Depardieu : le député socialiste Jérôme Lambert appelle à confisquer les biens de l’acteur

Les politiciens français accumulent les réactions inappropriées sur le départ de Gérard Depardieu. Dernier en date, Jérôme Lambert, député socialiste, estime qu’il faut confisquer les biens de l’acteur.

Les politiciens français accumulent les réactions inappropriées sur le départ de Gérard Depardieu. Dernier en date, Jérôme Lambert, député socialiste, estime qu’il faut confisquer les biens de l’acteur.

Par la rédaction de Contrepoints.

Le départ vers la Belgique de l’acteur Gérard Depardieu pour ne pas subir la folie taxatoire française continue à déclencher des réactions nombreuses chez les politiques, qui rivalisent généralement dans le manque d’intelligence. Si Jean-Marc Ayrault avait fait fort en qualifiant le comportement de l’acteur de « minable », ou Nicolas Dupont-Aignan gagné un point Godwin en comparant les exilés fiscaux aux collaborateurs de 1940, c’est un député socialiste qui remporte la palme aujourd’hui.

Révélateur de la panique généralisée qui règne en particulier dans le camp socialiste, Jérôme Lambert, député de la Charente, appelle ainsi, sur son mur Facebook, à « confisquer » les biens de l’acteur :

Pour l’exemple, je pense que nous devrions confisquer les biens de ce monsieur, lui qui mord la main de la patrie qui l’a nourri et fait prospérer. Ce ne serait que justice après un tel comportement honteux

Des propos, mentionnés par La Charente Libre, qui fleurent bon la TerreurLes réactions sur le mur de la page Facebook de l’élu local sont unanimes à condamner les propos de Jérôme Lambert, avec de nombreux appels à la démission (noms masqués).

Ou encore :

Yann Galut, un autre député socialiste, avait demandé qu’on retire leur nationalité aux réfugiés fiscaux qui quittent la France pour échapper à la folie taxatoire.

La panique ne semble donc pas se calmer face aux départs nombreux des Français cherchant à protéger leur patrimoine ou à exploiter leurs talents dans des pays qui ne les spolieront pas. Le budget 2013 prévoit encore et toujours une hausse de la dépense publique, et ne fait reposer les efforts que sur les contribuables. L’État français, obèse, continue à croître, à 57% du PIB. Quand, plutôt que de se réformer et de procéder aux nécessaires baisses de la dépense publique, l’État préfère stigmatiser le succès et confisquer jusqu’à 85% de ce que les créateurs, entrepreneurs, salariés peuvent gagner, la rébellion est plus qu’une possibilité, c’est un devoir. Ceux qui osent dénoncer avec leurs pieds la folie des décisions politiques prises en France méritent non la honte mais la reconnaissance.

La solution pour la France est simple et connue de tous : libérer les énergies créatrices en diminuant drastiquement le rôle de l’État et les prélèvements obligatoires. Jérôme Lambert, qui semble aimer les propos choquants, osera-t-il rappeler cette vérité si taboue en France ?

Lire aussi sur Contrepoints :