Un « bonus/malus » de plus en plus « malus » et de moins en moins « bonus »

petites-voitures

Le gouvernement va durcir le bonus-malus automobile l’an prochain.

Le gouvernement va durcir le bonus-malus automobile l’an prochain.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Les Échos nous apprenaient hier que le gouvernement compte durcir le bonus-malus automobile l’an prochain. En fait, ce dispositif qui avait été mis en place en 2008 pour soutenir l’achat de véhicules propres au détriment des plus polluants, est déficitaire. Les Français achètent de plus en plus de voitures peu polluantes et de moins en moins de voitures polluantes (ce qui a priori était l’objectif).

Du coup, le malus devrait passer de 6.000 euros aujourd’hui à 8.000 pour un niveau d’émission de CO2 inférieur au seuil actuel (200 grammes de CO2 contre 230 actuellement) et le bonus devrait être raboté et recentré sur les véhicules les plus propres, mais apparemment « les arbitrages n’ont pas encore été rendus« . Ou, plus exactement, seront annoncés après la conférence environnementale de vendredi, histoire d’avoir quelque chose à dire…

La réduction, voire la suppression de la prime pour les petits moteurs thermiques semble acquise, et le bonus pour les véhicules hybrides et électriques devrait être encore limité, après sa réduction de 7.000 à 5.000 euros l’an passé.

La vraie bonne idée serait de supprimer ce dispositif et de prendre en compte la vraie pollution, c’est-à-dire les particules et les métaux lourds rejetés par les véhicules diesel. D’autant que ce dispositif de bonus/malus a des effets pervers, dont celui de taxer les véhicules qui fonctionnent au gaz, seul carburant actuellement en service qui n’émet aucun polluant…


Sur le web.