L’énergie, le climat et le cynisme des écologistes

La décroissance énergétique que les écolos veulent nous imposer se traduira par plus de morts climatiques, pas moins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Montée des océans réchauffement climatique (Crédits Andrea Della Adriano, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’énergie, le climat et le cynisme des écologistes

Publié le 10 octobre 2013
- A +

Tiens, on découvre au détour d’une petite nouvelle économique que la Chine est maintenant le premier importateur mondial de pétrole. C’est abominable : d’une part, cela veut dire qu’il va y avoir encore plus de CO2 relâché dans l’atmosphère, et d’autre part, cela veut dire que des centaines de millions de gens échapperont à un sort funeste. Or, rappelons-le : le but des écolos, notamment français, est bien de lutter contre le CO2 et le bien-être des gens.

Oh, tiens, je vois déjà quelques lecteurs bondir et quelques bobos cyclistes éco-conscients hurler à la provocation gratuite. Il est vrai que dire, d’emblée, en introduction, sans prévenir et sans ceinture de sécurité que le but des écolos est de lutter contre le CO2 et le bien-être des gens, c’est un peu violent. Mais voilà : ce n’est pas exagéré.

Entendons-nous bien : quand je parle d’écolos, ici, je parle bien sûr de la race douteuse que nous cultivons actuellement à grands renforts de subventions et que nous avons même empotés et rempotés au gouvernement avec la bouture Batho (qui n’a pas tenu) et la pousse Duflot, déjà un peu trop vigoureuse. Et force est de constater qu’à l’instar de ces spécimens, l’écologie politique, en France et très majoritairement dans le reste du monde, se traduit très généralement par une lutte acharnée contre le CO2, par un alarmisme sur le climat (maintenant comique avec le recul dont on dispose, tant sur les modèles que sur les contorsions de leur prose), et par une volonté agaçante et obstinée de décroissance.

Cette décroissance est recherchée pour deux raisons.

D’une part, parce que, dans l’iconographie écologiste, nous sommes déjà trop nombreux pour notre pauvre petite planète ; pensez-donc, si nous vivions tous comme des Américains, il faudrait 8000 Terres (à peu près) pour survivre alors qu’en vivant consciencieusement comme un Somalien, ça passera tout juste. Bon, évidemment, c’est n’importe quoi, mais ce n’est pas le sujet ici.

D’autre part, lorsque les gens ont bien décru comme il faut, ils ne consomment plus d’énergies fossiles cracra ce qui leur évite plein de soucis de pollution et de réchauffement climatique. Parce que tout le monde sait que la pollution humaine est ce qu’il y a de pire, et tout le monde sait que le CO2 est un polluant, et tout le monde sait que ce CO2 réchauffe l’atmosphère, et tout le monde sait que cette chaleur provoque des cataclysmes comme les eaux qui montent (sauf autour des îles), les ouragans, les tremblements de terre et l’impuissance masculine. Mais si. Tout le monde le sait. Et c’est le GIEC qui le dit.

Et d’ailleurs, tout ceci se tient et peut se résumer à quelques jolis graphiques (courtesy of Alex Epstein) : regardez (ci-dessous), plus il y a de gens, plus on lâche du CO2 !

Emission de CO2 et population

Et puis c’est tellement vrai, c’est tellement évident qu’à mesure que ce CO2 monte, le PIB par tête de pipe augmente lui aussi !

Emissions de CO2 et GDP

… J’en vois quelques uns qui froncent des sourcils.

Bande de sceptiques, va ! Climato-négationnistes de peu de foi ! Oui, bien sûr, il est difficile d’attribuer 100% de l’augmentation de CO2 dans notre atmosphère à l’activité humaine (l’augmentation visible sur ces graphiques est bien celle d’origine humaine, puisque c’est l’extrapolation de CO2 rejeté en fonction de la consommation de charbon et de pétrole, en gros). Bien sûr, on peut tout autant affirmer que le CO2 augmente parce que le PIB augmente que le contraire (le PIB pourrait aussi augmenter parce que le CO2 augmente, par exemple parce que la Terre deviendrait plus verte). Bien sûr, corrélation n’est pas causalité et l’ordre des phénomènes n’est pas établi avec certitude.

Mais croyez-vous que ce soit important ?

En effet, ne perdez pas de vue le point essentiel : tout ce méchant CO2 dans l’atmosphère, c’est, forcément, du réchauffement en plus, donc des catastrophes climatiques supplémentaires et, inévitablement, plus de gens qui meurent dans ces catastrophes, enfin, voyons. Et comme la population n’arrête pas de grossir, c’est, obligatoirement, de plus en plus de morts !

C’est évident !

D’ailleurs, c’est absolument visible sur le graphique suivant qui montre à la fois le nombre de morts provoqués par des événements climatiques et la quantité de CO2 relâché par l’humanité dans l’atmosphère. C’est frappant : plus il y a de CO2, plus il y a de gens qui meurent :

carbon emission vs death

Ah tiens.

Non.

Voilà qui est gênant.

Tout ne se passe pas comme prévu. On dirait que plus nous utilisons d’énergie, plus nous brûlons de pétrole, plus nous laissons les multinationales pétrolières nous revendre leur terrible came, plus nous forniquons avec le diable, … moins nous mourrons dans des catastrophes climatiques, moins nous sommes à la merci des terribles colères de la Nature. Et on ne peut pas mettre ça sur le dos d’une baisse de la population. On ne peut pas mettre ça sur la baisse des catastrophes climatiques puisqu’enfin, tout le monde sait que ces catastrophes sont plus nombreuses, voyons (même que Foucart & Huet le disent dans Le Maônde et Labération, alors, forcément …).

Alors, comment peut-on expliquer que, d’un côté, on augmente méchamment le CO2 atmosphérique, que c’est censé nous augmenter nos cataclysmes climatiques abominables, et de que l’autre, on constate de moins en moins de morts ?

Peut-être les infrastructures en meilleur état, plus solides, expliquent-elles cette moindre létalité des phénomènes climatiques ? Peut-être la présence de chauffage plus aisément disponible permet-elle d’éviter des milliers de morts de froid ? Peut-être la climatisation évite-t-elle un gros paquet de morts précoces ? Peut-être est-il plus facile d’aller aider les victimes de cataclysmes lorsqu’on dispose de véhicules qui crament pour ce faire du méchant pétrole ? Peut-être d’ailleurs les hôpitaux, les médicaments, et tout le reste de l’activité humaine, utilisant de plus en plus d’énergie, et brûlant donc de plus en plus de ces vilaines énergies carbonées non renouvelables, permettent-ils de sauver tous les jours plus de vie et de mettre une part grandissante de l’humanité hors du danger que représentent, justement, ces phénomènes climatiques ?

Peut-être l’utilisation de carburants fossiles, loin d’accroître le danger de mourir par le fait du climat, fait-elle reculer cette menace de façon énorme ?

En tout cas, à voir ces graphiques, les écolos, en luttant contre la dépense énergétique, luttent directement contre le bien-être des gens. Ce faisant, ils luttent contre la protection climatique que cette énergie permet pourtant. Inévitablement, cette lutte contre la dépense énergétique risque bel et bien de provoquer une augmentation du nombre de morts par le fait du climat…

Assez cynique, ne trouvez vous pas ?

pollution
—-
Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • alléluia !
    votre conclusion n’a rien de cynique, elle pointe du doigt l’incongruité de la posture des écologistes, autoproclamés sauveurs de l’humanité, mais dont les thèses ne résistent pas à l’observation des faits.

    Vous me direz, avec la presse lambda, ils sont tranquille un bout encore.

    Merci pour cet article.

  • Et oui, une fois de plus, il y a ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas: on voit du CO2 en plus, mais pas des morts en moins.
    Mais les é-cocos-los se soucient-ils des morts en moins? Que nenni, ils ne se soucient que de leur fond de boutique, sinon… ils mourraient! Et ça, on le verrait, nous.

  • «Inévitablement, cette lutte contre la dépense énergétique risque bel et bien de provoquer une augmentation du nombre de morts par le fait du climat…»

    Tout en accusant le réchauffement causé par le capitalisme d’en être responsable.

  • Le moteur à l’hydrogene arrive en 2015: pile à combustible. Cela devrait réconcilier tous le monde…pas si sur. Ils vont bien nous trouver une taxe sur le prout de vache. Pas de chance, on peut aussi en faire du gaz… C’est pas des conneries: nyteknik.se. On recycle déjà les épluchures de patates pour en faire du gaz..oui comme dans retour vers le futur. Quand on voit l’Etat se débattre pour nous piquer nos épargnes on comprend qu’ils n’ont plus de force pour la R&D. Le made in France….MDR, il ne reste que nos ministres pour se battre avec ses conneries. Donc en effet, l’ecologie Fraonçaise et souvent mondiale est purement débile. Cela ne vise qu’à nous imposer une taxe de plus. D’ailleurs le fermier qui roulerait au rouge avec sa voiture…..non, ça n’existe pas, de même, si il fait son huile pour son vieux moteur diesel….pas bien….c’est la preuve que le but est encore et toujours la putain de TAXE. Ne fuyez pas, nous venons en paix….ahahahah…..zzzzzzzpchiiiiii. (Bruit du laser sur notre pognon)

    • Quand Ariane est chargé en hydrogène liquide, celui-ci est produit à partir de gaz (des hydrocarbures donc). Il revient moins cher de « décarboner » le gaz que d’effectuer une décomposition de l’eau malgré la gratuité de cette dernière. Oui, il y aura de nouvelle taxes, Oui, nous serons éternellement « écolo-coupables… »

  • Il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2 (0,04% de l’atmosphère et deux bandes émissives étroites à 4,6 et 15 microns, alors que la vapeur d’eau, 1% à4% de l’atmosphère, a un large spectre d’absorption IR) ait un rôle majeur sur Tglobale.

    Si le CO2 avait une action significative, sa signature existerait en zone tropicale, ce qui n’est pas le cas. Tglobale est stable depuis en fait 1997 (mesures Hadcrut et RSS). Donc:
    – soit l’hypothèse du présumé rôle moteur du CO2 sur Tglobale est exacte, mais elle est marginale par rapport à des processus naturels non identifiés
    – soit le CO2 a un impact non mesurable sur Tglobale.
    Dans les deux cas, les modèles numériques sont faux, et il serait temps que le GIEC revoie sa copie….
    Curieusement, nos îles basses (les Glénan, Ré, Sein, …) se portent fort bien, et, pour autant que je le sache, aucun plan ORSEC pour évacuer leurs habitants… Evidemment, on peut vérifier sur place qu’elles ne sont pas menacées d’engloutissement, alors que pour les îles du Pacifique, c’est plus compliqué…

  • Déjà, le titre « morts liés au climat », même dans un graphique qui fiche en l’air le catastrophisme climatique, ça reste quand même un mensonge grossier.
    Car il n’y a absolument aucun mort, AUCUN, qui puisse être attribué au climat, sauf à part dans la science Nintendo des réchauffistes. Personne n’est jamais mort du climat, il n’y a jamais aucun avis de décès dans tout l’univers avec la mention : cause = climat.

    Par contre, on meurt tous les jours de la météo. Donc si les escrolos réchauffistes préfèrent communiquer sur le climat et non sur la météo, tout comme sur la fonte des glaciers dans l’Himalaya, la chaleur « cachée » dans l’océan profond, le réchauffement de la troposphère, l’arrêt du Gulf Stream ou la disparition des ours au pôle Nord, au lieu de l’inondation de la cave de Grand Mère ou le dessèchement du jardin ouvrier de Grand Oncle, c’est parce que c’est à des échelles de temps ou/et dans des endroits que personne ne peut vérifier, des fois que la populace s’aperçoive trop vite que la certitude que c’est la faute de l’Homme sort du chapeau.

    Mais bon, je reconnais que c’est très difficile d’écrire la moindre chose qui soit entièrement désinfectée de toute cette stupide propagande obscurantiste et omniprésente tellement elle a métastasé à tous les niveaux de langage.

    • Minitax au bûcher !!!!!
      Mes frères répétons tous en cœur notre mantra, et prions.
      « Le chaud, c’est du climat ! Le froid, c’est de la météo ! »

      • Et à la sortie n’oubliez pas d’aller pointer votre empreinte carbone hebdomadaire au poste Environnemental le plus proche.

  • Supposons très très très hardiment que les thèses du GIEC soient exactes (et là, je prends des risques, car ce cher H16 va me bondir dessus !…).

    L’UE prévoit de réduire de 20% nos émissions de CO2 pour 2020, afin de sauver la Planète (on se demande bien de quoi, mais sûrement pas de la bêtise ni du dogmatisme…).

    La part de CO2 anthropique mesurée dans l’atmosphère est faible: 5% de 390 ppm, soit 20 ppm. La fraction d’origine européenne est de 11%, soit 11% de 5%=0,55 %

    La réduire de 20% la fera donc passer de 0,55% à 0,45% en 2020. Et cela conduirait à un impact (selon le GIEC) de 20%*11%*5%=0,1%, donc une limitation du réchauffement de 0,001 à 0,006°C.

    Dépenser des milliards d’euros et plumer les citoyens et les entreprises pour un si piètre résultat est complètement absurde, et tout ce délire mènera l’UE à sa ruine…

    Source: « L’innocence carbone », de François Gervais, physicien spécialiste en thermodynamique et thermographie infrarouge, et « expert reviewer » du GIEC (non écouté, car ses contributions sont GIECquement très incorrectes…).

  • A propos de belle corrélation, les alsaciens en ont trouvé une superbe.
    Ils ont remarqué, au fil des générations, que les naissances sont plus nombreuses quand les cigognes migratrices reviennent en force. Donc, élémentaire, mon cher H16, la corrélation est évidente: ce sont les cigognes qui amènent les bébés.

    • J’aurais préféré savoir quand et pourquoi le BB avait été conçu, mais on pourrait le déduire en fonction de la période migratrice de ces belles cigones. On nage de plus en plus dans une grosse parodie de ce monde. Un atlas shrugged grandeur nature. Les chiffres ne mentent jamais….mais on peut leur faire dire n’importe quoi. Je crois que c’est la démonstration d’H16. Votre analyse reste pertinente et intelligente.
      C’est à se demander comment un gouvernement peut regrouper autant d’incapables alors qu’il existe autant de gens de talent dans ce monde….fatalité, ou histoire de cigognes, allons savoir.

  • J’ai un flash mémoriel: http://youtu.be/kGo1-EVrsx8
    ça me fait penser à montebourg et les délocalisations…je sais pas pourquoi ?!

  • et il ne faut jamais oublier de rappeler que le mouvement écologique français a poussé sur le combat antinucléaire…

    Ce qui conduit à un axe politique eco responsable assez difficiles à discerner…
    si vous êtes un smicard locataire habitant dans un appartement chauffé avec des convecteurs irradiants qui va au boulot dans sa vielle voiture diesel….tu paieras … pour que le proprio d’un appartement en plein centre ville puisse isoler sa maison pour économiser du mazout et tu paieras si il installe des panneaux solaire sur son toit… bien fait pour toi vilain écocriminel…

    Entendez vous le moindre ecomoustachu nous expliquer que si on faisait un bilan du programme électronucléaire français en terme de santé publique, façon oh les vilaines fumées, il faudrait affronter quelques contradictions..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles