Voici pourquoi Air France va (sans doute) mourir !

Les exemples concrets et réels valant parfois mieux que les savantes analyses économiques, en voici un qui illustre admirablement l’incapacité d’Air France à s’adapter aux lois de son marché. Peu importe que la compagnie aérienne fasse partie de notre patrimoine national : sauf à mettre un terme à son aveuglement, c’est une inéluctable faillite qui l’attend en bout de piste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Airbus A318 Air France (Crédits : Philippe-Noret-AirTeamimages, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voici pourquoi Air France va (sans doute) mourir !

Publié le 2 août 2013
- A +

Les exemples concrets et réels valant parfois mieux que les savantes analyses économiques, en voici un qui illustre admirablement l’incapacité d’Air France à s’adapter aux lois de son marché. Peu importe que la compagnie aérienne fasse partie de notre patrimoine national : sauf à mettre un terme à son aveuglement, c’est une inéluctable faillite qui l’attend en bout de piste.

Par Frédéric Georges-Tudo

Et de trois ! Avec l’annonce hier de 2500 suppressions d’emplois supplémentaires en 2014, Air France s’apprête à engager son troisième plan de départs volontaires en quatre ans. Une cure d’amaigrissement impérative et bienvenue de la part d’un transporteur aérien étouffé par des sureffectifs liés à son ancien statut d’entreprise publique. Mais sera-t-elle suffisante ? Rien n’est moins sûr. Car… Et de cinq ! En dépit des nouvelles mesures d’économie annoncées, la compagnie devrait afficher l’an prochain son cinquième exercice déficitaire depuis 2009.

Pour comprendre les raisons d’un tel gâchis, on pourra bien sûr avancer de multiples explications dont la première d’entre elles est sans doute l’insupportable corporatisme qui règne au sein d’Air France. Lorsque l’on doit composer avec des syndicats aussi puissants que déraisonnables et toujours prêts à bloquer le pays à la moindre revendication non satisfaite, il est certes très compliqué de réformer une entreprise. De même, continuer à devoir rendre des comptes à un actionnaire public (l’État détient encore 16% d’Air France) qui confond allègrement politique et économie, n’est surement pas le plus léger des boulets (voir la hausse annoncée en 2014 de 12,7%  de la « taxe Chirac » prélevée sur les billets d’avion pour financer l’aide aux pays pauvres). Enfin, il serait injuste de ne pas mentionner le handicap causé par le coût du travail en France, la fluctuation des tarifs pétroliers ou encore la concurrence low cost.

Il n’en demeure pas moins que ce traditionnel exposé socio-économique de la piètre situation d’Air France tend à faire oublier une réalité plus prosaïque mais néanmoins fondamentale : si la compagnie en est là aujourd’hui, c’est aussi et surtout parce qu’elle ne comprend plus rien à son marché. Semblant se contrefiche de l’évolution de la loi de l’offre et de la demande du transport aérien de passagers, elle continue à agir comme si de rien n’était. Fossilisée par ses réflexes d’opérateur jadis monopolistique, elle symbolise hélas à merveille le mal qui ronge notre pays tout entier. À savoir une incapacité  flagrante à se mettre à l’heure du monde. Afin d’illustrer cette triste évidence, voici le cas tout simple mais éloquent d’un vol Paris – Genève pour une famille de 4 personnes le samedi 28 décembre 2013. C’est à dire le jour J du grand départ aux sports d’hiver pendant les vacances de Noël. Cet exemple nous en apprend plus que n’importe quelle analyse d’expert :

  • Via Air France : 1 298 euros
  • Via easyJet : 367 euros
La réservation via Air France
La réservation via easyJet

Vol direct ; décollage en milieu de journée d’un aéroport proche de Paris (Roissy avec Air France et Orly avec easyJet) ; atterrissage à deux pas du cœur de Genève ; bagages en soute pour chacun des quatre passagers ; places numérotées réservées à l’avance ; possibilité d’emprunter le vol suivant ou de se faire rembourser intégralement sans frais en cas de vol manqué… Ces deux tarifs incluent des prestations en tous points identiques. Ou presque. Soyons honnête, notre « chère » compagnie nationale offre tout de même un bienfait qui fait toute la différence et justifie certainement l’écart de prix. Il s’agit du repas à bord. Quiconque a déjà eu le privilège de gouter les mets délicats servis sur ses vols intérieurs sait à quel point la gastronomie française y est portée à son plus haut niveau d’excellence. Et c’est heureux. Car au prix de 232,75 euros / personne, c’est bien le moins que l’on puisse attendre de ce déjeuner…

Des tarifs Air France trois fois et demie plus élevés que ceux de son principal concurrent sur un vol emmenant les Parisiens vers les Alpes un samedi de grand départ au ski ! Voilà ce que signifie l’expression « incapacité flagrante à se mettre à l’heure du monde ». Le transporteur aérien peut dégraisser, rationaliser, économiser, se restructurer, communiquer, se repositionner… autant qu’il le désire. S’il ne met pas très vite fin à de telles aberrations tarifaires, il est assuré de descendre en vrille jusqu’au crash final.

Voir les commentaires (90)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (90)
  • # des turbulences modérés , Air France rentre dans des turbulences sévères.

  • Bel exemple … et pourtant, l’avion d’AF était très certainement plein.
    Les difficultés ne viennent pas des prix (qui sont souvent trop élevés, c’est vrai), mais d’un gâchis dans « l’exploitation » des effectifs, dans la gestion des ressources humaines et, effectivement, dans une certaine incapacité de renouveler sa clientèle.
    Ce n’est pas la première fois qu’AF se trouve dans le creux ‘ça a même été plus grave que cela), ça s’arrangera, comme d’habitude, il suffit de trouver le bon « capitaine » comme l’ont été un temps Christian Blanc, puis Jean-Cyril Spinetta.

    • Oui, pour prendre régulièrement l’avion, je ne suis pas certain qu’AF ne comprenne rien à son marché: les avions sont généralement pleins (voire complets). Et s’ils sont généralement plus chers qu’Easyjet, il y a moyen d’avoir des tarifs tout à fait acceptables sur AF – et ça vaut pour toutes les compagnies: obtenir des billets bon marché relève du sport tant les conditions peuvent être changeantes d’un jour à l’autre

      En revanche, 2 choses sont claires: je doute effectivement qu’AF soit en mesure d’ajuster ses coûts à son marché – c’est bien joli de faire de plus en plus du low-cost, mais il faut suivre, par exemple Swiss assume ouvertement d’embaucher de plus en plus de personnel non-suisse. Et le service d’AF n’est pas à la hauteur: que ce soit en low-cost (Easyjet facture ses prestations embarquées comme le repas à bord, donc le service est de qualité vu qu’il faut le vendre) ou même en haut de gamme (les forums sont plein de clients Business ou First qui se plaignent d’un service et de prestations indignes du prix demandé)

    • Air france devrait être morte depuis longtemps. La compagnie ne doit sa survie qu’a la profonde poche des français qui lui on évité la faillite à plusieurs reprise. A quand la prochain »subvention » à fond perdu?

      • Entièrement ok avec vous!!! Y’en a marre de air France et son service soit disant à la Française et haute gamme!!! Vivement qu’elle dégage qu’on passe à autre chose avec d’autres Cies autrement plus pro

  • Je suppose que la phrase « à quel point la gastronomie française y est portée à son plus haut niveau d’excellence » est hautement sarcastique…car quiconque y a goûté sait que c’est limite du picnic…

  • La comparaison des tarifs n’a aucun sens si on ne connaît pas tous les éléments (taux d’occupation au moment de la réservation, paramètres du yield management, etc). En effet pour peu que l’avion d’AFR soit déjà quasi-plein, au contraire de celui d’EZY, il est logique que les places y soient plus chères. Ensuite l’AFR part de CDG alors qu’EZY part d’ORY, et je soupçonne des redevances aéroportuaires moins élevées à ORY (à vérifier), voire des coûts moindres p.ex. pour l’assistance en escale et l’avitaillement. Enfin, le billet AFR est en « Economy Premium », qui n’est pas l’offre la moins chère du transporteur.

    Bref, ce n’est pas le même produit. Loin de moi l’idée de défendre l’indéfendable mais il serait plus honnête de faire des comparaisons … honnêtes, hmm?

    • Les « bonnes raisons » sont des excuses vis-à-vis du management, pas du client. Si les coûts sont bien plus élevés à CdG qu’à Orly, pourquoi ne pas obtenir des créneaux depuis Orly ? Et si les places à 325 euros disparaissent plus vite chez AF que celles à 92 chez EZY, alors pourquoi Air France est-il en difficulté ?

    • @ Nord : même si je n’en sais rien, je vous soupçonne très fortement de ne pas être tout à fait impartial (contrairement à moi). Vous ne seriez pas un salarié Air France, par hasard ? En tout cas, il faut être très proche du secteur du transport aérien pour écrire EZY plutôt que Easy Jet et ORY plutôt qu’Orly…
      Mais je m’attendais à vous voir débarquer ici. C’est de bonne guerre et je vous réponds donc avec plaisir :

      « La comparaison des tarifs n’a aucun sens si on ne connaît pas tous les éléments (taux d’occupation au moment de la réservation, paramètres du yield management, etc) » : si j’avais fait l’expérience sur un vol partant demain matin, votre remarque aurait été justifiée. Mais il s’agit d’un vol planifié dans quatre mois n’ayant encore subi aucun yield Management. J’en veux pour preuve que vous pouvez retrouver exactement les mêmes tarifs deux mois plus tôt et deux mois plus tard que celui de mon exemple. Bref, rien à voir avec le yield management ici.

      « billet AFR est en « Economy Premium », qui n’est pas l’offre la moins chère du transporteur. » Certes, mais vous pouvez vérifier, sur la quasi totalité des vols du jour (hormis un en fin de soirée) l’offre « Economy Premium » est déjà la seule proposée 4 mois à l’avance. Peu importe donc qu’il existe virtuellement d’autres prix plus avantageux s’il n’est pas possible d’en profiter.
      En revanche, c’est justement pour faire une comparaison honnête que j’ai rajouté sur Easyjet toutes les options payantes (bagages, places numérotées, annulation sans frais) qui sont intégrées dans le prix AF. Il s’agit donc bien du même produit.

      « l’AFR part de CDG alors qu’EZY part d’ORY, et je soupçonne des redevances aéroportuaires moins élevées à ORY (à vérifier), voire des coûts moindres p.ex. pour l’assistance en escale et l’avitaillement. » : alors là, c’est le pompon… Le client se moque éperdument de cet aspect. Deux offres sont comparables uniquement si elles apportent le même niveau de service. Or, je pense qu’on peut objectivement considérer que Orly et Roissy apportent le même niveau de service.

      Allez, sans rancune. C’était bien tenté.

      • Moi, salarié d’Air France? eh non! je défendrais ce pur produit du capitalisme de connivence? comme vous êtes drôle! c’est tout ce que vous avez trouvé pour soutenir la thèse de votre billet (qui est, pourtant, très juste sur le fond)? C’est un peu immature comme réaction, reprenez-vous et revenons sur terre, voulez-vous? C’est un peu comme comparer un trajet proposé en Renault ou en Rolls (les deux avec chauffeur): à tort ou à raison, ce ne sera pas le même prix …

        Je vais vous faire plaisir, enfin en partie: je bosse dans l’aérien depuis plus de 20 ans, je ne suis salarié d’aucune compagnie et je ne défends aucun de leurs intérêts (en clair: je ne suis pas lobbyiste, même si je l’ai été) – votre exemple est mauvais parce que vous pensez comparer deux produits identiques, il se trouve qu’ils ne le sont pas, point/ barre.

        Alors, sur le yield management … le fait de retrouver le même prix à quelque temps d’intervalle n’est nullement signe de l’absence de yield management! les prix fluctuent et peuvent repasser plusieurs fois par un même point. Le YM commence immédiatement après l’attribution initiale du créneau horaire d’un vol (càd 6 mois avant le vol) même si effectivement c’est dans les 48-72 heures précédant le vol qu’il est le plus critique.

        Sur le produit – non, ce n’est pas comparable. Je ne dis pas que ce qu’offre AFR est supérieur à EZY ou que le prix est justifié; je ne dis pas non plus qu’AFR a raison de pratiquer telle ou telle politique de prix justifiée par tel ou tel impératif local (comme un coût d’exploitation plus élevé dû à des externalités) je dis seulement que vous comparez deux produits différents. La structure des deux prix est fondamentalement différente, comme vous le faites implicitement remarquer en précisant avoir choisi les options chez EZY. L’argument eut été mieux soutenu par une comparaison de la structure en mettant en évidence (et en critiquant) ce qui amène le prix du billet d’AFR à ces sommets absolument risibles.

        Orly offrirait le même niveau service que Roissy? euh non, absolument pas! ce n’est certes pas le marché qui en a décidé, ce qui est déjà criticable en soi, mais ils n’offrent pas les mêmes services. Les deux aéroports n’ont déjà pas le même business model (hub & spoke pour CDG, point-à-point pour ORY) et ne ciblent pas la même clientèle.

        Bon, à partir de là vous croyez ce que vous voulez, moi je n’ai pas l’intention de croiser le fer avec vous sur le mode « moi je sais-yeu et pa-as toi-yeu ». Encore une fois je partage votre interrogation (votre indignation?) sur le fond, sur la compagnie et ses tarifs, sur le fait que ceux-ci ne sont pas en rapport avec le service fourni, sur la sclérose de l’entreprise etc. et je dis que votre exemple diminue la portée de vos arguments car il est mauvais.

        Sans rancune, vraiment.

        • @ Nord : Je pense que vos arguments se suffisent à eux mêmes (c’est pas du tout le même produit parce que Roissy c’est mieux qu’Orly) pour ne pas justifier une longue réponse.
          Les lecteurs que cela intéresse jugeront de votre contre-argumentation. Je vous souhaite bonne continuation et espère sincèrement pour vous que vous ne ferez pas partie de la prochaine charrette d’Air France)

    • Le prix des place ne verie pas en fonction de l’occupation des avions, ils sont fixé des mois à l’avance…

  • Je suppose que l’auteur fait de l’humour quand il vante la gastronomie à bord des vols Air France. Même sur les longs courriers, ce que l’on sert à bord est immangeable. A fortiori sur un court courrier comme Paris-Genève. Easy Jet fait payer les consommations et les sandwichs à bord. Je voyage souvent sur Air Europa qui fait partie de Sky Team, les repas sont payants (sandwichs) et meilleurs que la barquette réchauffée au micro-onde qui contient un truc dont il est difficile de déterminer la nature que vous sert « gratuitement » Air France sur des vols similaires genre Madrid-Paris.

    • Oui Jacqueshenry, je vous confirme que je faisais de l’humour lorsque je vantais la gastronomie sur les vols Air France 🙂

  • Encore un de ces pseudo-journalistes à qui Air France a refusé un surclassement ? Lol !

  • il est des phrases qui me vont droit au coeur :  »Fossilisée par ses réflexes d’opérateur jadis monopolistique, elle symbolise hélas à merveille le mal qui ronge notre pays tout entier ». On ne saurait mieux dire et résumé en si peu de mots tout ce qui ne va pas.
    Et quant à air France, n’oublions son classement international au regard de la sécurité : groupe C , sous réserve !!! (http://www.securvol.fr/barometre.php) bref, comme tout va bien ,ne changeons rien !

  • cet article est une escroquerie!!! les prestations ne sont pas identiques!! L’economy premium d’AF propose 2 bagages de 23 kg par personne, billet remboursable gratuit, miles x 200%… si vous refaites la simulation sur Air France en tarif CLASSIC vous obtenez 276.20 euros pour 4 personnes soit 90 euros de moins que sur Easyjet!!!!!

    • @ dehove david : Je vois que les salariés Air France sont de sortie… Merci pour vos tentatives, cela montre que j’ai visé juste.
      Ne venez pas tous, quand même. Car étant donné le niveau de sureffectifs l’entreprise, je vais avoir du mal à répondre à toute la boite.

      « L’economy premium d’AF propose 2 bagages de 23 kg par personne » : avec Easy Jet au prix indiqué, notre famille avec deux enfants a donc droit à 80 kgs de bagages en soute pour sa semaine au ski. Effectivement, avec Air France elle peut emporter 184 kgs si cela lui chante. Très utile dans le cas où le fiston fait de l’altérophilie et qu’il doit continuer son entrainement pendant les vacances.
      Bref, merci beaucoup pour cette remarque qui apporte de l’eau à mon moulin. Penser que l’on a commercialement raison de pratiquer des prix 3,5 fois plus élevés avec des prestations inutiles à 99,99% des clients, voilà typiquement ce que j’appelle « l’incapacité à se mettre à l’heure du monde ». Idem pour les miles x 200%. Croyez vous vraiment que les gens soient prêts à payer le triple pour avoir des miles ? Risible.

      « billet remboursable gratuit » : dans le tarif Easy Jet que j’ai cité, c’est également le cas.

      « si vous refaites la simulation sur Air France en tarif CLASSIC vous obtenez 276.20 euros » : déjà répondu ci dessus. L’offre est totalement virtuelle puisque inaccessible à moins d’arriver à Genève en fin de soirée.

      • Non mais faire de la pub pour EasyJet, faut quand même s’attendre à des réactions négatives. Je pense ne pas être le seul à avoir subi une tentative d’arnaque de leur part et un foutage de gueule total.
        Puisque vous êtes conseillé en comm’ vous devriez leur vendre quelques prestations, maintenant, encore une fois, c’est au niveau de la relation client qu’ils sont extrêmement mauvais (mais ils savent garder le sourire en toutes circonstances, ça c’est sûr).

        En low-cost il y a RyanAir que j’aime bien utiliser, je n’ai utilisé Vueling que 2 fois mais j’ai apprécié aussi.

  • le scandale des escales corse et marseillaise impossible à réformer, contenant 2 fois trop de personnel et subissant des absentéisme record pendant les vacances et les jours de pointe doivent aussi jouer dans les déficits de la compagnie. je suppose que d’autre escale subissent également ce népotisme des employés via les syndicats …

    Quand à la taxe Chirac, noté le logique qui permet surement de ne pas la faire figuré dans le budget de l’Etat en la versant directement à un organisme international … Au final, ce sont les français qui paient ce genre d’aberrations …

    •  » contenant 2 fois trop de personnel et subissant des absentéisme record pendant les vacances  »

      A quoi ça servirai d’être trop nombreux si ce n’est à « bénéficier » de l’absentéisme !

  • Et de plus AF propose 8 vol sur la journée alors qu’Easyjet 1 seul. En termes de flexibilité et de solutions en cas d’incident technique, ya pas photos, avec Af c’est moins cher et je suis sur d’arriver à Geneve.. suaf si il ya greve bien sur 🙂

    • Bien sûr que vous arriverez à Genève avec Air Chance ! 🙂

    • f propose bien 8 vols sur la journée, mais seul celui de 20:10 est éligible aux tarifs avantageux. Tous les autres sont à 1298 !
      Alors oui, il y a plein de trucs gratuits dont on n’a pas plus besoin que du repas. Mais on a aussi la probabilité de 75% que le vol, dernière rotation de la journée, soit en retard, et il n’y aura plus de bus pour les stations, ni d’accueil à l’arrivée…

    • Les pilotes d’Air France sont parmi les mieux payés au monde, est-ce vrai ?

      • OUI. « 27 000 euros par mois C’est le salaire que peut toucher un commandant de bord (CDB) sur A380. La rémunération moyenne des CDB dépasse 17 000 euros. »

        • J’ai cotoyé des ‘pilottdavion’, aucun n’avait inventé l’eau tiède, on comprend pourquoi il épouse des barmaid bilingues qui font les 3X8.

        • mort de rire !!!!
          t es bien en dessous : ils gagnent 60 000 eur par mois, au minimum !
          Pourquoi pas 80 000 ??
          warf…

  • EasyJet, qui est une bande de voleurs, est sans doute un mauvais exemple : j’y ai vu plusieurs fois des prix plus élevés que chez AirFrance, et ils ont une relation client tout à fait inacceptable (ils proposent des surcoûts avec le sourire, comme si il s’agissait de promotions). J’utilise le plus possible les compagnies low-cost, mais EasyJet est clairement sur ma liste noire personnelle.
    AirFrance s’est lancé récemment sur du low-cost, de manière assez brutale d’ailleurs car en mélangeant les low-costs avec des vols réguliers, ce qui a été compliqué à intégrer par les revendeurs (les conditions de vente n’étant pas les mêmes), et provoqué un peu de remous. De plus leur mode de réservation est assez correct comparé à d’autres.
    Pour autant AirFrance n’est pas un full low-cost, c’est certain. En terme de concurrence on peut quand même regarder British airways qui ne me semble pas meilleur, je connais pas mal Brussels Airlines qui est un scandale aussi. Lufthansa et KLM sont de la même trempe qu’AirFrance, et tout le monde n’a pas les mêmes préférences… ce qui me fait croire que c’est à peu près la même chose.
    Les acteurs majeurs aujourd’hui sont plutôt asiatiques (émirats, Chine et dragons) où les compagnies sont au-dessus du lot pour des prix bas. Les compagnies occidentales ne sont pas toutes à la même hauteur, c’est sûr, maintenant je dirais qu’AirFrance n’est pas la pire.

    • @ropib : tout comme vous, je suis très loin d’être fan de la relation client d’Easy Jet. Et ne parlons même pas de Ryan Air que je dois très souvent utiliser sur un vol qu’ils sont tous seuls à proposer.

      Mais n’ayant rien remarqué de notablement meilleur du coté de la relation client Air France, je ne vois aucune raison de payer 3,5 le prix pour le même service.

      • Je vais également dans votre sens, l’équipe au sol d’Orly pour la compagnie esayjet est vraiment une concentration de « Ouech » désagréables exceptionnelle, c’est la foire aux contrats aidés on dirait! (Et pour avoir eu le siège de la compagnie au téléphone, ils m’ont indiqué être parfaitement au courant de leurs agissements)
        En revanche le personnel naviguant est de qualité supérieure, c’est sans comparaison.
        Et de toutes manières je n’irai jamais comparer avec Air France vu ses tarifs complètement dingues, et l’image corporatiste renvoyée par l’ensemble de son personnel (et je crois que bcp de monde ici me suivra dans une économie de marché où le client a le choix).

      • A l’instant hein, je n’arrive pas à trouver de vol avec Easyjet moins cher qu’avec AirFrance sur un Paris-Toulouse.

      • Heu… sur Paris-Genève, pour 1 personne, le 28/12/2013, je trouve un vol EasyJet à 110€, c’est un bon résultat puisque c’est le 2nd de ma liste (devant Alitalia, Austrian, Iberia)… mais AirFrance me propose 59€. Mais Airfrance me fait 40€ de taxes et Easyjet seulement 12.5… Au total je me retrouve avec 99 pour AirFrance et 122.5 pour EasyJet…

        Après j’ai regardé sur Google Flight… je sais pas pourquoi mais ils proposent carrément un vol AirFrance à 48€ (et EasyJet… bouuuuh, ils sont loins). Peut-être que Google n’est pas encore au point sur leur truc… ou trop au point (parce que EasyJet ne propose pas le même tarif à la recherche que à la confirmation de commande… ils sont les champions pour doubler le prix au moment de payer).

        Bref… un tableau peut-être un peu moins noir que vous ne le décrivez. J’ai fait la vérification à tout hasard hein, je ne mettais pas en doute vos chiffres à ma première lecture.

  • Sans oublier qu’Air France est (très) loin derrière Easy Jet en matière de sécurité, exactement pour les mêmes raisons.

    • Je pense qu’Air France est loin derrière sur la sécurité surtout parce qu’ils se sont convaincus qu’ils étaient tellement loin devant les autres en la matière, oserais-je dire loin au dessus, en vol stratosphérique… imbattables!

      L’auto-complaisance est un désastre.

  • Y a du vrai … mais l auteur n’a pas bien lu les comptes d’air france disponible en ligne.
    L’entreprise va tres bien
    mais effectivement y a un sureffectif non pas dû a son ancien regime public mais dû aux nouvelles technologies d’exploitation, et aussi dû à l’utilisation aberrante de la soustraitance.

    • jean doute : « L’entreprise va tres bien »
      ————————————-
      Air France « va très bien », warfff, avec 1 milliard d’€ (!) de pertes/an depuis des années, un taux d’endettement massif, un CA/employé deux fois plus faible que les concurrents…
      http://www.boursorama.com/bourse/profil/profil_finance.phtml?symbole=1rPAF

      Tu devrais prendre pour pseudo « jean fume ». En tout cas, je ne sais pas quelle substance tu prends mais je veux la même chose !

  • Sur les vols européens AirFrance a fait des efforts sur les prix avec son offre HOP et transavia, ils se sont alignés, mais je ne sais si c’est rentable. En revanche les prestations sont les mêmes que sur les low cost et les hôtesses ont disons beaucoup d’heures de vol au compteur.
    Par contre sur les longs courriers, c’est une catastrophe, AirFrance n’est pas compétitif du tout en terme de prix ni spécialement meilleur en terme de qualité

  • Je ne peux pas laisser dire ça sur les rémunérations. Mon père et commandant de bord sur 747 400 qui est le 2eme plus gros avion de la flotte air france et il gagne 14 000 par mois. Il faut savoir que les pilotes ont deja eut des réductions de salaire de plus de 20% alors que dans le meme temps, le gaspillage des employés au sol est énorme (2 ou 3 centaines d employé juste pour la musique dans les avions par exemple…) Depuis 30 ans, le pilotes perdent en pouvoir d achat, les accuser des difficultés d air france est mensonger, peut etre que c est justement grace aux pilote qu air france est toujours là!!!

  • Le problème AF reprend u problème de société. ancienne entreprise publique en quasi monopole qui n’a pas réagit à l’arrivée des low cost. Mal gérée, certains diront sacrifiée pour les commandes « Airbus » mais le tarif proposé par certains low costs est-il normal ? Il est plus cher aujourd’hui de faire un Londres Barcelone en avion qu’un Nice Cannes en train !!! Paupérisation des ouvriers pour permettre des tarifs bas est le problème de société qu’aucun gouvernement n’a combattu à ce jour.

  • Ce qui compte quand je veux voyager : 1) arriver en un seul morceau. 2) le prix du voyage

    Le reste quand il s’agit de payer 3 fois plus ben a mon sens c’est du détail….

    • Vous voyagez donc de préférence avec EasyJet, classé dans le groupe A pour la sécurité aérienne et surtout pas avec Air France, classé dans le groupe C ?

  • Bon article, mais je tiens à rappeler qu’Air France dispose d’un atout énorme sur ses concurrents: elle obtient chaque année les marchés publics relatifs au transport de fonctionnaires, de détenus, etc…

    • Oui, et des enfants non accompagnés, des personnes à mobilité réduite, des ex présidents et femmes d’ex président même si elles se déplacent pour des raisons professionnelles….. Donc, il ne faut rien oublier dans ta liste.

      • Pour les non initiés je précise mon commentaire : Il s’agit d’un billet gratuit en première classe Paris New York de plus de 8000€ offert par Air France. Une loi permet aux anciens présidents et leur épouse de voyager gratuitement en avion sur AF et en train. Mais ces braves gents ne voyagent jamais en classe économique (et surement pas en train !!!)

  • Eté 2011
    Air France : Province-Paris-Berlin et retour à 5 pax :1500 euros et quelques
    Horaires bien adaptés
    Prestations satisfaisantes
    Par contre, Roissy, quelle horreur (surtout quand on revient de Berlin)!

  • Je viens de constater à l’instant que air france est plus compétitif pour les vols intérieurs…Mais en effet pour les vols longs courrier c’est différant!

  • Lorsque l’on parle de « service », il ne faut pas uniquement voir le « service à bord ». Je m’explique : les avions CDG Geneve de l’exemple pris sont connectés au HUB d’Air France, c’est à dire à la possibilité de relier toutes les villes du monde. En fait, ce service coûte très cher à AF, car les avions volent beaucoup moins que ceux d’Easy Jet pour pouvoir arriver 1h avant les départs Long courrier, et repartir 1h après leur arrivée. Alors qu’Easy Jet fait voler ses avions toutes la journée sans se soucier des horaires, car ils ne sont pas relier à un hub. Je dirais que Easy fait voler ses avions environ 8 étapes par jour contre 6 à Air France. Ils sont donc plus rentables, donc les prix sont inférieurs. Les 2 compagnies ne font pas le même métier à CDG : Easy fait du transport de ville à ville, AF fait du feeding du hub, et accessoirement du Point à Point. Ce qui n’est pas le cas à Orly…
    Les 2 compagnies sont des belles compagnies. Il y a de la place pour les 2.

  • Votre exemple n’est pas un bon exemple car sur une compagnie regulière on ne peux pas faire un aller simple a bas coût. Basez vous sur un allez retour hors c’est ce que j’ai fait et pour un aller sur ces mêmes vols et un retour une semaine plus tard la difference est de 803€ pour AF et 517€ pour Easyjet…Certe AF reste plus cher mais le repas servi dans l’avion n’est plus qu’a 71€ par personne…Donc bien que vous ayez raison, essayez d’éviter le sensationnalisme, cela ne mène nul part…

  • Mais quel ramassis de conneries cet article!

    • On voit que la comparaison sur un tarif ne veut rien dire puisque les lecteurs qui s’y ont essayés ont trouvés des tarifs moins cher chez AF que chez Easy. Après pour ce qui est du sur-effectif lié aux esclaves énergétique ou electronique au sol n’est que le reflet de notre société qui avance. Il est clair que nous tous avec nos smartphones et intrnet participons très largement à cette reduction d’effectif. Le problème lié à tous ces progrès est de savoir ce que l’on fait des gens ?

  • vol la rochelle londres via AF= 1100 euros pour les mêmes prestations par Ryan air 410 euros.
    Durée du vol via AF= 5 heures aller (idem retour) avec des horaires de départ à 7 heures du matin et une heure tardive pour le retour (un autre jour).
    Vol via Ryan air direct d’une durée de 1h30.
    Et je ne parle pas d’eurotunnel au départ de la rochelle, c’est le bout du monde…

  • Désormais Airfrance est compétitif sur les vols européens grace à ses nouveaux tarifs. Mais que ce fut long pour s’adapter à la concurrence des low cost, et surtout, je ne sais pas si c’est rentable. J’ai l’impression qu’ils se rattrapent sur les long courriers où les prix sont démentiels.

    • Il faut quand même accepter que les grosses entreprises qui ont l’habitude d’une économie industrialisée et des coûts d’accès aux moyens d’être concurrentiels exorbitants, ainsi qu’à la protection des états parce qu’à partir d’une certaine taille ça devient quasiment mécanique, ont plus de mal à se bouger que les petites entreprises modernes. Alors on peut parler d’innovation, mais ici encore les grosses entreprises croient régulièrement pouvoir l’acheter avec des brevets.
      Nous verrons bien si la stratégie d’Air-France est bonne ou non… ils semblent en avoir enfin une un petit peu intéressante.British-Airways, KLM, Lufthansa, Japan Airlines ou United Airlines sont-elles bien meilleures ?

  • Et personne n’a parlé du véritable f*utage de gueule que constituent les Miles Flying Blue Air France…
    Miles qui s’évaporent, quasi impossibles à utiliser, j’en passe et des meilleures comme ce courrier dans le style « On vous double vos Miles » qu’il faut finalement traduire par « pour prendre un billet, il faudra payer deux fois plus de Miles ».

  • La marrée de l’activité fait que les starts-up surfent sur la vague, puis s’éteignent, puis renaissent à la prochaine vague, s’adaptant à la houle avec une insolente précision. Les grandes et vieilles entreprises ne sont pas taillées pour ces mers, et frôlent de briser leurs quilles à chaque creux.

  • Bonjour,

    Je trouve la démonstration sur les différences de prix de monsieur Georges-Tudo non convaincante car elle ne reflète que le parti prix de l’auteur.
    Je m’explique :
    -l’auteur a choisi de ne faire la démonstration qu’à partir des sites des compagnies aériennes, or une compagnie comme Air France passe souvent des accords avec des agences de voyages et les tarifs sont inférieurs à ceux présentés sur leur site (sauf pour quelques promotions). Après une recherche sur Kayak qui agrège les résultats de différents sites comme e-booker ou Opodo…, le vol Air France est à 180€ l’aller-simple par personne soit 720€ au total. Et si on prend le vol de 11h20 on passe à 145€ par tête de pipe soit 580€. On est loin des1298.20€ annoncés.
    – le calcul s’effectue sur un aller simple alors qu’en dehors des low-costs, les compagnies aériennes favorisent les aller-retour (dans une fourchette de quelques mois). L’auteur n’a-t-il pas prévue de rentrer à la fin de sa semaine de ski? Si on prend en plus un retour le 04/01/2014, nous obtenons sur le site d’Easy Jet un total de 569.32€ en tout, soit 142.33€ par personne. Kayak nous indique, pour Air France, un tarif à partir de 182€ par personne soit 728€ au total (une différence de 160€ au final).
    – Dernier point, le moment de la réservation. Les tarifs fluctuent dans le temps. Si l’auteur choisissait de partir faire une semaine de rando la semaine du 15/08 par exemple avec un départ vendredi 09 au soir et retour le 16/08(pas de vol Easy jet le samedi et dimanche l’arrivée à Genève se fait tard la nuit), nous avons pour Easy Jet un vol à 849,14€ soit 212.29€ par personne. Le départ de l’aller étant à 17:10 et 15:30 pour le retour. Kayak nous propose pour Air France un vol aller à 16:00 et un vol retour à 14:50 pour 204€ par personne, soit 816€ au total (30€ de moins en faveur d’Air France).

    • Pour les deux premiers points il faut rajouter les assurances d’annulation des sites concernés soit environ 15€ par personne (un oubli de ma part). Pour le 3e point j’ai oublié aussi bien pour Easy Jet qu’Air France.

      Soit point un : 160€ par personne pour un total de 640€
      Soint point deux : 197€ par personne pour un total de 788€

  • je me permet en tant que libéral et utilisateur (1x/mois) de la ligne paris Genève et tous les dérivés Genève – Marseille, Genève-cannes (j’ai pris des avions sur ces lignes avec des hôtesses parlant serbo-croates signant leurs contrat d’embauche en même temps que je m’enregistrais;))
    tout ça pour me la ramener et confirmer que c’est effectivement un mauvais exemple et que les exemples concrets et réels sont des anecdotes et ne font pas un raisonnement.
    Je suis utilisateurs de air france obligé et j’espère qu’ils disparaitront mais pas remplacer par des plus incapables que eux.
    Les libéraux pour éclater à juste titre l’illusion socialiste et conservateur devraient s’affuter et ne pas se faire exploser comme le premier kamikaze venus, persuadé d’aller au paradis  » dés nous avons raisons c’est que des cons » avec des boulettes de papier comme celui de G.F Tudo sur un tank Abrams.

    l’autocomplaisance est un désastre 😉

    • Pour Louis qui a écrit «  » peut etre que c est justement grace aux pilote qu air france est toujours là!!! «  »

      Un bel exemple récent , belle philosophie :

      Un pilote d’Air France drogué à l’ « Actimel » prend en otage ses passagers !
      Le 30 juin 2013 Article

      Le 26 juin, un commandant de bord a fait un caprice. Sur son plateau de repas , il n’y a pas son yaourt ! Rendez-vous compte, il a été privé de dessert. Du coup il a boudé. Et quand un pilote d’Air France boude, cela coûte cher. Avec 44 minutes de retard et un début d’émeute dans l’Airbus, Aeroport De Paris qui loue ses pistes à Air France a taxé la compagnie: Le yaourt du pilote aura couté plus de 40 000 € à Air France. Ce pilote rentrera dans le livre des records comme le pilote qui aura mangé le yaourt le plus cher du monde ou le pilote le plus con.

      Bien évidemment n’attendez pas de sanctions à son encontre par la compagnie car les syndicats prendront immédiatement sa défense prétextant un complot de la direction visant à priver du droit acquis de tous les pilotes d’avoir un dessert .

      • Je suis le premier à dire que la notion de syndicat n’a plus de pertinence et que leur fonctionnement en France est (disons le plus souvent, histoire de tempérer) surréaliste. Je veux bien croire que les grandes entreprises historiques et sous la coupe de l’état ne sont pas les meilleures pour gérer les conflits avec les syndicats.
        Maintenant vous dites « Bien évidemment n’attendez pas de sanctions à son encontre », ceci me semble n’être qu’une supposition. Il me semble pratique de pouvoir avancer des conclusions en inventant les faits qui les démontrent. Je suis d’accord avec Blake&Mortimer sur la convocation de la Raison : si vous avez des faits à partager votre démonstration serait beaucoup plus parlante si vous les exposiez.

  • Bonjour à tous. Vantez Easyjet (voir pire: Ryanair) mais comparons ce qui peut l’être, SVP!
    Par exemple l’enregistrement: pour un peu que vous soyez « Platinum » ou « Gold » chez Skyteam, vous commencez à relever la différence. Et bien heureusement, Easyjet ne propose pas de long-courrier pour l’instant. Quant à l’embarquement, avec EZY, c’est le « top »: on vous fait attendre 30 min avant le départ, debout et collés les uns aux autres (même avec l’option Speedyboarding) alors qu’avec Air France (et autres companies aériennes) vous pouvez embarquer en Fast Track (One World SIlver et Gold) ou prioritaire (Skyteam, Star Alliance). Sans parler des salons, lieux agréables où l’on peut même prendre une douche, se restaurer gratuitement.
    Je vous économise les prestations « La Première » puisque la comparaison n’est pas justifiée.
    Alors oui, Air France peut être chère, mais lorsque l’on voyage très souvent, on apprécie toutes les possibilités qui facilitent les démarches aéroportuaires ou rendent les moments d’attente un peu plus agréables.
    Quant aux syndicats (ou CE et autres avantages de toutes natures), leurs revendications ne sont plus en ligne avec le marché. Les rémunérations demesurées des pilotes ne sont plus justifiées, et surtout quant on fait la grève pour un oui ou pour un non…
    Et je concluerai sur une autre comparaison: j’ai assisté à une vente de bétail à Houston au Texas. Eh bien les bêtes étaient mieux traitées que la masse des touristes Easyjet que l’on serre les uns contre les autres…
    PS Je ne suis pas salarié d’Air France, mais simplement un passager qui vole beaucoup, voir même un peu trop à mon goût mais métier oblige…

  • Incroyable le nombre de commentaires vantant Air France sur un site libéral… Certes, les commentaires sont heureusement ouverts à tous, y compris aux salariés (préférant avancer à visage masqué visiblement) de notre belle et grande compagnie nationale !
    Je me marre 🙂 Mais bon, après tout on ne peut pas leur reprocher de défendre leur boulot

    • J’ai oublié de réagir sur l’argument ultime avancé dans quelques commentaires : Sur Air France c’est plus cher parce que l’auteur de l’article n’a pas choisi de prendre un Aller/Retour.
      Typique d’une compagnie qui a en effet beaucoup de mal à se mettre au gout du jour. Perso, il m’est arrivé très souvent d’avoir besoin d’un retour différent de l’aller. Il y a plein de raisons valables pour cela et les low costs (qui sont néanmoins d’être irréprochables en qualité de service) l’ont parfaitement intégré. Cette notion d’aller et de retour n’existe pas. Idem à la SNCF qui n’est pourtant pas réputée pour son modernisme, d’ailleurs…

      • Bonjour,
        Personnellement, j’ai avancé l’histoire de l’aller/retour pour remettre en perspective la comparaison de l’auteur en soulignant que dans ce cas la différence de prix diminuait. J’ai constaté cette stratégie avec la majorité des compagnies aériennes depuis 20 ans. C’est une manière de capter la clientèle et de remplir les avions. Si la SNCF ne l’utilise pas, c’est que vous n’avez bien souvent pas le choix d’un autre transporteur. Et je suis d’accord pour dire qu’il arrive que cette stratégie ne m’arrange pas personellement (il serait intéressant d’avoir des stats à ce sujet pour en voir la pertinence).
        Plus globalement, je voulais surtout souligner qu’une comparaison de prix était plus complexe que de prendre d’un côté le prix d’appel et de l’autre le tarif plein pôt.

        Ensuite, ce que je n’ai pas développé dans mon commentaire précédent, c’est l’absence d’analyse :
        – Easy Jet est présenté comme le principal concurrent avec un vol pour cette journée. Air France en opère 8 en partage de code avec Swiss. La SNCF propose pour le 14/12 (les horaires du 28 ne sont pas encore dispo) 7 trajets directs en TGV (3h) là se trouve le concurrent.
        – A qui s’adresse les deux sociétés sur cette ligne Paris-Genève? Je ne suis pas sûr que le vacancier parisien allant au sport d’hiver soit le principal client d’Air France. Les voyageurs en déplacement professionnel et/ou les voyageurs en correspondance d’un vol long/moyen courrier ont m’a préférence.
        -Pourquoi ne pas comparer Air France avec Lufthansa qui semble avoir terminé avec succès sa restructuration et dont le modèle économique est plus proche?

    • A ce compte-là on n’est pas obligé non plus d’être baba devant une simple publicité pour EasyJet surtout quand elle est mal faite. Et puis votre commentaire pourrait tout à fait démontrer votre appartenance à cette entreprise.
      Je ne suis pas de chez AirFrance, je considère simplement EasyJet comme étant la pire de toutes les compagnies, au titre de consommateur. Il y a sans doute mieux à faire, comme le dit Blake&Mortimer, que des comparaisons directes, surtout quand elles ne sont pas forcément pertinentes, surtout quand lorsqu’un lecteur vérifie les faits ils s’avèrent contredire le discours tenu dans l’article.

      Être libéral ce n’est pas être con comme un balais, la liberté n’exempte pas de l’obligation de trouver des arguments corrects. AirFrance n’est pas un modèle à suivre, mais encore faut-il lui reprocher des défauts plutôt que de les inventer. L’imaginaire c’est bien, les faits c’est mieux.

      • Je viens de tomber sur cette analyse plutôt pertinente de l’incapacité d’Air France à s’adapter à son marché et je me délecte des commentaires de tous les salariés de cette compagnie qui veulent nous faire croire que non ils ne sont pas des salariés Air France mais que quand même faut pas pousser et que quand même ca ne se fait pas d’oser comparer la vénérable vieille dame avec cette manante d’Easy jet. Trop drôle.

        • Je ne suis pas chez AirFrance, j’ai juste fait des recherches comparatives de mon côté et je ne trouve pas les mêmes résultats que l’auteur. Avez-vous fait des recherches comparatives de votre côté ?
          De plus je préfère les low-costs qui font des prix bas, bizarrement… Les 3 fois que j’ai essayé de prendre des vols chez EasyJet, les 3 fois ils ont essayé de m’arnaquer (en me proposant des augmentations de tarif comme des promotions, j’insiste !). Auriez-vous des intérêts chez EasyJet ? Il y a d’autres low-costs qui sont bien plus réglos.

          Pour être très clair, j’ai eu l’occasion de travailler avec des intermédiaires de réservation en ligne qui n’ont absolument aucun intérêt dans AirFrance, afin de proposer les prix les plus bas. Depuis peu ils (AirFrance) sont plutôt ennuyeux car ils renvoient justement des offres low-cost au milieu de vols réguliers sans qu’on puisse les distinguer, ce qui pose quelques problèmes en matière de CGV et donc d’accompagnement et de services aux usagers. Je ne sais pas si c’est une bonne chose pour leur image ou pour la fidélisation de leur clientèle, il est possible que ce soit aussi une stratégie pour essayer de capter l’audience internet sur leur propre plateforme de réservation, toujours est-il que je ne serais pas étonné que les autres grosses compagnies essayent de faire la même chose.
          Mon opinion est que de toutes façons cette stratégie de captation de l’audience (voulue ou non), dans une approche industrielle classique, est erronée (et Google, qui va sans doute devenir un acteur majeur dans la réservation de billets, pourra forcer l’interopérabilité). Mais de toutes manières toutes les grosses compagnies sont, par définition, handicapées par leur taille. Cependant sur ce coup-là AirFrance essaye de faire quelque chose.

          Les comparaisons (mais encore faut-il qu’elles soient basées sur des faits plutôt que sur des lubies) sont toutes utiles. Maintenant EasyJet était selon mes recherches, confirmant mon expérience personnelle, un contre-exemple (c’est pas de ma faute si EasyJet est aussi nul).

          Mais admettons que AirFrance soit en général plus cher que les low-costs : quelle conclusion peut-on en tirer ? Il y a des spécificités françaises, et l’état, avec nos impôts, a lissé les coûts à l’achat des réservations, ce qui fait que, justement, les problèmes d’AirFrance ne se retrouvent pas forcément au niveau des prix. Je ne suis pas un spécialiste mais il me semble que d’autres mastodontes ont subi de nombreux problèmes, British Airways par exemple me semble comparable en terme de taille et au niveau chronologique (les low-costs n’ont pas vraiment de passif à gérer, c’est un avantage majeur et c’est très bien qu’ils en profitent, et il est contreproductif de les empêcher de le faire) : la société, d’après Wikipedia, a été privatisée en 87 avec Tatcher, l’état anglais a-t-il ou n’a-t-il pas soutenu le groupe pour autant ? quels ont été les coûts réels des politiques françaises et anglaises ? et quelle comparaison pouvons-nous faire de ces 2 groupes aujourd’hui ? Je ne suis pas certain que ce soit à l’avantage d’AirFrance et de l’état français qui, aujourd’hui encore, fausse sans doute le marché.

          J’attends que vous finissiez de rire donc et que vous apportiez des arguments autres que la simple remise en question des personnes qui remettent en cause EasyJet (et qui ne défendent pas beaucoup AirFrance) et le comparatif de cet article.
          Aujourd’hui le comparatif de prix à la réservation entre EasyJet et AirFrance, décidément têtu, est en faveur d’AirFrance.

          • Calmez-vous ropib, tout cela ne devrait pas être si grave pour quelqu’un qui n’a aucun intérêt particulier à défendre Air France 🙂

            En plus, ce n’était pas spécialement à vous que je m’adressais en faisant cette remarque… Je me fous d’Easy Jet à peu près autant que d’Air France. Pour tout vous dire, j’habite loin de notre pauvre (au figuré pour le moment et bientôt au propre) pays et n’utilise jamais ces deux compagnies.

            Mais puisque vous m’invitez (ou devrais-je dire ordonnez ?) à apporter de nouveaux arguments, je viens de refaire le comparatif de Frédéric George Tudo. Et je trouve 375,61 euros pour Easyjet contre toujours 1298,20 euros pour Air France.

            Mais peut être ai-je mal cherché… Comment arrivez vous à trouver votre « comparatif décidément têtu en faveur d’AirFrance », svp ?

          • @Tardoi> Je suis tout à fait calme. Comme vous répondiez à mon commentaire j’ai cru que vous vous adressiez à moi ; erreur de débutant je le concède.

            Les comparatifs de vol comportant les bas tarifs de Air France ne courent pas encore les rues. J’ai utilisé une première fois des outils professionnels (mais pas du tout d’Air France), je suis d’accord avec vous sur le fait que ça ne vous aide pas beaucoup. J’ai ensuite cherché sur Google Flight. Là je viens à l’instant de faire une tentative de réservation avec AirFrance et j’ai eu du mal avec leur formulaire de recherche.

            Je suis donc revenu à Google Flight qui me trouve des résultats à 192€ (plus de EasyJet depuis la semaine dernière, pourquoi ?). Alors plutôt que d’en rester à une confiance aveugle en Google je lance la réservation qui redirige à Air France (Google est plus fort que moi pour utiliser le formulaire d’Air-France, je ne sais pas pourquoi), qui me trouve bien une proposition de réservation pour un aller simple Paris-Genève, 4 adultes, le 28/12/2013, pour 192€ TTC (48€/personne). Peut-être qu’il faudrait que j’aille jusqu’à la confirmation de la réservation pour constater qu’ils ne me proposent pas du tout ce prix (le genre de pratique d’Easy Jet), je ne sais pas. Ou alors il y a un truc qui m’échappe ?

            Je conclurais finalement, puisque vous êtes plusieurs à faire le même constat et que je constate moi-même la difficulté de faire des recherches sur le site de la compagnie, que cette adaptation d’AirFrance aux tarifs des low-costs est justement en cours, mais qu’elle n’est pas encore tout à fait intégrée.
            Remarquez la tentative de conciliation…

          • @ ropib : en l’occurrence, c’est plutôt moi le débutant car je réalise que j’ai répondu à votre commentaire en cliquant sur le dernier « répondre » qui se présentait alors que je pensais faire un commentaire général à tout le monde. Bref…

            Concernant le prix de 192 euros sur Air France, il me semble que l’auteur George Tudo a déjà répondu plus haut : le seul vol à ce tarif d’appel arrive en fin de soirée à Genève. Pas idéal pour commencer sa semaine de ski le dimanche matin. D’ailleurs, c’est sans doute pour cela qu’il existe un tel prix à cet horaire alors que la totalité des 7 autres vols Air France du jour sont bien à 1298 euros.
            Encore une fois, loin de moins l’intention de louer les mérites d’Easy Jet. En revanche, il est clair que l’auteur a raison lorsqu’il dit qu’Air France est complètement à la masse…

          • @Tardoi> Oui, je comprends qu’on puisse ne pas vouloir d’un vol pas cher, mais ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas. Vous voulez quoi, que l’état impose des tarifs bas à Air France ? Chacun choisit ses vols, et ce n’est pas un scandale. Pourquoi Air France est à la ramasse ? Quels sont les taux de remplissage ? Si ils font 7 vols à 1298 euros et un vol à 192 euros, c’est peut-être parce qu’ils vendent des places à 1298 euros, non ? Un prix d’appel c’est très bien, personnellement je n’ai rien contre les prix d’appel, je suis parfois un client des prix d’appel.

          • @ ropib : Bizarre votre réflexion. Où avez vous vu que je voulais que l’Etat impose des prix bas à Air France ? Bien sûr que non.

            Et d’ailleurs, ce n’est pas non plus ce qui est écrit dans cet article qui me semble juste être là pour pointer l’incapacité de la compagnie à s’adapter à son marché. Personnellement, je pense que l’auteur a raison.

            Ensuite, vous écrivez ceci : « Si ils font 7 vols à 1298 euros et un vol à 192 euros, c’est peut-être parce qu’ils vendent des places à 1298 euros, non ? » Si Air France était bénéficiaire en vendant ses billets 3,5 fois et demie plus cher que ses concurrents, elle aurait bien tort de se priver. Même 35 fois plus cher, je ne trouverais rien à y redire. Mais le fait est qu’elle va être déficitaire pour la 5e fois en cinq ans. Ses tarifs « à la masse » (je persiste et signe) n’expliquent sans doute pas tout mais ils y sont pour beaucoup.

          • @Tardoi> « Mais le fait est qu’elle va être déficitaire pour la 5e fois en cinq ans. » Ça suffit en fait : pas besoin d’essayer de chercher une explication bancale sur des tarifs, de choisir les faits qui nous arrangent pour prouver une idée et de repousser ceux qui la contrediraient.
            Air-France propose des tarifs hauts, des tarifs bas, essayent de se renouveler au niveau des tarifs… et en fait au mieux on a réussi à démontrer que ce qui aurait pu être la cause des problèmes d’Air-France (le tarif) ne l’était finalement pas. C’est un résultat d’analyse tout à fait correct, tout à fait recevable.

          • @ ropib : je dois dire que vous m’étonnez de plus en plus… Seriez vous juste ce qu’on appelle un troll amusé par la contradiction ? Cela y ressemble, en tout cas.

            Il vous est avancé qu’il ne faut pas être étonné de cinq années consécutives dans le rouge pour Air France avec des tarifs aussi déconnectés de son marché et que répondez vous ? Qu’ « on a réussi à démontrer que ce qui aurait pu être la cause des problèmes d’Air-France (le tarif) ne l’était finalement pas ». Voilà, voilà…

          • @Tardoi> Toujours la même façon d’argumenter sur les intentions de vos contradicteurs sans essayer de comprendre.
            1) Air-France est en déficit
            2) Air-France propose des tarifs trop élevés
            3) Air-France est en déficit à cause de ses tarifs trop élevés
            Moi je dis, là, comme ça, ok : ça marche.
            Mais voilà que je trouve des tarifs Air-France concurrentiels. Vous me dites « oui mais… nananinanana… on ne peut pas les comptabiliser parce que en fait ce ne sont pas les vrais tarifs »… il y aurait des vrais des faux, et évidemment ne faisant partie ni d’Air-France ni d’EasyJet, cette vérité métaphysique m’échapperait complètement.
            Bon.
            De mon côté je trouve que faire ces tarifs d’appels c’est quand même une idée, peut-être mauvaise mais une idée, une tentative de faire quelque chose.

            Alors du coup je regarde, parce que je doute un peu de cette histoire de la lumière de la Vérité qui vous aurait touché vous et pas moi. Remarquez bien que je cherche vos arguments à votre place : je mets de côté ces « tarifs d’appels » qui sont de faux tarifs, et je me dis que ces tarifs élevés, s’ils entraînent un déficit d’Air-France, c’est qu’ils ont un impact commercial… c’est à dire que leurs billets sont trop chers pour être achetés, information que je devrais retrouver quelque part.

            Je lis sur les Echos, là, que leur taux d’occupation serait de 87% (avec KLM, je n’ai pas le détail)… alors disons que c’est un maximum, disons qu’ils sont à 80%. Alors si ils proposent des prix 3.5 fois plus haut que la concurrence, imaginons que la concurrence ait une occupation à 100% (certains doivent en être proches) : Air-France a une stratégie de prix très impressionnante, c’est mathématiquement juste de leur part.

            Je récapitule :
            1) Air-France est en déficit
            2) Air-France propose des tarifs généralement très élevés
            3) Air-France sait proposer des tarifs d’appel concurrentiels
            4) Air-France a des taux d’occupation corrects
            Je propose la conclusion suivante :
            Les tarifs d’Air-France n’ont rien à voir avec son déficit.

            Je vais aller plus loin. Je prends l’hypothèse (sans doute fausse, c’est juste histoire de simplifier les calculs) qu’Air-France a le même taux d’occupation que ses concurrents, et des tarifs 3.5 fois plus élevés (puisque les tarifs d’appels ne sont pas représentatifs), ça veut dire que Air-France touche 3.5 fois plus que ses concurrents. Si malgré cela ils sont en déficit ça veut dire qu’ils ont des coûts de fonctionnement trop importants.
            Non ?

            Les tarifs étant hors de cause, rien d’étonnant à ce que je sois étonné de ce qu’on les mette en cause.

            Maintenant nous sommes dans une simplification extrême, et si ce que je disais suffisait alors Air-France n’aurait tout simplement pas besoin de proposer des tarifs d’appel. Je vous laisse donc chercher la suite.

        • Je suis admiratif de vos efforts pour défendre votre employeur mais je persiste à penser que ce que vous écrivez là ne tient pas debout.

          1. Si le taux d’occupation d’Air France en vols intérieurs reste correct, c’est uniquement parce que les capacités sont en baisse faute de clients. Je lis par exemple sur L’Echo Touristique que le réseau domestique France (dans lequel on doit pouvoir ranger Genève en matière de typologie de vol) affiche une baisse de ses capacités de 9,7%.

          2. Si Air France n’avait pas conscience d’être trop cher sur ces vols court et moyen courrier, il n’aurait pas créé une filiale low cost. Ils ne vous ont pas expliqué ça, au boulot ? Le problème, c’est que cette filiale Hop semble pour l’instant bien timide.

          En fait, Air France va sans doute connaitre le même sort fatal que Kodak qui s’est converti trop tard et trop timidement au numérique en raison de son refus de renoncer à ses marges élevées de l’argentique. Mais au final, le consommateur a eu le dernier mot et Kodak n’est plus qu’un moribond.

          • Mais pourquoi voulez-vous que je sois chez Air-France ? Non seulement je ne travaille pas pour eux, mais je n’ai pour l’instant jamais eu l’occasion de travailler avec eux.

            Vous vous êtes un peu sortis les doigts du cul et vous avez trouvez un fait qui tient un peu la route. Comme quoi j’ai bien fait d’insister. Donc Air France se retrouve à entretenir une capacité qu’il n’arrive pas à rentabiliser. Au vu des taux d’occupation je ne suis pas encore certain que les tarifs soient en cause : si Air France réussit à réduire sa capacité alors ça devrait marcher. Pour ce qui est des low costs, il semble bien qu’il y ait désormais des low-costs chez Air-France, indépendamment de Hop (je travaille notamment en relation avec des agences de voyages pour tout vous dire, dans l’informatique… il va falloir que je donne mon CV bientôt), les billets à 48 euros en question sont bien chez Air France semble-t-il. De ce que j’ai compris c’est assez nouveau : est-ce que c’est destiné à être rentable ou alors juste à être partiellement rentable ?
            Toujours est-il que Hop + low-costs Air France… ça me semble être une tentative de réaction, une stratégie quelconque, ce qui est en contradiction avec un « refus de » quoique ce soit.

            « Air-France va sans doute » rencontrer l’amour ? devoir faire attention à son dos ? avoir de la chance aux jeux ? recevoir une bonne nouvelle dans sa famille ? Alors moi je veux bien être dans la divination, mais le rapport avec les tarifs reste vague.
            Enfin vous avez trouvé un élément d’argumentation pour une fois, dommage que vous retombiez dans une rhétorique stérile après. Moi je ne demande qu’à être convaincu hein… j’ai l’impression que j’aurais plus de chances à essayer de me convaincre moi-même, mais vous ne pouvez pas vous étonner de ne convaincre personne si vous en restez au tirage des tarots ou à espérer qu’on comprenne ce qu’il y a dans votre tête (comme cette idée que vous ne vous adressiez pas à moi tout en répondant à un de mes commentaires). Je ne suis pas convaincu, ça ne veut pas dire que je suis convaincu du contraire, ni que j’ai des intérêts quelconques avec Air France. J’en ai absolument rien à faire d’Air France… je réagissais au départ à cet article parce que, en tant que simple consommateur, je ne supporte pas EasyJet.

          • « Vous vous êtes un peu sortis les doigts du cul » : le recours à la vulgarité après avoir commencé la discussion sur un ton poli est tellement typique de la personne qui se sent acculée car à court d’arguments…
            Magnanime, je vais donc arrêter là cette discussion afin de vous éviter de tomber dans l’insulte bien grasse (je sens que vous n’alliez pas tarder à y venir…)

            En effet, je me suis adressé à vous par erreur la première fois. Mais j’ai trouvé ensuite amusant de voir jusqu’où quelqu’un pouvait aller pour défendre son employeur tout en feignant de n’avoir aucun lien avec celui ci. Je dois reconnaitre que je suis un peu déçu par la vacuité de vos arguments. De toute évidence, vous ne travaillez pas à la com d’Air France, n’est ce pas ? Allez, dites nous tout. Dans quel service êtes vous ? Au service commercial ?

            Sans rancune. Vous avez certainement fait de votre mieux avec les petits moyens qui sont les vôtres.

            Et au plaisir de lire une dernière fois vos dénégations ponctuées de petites piques pas bien méchantes sur ma personne.

          • @Tardoi> C’est de la rhétorique bas de gamme, c’est navrant. Encore une fois vous êtes droit dans vos bottes, je le comprends : vous vivez dans votre tête.

            J’ai un peu de rancune, si, parce que vous décrédibilisez toute tentative d’approche critique d’Air-France (ou d’EasyJet), du capitalisme d’état ou de copinage en général.

  • C’est n’importe quoi , vous avez regardé chez Air France un tarif Premium , je viens à l’instant de regarder sur le site Airfrance.fr (vendredi 31 août 2013 18h00), même date de départ, 28 Décembre, 2 adultes + 2 enfants , résultat : 197 € TTC fris de service inclus pour toute la famille soit moins de 50 € par personne . Rajoutons 4 bagages à 15 € pièce nous arrivons à un total de 257 € . Le même jour Easy Jet est à 259 € sans les bagages, et si vous voulés des bagages c’est Maxi 3 sacs de 20 kg , total 302 € . Conclusion Air est moins cher . Si Air France meurt ce sera en partie à cause de gens comme vous dit profèrent des contre-vérités et ceux qui les écoutent . Au fait, il aurait été plus pertinent de faire une simulation sur l’aller -retour , la petite famille va bien devoir rentrer de vacances…

    • c’est bien gentil tout ça mais ce n’est pas seulement le tarif qui fait que nous volons sur une compagnie. Et là AF est en dessous de tout pour le comportement de ses équipages. En fait c’est un peut la loterie chez eux et ça c’est insupportable!!! On ne peut que comparer AF non pas aux compagnies low cost mais aux autres grandes compagnies comme SWISS ou les compagnies du golfe ou encore les asiatiques. Là le constat est clair… AF est nul!!! C’est tout….

  • Cher Frederic,
    L’exemple de votre Paris-Genève pour aller au ski ne constitue pas une étude économique !

    Le débat Air France peut s’élargir aux points suivants :
    – Ryanair, qui tire plus que ses benefices des subventions masquées des collectivités territorriales, tout en bloquant toutes les plaintes deposées à la commission européenne (appelons cela lobbying ou corruption).
    – Easyjet, qui joue aimablement de toutes les bonne règles européennes (dont la domiciliation à l’étranger), pour une optimisation qu’AF ne peut pas se permettre.
    – Aéroport de Paris, qui DECRETE ses augmentations de redevances pour le pire rapport prestations/prix, attesté par les sites de voyageurs pros. Il faut dire que l’état-actionnaire (à court terme et à court d’argent) a fait son choix !
    – Les companies du Golfe, soutenues à 100% par leurs petro-Etats, affranchies de charges sociales ou d’impôts et dont les infrastructures sont construites par des esclaves pakistanais (salaire 1€/heure, 50 heures/semaine, jusqu’à 50° de tempétarure). Que fait l’OMC ?
    – Ces mêmes companies obtiennent en échange de l’achat d’Airbus, des droits commerciaux sur notre territoire qui siphonnent notre traffic vers l’orient.

    Mais au fait, que restera-t-il de la banlieue Nord quand Air France aura fait faillite ? Un foyer permanent d’émeutes ou un électorat d’assistés ?

    S’agissant du « corporatisme », cela fait longtemps qu’il alerte les pouvoirs publics des boulets que nous trainons. Il est vrai que dans la bataille de la mondialisation, les hommes politiques français sont bien à l’abri dans un donjon… tant que nous continuerons à voter !

  • Bonjour,

    Je viens de lire votre article et les différentes réponses du berger aux bergères.
    Pour ce qui me concerne, peu importe chez qui le café est le plus riche en arabica, et je pense en effet qu’Air France a tout intérêt à s’aligner sur le modèle Easy-Jet si elle veut…mourir.

    Les raisons de ses difficultés sont sans doute nombreuses, vous en citez quelques unes dans le début de votre article, sans doute le regard à porter sur le low-cost est-il nécessaire, mais très franchement je pense, sans vouloir vous offenser, que les dirigeants d’Air-France ne nous ont pas attendu pour le faire… Nous trouverons toujours autour de nous des dizaines d’avis sur la manière de sauver, redresser, voire conduire sur le podium cette entreprise. Les réponses sont certainement, multiples, complexes, et je n’ai quant à moi pas la solution mais me permet juste ce petit rappel.

    Le positionnement d’AF est celui d’une compagnie aérienne haut de gamme au départ, elle en possède la flotte, les moyens logistiques, les équipes, la technologie…
    Relisez vos cours de marketing ou regardez simplement ce qui se passe autour de vous, Vuitton ne fait pas de discount (à aucun moment de sa chaine de valeurs), Primark si et il y a des clients pour chacune de ces entreprises.
    Il ne viendrait pas à l’idée de qui que ce soit d’aller suggérer à Apple, ou à LVMH, copie d’écran de factures à la clé, de vendre ses Mac book ou ses foulards, en s’alignant sur Dell ou Primark au risque de couler…

    • Air France est une société bas de gamme avec un service médiocre et est très mal classée concernant la sécurité aérienne.

  • L’exemple est bidon. Billet echangeable remboursable avec 2 baggage/pers. Pas les memes conditions sur easyjet. En considerant un ar (et non un aller simple) un voyage en famile sur af coute 800€ environ, contre 700 pour easy jet. La différence n’est donc pas si grande. Merci pour l’intox!

    • mais arrêtez de comparer AF à easyjet!!! même si le niveau des prestations est équivalent, dommage pour la grande!! C’est comme comparer H&M avec Dior. Sauf que là AF n’est pas vraiment Dior…lool
      le problème de AF c’est sa croyance de  » je fais tout bien et nous somme les meilleurs », avec un foulard d’AF sur les yeux. Le personnel est hors de contrôle et la Direction est dépassée (par la concurrence aussi :o) )
      maintenant je ne pourrai pas vous dire si cette dernière va tenir encore longtemps debout avec un personnel aussi verreux et mentalement déficient. mais je ne l’a pleurerais pas du tout, au contraire. Une autre viendra et aura apprit la leçon….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Quand on est un pilote d’Air France, une compagnie prestigieuse qui porte les couleurs de la République française et qui a fait voler le Concorde, on peut se croire insubmersible et penser que tout continuera comme avant et qu’in fine l’État sera toujours là pour faire face aux petits problèmes comptables d’équilibre d’un compte d’exploitation. C’est bien ce qui est en train de se passer à nouveau avec la crise sanitaire.

Air France : petit rappel historique

Fondée en 1933, Air France est née de la fusion de q... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

En 1957, alors que sévissait l’inflation, Guy Mollet, président du Conseil, prétendait l’éradiquer en bloquant les prix. La droite qui s’opposait à cette politique de gribouille fut alors qualifiée de « droite la plus bête du monde » par un chef du gouvernement manifestement ignorant des réalités économiques les plus élémentaires : on ne fait pas baisser la température (la hausse des coûts) en cassant le thermomètre (l’indice des prix).

Un scénario du même type se rejoue aujourd’hui. La CGT, la FSU et d’autres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles