Rail : la SNCF vacille sous la neige

Un train SNCF en gare de Saint Denis, sous la neige

On ne cesse de nous dire que la privatisation de la SNCF provoquerait une dégradation du réseau ferré. Et si c’était plutôt l’inverse ?

On ne cesse de nous dire que la privatisation de la SNCF provoquerait une dégradation du réseau ferré. Et si c’était plutôt l’inverse vu le service actuellement offert par la SNCF ?

Par Jean-Baptiste Noé.

Un train SNCF en gare de Saint Denis, sous la neige

Mardi 12 mars, d’importantes chutes de neige ont eu lieu en Île-de-France. On comprend que les transports routiers et ferroviaires aient été bloqués.

Mais dès le mercredi 13 les intempéries avaient cessé. Or, hier encore vendredi 15 mars, le réseau de train est encore fortement perturbé, aussi bien sur le RER A que sur les lignes se rendant à la gare Saint-Lazare. La SNCF explique qu’il faut remettre le réseau en état de fonctionner.

Certes. Mais comment des chutes de neige pendant un jour seulement peuvent elles à ce point bloquer le réseau ferré ? Que le blocage dure la semaine entière est assez incompréhensible.

Les clients de la Boucle de la SNCF ont été choqués par l’absence d’information, des trains annoncés qui ne partent pas, des trains bloqués à quai sans que le conducteur ne dise rien sur le départ imminent. Cette absence d’information n’est pas tolérable.

On ne cesse de nous dire que la privatisation de la SNCF provoquerait une dégradation du réseau ferré. Peut-être, mais la société nationalisée n’est aujourd’hui pas capable de faire fonctionner des trains correctement, ni d’entretenir son réseau.

À l’inverse, la qualité des services techniques de Montesson, qui ont permis le dégagement des grands axes routiers, est à souligner une nouvelle fois.

À lire aussi sur notre site :

Sur le web