfère produire dans des conditions moins intensives en travail et moins risquées : mécanisation, grandes surfaces, spécialisation

          • @rémy
            L’augmentation de la population ne posera-t-elle pas tôt ou tard des problèmes énergétiques, surtout si l’on décide de peupler la Sibérie (il faudra bien chauffer tout ce monde au beau milieu des steppes givrées)?
            Et n’y a-t-il pas déjà des guerres, non pas pour l’eau, mais pour le contrôle des gazoducs, oléoducs et autres trucs en ducs?
            Il faudra bien se résoudre à diminuer collectivement notre impact sur notre environnement, la prochaine espèce en voie d’extinction c’est nous, non?
            Il y a de nombreux exemples de personnes condamnées à ne plus consommer l’eau de leurs propres puits à cause de la présence de produits liés à l’exploitation du gaz naturel (les fameuses « eaux de production » déversées sans précaution dans la nature).
            Toute la filière agricole est désastrée dans certaines régions des USA à cause de l’augmentation des besoins en énergie de la population et de la complaisance des autorités devant les méthodes agressives et bien souvent illégales des entreprises de forage.
            Sur un autre point, j’ai le lointain souvenir d’avoir lu un ouvrage d’éthologie animale, dont je ne parviens malheureusement pas à me souvenir du nom de l’auteur, qui expliquait que sur certaines îles isolées du Grand Nord où vivent des populations de cerfs et de rennes, les chercheurs avaient observé qu’à partir d’un certain niveau de surpopulation, les individus se mettaient à développer des maladies qui servaient d’une certaine façon à réguler et faire revenir la population à un niveau optimal sur des territoires aussi réduits. En étudiant les cadavres des ongulés, les chercheurs ont émis l’hypothèse que ces maladies étaient liées au stress et à des dysfonctionnements hormonaux statistiquement inattendus attaquant les reins et le système lymphatique.
            Je fais ce petit détour par l’éthologie pour faire part d’une hypothèse qui me semble assez probable: les changements très brutaux dans les modes de vie de certaines populations chassées de leurs territoires d’élection (les réfugiés climatiques, les nomades de Mongolie, les paysans condamnés à l’exode rural) provoqueront des conflits de plus ou moins grande intensité et, à coup sûr, une augmentation de pathologies directement liées à ces changements.
            Ces populations ne seront pas en situation de résister et disparaîtront bel et bien, elles s’éteindront ou seront assimilées dans les grandes villes où elles se réfugieront. Tous ces gens n’auront pas le temps de s’adapter, ils iront grossir les rangs des miséreux qui peuplent les bidonvilles des méga-pôles urbains.
            Cela générera des problèmes de sécurité civile, des émeutes de la faim, des problèmes sanitaires.
            Moi aussi j’ai beaucoup d’admiration pour l’humanité et ses accomplissements. Pour la diversité des cultures, l’intelligence et l’audace dont les peuples font preuve pour développer des modes de vies millénaires, et ce, sous toutes les latitudes.
            Cette diversité est en train de disparaître. Et je me refuse à me faire à l’idée que c’est le résultat logique de la sélection naturelle.
            Si je devais me lancer dans la lutte écologique, ce serait uniquement pour tenter de préserver cette part de ma propre humanité qui meurt à petit feu pendant qu’on s’émeut du destin d’un girafon découpé en steacks à crocodiles au zoo de Copenhague.

            • Il y a de nombreux exemples de personnes condamnées à ne plus consommer l’eau de leurs propres puits à cause de la présence de produits liés à l’exploitation du gaz naturel (les fameuses « eaux de production » déversées sans précaution dans la nature).

              Et cela n’est pas sanctionné ❓ ??? ??? ???

              • Sanctionné ou pas, il s’agit d’une atteinte grave à leur propriété privée. Je préfère avoir mon lopin de terre intact et propre plutôt que recevoir une compensation pour la destruction de ce lopin de terre que je vais devoir quitter pour ne pas crever.

              • @MichelC
                C’est tout ce que vous retenez de mon post? Le coup des gens qui ne peuvent plus boire leur eau.
                Alors s’ils sont dédommagés, tout va bien, donc.
                Je donnais cet exemple parce qu’il est récent et qu’on en parle beaucoup parce que cela touche des américains et pas des sauvages perdus dans la jungle. Qui eux, ne seront jamais dédommagés de rien pour la destruction de leur habitat.

                • Il me semblait que l’eau était filtrée et réinjectée et que ce n’était pas un gros problème technique.
                  Il me semblait qu’il y avait des sanctions et des indemnisations en cas d’accident.

                  Mais alors, c’est faux ❓ On nous ment ❓

                  Référence du cas ?

                  • Gasland, film documentaire de Josh Fox (2010)

                    • Ah oui, la référence à Gasland manquait cruellement pour nous éclairer sur la nature profonde du débat.

                    • @cavaignac
                      et vous, qu’apportez-vous au débat, à part ce lapidaire commentaire qui n’éclaire pas grand chose?
                      Y a-t-il ou n’y a-t-il pas des gens, en nombre important, dont l’eau a été rendue non potable par la négligence des entreprises chargées d’exploiter le gaz de schiste aux usa?
                      MichelC demandait des références à la suite de mon post, je lui donne.
                      Si vous avez une référence qui contredit ce que l’on voit dans Gasland, ne vous gênez pas, partagez-là.
                      Soit dit en passant, ce point n’était vraiment pas le plus important de mon post.
                      Je partageais mon inquiétude quant aux difficultés qui ne manqueront pas de se faire sentir en terme d’énergie et de santé publique dès lors que nous aurons à satisfaire les besoins d’une population à 10 milliards ou plus.
                      Je réagissais au post de Rémy qui nous expliquait qu’on peut vivre aussi nombreux en colonisant des zones non habitées actuellement. Je ne contredis pas ce point de vue, je me pose des questions sur son réalisme dans la mesure où les ressources énergétiques et leur exploitation génèrent une vraie détérioration de la qualité de vie chez un grand nombre de personnes.

                    • @MichelC
                      Pan dans l’oeil, effectivement. Merci pour la référence à Truthland.
                      Not evil Just wrong.
                      And gullible.
                      Les fermiers américains étaient un mauvais exemple, je le retire.

                    • Règle de base : toute production qui a les honneurs de l’ORTF (Arte, france TV, France inter, etc.) est suspecte.
                      Et Gasland en fait partie.
                      Gasland est autant un documentaire que « Le Juif Süss », en fait.

                      Quand on connait le système juridique américain, et les monstrueuses réparation (« punitive damage ») qu’il inflige à la moindre incartade, et dont l’industrie pétrolière a déjà senti la morsure en matière d’environnement, quand on ajoute l’énorme activisme dont gasland est une des manifestations, on sait il y aurait des traces juridiques d’un vrai problème de fond avec le fracking. Il n’y a que des petits litiges minables avec des petits arrangement financiers même pas digne d’un hôpital américain

            • Rémy D. WIEDEMANN
              13 août 2014 at 2 h 41 min

              Je suis d’accord avec vous. Il faudra diminuer la consommation telle qu’elle est, tout le monde a compris que c’est une impasse. Vous dites « peupler la Sibérie (il faudra bien chauffer tout ce monde au beau milieu des steppes givrées) », quel est le problème ? Il y a en Sibérie de quoi chauffer 20.000 fois la planète, on le verra dans quelques siècles quand les découvertes actuelles seront mises en œuvre. N’oublions jamais que le monde fonctionne avec des découvertes mathématiques datant de 1880, on est très loin d’avoir appliqué les découvertes plus récentes. De même en diverses sciences, chimie notamment. Tout reste à faire. Nous en sommes à la préhistoire; les fous furieux qui gouvernent le monde pensent comme au XIXème, ils n’ont pas intégré les temps nouveaux, les découvertes récentes (qui sont d’ailleurs fondées essentiellement sur une redécouverte). Faut-il qu’on parle des plantes ? Mettez en œuvre la médecine par les plantes (en plein développement, et c’est fascinant), au lieu de supprimer les plantes comme l’exige l’Europe, et vous faites disparaître l’industrie pharmaceutique, et donc la plupart des maladies, et donc beaucoup d’hôpitaux, de maux de toutes sortes, des coûts gigantesques etc. On sait soigner les cancers par les plantes et l’accompagnement des malades. On le sait. On y arrive. Voilà ce qui nous attend si l’on est capable de repenser notre manière de voir la santé et l’être humain de manière plus vaste. Le corps humain a tendance à se soigner lui-même; dès lors que vous favorisez la nature, elle se soigne. Le médicament fait, grosso modo, le contraire. Une quantité de grands médecins l’ont dit dès le départ. On n’a pas encore mesuré l’impact du sourire d’une infirmière, et pourtant, je sais qu’à terme, on fera des études et on saura que ce sourire est rentable ! Cela semble ridicule, mais appliquez le principe à toute la médecine, l’écoute, le regard sur la personne, un regard plus global et moins hyperspécialisé et localisé sur le corps, et vous aurez des miracles.
              Sur notre blog, nous « soignons » des dyslexies, des hyperactivités, sans le vouloir, uniquement en donnant à l’enfant de bonnes méthodes et de bons enseignements. Inutile de vous dire que beaucoup de « spécialistes » nous en veulent. Envolés, tous ces problèmes, ces consultations etc. Envolés, le stress des parents qui du coup sont mieux, se comportent mieux avec l’enfant, s’occupent davantage de leur propre sort et s’en tirent plus facilement dans la vie, parce qu’un gros boulet dans leur vie à disparu. Si bien que statistiquement, vous faites disparaître des stress, des nervosités, donc des violences, donc des divorces, dont des procès, donc de l’intervention publique etc.
              Faites de même avec la sécurité. L’insécurité, ça coûte beaucoup plus que les dégâts matériels ! On ne calcule pas les retombées psychiques, et donc tout ce qui en découle, les frais médicaux, psys, l’instabilité sociale etc. Ramenez une sécurité draconienne, disons même impitoyable, supprimez le sentimentalisme qui fait que les gangsters sont libérés, soyez inflexibles, comme au Japon, et vous allégez la collectivité de coûts incommensurables. Un politique devrait être quelqu’un qui justement ne s’attache pas au cas particulier de la souffrance, mais de la souffrance générale. On fait le contraire, on s’apitoie sur une Léonarda, sans se demander si l’exemple du favoritisme appliquée à cette clandestine ne vas pas coûter durement à des milliers de personnes. C’est ce qu’on appelle l’irresponsabilité.
              « populations chassées de leurs territoires d’élection (les réfugiés climatiques, les nomades de Mongolie, les paysans condamnés à l’exode rural) » Mais uniquement parce que la politique et la modernité s’en mêle ! D’abord, il faut savoir que ce sont les cultivateurs chinois qui ont stérilisé la Mongolie, autrefois verdoyante. C’est uniquement, je le répète, parce qu’on a mal fait, et non parce qu’on a laissé ces gens vivre comme ils l’ont toujours fait. Au cours de âges, chaque peuple a mis au point des méthodes saines, rentables, équilibrées. Faisons confiance aux peuples, aux nations, et récusons l’ordre mondial, l’uniformité qui exigerait que les Mongols vivent dans des maisons en dur alors qu’ils sont heureux en vivant de manière nomade. Ce sont les modèles qui poussent à ce dont vous parlez.
              « seront assimilées dans les grandes villes où elles se réfugieront » Pas si l’on change de regard et de politique. Voilà ce qu’il faut impérativement éviter, et là encore c’est politique. Nous imposons la démocratie et la modernité, mais rien ne nous a prouvé que c’était la meilleure manière de faire. C’était beau sur le papier, des générations de Zola et de Gambetta, de Jaurès et de Lénine, ont cru devoir changer le monde. Ils avaient tort, voilà le point. Ils se trompaient largement. Là où ils auraient dû se contenter de promouvoir une égalité en droit, nécessaire, ils ont universalisé leurs modèles politiques, leur « émancipation » qui ne pouvait coller à tous les peuples et dans toutes les circonstances. Bernard Lugan démontre brillamment, par exemple, que la démocratie en Afrique est une folie, du fait qu’elle signifie la loi de la majorité tandis que justement, l’équilibre local repose sur des minorités. L’avenir politique n’est plus d’aller vers les grands ensembles conceptuels mais le retour, depuis ces grands ensembles continentaux, vers la région, le village, la famille. Tous les empires sont des erreurs dès lors qu’ils éradiquent les modes de vie locaux. Les Romains l’ont su, durant un temps. L’armée française l’a su également, elle a écrit une page extraordinaire de conquêtes pacifiques, je veux dire bien souvent. On pourrait parler de l’énorme différence qu’il y avait entre les Indes françaises et les Indes britanniques: tout les différenciait. L’argent de la City a gagné…
              Il faut déconstruire les ensembles politiques à commencer par les ensembles politiques nocifs. C’est exactement le contraire de ce que font les USA, Israël, les partis politiques, les bureaucraties mondiales, l’ONU, les sectes qui nous gouvernent.
              Comme vous le dites, ce n’est pas la sélection naturelle mais la tentation moderniste de gouvernements sous influence (chinois par exemple, imposant à des peuples qui ne sont pas chinois, c-a-d la majorité en Chine), qui réduit des peuples à néant.
              Je jette tout ça sur la papier, on trouvera à redire, mais si l’on veut bien ne considérer que le fond, on me comprendra. Du moins je l’espère.

        • Au sujet, des raz de marée, il avait évidemment raison mais c’est un avertissement qu’il a pu lancer à partir de données scientifiques et historiques.

          Au sujet de la surpopulation de la terre, le seuil des 4 milliards et largement dépassé et pourtant les conflits dans le monde ne sont pas liés à la nourriture et l’eau. La faim dans le monde a même fortement reculée.

          • Rémy D. WIEDEMANN
            12 août 2014 at 13 h 02 min

            Absolument, les Indiens crevaient de faim à 250 millions, il se nourrissent à 1 milliard. ça fait plaisir de voir que les superstitions ne sont plus autant partagées 🙂

        • Il était surtout communiquant.
          Ses reportages faisaient l’auto-promo pour sa docte personne et ses images sous marines étaient souvent quelconques. « Le commandant cousteau a fait », « le commandant cousteau a dit » etc..

    • Je trouve cela très simpliste en effet.
      Il faut aussi savoir tenir compte de la persévérance et de l’intelligence de la vie.

      Aujourd’hui nous sommes 7 milliards d’humains c’est un fait, parce que des séismes y en a toujours eu, des tsunamis aussi et des déplacement de population je n’en parle même pas.
      Et oui la Terre change avec ou sans l’Homme et elle changera encore et toujours, d’ailleurs elle tourne aussi 😉
      Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir des conditions favorables, ça ne durera pas indéfiniment. La nature est belle mais elle n’est pas notre ami, il suffit de peu pour nous sortir de l’Univers à tout jamais … Donc perdre son temps à se contenter de ne plus avancer et juste vivre en harmonie avec mère nature, ça me semble voué à l’échec … mais c’est subjectivement beau, pour moi le premier!

      Demain ce n’est pas juste aujourd’hui plus du temps. C’est aujourd’hui plus de l’évolution, de l’innovation, l’énergie est omni présente dans l’Univers, le corps humains en est un exemple des plus fascinants à qui veut bien le voir … Nous trouverons les moyens de vivre jusqu’à 10 milliards, 100 milliards même en exploitant d’autres planètes, si d’ici là on nous permet d’avancer à peu près dans le bon sens 😉

      • bonjour Erwan,bel optimisme ! Optimisme que je ne peux pas m’offrir , ayant vu dans le vaste monde ce dont l’homme (l’animal le plus stupide de la création ) était capable ,soit en tant que soldat ,soit en tant que navigant ,ou même comme formateur aux forages dits « offshores  » .Mais peut-être avez-vous raison !

        • Pardon, Bonjour 😉

          J’ai aussi quelque peu voyager, beaucoup plus modestement.
          Encore une fois, oui tout n’est pas parfait, mais se focaliser sur les points négatifs, être nostalgiques, je vais être quelque peu arrogant, mais c’est pour les « vieux cons », peut-être pour moi plus tard ceci dit.

          Aujourd’hui comme hier et comme demain il faut faire confiance à l’avenir et à la jeunesse, à commencer par notre vieille élite politique des plus moroses !!

          Il y a un endroit où vous n’êtes pas allé c’est certain, puis qu’aucun humain n’y est encore allé. C’est Mars.
          Et vous savez quoi malgré qu’il n’y ait jamais eu d’humains sur Mars (enfin pas depuis longtemps en tous cas ; ) et bien cette planète est infiniment plus polluée que la notre, puisque l’on ne peut y vivre …

          Tout ça pour dire que si nous sommes là ce n’est pas par hasard, nous sommes le fruit de l’évolution et nous allons continuer d’évoluer. La planète saura nous guider, et nous remettre à notre place au besoin, je n’ai pas envie d’attendre sagement une prochaine extinction, même si à mon échelle de toute façon je ne risque pas grand chose, c’est simplement pour l’avenir …

          J’ai du mal à comprendre que l’on puisse penser cela : « l’animal le plus stupide de la création « , vous devez être sacrément malheureux ou alors votre stupidité vous empêche de l’être ?

          L’Homme est exceptionnel, il est le produit le plus abouti d’une planète qui est elle aussi exceptionnelle, de part sa position dans le système solaire, de part son atmosphère, de part l’existence de la Lune et des saisons, de part la présence de Juniper véritable bouclier et j’en passe … Et bien sur de part la présence de la Vie.
          Mais libre à vous de vous focaliser sur les points négatifs …

          • Rémy D. WIEDEMANN
            12 août 2014 at 13 h 05 min

            Je suis absolument d’accord avec vous Erwan. Je crois qu’il faut d’abord avoir une vision émerveillée de l’homme, car il est extraordinaire, avant de reconnaître ses torts. Le premier regard fait l’être.

            • C’était Jupiter, pas Juniper 😉

              Le premier regard, pas si sur … mais les erreurs sont toujours bénéfiques si tant est qu’on les reconnaisse et que l’on en tire les leçons.

              Il n’y a pas si longtemps j’aimais et j’avais bien plus de compassion pour les animaux qui pour moi subissaient naïvement les méfaits de cette « bête immonde » sur 2 pattes que nous sommes … J’aurais certainement à un moment sauvé un Ours polaire en détresse plutôt qu’un Homme. Je ne réfléchissais alors pas assez par moi même.

              J’aime toujours beaucoup les animaux aujourd’hui, ils sont merveilleux mais j’ai compris en prenant du recul vis à vis de certains écolos pessimistes et envers et contre tout, que je remercie paradoxalement, que l’Homme l’est aussi pour moi, il est même infiniment plus merveilleux, c’est le seul être en position un jour de pouvoir sauvegarder la Vie (quand les négationnistes y voient l’inverse), c’est ma vision avec mes propres yeux et elle ne changera plus !

          • re bonjour Erwan ,pour juger de l’état d’esprit d’un homme qui ,alors très jeune et au nom de son pays ,s’est impliqué dans un conflit armé (L’Indochine ) au point d’y perdre ,à défaut de son âme ,des camarades , d’y laisser des populations ,celles du Delta qu’il aimait ,aux mains d’irresponsable totalitaires ,ce alors qu’il avait promis de rester les protéger ,alors oui en y repensant je suis malheureux et pas fier de mon espèce .
            depuis j’ai largement eu le temps d’entendre ,de lire maints récits sur les méfaits du corps expéditionnaire , écrits généralement par des gens qui n’y étaient pas .On peut donc sans hésiter ajouter stupide et malheureux parfois lorsque ça remonte en surface .
            PS : Cela ne m’arrive jamais en famille ,où le croiriez-vous ,je suis très heureux .Le plus souvent cela revient lorsque je suis en mer à la barre de mon modeste voilier , une fois le vent bien établi ,les voiles réglées, on à le temps de penser ….
            Bien entendu , tout un chacun à le droit de penser comme il le souhaite .

            • Rémy D. WIEDEMANN
              12 août 2014 at 14 h 41 min

              Vous avez probablement été, monsieur, un grand Français. J’ai moi aussi combattu et n’en rougis pas.

              • Si vous êtes heureux en famille ou avec vos amis c’est le principal, restez-y le plus possible et allez donc en mer avec vos proches 😉

        • Avez-vous aussi vu de quelle intelligence il était capable ? Vous en premier.
          Je sais que c’est politiquement incorrect, mais quand je vois des lignes hautes tensions passer au-dessus des montagnes, quand je vois des ponts magnifiques, des barrages hydro-électriques, tout ce que l’homme a fait pour organiser l’espace, je suis encore et toujours émerveillé par l’intelligence qu’elle reflète, indispensable pour domestiquer la nature ou s’y adapter.
          Je suis dans l’informatique, j’ai pris le train du net au début et quand on voit ce qu’il permet de faire, j’en reste époustouflé.
          Il y a certes des gens stupides, mais ils sont visibles parce qu’ils créent des difficultés. Les gens intelligents vous ne les voyez pas parce que justement ils ne se distinguent pas des autres. Mais si vous regardez bien, vous les verrez.

    • @vieille couare L’intérêt de ce site est de partager. A ce titre, chacun le fait en fonction de son vécu.
      Et n’assimilez pas votre vie et personnalité à votre grade. Trop de « chefs/directeurs/ministres » s’accrochent à leur statut social parce qu’ils ont trop peur de vivre et de partager, c’est à dire reconnaitre qu’ils/elles ont besoin d’autrui.

  • Et oui, se focaliser sur les espèces qui disparaissent, c’est bien, et c’est toujours triste mais c’est ainsi, on peut les aimer mais on ne les sauvera pas …
    99% des espèces qu’a connu cette planète ont aujourd’hui disparu, et l’Homme, en tous cas tel que nous le connaissons aujourd’hui, disparaitra un jour de la planète, c’est évident, il suffit de savoir regarder un peu derrière et devant …

    Malheureusement pour les écolos de l’extrême (encore plus nuisibles que ce qu’ils dénoncent) des espèces apparaissent ou du moins sont découvertes encore et toujours et par millier même du côté des insectes mais chut c’est un secret !!

    Il existe donc les pessimistes, qui voient le mal partout, qui en arrivent à détester l’Homme donc à se détester eux-mêmes, qui s’inventent des combats du coup pour vivre, des marginaux d’un potentiel danger important pour l’Homme.

    Et puis loin devant nous avons les Optimistes, non ce n’était pas mieux avant, oui tout n’est pas parfait, ça ne le sera peut-être jamais mais le plus appelle le plus, alors vive la vie, vive l’Homme !

    • Tout comme vous je suis suis chaque jour émerveillée par la capacité de l’homme à trouver des solutions aux problèmes qui se posent à lui. Je suis donc extrêmement optimiste et pour dire vrai j’ai foi en l’Homme dont la conscience ne cesse d’évoluer vers le haut de manière exponentielle.
      A ce propos lire « Toi ce petit Dieu – Essai sur l’histoire naturelle de l’homme » de Pierre-Paul Grasset.

  • Rémy D. WIEDEMANN
    12 août 2014 at 11 h 33 min

    Les écolos sont toujours assez pathétiques, mais ils ne disent plus rien quand on leur explique que chaque jour, des milliards de milliards de kilomètres carrés sont effacés. Ils s’interrogent une minute, se disent que non, pas quand même, et vous les achevez en leur disant : « Chaque jour, des planètes habitables sont détruites dans l’espace et des milliards de milliards d’espèces vivantes disparaissent à tout jamais sans qu’on sache jamais ce qu’elles étaient. » En général, là, ils restent silencieux comme des moules.

    • Bien d’accord avec toi. Je ne comprends pas que l’auteur puisse penser ce tas de stupidités. Il devrait consulter un psy ….. ou se suicider, çà aiderait sa théorie ;))

      • Rémy D. WIEDEMANN
        12 août 2014 at 12 h 00 min

        Est-ce que… tu l’as bien lu ? c’est de l’ironie, ce qu’il fait, et mon commentaire va dans son sens.

        • Je n’ai pas osé Rémy, je me suis dit que peut-être jld73 faisait aussi de l’ironie.
          Mais j’ai bien peur qu’il n’ait lu que les 2 premières lignes …
          Idiocracy est en marche ( humour je précise ; )

  • Et bien, cher H16, il ne te reste plus qu’à disparaître, immonde humain que tu es ! 😀

  • jesuisunhommelibre
    12 août 2014 at 13 h 11 min

    Je suis un peu hors sujet, mais commémorer 1914, l’ouverture de la grande boucherie, ne me semble pas l’idée la plus fun.

    Attendons 2018 pour commémorer quelque chose.

    • 1916 devrait être commémorée. C’est à ce moment que la France, ruinée par l’effort de guerre sollicita ses alliés pour des prêts.
      1916 fin de la puissance mondiale française.
      Et aussi 1919, le traité de Versailles, vengeance des incapables vis à vis du vaincu.
      A mettre en lien avec Mou 1er et sa demande hallucinante à Merkel et aux autres européens ces derniers jours.

  • Au dernière nouvelle – c’est à dire d’après le dernier documentaire de ARTE que j’ai vu (c’est vous dire la qualité de mes sources), la disparition des dynosaures serait du au volcanisme.

    Enfin pour être politiquement corrects, ils disaient à la météorite mais surtout au volcanisme. J’en ai déduit qu’ils étaient idiots mais surtout parfaitement stupides. Mais ça ce n’est pas politiquement correct : remettre en cause la science et le bourrage de crânes – pardon l’nseignement des masses – de nos grands scientifiques de la nature.

    J’en viens donc à me demander si les couleurs des dynosaures dans leurs images de synthèse sont parfaitement exactes. Je n’oserai cependant pas remettre en cause leurs scénarios de combats de géants reconstitués à partir de traces de pattes découvertes dans les sédiments.

    Mais parfois j’ai quand même l’impression qu’on nous prend pour des c… Surtout quand le sempiternel couplet sur le CO2 débarque dans les commentaires comme un cheveux sur la soupe. Et je me demande naïvement si on peut accorder le moindre crédit à des pseudos-scientifiques qui n’ont même pas la plus petite conscience de leur propre ridicule.

    • sur arte il n’y a pas de documentaires. il n’y a que de la propagande.

      • C’est peut-être un peu rapide, et je ne vois pas bien quel pourrait être l’intérêt poursuivi par Arte dans la diffusion de ces thèses. Ce qu’il serait possible de remettre en cause je crois c’est la conservation du mass-media alors que l’Internet est devenu une plateforme universelle, et que le web permet de ne pas être soumis à une quelconque licence.

    • il y a un problème avec la recherche et le monde de la recherche qui a besoin du soutien du peuple pour recevoir des subventions publiques, si on a joute qu’on a pas de critères pour juger de l’intérêt publique de la recherche, on a laissé croire une armée d »‘inutiles » ( du point de vue matériel pour le public ») …

      Les chercheurs veulent être aimés…il cherche l’amour et non la vérité…

      sur les dinosaures ils racontent de belles histoires et avec des images par dessus le marché…

    • Vous confondez les scientifiques et les personnes chargées de faire de la vulgarisation scientifique pour remplir les grilles des chaînes de télévision.
      Les couleurs sont inventées, bien sûr, extrapolées d’après les données scientifiques et d’après l’aspect des reptiles actuels. Et les idées complexes impossibles à faire comprendre en 52 minutes, publicités comprises, sont rendues simples, simplistes voire carrément ineptes pour un esprit un tant soit peu critique et doté d’un minimum de connaissances en la matière.
      Pour accéder à la connaissance, visez plutôt une bonne vieille bibliothèque universitaire, ou internet, en recoupant les sources.
      Bien sûr, cela vous laissera nettement moins de temps de cerveau disponible, tout ce travail. Si vous ne voulez pas en passer par là, vous pouvez toujours continuer à regarder la télé, même arte, et gloser sur l’incompétence des scientifiques (qui ne sont pas ceux qui font les docus tv, comme indiqué ci-dessus).

  • Ce lâcher de ballons commémorait le début de la guerre de 14 : tout simplement écoeurant de fêter le début d’une guerre ! Mon grand-père a disparu en septembre 14 et on a retrouvé sa dépouille dans une fosse commune aménagée par les Allemands (ils enterraient au moins les cadavres des Français qu’ils avaient décimé) en 1923. Quand on fait la fête aux frais des contribuables pour se souvenir du début d’un tel évènement c’est une honte ! Ballons ou pas, c’est un scandale ! Les politiciens ont perdu la tête et ils se préparent activement à un nouveau conflit qui pourrait dégénérer rapidement en guerre nucléaire : ça arrangera les écolos car deux cent millions de morts en Europe en quelques jours, ce sera tout bon pour la biodiversité … et on fêtera cet évènement dans 100 ans à grands renforts de ballons ! C’est triste.

  • A priori la dernière extinction de masse est celle du Holocène et serait déjà due à l’Homme sur plusieurs facteurs : la chasse, la culture du brulis, en tant que vecteur de maladies (éventuellement par l’intermédiaire de leurs animaux domestiques).
    Cette thèse n’est cependant plus aussi populaire qu’il y a quelques temps, même si nous n’avons toujours pas trouvé de cause véritablement satisfaisante.

    Après… je ne crois pas du tout que la thèse d’un anthropocène soit celle d’une repentance. Si il y a évidemment une bonne partie de ceux qui s’engagent dans l’écologie qui sont proches d’une tendance à l’ascétisme, d’une idée d’authenticité de l’Homme et de la perversité de toute organisation sociale en général, ce n’est pas forcément l’approche de tous. De ce que j’ai compris il s’agit principalement de comprendre le périmètre des actions possibles sur le réel, la manière dont nous faisons partie de notre environnement, et d’expliciter nos intérêts, dans une approche civilisatrice. Ce n’est pas forcément porter plainte contre un lâcher de ballons. Je ne suis pas certain qu’on puisse mettre tous les écologistes dans le même sac (Finkielkraut se dit écologiste par exemple, comme quoi ça veut vraiment dire tout et n’importe quoi).

    • N ‘oubliez pas de mentionner le réchauffement climatique, important dans cette période puisqu’elle a vu les glaciers libérer la région des grands lacs, la Scandinavie, les îles britanniques, elle a vu le Sahara se couvrir de jungle, puis s’assécher à nouveau, elle a vu la Grande Bretagne et l’Irlande devenir des îles, la Mer Noire se remplir, …
      Nos réchauffistes mettent-ils ces bouleversements sur le compte de l’activité humaine d’alors…?

      • @Anagrys > Il y a aussi des hypothèses relatives aux météorites et aux volcans pour l’extinction du holocène. C’est juste que par rapport à l’article, en effet, dès que homo sapiens est présent, il est accusé. De la même façon les néandertaliens auraient fait l’objet d’une entreprise d’extermination systématique pour certains, hypothèse que je trouve très abusive et peu plausible et une manière de mettre encore l’homme au centre de tout, de se croire le nombril du monde.
        Pour l’instant il n’y a aucune hypothèse suffisante, du coup l’hypothèse d’une multitude de facteurs est avancée. Ce qui est étrange (enfin pour moi) c’est que le phénomène se soit produit de manière globale mais pas de manière simultanée.

  • Je pense que l’extinction de la vie sur terre a commencée
    Avec le système de fonctionnement de l’humain
    Le constat est facile à voir, une grande partie des insectes
    Ont disparus ainsi que beaucoup oiseaux

    • ben oui mais il y a plus de gens sur terre… le fonctionnement de l’humain….ça fait intellectuel ça ..et ça ne nous éclaire pas beaucoup….quoi donc?

      Comme d’hab l’humain dont vous parlez ce n’est pas vous mais ces salauds là…or..ces salauds là vous comptent aussi dans les salauds qui préfèrent vivre plutôt que de laisser la place à un oiseau…

      Baratin, quand on veut changer le monde au lieu de changer sa propre vie est suspect able de totalitarisme…du moins à mon opinion…

      Alors on fait quoi? et pourquoi tu ne le fais sans doute pas d’abord?

    • Ah ouai, comment pouvez-dire cela ? Je pense que les insectes tout comme les oiseaux vous fuient car vous n’êtes pas très intéressant pour eux d’où votre constat bien personnel pour le reste :

      5 nouvelles espèces d’oiseaux sont découvertes par an, ok c’est peu.
      Plus de 7000 espèces d’insectes sont découvertes dans le même temps ainsi que plus de 1000 arachnides, mais vous le saviez sans doute.

      La vie sur Terre est difficile à éradiquer pour l’homme qui en est largement incapable, il peut au mieux se détruire et encore …

      Saviez-vous que 95% de la vie a disparu il y a 252 millions d’années ? Une extinction bien plus massive que celle qu’ont connu les dinosaures et pourtant nous sommes là !

    • Mathilde de St Amour
      13 août 2014 at 16 h 22 min

      @ lemiere Jacques: quoi donc? Ben le respect, la conscience d’être, c’est déjà pas mal non? enfin moi ça me permet de voler au secour des oiseaux qui se perdent chez moi…
      On fait quoi: hum, vous je ne sais pas, moi je sauve les povres bêtes…
      Bois gérault n’a pas tord en un sens, de nombreuses espèces sont en voie d’extinction, et disparaisse, c’est un fait.
      @ erwan: il a fait se connecter 2 neurones ( je suis gentille) pr écrire. Je ne savais pas pr les 95% c’est intéressant de le rappeler. Vous ne pensez pas que l’homme est capable d’éradiquer toute forme de vie sur terre? moi je pense qu’il en est capable, ça ne me fait pas forcément peur ayant foi en l’humanité, mais ça vaut le coup d’éduquer, de conscientiser, d’informer et de révéler ce qui est beau aux autres ( histoire de confirmer ma foi ;)).

      • Oui il est intéressant de regarder derrière et devant pour comprendre notre monde.
        Un jour le soleil explosera quoi qu’il arrive, lorsqu’il n’aura plus assez d’hydrogène pour en assurer la fusion et créer de l’hélium. Mais ce qui s’est passé avant montre à quel point la Vie est difficile à éradiquer (périodes d’extrême glaciation et d’extrême volcanisme). Ce n’est absolument pas une raison pour faire n’importe quoi aujourd’hui mais cela montre que l’on est peu de chose sans les conditions favorables que nous avons aujourd’hui.

        L’homme à ce jour est bien loin, à des années lumières je dirais même, de pouvoir éradiquer la Vie, c’est pour moi très prétentieux de l’annoncer.

        Le plus simple pour y parvenir serait sans doute de détruire la Lune en déviant un astéroïde ou autre, on modifierait alors le climat, les saisons mais on est absolument pas sur que cela éradiquerait la Vie, ça mettrait sans doute fin en revanche à l’humanité.
        Une autre solution serait de sortir la Terre de son orbite, mais c’est extrêmement compliqué aujourd’hui pour l’homme.

        Le soleil peut éradiquer la Vie en émettant de puissants rayons cosmiques, un astéroïde assez gros aussi. Une super nova à quelques milliers d’années lumière le pourrait aussi, une étoile à neutrons (magnétar ou pulsar) peut aussi y parvenir, je ne parle même pas des trous noirs, de la matière étrange ou de l’énergie sombre…

        Il y a énormément de choses dans l’Univers qui pourrait éradiquer la vie sur Terre mais cela requiert une énergie extrêmement importante, (là je vais peut-être dire une bêtise sur le chiffre) peut-être 1 000 000 de fois plus grande que tout ce que l’on serait capable de créer en un point aujourd’hui et qui n’égratignerait même pas la Terre, ce serait comme un moustique qui vous pique, ça donnerait un simple bouton en surface …

        Il ne faut pas trop sous-estimer la Nature et encore moins sur-estimer l’Homme, nous sommes très fragiles, la Nature est encore bien plus forte que nous, je pense que c’est important de le savoir !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Max Falque.

« Un entrepreneur environnemental est une personne qui trouve des moyens pertinents et novateurs afin de transformer les problèmes environnementaux en atouts, en recourant aux droits de propriété et au marché. » Laura Huggins, PERC, 2013

Une conférence internationale et un ouvrage

Si la protection et la gestion de l’environnement sont des objectifs partagés par tous, les moyens à mettre en œuvre font, en revanche, l’objet de points de vue divergents. En France le rôle de la puissance publique est capital, via la ... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

 

⚠️Une bataille déterminante pour l'avenir du droit de l'environnement va s'engager cette semaine devant le Conseil constitutionnel.

Une bataille qui intéresse la loi #neonicotinoides et le principe de non régression.

Explications #Thread https://t.co/dSgCozi9oQ

— Arnaud Gossement (@ArnaudGossement) November 8, 2020

Par sa décision n° 2020-809 DC du 10 décembre 2020 (décision et communiqué de presse), le Conseil constitutionnel a déclaré conforme à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles