L’éolien va faire exploser nos factures d’électricité

David Cameron babille sur comment, dans les huit prochaines années, nous avons besoin de 100 milliards de livres sterling pour construire 30.000 éoliennes inutiles, non fiables et grotesquement subventionnées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pales d'éoliennes

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’éolien va faire exploser nos factures d’électricité

Publié le 26 octobre 2012
- A +

David Cameron nous explique comment, dans les huit prochaines années, nous avons besoin de 100 milliards de livres sterling pour construire 30.000 éoliennes inutiles, non fiables et grotesquement subventionnées.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

Pales d’éoliennes

Le journaliste Christopher Booker a été en Inde quelques semaines, même si, grâce au miracle moderne de Skype, nous avons réussi à rester en contact. Mais revenir et avoir à écrire un billet, avec le décalage horaire et compagnie allait être un problème pour lui. La débâcle de Cameron dans l’énergie a donc été un cadeau absolu.

S’attaquant dans son billet à la promesse du premier ministre de garder sous contrôle les prix de l’énergie, Christopher Booker nous explique que la raison pour laquelle les compagnies de gaz et d’électricité sont obligées de nous facturer toujours de plus en plus pour l’électricité repose dans les politiques irréelles de son propre gouvernement.

Comme le dit Christopher Booker, Cameron et son gouvernement babillent sur comment, dans les huit prochaines années, nous avons besoin de 100 milliards de livres sterling pour construire 30.000 éoliennes inutiles, non fiables et grotesquement subventionnées.

Et ils veulent voir encore plus de milliards investis dans des pylônes et des inter-connecteurs  pour transporter le courant des sites en mer, ou sur terre, isolés, où il est produit, vers les endroits où il est consommé.

Et ensuite, comme M. Davey [Edward, Secrétaire d’État, NdT] a fini par l’admettre, encore des milliards pour construire de nouvelles centrales électriques à turbines à gaz, non seulement pour remplir le manque créé par toutes les centrales nucléaires et au charbon qu’on va faire fermer, mais aussi pour fournir une capacité de secours de plus en plus cher, et émettrice de « carbone », pour les périodes où le vent souffle moins, et où les éoliennes fonctionnent à peine.

Et pour tout ça, c’est nous qui allons devoir payer à travers nos factures d’énergie, qui augmentent sans cesse. M. Cameron n’est-il pas au courant, par exemple, que le but avoué de la « taxe carbone » de M. Osborne [Chancelier de l’échiquier, ou ministre des finances, NdT], prévue pour avril prochain, (et qui, à elle toute seule, va multiplier par deux nos factures énergie), est de rendre les combustibles fossiles si coûteux que ses champs éoliens adorés pourraient avoir un jour l’air concurrentiels, bien que nous devions payer des subventions de 100% (pour celles sur terre) et de 200% (pour celles en mer), pour les piteuses quantités de courant qu’ils produisent ?

Les voilà, les raisons pour lesquelles nos fournisseurs d’énergie n’ont pas d’autre solution que de constamment augmenter nos factures, poussant des millions de ménages supplémentaires dans la misère énergétique.

Et on nous fait payer pour toutes ces fables au nom de faire face à la menace du réchauffement climatique, à un moment où même le Met Office admet timidement qu’il n’y a pas eu de réchauffement significatif de la planète depuis 15 ans, quand la banquise Antarctique a atteint son maximum absolu depuis qu’on la mesure, et quand les responsables des prévisions nous disent que l’Europe et les États-Unis pourraient être en route pour un quatrième hiver de grand gel consécutif.

Et cependant, ceux qui règnent sur nous sont si perdus dans leur bulle de fantasmes, que tout ce que M. Cameron peut nous offrir est une promesse de faire passer une loi qui va garder nos factures d’énergie basses.

Un telle folie, conclut Booker, l’a mis presqu’autant en colère que la constatation, quand pour un billet d’avion pour l’Inde coûtant 244 livres sterlings, il a du payer en sus 346 livres de taxes, dont la majorité destinée à sauver la planète du réchauffement climatique.

—-
Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • La plupart des industries ne prennent pas en compte la totalité des coûts relatifs à la production d’énergie électrique, qui se retrouvent être à la charge des états. Quoi qu’il arrive, qu’on le prenne par n’importe quel bout, qu’on choisisse telle ou telle stratégie, le prix de l’électricité va se recaler sur la réalité, sauf à inventer de nouveaux moyens de production.

  • c’est fou ça !!! nos gouvernants sont dans l’irréfléchi et ou le clientélisme …tous ces milliards pour rien ou pour pire à cause du couplage thermique, si j’ai bien compris . On a le sentiment que c’est la bêtise du siècle mais qu’on ne peut arrêter la machine !!! En plus ces machines sont monstrueuses ..j’espére qu’il n’en mettrons pas a côté de chez moi …en France …les Anglais je m’en fou un peu .

    • C’est à l’échelle européenne, nous ne pouvons pas les arrêter. Votre commentaire est parfaitement juste.

  • une question titille mes neurones lors de tornades ces éoliennes résistent -elles? par grands vents elles tournent au ralenti donc c’est pas forcément un moyen superproductif en économie si en plus il faut utiliser des systèmes d’appoint

    • Les récents événements au Japon ou à New York ont anéantis ou bloqués les centrales nucléaires. Toutes les éoliennes sont restées sur pieds et bcp ont continué à produire.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

De palinodies en atermoiements, un pouvoir comme jamais incompétent et ce qu’il reste du flamboyant opérateur historique d’autrefois n’en finissent pas de se demander comment et avec quels moyens reproduire avec succès un plan Messmer à échelle réduite.

La vérité est que, sans un spectaculaire ressaisissement de notre politique électro-énergétique, la fin de l’histoire du Dassault de l’électricité française menace bel et bien d’avoir sonné. Amputée voilà 24 ans de son organe de pilotage industriel en charge des maîtrises d’œuvre et d’o... Poursuivre la lecture

Un argument fréquemment présenté par les producteurs d’énergies intermittentes, c’est qu’il y a toujours du vent ou du soleil quelque part en Europe.

Le site de l’Institut Fraunhofer « Energy charts » présente en temps réel la production de tous les pays d’Europe, et le cumul pour l’Europe et l’Angleterre. (par semaine, mois ou année). Tout un chacun peut donc vérifier ce qu’il en est. Un rapide examen de l’année 2023 permet d’identifier des périodes (assez nombreuses, et parfois de plusieurs semaines en été) où le dit « foisonnement »... Poursuivre la lecture

Dans ce second volume de sa série sur La religion écologiste, Christian Gérondeau interroge la validité des affirmations du GIEC, dont découlent le catastrophisme ambiant au sujet de l’avenir de notre planète, et la désespérance d’une partie de la jeunesse.

Il s’alarme en particulier des conséquences graves sur la vie des plus pauvres.

 

Le mensonge de Glasgow

Dans une première partie, Christian Gérondeau commence par revenir sur la conférence de Glasgow, dite COP 26, qui marque un tournant majeur dans ce cycle de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles