Halte à la prise d’otage d’Alstom !

Le PLD dénonce le nouvel empiètement sur le principe de propriété privée exercé par le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alstom (Crédits Alex van Herwijnen, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Halte à la prise d’otage d’Alstom !

Publié le 1 mai 2014
- A +

Une tribune d’Aurélien Véron, président du PLD.

Alstom

Arnaud Montebourg se dresse une fois de plus contre des opérations entre groupes industriels privés dans lesquels l’État n’a aucune participation. Le PLD dénonce ce nouvel empiètement sur le principe de propriété privée. Cette nouvelle intrusion politique promet d’avoir des conséquences néfastes sur notre économie et sur nos emplois.

L’impuissance d’Arnaud Montebourg, si elle se confirmait, endommagerait la crédibilité du gouvernement au moment où celui-ci en a le plus besoin pour engager ses réformes. Dans l’hypothèse d’un blocage réel, le ministre de l’Économie mettrait en danger l’avenir d’une entreprise française fragilisée, et augmenterait la défiance des investisseurs à l’égard de nos entreprises et de notre territoire alors que les investissements directs étrangers ont déjà fondu de 77% en 2013.

Le gouvernement se trompe de combat en ne prenant pas conscience de deux choses. D’une part, Alstom est initialement né comme plusieurs grand groupes français en bénéficiant d’un environnement économique protégé et de la bienveillance de l’État. L’environnement économique a évolué et la France est devenue trop petite pour offrir le marché intérieur nécessaire pour atteindre la taille critique et avoir la puissance financière pour réaliser les investissements permettant la survie des groupes. D’autre part, les consolidations récentes des groupes français avec des groupes étrangers s’accompagnent de la délocalisation des sièges sociaux à l’étranger. Ceci n’est qu’une illustration supplémentaire de la non attractivité économique du pays dont la fiscalité et la réglementation trop lourdes et trop changeantes étouffent la croissance des entreprises.

Dans le contexte actuel, seuls les grands groupes internationalisés et leurs satellites arrivent à survivre et se développer. La grande majorité des autres entreprises sont sous perfusion publique avec une dépendance de plus en plus grande aux subventions, aux avances remboursables et autres prêts à taux zéro fournis par la BPI et les autres agences publiques. C’est exactement la même politique que ce qui a été fait pour l’agriculture avec la PAC et cela finira par réduire à néant la compétitivité des entreprises.

Le gouvernement doit se focaliser sur trois objectifs pour créer un environnement économique favorable aux entreprises et aux Français : réduire les réglementations, réduire la dépense publique, réformer le modèle social.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Montebourg dit ‘ le bouffon du roi’ , il amuse la galerie mais n’a aucune influence sur les événements à part quelques petits délits d’initiés’, faut bien vivre !

  • Dailymotion et maintenant General Electric ? Montebourg me semble méchamment anti-américain c’est pas possible autrement. Je serais le gouvernement américain je ferais savoir à Hollande que je suis pas content, surtout que les américains sont les 1ers investisseurs en France, les effrayer et les inciter à ne plus investir là serait stupide au plus haut point.
    Le pire c’est qu’Hollande est allé aux USA et a dit au patron de GE de venir investir en France, qu’il est le bienvenu..Il a une mémoire de poisson rouge ou il a peur de Montebourg ?

    Ce pays est désespérant, vous imaginez pas comment je suis agacé par une telle incompétence.

    • Les hommes politiques français ne sont qu’un discourt, derrière il y a toujours les mêmes ficelles : étatisme et démagogie à tous les étages, chasse au voix, clientélisme, corruption…

  • Ce qui doit être intéressant c’est la structure du crâne de Montebourg. En quel alliage c’est fait pour résister à ce qu’il y a derrière. Son cerveau c’est un trou noir!

  • Montebourg est bien le ministre des externalités négatives.
    Non seulement il se mêle outrageusement du rachat d’action d’une entreprise dans laquelle l’Etat n’a aucune participation mais son anti-américanisme primaire envoie de dangereux signaux au reste du monde.
    Son comportement irresponsable ne vont qu’aggraver la mauvaise réputation du Pays.
    La petite consolation est que les Socialistes reprocheront très bientôt à Montebourg de ne pas avoir racheté au nom de l’Etat, au travers de la BPI, pour 3 millions d’euros d’action (grosso modo au cours d’aujourd’hui) à Martin Bouygues.

  • Montebourg, l’idiot utile du gouvernement.
    Comment peut-on mettre un crétin pareil au ministère de l’économie ? et comment peut-on etre assez con pour avoir un « ministère de l’économie » ?

  • Bon pour Montebourg, tout est dit je pense …

    Par contre pour Alstom, je ne suis pas d’accord avec votre article, car si dans la règle commune l’État ne doit pas se mêler des affaires de sociétés privés on est bien d’accord là dessus.
    Mais Alstom vend des turbines nucléaires pas des biscuits chocolatés donc bon je trouve ça normal que l’on ai un droit de regard dessus surtout quand cette entreprise ne survit que grâce à un seul client: l’État français.

    • General Electric est une entreprise US, d’un pays allié au grand arsenal nucléaire.
      C’est pas comme si l’entreprise était iranienne ou nord-coréenne, y a aucun problème de sécurité nationale là, l’excuse ne fonctionne pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alstom, qui a développé une turbine exceptionnelle du nom d’Arabelle, turbine unique en son genre puisqu’elle se décline pour différents niveaux de production, a été vendue pour 500 millions à l’Américain General Electric (une paille) essentiellement à cause de la grande ignorance technique de nos élites.

Le cas d'Arabelle, d'Alstom et de Rosatom

Arabelle est aussi une clef de voûte pour des réacteurs étrangers, et surtout pour les réacteurs EPR, EPR2 et EPR1200, dont une bonne partie sont prévus à l’export (Inde, etc.) et six voire qu... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Ces dernières semaines une vidéo d’Arnaud Montebourg, interviewé par Xerfi Canal, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ex-ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique, auparavant avocat et leader politique régional, il avait déjà surpris lorsqu’évincé du gouvernement, il décidait de suivre l’Advanced Management Program de l’INSEAD, dont l’objectif affiché est de transformer les cadres supérieurs en dirigeants d’exception.

Dans cette vidéo, il livre une sorte de rapport d’étonnement sur ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles