Un « bonus/malus » de plus en plus « malus » et de moins en moins « bonus »

Le gouvernement va durcir le bonus-malus automobile l’an prochain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
petites-voitures

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un « bonus/malus » de plus en plus « malus » et de moins en moins « bonus »

Publié le 18 septembre 2013
- A +

Le gouvernement va durcir le bonus-malus automobile l’an prochain.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Les Échos nous apprenaient hier que le gouvernement compte durcir le bonus-malus automobile l’an prochain. En fait, ce dispositif qui avait été mis en place en 2008 pour soutenir l’achat de véhicules propres au détriment des plus polluants, est déficitaire. Les Français achètent de plus en plus de voitures peu polluantes et de moins en moins de voitures polluantes (ce qui a priori était l’objectif).

Du coup, le malus devrait passer de 6.000 euros aujourd’hui à 8.000 pour un niveau d’émission de CO2 inférieur au seuil actuel (200 grammes de CO2 contre 230 actuellement) et le bonus devrait être raboté et recentré sur les véhicules les plus propres, mais apparemment « les arbitrages n’ont pas encore été rendus« . Ou, plus exactement, seront annoncés après la conférence environnementale de vendredi, histoire d’avoir quelque chose à dire…

La réduction, voire la suppression de la prime pour les petits moteurs thermiques semble acquise, et le bonus pour les véhicules hybrides et électriques devrait être encore limité, après sa réduction de 7.000 à 5.000 euros l’an passé.

La vraie bonne idée serait de supprimer ce dispositif et de prendre en compte la vraie pollution, c’est-à-dire les particules et les métaux lourds rejetés par les véhicules diesel. D’autant que ce dispositif de bonus/malus a des effets pervers, dont celui de taxer les véhicules qui fonctionnent au gaz, seul carburant actuellement en service qui n’émet aucun polluant…


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Pourquoi taxer une non-pollution ?

  • Taxer est bien tout ce qu’ils savent faire. Encore une taxe qui va tous nous concerner, pas d’augmentations de taxes en 2014 ni 2015 qu’ils disaient.
    Cette taxe de 8000E peut representer autant que le prix de la voiture.
    Exemple avec un Lada niva essence 225 g/km:
    Prix de la voiture: moins de 10000E HT, + 8000E de malus, + 2000E de TVA, cela nous donne une voiture qui coute 2x plus cher!!
    On ne peut pas dire que cela taxe uniquement les riches car la personne ayant besoin de rouler en Lada niva serait plutot le pauvre berger de montagne qui n’a pas les moyens de se payer un L-200.

  • Franchement, qui se soucie de la pollution du parc automobile ?

    Ce n’est qu’un prétexte à taxer. Parce qu’une voiture très polluante, mais qui roule dix fois moins qu’une voiture peu polluante, pollue finalement moins. Qui s’en soucie ?

    Tout cela ne sont que sornettes de rapetouts, incitation au gaspillage et au remplacement prématuré de voitures en excellent état, lesquelles partent d’ailleurs souvent polluer un peu plus loin 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le 1er janvier 2022, les fournisseurs d'accès internet et opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, Free et SFR) doivent communiquer aux consommateurs les émissions de gaz à effet de serre en lien avec leurs usages internet et mobile. Mais attention, sur-informer rime aussi avec danger !

Oui, Internet ça pollue !

À destination des abonnés (soit tous les consommateurs français), cette information doit servir un objectif de « sensibilisation à l'impact de leur activité et leur consommation numérique sur l'environnement et le climat »... Poursuivre la lecture

Par Jon Hersey. Un article de la Foundation of Economic Education

Fionn Fereira a grandi sur la majestueuse côte sud de l'Irlande, mais à l'âge de douze ans, il a remarqué un étrange reflet dans l'eau. Il était causé par les microplastiques, de minuscules particules de plastique ne dépassant pas 5 mm de long, et dont personne ne savait comment se débarrasser.

Ces microplastiques correspondent à la fin du cycle de vie connu des produits en plastique omniprésents dont nous sommes devenus dépendants : bidons de lait, récipients à c... Poursuivre la lecture

Par Pierre Chasseray.

Voilà bien longtemps que la voiture n’est plus en odeur de sainteté dans la capitale française.

Les décisions politiques à l’encontre de ce qui fut et reste encore pour une grande majorité de Français un fantastique outil de liberté se multiplient depuis l’arrivée d’Anne Hidalgo à la tête de la municipalité :

limitations de vitesse sur le boulevard périphérique puis dans l’ensemble des rues de Paris intra-muros, développement des voies réservées aux vélos et aux bus au détriment de la circulation autom... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles