Gaz de schiste : « Truthland » démonte les mensonges de « Gasland »

Publié Par Vincent Benard, le dans Matières premières et énergie

Le film Gasland de Josh Fox n’était qu’un mauvais film d’épouvante, plein de biais de présentation et de déformations volontaires de la réalité.

La vidéo Truthland présentée par Vincent Bénard.

Vous trouverez ci-dessous, traduit en français, le documentaire « Truthland« , réponse argumentée d’une enseignante de Pennsylvanie aux allégations du film anti-gaz de schistes « Gasland« . Réalisé simplement sans grands moyens, ce petit film vaut largement 32 minutes de votre temps pour vous faire une autre opinion sur les gaz de schiste.

Le film de « Gasland« , dénonçant les dangers environnementaux supposés de l’exploitation des gaz de schiste, a reçu une publicité énorme et est sans doute à l’origine de la très forte opposition, de bonne foi, que bien des Français forment à l’usage de la fracturation hydraulique.

Il était une fois l’épouse d’un fermier de Pennsylvanie chez qui un gazier explorait un puits de gaz de schiste, et qui a vu Gasland. Elle a eu peur pour ses enfants, pour sa ferme, pour ses animaux. Alors elle a voulu faire son propre fact checking, et a parcouru les USA caméra au poing pour interviewer des géologues, des écologistes, des responsables publics de l’environnement, des gaziers… Et a découvert que le film de Josh Fox était un mauvais film d’épouvante, plein de biais de présentation et de déformations volontaires de la réalité. Et qu’elle pouvait sans crainte élever vaches et enfants à proximité de son puits de gaz de schiste.

Parmi les scènes impressionnantes : la mise à feu d’une poche de gaz sur le lit d’un ruisseau d’où s’échappent naturellement des poches de méthane, un robinet qui flambe là où il n’y a aucun gaz de schiste en exploitation, et un ensemble de tubes de forage qui résiste à une charge de dynamite placée à l’intérieur, pour prouver leur solidité. L’auteur précise que ni elle ni les gens qu’elle a interviewés n’ont touché le moindre centime pour ce film, dont acte.

À vous de juger.

Via : Libertarien TV

—-
Sur le web.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

  1. Ce film est un navet, sans aucun sens artistique, qui arrive trop tard, qui est de mauvaise fois. Le « blitz » électronique et médiatique lancé par l’industrie des hydrocarbures et leurs aficionados depuis cet été en France ne fait que renforcer la détermination des habitants vivant sur les territoires concernés par les demandes de permis et les PERH déjà accordés. Vous êtes sourds et aveugles.

      1. De tels projets supprimeront plus d’activités et de revenus localement qu’ils ne créeront d’emplois précaires et de court termes. Les zones visées ont développé une économie agricole et de tourisme incompatible avec l’exploitation de ces maigres ressources. Laissons ces ressources au générations futures qui ont auront peut être besoin et auront trouvé un moyen de les utiliser intelligemment avec parcimonie.

        1. L’exploitation d’un champ gazier dure des décennies. Qu’est-ce qui vous fait dire qu’ici ce sera court ? Qu’est-ce qui vous fait dire que c’est incompatible avec l’agriculture ? Avec le tourisme ? Si elle sont maigres, alors quelle générosité est-ce là de les laisser aux fameuses « générations futures » ? Intéressé de lire vos arguments étayés sur chacun de ces points. Merci.

          1. Il ne s’agit pas de champs gaziers conventionnels mais comme vous le savez probablement de gisements où la ressource est difficile à extraire. En moyenne 20% du volume du gaz existant dans ces gisements pourrait être extrait avec les techniques industrielles en vigueur. La durée d’exploitation comme vous le savez également est de 10 à 15 ans maximum (source TOTAL EP). Incompatible avec agriculture car en compétition pour la consommation d’eau, génératrice de risque majeur de pollution des aquifères et de réchauffement. Le tourisme sur nos territoires va avec ce qui précède (l’agriculture). Par ailleurs la multiplication des sites de forage, les travaux d’infrastructure à mettre en œuvre pour évacuer les hydrocarbures ne sont pas compatibles avec le paysage. De telles infrastructures pour une exploitation d’une dizaine ou quinzaine d’années, c’est une hérésie économique. Pour finir, l’activation de la migration du gaz par la fracturation (quelqu’en soit la méthode) est un phénomène qui aura des conséquences durables sans qu’il ne soit pris en charge par les exploitants (qui auront quitté la place après quelques années d’exploitations rentables). Les fuites c’est du méthane qui s’échappe dans l’atmosphère. C’est du réchauffement climatique. Méthane = GES +++

          2. Noschiste : « Incompatible avec agriculture car en compétition pour la consommation d’eau, génératrice de risque majeur de pollution des aquifères et de réchauffement. »
            ————————————–
            « Incompatible avec l’agriculture », où ça ??? Il y a plus d’un million de puits de gaz de schiste forés depuis 10 ans, vous pouvez nous citer un exemple, un seul svp parce que tout ce que vous avez fait jusqu’à présent, c’est brasser du vent.

            ———————————-
            Noschiste : « Par ailleurs la multiplication des sites de forage, les travaux d’infrastructure à mettre en œuvre pour évacuer les hydrocarbures ne sont pas compatibles avec le paysage. De telles infrastructures pour une exploitation d’une dizaine ou quinzaine d’années, c’est une hérésie économique.  »
            ———————————-
            Le travail d’infrastructure pour transporter le gaz de schiste, c’est de poser un simple tuyau de gaz dans le sol, moyen de transport d’énergie le plus économique et le plus respectueux de l’environnement qu’on n’ait jamais trouvé. C’est ce qui a été fait pour
            acheminer le gaz produit par le million de puits de GdS percés aux USA sans qu’il n’y ait eu un seul problème.
            Entre l’empreinte au sol et en hauteur prise par une tête de puits de gaz de schiste & son tuyau de connexion au réseau et une méga-éolienne & ses câbles électriques, toutes deux produisant la même quantité d’énergie, la première est sans commune mesure plus respectueuse du paysage et de l’environnement.
            Il faut un minimum de logique, si vous étiez réellement et honnêtement préoccupé par le paysage, c’est le GdS qui devrait avoir votre faveur, non les éoliennes et encore moins le gaz russe, néerlandais ou algérien utilisé actuellement.
            Quant au bienfondé économique du GdS, il a été démontré de manière massive et incontestable : le prix du gaz aux USA est devenu en quelques années 3x moins cher qu’en Europe. Vous n’avez aucun contre-argument crédible sur ce terrain là, aucun.

            ——————————————
            Noschiste : « Les fuites c’est du méthane qui s’échappe dans l’atmosphère. C’est du réchauffement climatique. Méthane = GES +++ »
            ——————————————
            C’est juste bête que depuis 10 ans qu’on exploite massivement le gaz de schiste, le climat ne s’est pas réchauffé mais il s’est refroidi ! Encore une de vos belles théories massacrée par l’affreuse réalité. Ca commence à faire beaucoup.

          3. « Incompatible avec agriculture car en compétition pour la consommation d’eau »

            La « compétition » pour l’eau ou pour toute autre ressource n’a jamais eu besoin de l’action de l’État… Sinon, on pourrait dire que ceux qui ont une piscine ou un jardin sont en « compétition » avec les agriculteurs. Et alors?

            « génératrice de risque majeur de pollution des aquifères et de réchauffement »

            Source?

            « Le tourisme sur nos territoires va avec ce qui précède (l’agriculture) »

            Alors là, pour être d’une des régions concernée, je vois mal le rapport entre les 2.

            « Par ailleurs la multiplication des sites de forage, les travaux d’infrastructure à mettre en œuvre pour évacuer les hydrocarbures ne sont pas compatibles avec le paysage »

            Les éoliennes, les barres HLM et quantité d’autres bâtiments et infrastructures ne le sont pas plus. Est-ce une raison pour les interdire totalement?.

            « De telles infrastructures pour une exploitation d’une dizaine ou quinzaine d’années, c’est une hérésie économique »

            Ce n’est pas ce qui se passe dans d’autres endroits du monde où il y a exploitation.

            « Pour finir, l’activation de la migration du gaz par la fracturation (quelqu’en soit la méthode) est un phénomène qui aura des conséquences durables »

            Lesquelles?

            « sans qu’il ne soit pris en charge par les exploitants (qui auront quitté la place après quelques années d’exploitations rentables) »

            S’il n’y a que ça comme problème, cela peut très bien se régler sans interdire totalement pour autant.

            « Les fuites c’est du méthane qui s’échappe dans l’atmosphère. »

            Quelles quantité (ordre de grandeur)? Afin d’avoir une idée s’il y un impact réel. Parce-que la nature ne se gêne pas pour en produire et en rejeter du méthane…

          4. Quel cas pouvez vous nous donner de contamination documentée, prouvée, de la nappe phréatique ? Avec lien et source, merci.

            Pourquoi le producteur laisserait-il fuir sa production ? Merci de nous expliquer.

            GES, oui et ? Quelles sont les conséquences réelles, prouvées, concrètes ? Liens et sources bienvenus, merci.

          5. @ Noschiste

            De manière générale, pour convaincre il faut baser ses arguments sur des faits concrets, avérés, et avoir une argumentation cohérente basée sur la logique.
            Le message que l’on essaie de vous faire passer c’est que pour l’instant vos propos manquent cruellement de faits avérés, de logique et de cohérence.

          6. Sur l´exploitation et les dangers, à méditer.
            Gaz de schistes en Europe
            http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Zittel_aspo2012.pdf
            Gaz de schistes USA
            http://www.aspo2012.at/wp-content/uploads/2012/06/Berman_aspo2012.pdf
            http://reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2011/05/BILAN-TOXICOLOGIE-GAZ-DE-SCHISTE.-A-Picot.pdf
            On racle les dernières énergies fossiles (schistes, sables bitumineux, offshore profond), et après? Nous devrions parler plutôt de la résilience et de la transition de notre société à la fin des fossiles et comment y faire face, programme beaucoup plus vaste et complexe que le discours actuel.

        2. « De tels projets supprimeront plus d’activités et de revenus localement qu’ils ne créeront d’emplois précaires et de court termes »

          Source?

          « Les zones visées ont développé une économie agricole et de tourisme incompatible avec l’exploitation de ces maigres ressources »

          Source?
          Une exploitation de gaz de schiste couvre quelle superficie? Toute une région?

          « Laissons ces ressources au générations futures qui ont auront peut être besoin et auront trouvé un moyen de les utiliser intelligemment avec parcimonie. »

          Parce-que les générations futures seront des « hommes nouveaux » supérieurs à nous?

        3. Noschiste : « De tels projets supprimeront plus d’activités et de revenus localement qu’ils ne créeront d’emplois précaires et de court termes. »
          ———————————————–
          Vu le boom économique dans le Dakota du Nord (taux de chômage = 4%), au Texas… grâce au gaz de schiste, on sait que vous racontez des fables.

          Si vos arguments étaient solides, on se demande pourquoi vous avez besoin de mentir aussi effrontément.

    1. … Heu… lol ?

      « navet, sans aucun sens artistique » : c’est vrai que ça aurait mieux réalisé par Mickael Bay ou James Cameron. Mais ils avaient peut-être autre chose à faire.

      Quant au « Blitz » médiatique, il s’agit ni plus ni moins que du reflet de 2 choses : l’augmentation du coût de l’énergie durant l’année écoulée et le fait que l’instabilité grandissante au moyen-orient rende de plus en plus incertaine un approvisionnement futur (sans parler des doutes existants sur la comptabilité des réserves existantes).

      Enfin, de quelle détermination parlons-nous ? Sachant qu’en dernier recours c’est l’Etat qui décide en France, je doute que les habitants aient le moindre mot à dire, que ce soit pour ou contre l’exploitation du gaz de schiste.

      1. « Sachant qu’en dernier recours c’est l’Etat qui décide en France, je doute que les habitants aient le moindre mot à dire, que ce soit pour ou contre l’exploitation du gaz de schiste. »

        Tristement, oui. Ce qui va se passer inévitablement, c’est que les permis seront donnés, simplement pour éviter la faillite de l’Etat, repoussant les nécessaires coupes budgétaires, bref, pour les mauvaises raisons.

      2. Parler de « blitz médiatique par l’industrie des hydrocarbures » alors qu’on n’a entendu sur tous les médias des semaines durant quasiment que la voix des anti-gaz-de-schiste et toujours à charge, et que l’agit-prop hystérique de ces anti, avec la complicité active des médias a fini par entraîner l’interdiction de l’exploration (oui, de l’exploration) du gds, il faut vraiment être de sacré mauvaise foi.
        Mais bon, c’est le propre de la rhétorique des propagandistes, mentir et encore mentir, il restera toujours quelque chose.

        1. « a fini par entraîner l’interdiction de l’exploration (oui, de l’exploration) du gds »

          C’est NORMAL, pour la France.

          Dans un pays avec une démocratie saine, ce serait scandaleux, mais en France, on ne peut pas faire moins.

      3. L’Etat (je suis sûr que ça va vous faire rire) met en œuvre une politique définie par un exécutif et une assemblée élue au suffrage universel. Allez, je continue car je sais que pendant cette pause de midi je vous fais poiler.
        Il existe en France un code minier très vétuste mais il devrait faire l’objet d’une refonte complète, c’est (le chef de) l’Etat qui l’a annoncé. Quelque soit l’issue de cette réforme, les dispositifs réglementaires devraient offrir plus de cohérence avec la Loi constitutionnelle n°2005-205 du 1 mars 2005.
        Et puis pour installer un projet industriel quelque part si vous n’avez pas un minimum d’acceptation par les indigènes, c’est voué à l’échec. Ne sous-estimez pas les levées de boucliers locales…le fric ne fait pas tout.

        1. Dans une démocratie c’est le peuple, au sens de collection de d’individus bien réels et pas au sens d’entité abstraite, qui définie une politique, pas l’exécutif ni « une » assemblée (en France le Parlement compte deux chambre, pas une, et il n’est pas élu au suffrage universel … et si c’était le cas ce serait encore plus injuste que le système actuel). Dans une démocratie ce n’est pas par un scrutin qu’on décide si on va ou pas exploiter le gaz ou les OGM ou le nucléaire ou n’importe quoi (un élevage de poulet, un champs, etc.) c’est en payant de sa poche les investissements et les provisions pour risques de dégâts à l’environnement ou aux voisins , après quoi on ramassera les bénéfices… si il y en a.

          Par contre, vous avez raison, personne ne supporte les inconvénients d’une installation industrielle sans en avoir un minimum d’avantage, et de ce point de vue notre code minier est une relique du temps où le Souverain (Roi ou « peuple ») se permettait tout en piétinant les individus.

          1. pour ce qui concerne « les provisions pour risques de dégâts à l’environnement ou aux voisins » liées à la recherche et exploitation des hydrocarbures non conventionnels il n’existe rien. Les assureurs n’assurent pas. C’est un problème auquel ferait face la collectivité en cas d’accident.
            Pour le reste vous avez amplement raison et offrez une bien meilleure explication de texte.

        2. Bien, comme ça, on importera le GDS étranger en payant 4x le prix…
          Délocaliser la pollution dans des pays qui ont moins de scrupules environnementaux, c’est votre solution ?
          De toutes façons, même si maintenant on l’interdit, on finira par le consommer, ce gaz ! Surtout avec la crise…

    2. Anarchiste bitumineux

      La France est un musée établi dans un jardin bordé de mers et de montagnes, qu’habitent des poètes rêveurs et rétrogrades, vivant à crédit, que les leaders moustachus et obscurantistes conduisent vers les abîmes bucoliques repeint en paradis champêtre. Le gaz est dans le sous-sol. Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’Oût. Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse.

      1. @minitax: relisez-moi plutôt que de m’affubler de qualificatifs discourtois. Lisez l’ensemble des mots, les mots ont un sens. Et puis la France n’est pas le Dakota ni la Pennsylvanie monsieur et les français ne sont pas habitués à la (et ne veulent certainement pas de la) précarité et la mobilité américaine.

        GDS Agriculture : 8 minutes ici (ce n’est pas du Josh Fox, ce n’est qu’un reportage) http://www.dailymotion.com/video/xtsm97_le-business-de-l-eau-autour-de-la-fracturation-hydraulique-aux-usa-l-effet-papillon-22-09-2012-canal_tech

        Infrastructures : A propos d’empreinte. Parlons d’empreinte écologique pour la production et la mise en place de ces infrastructures desservant une activité faut-il le répéter NON DURABLE. Le fossile vous le savez aussi bien que moi, qu’en yen a plus, yen a plus.

        Paysage : Je ne fais pas l’apologie des éoliennes, ni du transport de l’électricité sur de longues distances.

        Le gaz devenu moins cher aux USA : C’est une certitude, une évidence incontestable. Ils en produisent tellement avec qu’ils n’arrivent plus à l’évacuer ! Par contre on peut prendre le pari que le système spéculatif mis en place dans le financement de la recherche et de l’exploitation des gds aux USA va en plumer plus d’un!

        Quand à la négation du réchauffement climatique et bien cher monsieur restez avec vos certitudes.

        Et sur ce je m’en vais allègrement prendre congés de vous.

        1. « Quand à la négation du réchauffement climatique et bien cher monsieur restez avec vos certitudes.  »

          Si vous ne connaissiez pas Contrepoints, il est utile de préciser que cette négation est consubstantielle de la ligne éditoriale! Pour lire et commenter Contrepoints, il faut nier le réchauffement. Faire ce simple constat entraînera vraisemblablement la censure de mon commentaire dans l’heure qui suit!

          1. Ah bon??? Et où Contrepoints nie le réchauffement que la Terre a connu au 20ème siècle? Vite un lien!

            À moins que, comme de nombreux incultes ou autres escrocs, vous confondiez ou vous fassiez semblant de confondre (selon que vous êtes bête ou intellectuellement malhonnête) « nier le réchauffement » et « nier les causes du réchauffement »…
            En même temps c’est la bonne vieille technique de l’homme de paille. Malheureusement, cette technique est maintenant bien trop connue, elle ne passe plus!

          2. En même temps, le réchauffement d’environ 1/2 degré C depuis 1880, est tout de même exagéré par des erreurs et par des corrections apportées aux données. Ceci dit, il y a bien un léger réchauffement, suspendu depuis une quinzaine d’années, et selon toute probabilité, simple prolongation de la sortie du petit âge glaciaire vers 1850.

          3. Il y a eu des erreurs, mais la concordance des résultats entre les différentes sources (mesures de terrain ou satellites) indique qu’il y a bel et bien eu réchauffement au 20ème siècle.

          4. « Il y a eu des erreurs, mais la concordance des résultats entre les différentes sources (mesures de terrain ou satellites) indique qu’il y a bel et bien eu réchauffement au 20ème siècle. »

            C’est vachement précis tout ça.
            Si il y’avait eu un réchauffement réellement significatif, on aurait au moins put le quantifier, même avec une fourchette large.
            Là, on en est plutôt à traquer le quart de degré qu’on aurait oublier de compter pour essayer de valider les modèles. Ce n’est pas sérieux.

            Une variation de 0.5° entre 1900 et 2000, par exemple, ne signifie rien si les thermomètres de 1900 avait une incertitude de 2°.

            Dans tous les cas, une fois le réchauffement prouvé, le boulot n’est qu’a moitié fait, il reste encore à en découvrir les causes.

            Ceci étant dit, il est vrai que les communistes et les écologistes aiment le travail à moitié fait, et d’autant plus lorsqu’ils sont les 2 à la fois.

        2. « GDS Agriculture : 8 minutes ici (ce n’est pas du Josh Fox, ce n’est qu’un reportage) »
          Un reportage débile de canal, ce n’est pas le premier.
          Un puits c’est 10 000 à 15 000m3 d’eau sous pression. A peine 30 secondes de débit de la seine
          13.500 litres d’eau pour 1 kg de viande de bœuf.
          C’est à dire l’équivalent de la production de 1,1 tonne de viande (3 bœufs maximum )par puits. ET entre 20 et 70% de l’eau des puits et recyclé.

          http://www.futura-sciences.com/fr/question-reponse/t/eau/d/combien-faut-il-de-litres-deau-pour-produire_932/

          http://www.boucheriedespi.fr/garantie-produits/index.php?page=45

          Oui canal diffuse de la merde comme d’hab!

      2. Noschiste : « relisez-moi plutôt que de m’affubler de qualificatifs discourtois. Lisez l’ensemble des mots, les mots ont un sens. »
        ———————————————-
        Ce n’est pas les mots qui vous manquent, c’est les FAITS. Et pour l’instant, vous n’en avez aucun, vous vous contentez d’aligner des mots.

        —————————————-
        Noschiste : « Et puis la France n’est pas le Dakota ni la Pennsylvanie monsieur et les français ne sont pas habitués à la (et ne veulent certainement pas de la) précarité et la mobilité américaine. »
        —————————————–
        Oui donc vos histoire de « gds qui supprime plus d’emplois qu’il ne crée » et « d’emplois précaires », c’est pure affabulation basée sur du vent, CQFD. Mais merci quand même pour la tentative d’enfumage.

        ————————————–
        Noschiste : « Par contre on peut prendre le pari que le système spéculatif mis en place dans le financement de la recherche et de l’exploitation des gds aux USA va en plumer plus d’un!  »
        ————————————–
        Zéro fait, toujours des insinuations et des spéculations à deux balles, donc poubelle.
        ———————————-
        Noschiste : « Ne sous-estimez pas les levées de boucliers locales…le fric ne fait pas tout. »
        ———————————-
        Personne n’a sous-estimé les levées de boucliers locales. Bref, répondre à côté pour ne pas avoir à répondre de ses bobards, technique de rhétorique d’un banal à pleurer.

        ——————————
        Noschiste : « Quand à la négation du réchauffement climatique et bien cher monsieur restez avec vos certitudes.  »
        —————————
        Que le climat se refroidisse depuis 10 ans n’a rien d’une négation, c’est un FAIT : http://woodfortrees.org/plot/wti/last:120/plot/wti/last:120/trend
        Un fait est un fait, que vous refusiez de le reconnaître ne change rien à son existence.

  2. Quand un film de propagande en répond à un autre, c’est la vérité qui est cul de jatte.

    Celui-ci est financé par l’IPAA (http://www.ipaa.org/) un regroupement des producteurs de pétrole et de gaz… Niveau indépendance on a vu mieux.

    On ne peux pas, avec raison, critiquer l’indépendance des uns (genre Séralini est financé par des intérets anti-OGM) sans le faire pour ceux qui iraient dans le sens qui ferait pourtant plaisir.

    Cet article n’est pas du journalisme, c’est juste de la propagande.

      1. Aucune idée, je ne suis pas un spécialiste de ces questions (et vous non plus je pense).

        Mais le fait est clair que ce documentaire ne cherche absolument pas à présenter le moindre fait contraire à l’idée que tout va bien, de la même façon que le documentaire de Josh Fox cherche à noircir le tableau.

        Ce qui montre que cet article est de la propagande est que ce documentaire est présenté comme « la réponse d’une institutrice » alors que visiblement tout est organisé par l’IPAA. Je suis particulierement fan de la scène où, oh trop sympa, on m’a préparé une petite expérience d’explosion d’un caisson en béton rien que pour moi… Qu’est ce qu’ils sont gentils et serviables quand même.

        1. OK, mais pour que l’on juge s’il s’agit oui ou non de pure propagande, il faut se baser sur les faits. On peut très bien imaginer que malgré l’origine du financement du film, la réal ait gardé un minimum d’objectivité. Et seuls les faits peuvent permettre de trancher.

        2. Pour le papier sur les OGM, on a davantage parlé des problèmes de méthodologie (espèce de rats, taille de l’échantillon, composition de l’alimentation) qu’uniquement de Séralini.

          1. —————————————————————————————-
            karmai : « C’est comme si le fait que je pouvais remettre en cause ce documentaire faisait de moi forcément un anti-gaz de schiste. »
            —————————————————————————————-
            « Remettre en cause », non.
            Mais balancer des accusations gratuites (film de propagande), des insinuations et des spéculations à deux balles (que le bubbling à Depue H8 viendrait du gaz de schiste et de la fracture du casing alors même pour en déterminer la source et la quantité n’est même pas faite) voire des mensonges grossier (genre « incertitude sur le liquide de fracking »), OUI !

            Vous vous attendiez à quoi, à venir faire de l’enfumage, à répondre à côté quand on vous demande des preuves et à ce qu’on vous applaudisse ????

        3. karmai : « Aucune idée, je ne suis pas un spécialiste de ces questions (et vous non plus je pense).  »
          ——————————————-
          Pas besoin d’être spécialiste de la question pour trouver les rapports officiels et études qui montrent les mensonges comme ceux dans le film de propagande Gasland (sur le soit-disant gds qui s’enflamme au robinet, sur les soit-disant pollutions de la nappe phréatique…).

          Et vous, avez-vous trouvé dans Truthland un mensonge démontré par des spécialistes, un seul ? Parce que vos ironies puériles, ça ne suffit pas comme réponse.
          Quoi, vous n’avez pas cherché ??? Dépêchez-vous parce que sinon, on serait tenté de croire que vous vous basez sur du vent pour accuser Truthland de  » film de propagande »… On attend, mais bon, depuis le temps qu’on voit des charlots obscurantistes venir lancer des fumigènes pour aussitôt déguerpir dès qu’on leur pose des questions précises, je ne retiens pas mon souffle.

          1. D’un point de vue logique, l’existence de méthane biogénique (d’origine naturelle) n’empêche pas la présence non plus de méthane issu des processus industriels non maitrisés. Même le documentaire de l’APAA ne peux cacher le fait qu’il a existé des problèmes au niveau de la réalisation des ouvrages puisqu’ils ont été obligé de le réparer (et potentiellement d’être coupable en justice de dommages et intérêts). De plus, ce documentaire fait complétement l’impasse sur un point d’incertitude, à savoir la nature des produits chimiques utilisés pour fractionner la roche. On comprend pourquoi d’ailleurs ils font cette impasse parce qu’ils n’ont pas envie de le divulguer et c’est d’ailleurs un des enjeux des oppositions autour de ce thème.
            Enfin, chose comique s’il en est, c’est que cette honnête citoyenne, propriétaire de quelques puits de gas, a récemment quelques problèmes au niveau de ses puits: http://www.marcellus-shale.us/Depue-Truthland.htm au niveau même où l’ingénieur du film dit que c’est indestructible. oups…

          2. @ Karnai vous n’êtes pas un spécialiste, et il n’y a pas de mal à ça, mais vous nous dites que des liquides vont traverser des km de roches dures.

            Comment vont-ils faire ça ? Là encore, des sources et des liens me semblent souhaitables, parce que sans, on va avoir du mal à vous suivre. Merci.

          3. @karmai

            « De plus, ce documentaire fait complétement l’impasse sur un point d’incertitude, à savoir la nature des produits chimiques utilisés pour fractionner la roche. »

            Il me semble que ces produits sont utilisés depuis longtemps pour l’extraction de gaz et même de pétrole. Et cela à des distances beaucoup plus proches des couches aquifères. Si cela n’a jamais causé de problème, pourquoi la même chose à des km de ces couches causerait plus de problèmes ?

          4. karmai : « D’un point de vue logique, l’existence de méthane biogénique (d’origine naturelle) n’empêche pas la présence non plus de méthane issu des processus industriels non maitrisés. »
            ——————————————————–
            Bah tant qu’on en est dans la théorie, la présence dans l’eau du méthane, naturel ou industriel, ça a autant d’effet sur la santé que l’existence du CO2, à savoir aucun. C’est un FAIT scientifique.
            Le seul effet néfaste que le méthane pourrait avoir, comme n’importe quel autre gaz neutre biologiquement, c’est de déplacer l’O2 et causer l’asphyxie, càd jamais vu les concentrations réelles en jeu. Bref, tout ce que vous avez, c’est de vagues spéculations théoriques et ZERO fait.

            A noter qu’on peut distinguer le méthane biogénique du méthane thermogénique (du GdS) par dosage isotopique du carbone. C’est justement grâce à ça que les rapports officiels ont démontré que la prétendue contamination de l’eau de Dimock par le GdS est une pure propagande de Gasland.
            On aimerait voir une analyse, une seule qui montrerait la pollution de la nappe phréatique par le gas de schiste, depuis le temps qu’on entend les cris hystériques des escrologistes, on attend toujours.

            ———————————————–
            karmai : « De plus, ce documentaire fait complétement l’impasse sur un point d’incertitude, à savoir la nature des produits chimiques utilisés pour fractionner la roche. »
            ———————————————–
            Il n’y a aucune « incertitude » sur la nature des produits chimiques du fracking, leur nomenclature est obligatoirement communiquée aux autorités et le plus souvent disponible même sur internet : il suffit d’aller sur le site d’Halliburton par exemple pour avoir même le « fluids disclosure » puits par puits !
            Répéter 100x votre mensonge ne le transformera pas en vérité.

            ZERO fait, des spéculations, des insinuations et des gros bobards, ça se résume à ça l’argumentaire des anti-gaz de schiste.

          5. Nick de Cusa : « Karnai vous n’êtes pas un spécialiste, et il n’y a pas de mal à ça, mais vous nous dites que des liquides vont traverser des km de roches dures. »
            ———————————-
            Non, comme dab, il n’a rien compris à ce qu’il cite, il spécule et il insinue, typique de l’agit-prop des escrologistes.
            Les « problèmes » en question, c’est qu’on voit des bulles de gaz qui remontent autour du trou de forage (quand on perce dans un terrain gazeux, il y a du gaz qui s’échappe, tu parles d’un scoop !). Et nos escrologistes d’insinuer que c’est le signe que non seulement les parois du casing, qui peuvent supporter des milliers de bar lors du fracking … fuient (sous une pression de quelques bar !) mais en plus que ça a pollué la nappe phréatique. Sans un début de trace de soupçon de preuve bien évidemment (vu que l’EPA n’a même pas commencé à faire des analyses pour déterminer les origines du gaz).

            Mentir et encore mentir, c’est tout ce qui leur reste comme argument. Le pire, c’est qu’il y a toujours des couillons qui gobent.

          6. @Mateo: euh….la source est dans le lien de mon post…peut-être ne comprenez vous pas l’anglais?
            @ Nick: Je ne dis pas que les liquides vont traverser des km de roches (où avez-vous lu ça?). Je ne comprend pas la remarque.
            @ ph11 – La situation ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Environmental_impact_of_hydraulic_fracturing#cite_ref-EPA_radiation_17-0 (par exemple le troisième paragraphe sur le débat scientifique). Je ne suis pas géologue, j’ai du mal à répondre à une question aussi technique. Êtes-vous géologue?
            @Mon commentaire ne visait pas la nocivité du méthane mais l’argument de truthland qui dit qu’en gros le méthane qu’on voit bruler dans Gasland est biogénique et que donc ça n’a rien à voir avec l’exploitation du méthane. Or, des remontées gazeuses jusqu’à la surface ne sont pas forcément que biogénique (preuve encore une fois-> http://www.marcellus-shale.us/Depue-Truthland.htm un exemple parmi d’autres apparemment)
            @Minitax: C’est drôle, je ne me considère pas comme anti-gaz de schiste mais comme ennemi de la propagande. Par contre je ressens comme une hostilité assez profonde dans les commentaires. C’est comme si le fait que je pouvais remettre en cause ce documentaire faisait de moi forcément un anti-gaz de schiste.

          7. @ karmai

            Vous inquiétez pas pour en anglais, va ;)

            Je demandais la source qui parle du puits de la dame du documentaire, mais la source pour « il a existé des problèmes au niveau de la réalisation des ouvrages ». Enfin, ce qui m’intéresse le plus ça reste la nature des problèmes évoqués, et surtout leurs conséquences et l’ampleur de celles-ci.

        1. Votre lien ne prouve pas que la femme de fermier est un ressort du script de l’IPAA. Sauf si l’on est part du principe que « grosse compagnie = menteurs patentés ».

  3. On peut éventuellement émettre des doutes sur « l’indépendance » de ce document, seulement il faut reconnaître qu’il livre beaucoup plus d’arguments factuels et potentiellement réfutables que Gasland qui n’est qu’un produit de divertissement pour les « conscientisants de salon » avec son lot de contes d’enfants, de poésie hyppie saupoudré de déclarations tronquées et de « thought-terminating cliché ».

  4. on peut voir que les lobbies des compagnies d’exploitation du gaz ont des supporters, peut etre payer par les compagnies elles meme, le gouvernement chinois fait la meme chose pour influencer l’opinion publique… tout mon soutien a Noschiste car je pense qu’il à un regard lucide sur ce sujet

    1. « on peut voir que les lobbies des compagnies d’exploitation du gaz ont des supporters, peut etre payer par les compagnies elles meme »

      Comment l’éducation nationale réussi à produire des crétins pareil voilà un vrai mystère. Pas une once d’esprit critique, de logique ni même d’ancrage dans le réel.

      Et Duboeuf ! Tes parents paient des milliers de compagnies-si-méchante pour que tu puisse poser ton c… sur une chaise au chaud et bien nourri. Elle griffent, perforent la terre, lui arrachent des ressources pour que tu n’aie pas à taper des silex si par bonheur t’arrive à l’age adulte.

      Alors si t’as un minimum d’intellect il faut regarder les *faits* pour comparer avec les autres méthodes et décider si elle est valable ou pas ou alors tu rejette tout en bloc mais dans ce cas va falloir apprendre la chasse.

      Coté faits justement y a quasiment rien à part deux trois vidéos de propagande avec des types aussi ignorants que toi qui y collent leurs fantasmes de dépressifs.

      Pendez vous à la fin merde si vous pensez que la gentille terre serait mieux sans nous.

  5. @ erik

    Qui est payé ici ? Non mais mon bon monsieur, faut arrêter de débloquer., et de résonner comme un tambour. On parle d’arguments factuels, pas d’impressions. Plus d’un million de puits forés avec fracturation hydraulique; d’après les hystéros décroissants, le pays devrait être à feu et à sang. Au contraire, on voit 600.000 emplois nouveaux (bientôt 1 million) et le prix du gaz divisé par trois par rapport à l’Europe dans laquelle les pastèques continuent à entretenir la peur envers tout ce qui pourrait faire baisser le prix de l’énergie et diminuer notre dépendance énergétique.
    Pendant ce temps, on prétend remplacer des sources fiables par des ventilateurs hors de prix, et qui ne produisent du courant que par intermittence, et souvent quand on n’en a pas besoin.
    Dans les années soixante, un philosophe belge écrivait un ouvrage intitulé « L’intelligence en Péril de Mort ». Je l’ai relu avec des rires pour son humour précis et ravageur, et des larmes car la catastrophe intellectuelle a bien eu lieu: vous en êtes un des nombreux exemples.

  6. Ce film est ridicule, kitch, niais, on croirait un documentaire pour collégiens naïfs. La vérité se situe entre les deux, faire l’exact symétrique de gazland est la meilleure manière de perdre toute crédibilité face à ce sujet. Et c’est totalement ridicule.

      1. Il citent que l’on injecte de l’eau et du savon nan mais sans blague … ahhh .. plus c’est gros plus ça passe. A la rigueur si on était sur que tout resterait dans la roche ok .. mais la propagation des fissures n’est pas contrôlée donc on peut légitimement se poser des questions surtout quand des produits CMR sont impliqués. Je suis pour l’indépendance énergétique de la France et contre l’interdiction bête et méchante, enfin « idéologique » de la France. Mais fait l’apologie de ce torche cul sur contrepoint me choque et pas qu’un peu. Apres il serait intéressant de connaitre le cadre réglementaire aux USA, car en général ça rigole pas avec l’EPA.

        1. Nous dites-vous que les fractures créées vont se prolonger sur des kilomètres ? C’est ça votre argument ? Et pourquoi cela va-t-il se produire ? Et comment ? Ça mérite tout de même un minimum d’explication.

          1. Vous n’avez pas d’argument non plus, la propagation de ces fissures n’est pas maitrisée a ce que je sache, donc a moins que vous ayez des preuves de l’inverse il est légitime de se poser des questions. Avez vous des preuves de l’inverse ? si non, est ce bien raisonnable de balancer des CMR dans le sol avec cette incertitude ?

        2. JF : « Il citent que l’on injecte de l’eau et du savon nan mais sans blague »
          ———————————–
          Ils n’ont pas dit ça. Pourquoi mentez-vous ???

        3. JF : « Vous n’avez pas d’argument non plus, la propagation de ces fissures n’est pas maitrisée a ce que je sache, donc a moins que vous ayez des preuves de l’inverse il est légitime de se poser des questions »
          —————————
          On peut très facilement déterminer l’existence ou non des fissures par sismique 3D. Il y a plus d’un million de puits de gaz de schistes forés. S’il y avait des fissures, les innombrables multinationales de la trouille aux moyens financiers énormes et qui luttent contre le GdS auraient trouvées des données et mesures qui démontrent l’existence et l’ampleur, la profondeur, la longueur… de ses soit-disants fissures.
          Or pour l’instant, ils ont QUE DALLE, vous avez QUE DALLE, tout ce que vous avez, c’est un fantasme catastrophiste sorti du chapeau et des insinuations à 2 balles => poubelle.
          D’ailleurs, dans le film, Terry Engelder, Professeur de géoscience de Penn State University, avait expliqué comment ça fonctionne : on constate des fissures aux profondeurs et plus on remonte à la surface, le nombre de fissures diminue jusqu’à devenir inexistant quand on arrive à la couche imperméable. Entre la parole d’un spécialiste de la question qui déclare publiquement une chose vérifiable et éventuellement réfutable par tout le monde et d’un péquain anonyme qui fait des élucubrations obscurantistes, le choix est vite fait.

          Quand on accuse quelqu’un, il faut apporter des preuves culpabilité, non demander aux autres de prouver son innocence.
          Votre procédé, qui met la présomption d’innocence aux chiottes, n’est rien d’autre que du stalinisme.

          1. Bon ca va on se calme hein, je ne vous manque pas de respect, est ce qu’on qualifie les ingénieurs qualité de l’aero de « stalinistes » lorsqu’ils demandent des comptes sur les bouts de codes embarqués dans les avions pour lever les risques ? je ne crois pas non ! Sinon ok pour l’explication.

          2. JF : « Bon ca va on se calme hein, je ne vous manque pas de respect, est ce qu’on qualifie les ingénieurs qualité de l’aero de « stalinistes » lorsqu’ils demandent des comptes sur les bouts de codes embarqués dans les avions pour lever les risques ?  »
            ——————————
            Un ingénieur qualité de l’aéro ne peut jamais « lever les risques » (quoi que ça puisse vouloir dire) entièrement car un soft sans bug, ça n’existe PAS.

            S’il avait le même niveau d’exigences grotesques que vous demandez pour le gaz de schiste (à savoir aucune « incertitude » sur les fissures), il demanderait que le soft livré soit sans aucun bug. Imaginez la belle rigolade, sauf que… c’est de vous, l’arroseur arrosé, qu’on rigole.

  7. Là où l’on découvre que le prochain film anti-fracking par l’éco-tartuffe Matt Damon est financé par le gouvernement des Emirats Arabes Unis, un gros exportateur de gaz naturel et de pétrole.

    Même l’argument de la conspiration, l’un des seuls que les anti-fracking ont pu trouver pour leur propagande leur revient en pleine tronche.
    Youh houuuu, l’ironie !!! Ou comme on dit, f..cking irony.

    http://blog.heritage.org/2012/09/28/matt-damons-anti-fracking-movie-financed-by-oil-rich-arab-nation/

    1. Bravo les CM de contrepoints ! vous êtes trop grave les mecs. Incapable d’échanger des arguments sans tomber dans la vulgarité ou la provocation. Dans vingt ans vous relirez toutes les conneries que vous avez écrite. Nivellement vers le bas. Site de propagande.