Banquise Antarctique : record maximum absolu

Publié Par Anthony Watts, le dans Environnement

Sans aucun doute, il vous arrive constamment de lire les alarmes catastrophées de la presse et des médias sur la banquise Arctique qui, supposément, « disparait ». Mais comment se fait-il que vous ne lisez ni n’entendez jamais rien sur la banquise Antarctique ?

Par Anthony Watts, depuis la Californie.


Vu sur le blog « sunshine hours », il semble que l’Antarctique a battu un nouveau record. Il écrit :

Comme vous le savez, j’utilise les données de surface de la banquise antarctique de Cryosphere Today pour montrer les niveaux records de cette banquise.

Mais je viens de trouver un autre ensemble de données, l’étendue de la banquise de N.O.A.A. , l’administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis, ici (merci au commentateur HaroldW à Blackboard).

Et il se trouve que, le 265ème jour a battu le record de tous les temps, et ensuite, le 266ème jour (le 22 septembre 2012) a rebattu ce record.

N’y a-t-il personne pour s’étonner que N.O.A.A. ne fasse pas toute une histoire de ceci ?

Year Day of Year Ice Extent
2012 266 19.45418
2012 268 19.4478
2012 267 19.44631
2012 270 19.4433
2012 269 19.41601
2012 265 19.36135
2006 264 19.35934
2012 257 19.35567
2012 271 19.35207
2006 267 19.34999
2012 264 19.34204
2012 259 19.33522
2006 265 19.3289
2006 268 19.32669
2012 258 19.31503
  1. Record de banquise en Antarctique, c’est rare qu’on ait comme ça une bonne nouvelle.

    Les défenseurs autoproclamés du climat vont crier de joie et sabrer le champagne.
    Ah on me murmure que non, ils crient au scandale. Bizarre, vous avez dit bizarre…

  2. Heu… A part des chiffres, y a t-il une ou des explications scientifiques qui accompagnent ces études ? Surement, car autrement ça ne veut pas dire grand chose.

    1. Pas tout à fait exact : quand c’est une chute ponctuelle de l’étendue en Arctique, ça veut dire quelque chose / quand c’est un record maximum absolu en Antarctique, ça ne veut pas dire grand chose.

      Blague à part, c’est délicat à expliquer pour les tenants d’un réchauffement « planétaire », indubitablement. Nous attendons avec impatience leurs explications. Qui ne vont pas tarder. N’est-ce pas ?

      1. Tiens mon ptit Nick lis ça et suis les courbes avec ton doigt :

        http://www.les-crises.fr/meteo-banquise-arctique/

        Attention pour un dogmatique comme toi ça risque de heurter la ptite tête.

        « une chute ponctuelle de l’étendue en Arctique » #jeparlessanssavoir

        1. Ça baisse en été ! Ça monte en hiver ! ATROCE !

          http://www.natice.noaa.gov/ims/images/sea_ice_only.jpg

    2. Lamarse : « Heu… A part des chiffres, y a t-il une ou des explications scientifiques qui accompagnent ces études ? Surement, car autrement ça ne veut pas dire grand chose. »
      —————————
      Il ne s’agit pas d’études, mais de données, mesures, observations, de la réalité. Les données sont les données, elles n’ont besoin « d’explication scientifique » pour exister et pour vouloir dire que la banquise augmente. Insinuer le contraire démontre que vous êtes totalement ignorant de la démarche scientifique. Encore une victime consentante de l’EdNat.

      Par contre effectivement, on attend avec impatience une nième « explication scientifique » des réchauffistes de ces données, et notamment pourquoi ils ont une explication différente au Sud qu’au Nord pour un phénomène sensé être « global » et surtout pourquoi ils changent constamment d’explication.

      1. Comme toujours, les médias français ne parlent pas des « bonnes » nouvelles qui pourraient contrarier la « pensée unique » des partisans du réchauffement climatique…
        Sur ces médias, la messe est dite ! On n’a pas le droit de remettre en cause les fumeuses théories du GIEC, jamais un débat, jamais la contradiction…on est en pleine propagande !!!
        Tous ces « scientifiques » sont de mauvaise foi : pourquoi ne nous parlent-ils pas des nombreuses variations climatiques que nos pays ont connu dans les siècles derniers ?

        Par exemple, l’ OPTIMUM MÉDIÉVAL : le Groënland était habité de populations qui vivaient (bien) de l’élevage sur des vertes prairies !!!!
        D’où le nom « groën »…qui veut dire vert !

        Les Anglais cultivaient la vigne…!!!

        A Paris, on cueillait des fraises en janvier !!!

        Que je sache, nous n’avions pas d’industries et de voitures qui rejetaient du Co2…!!!

        Les scientifiques SÉRIEUX (et non dogmatiques) savent très bien que les causes des changements climatiques sont beaucoup plus naturelles : le principal responsable = le soleil !!!!!!!
        TOUS les changements climatiques observés correspondent à des variations de l’activité solaire…!

        Je vous invite à aller passer du temps sur le site : http://www.pensee-unique.fr

        Et nous nous laissons pas conditionner sur ce sujet, comme sur tant d’autres !!!!

        1. Si vous ne supportez plus cette omerta unanime des médias, faites connaitre le seul média d’opposition, qui révèle les deux côtés de l’affaire, j’ai nommé Contrepoints. Emailez, partagez, likez, retweetez, faites suivre. La parole, ils ne nous la donneront pas, c’est à nous de la prendre (ou alors, de nous taire).

          1. Ouais non peut être pas quand même, contrepoint c’est un peu le fdesouche du libéralisme, la haine du musulman est remplacé par la haine de l’Etat.
            Ya de bons billets sur contrepoints mais souvent c’est caricatural. Alias le mec qui nous sort l’Education nationale dans un sujet tel le réchauffement climatique. Chaud

          2. @olala

            « la haine de l’Etat »,
            dire que le gouvernement est trop trop trop trop gourmand, n’est pas de la haine. Plus de démocratie, c’est encore trop demandé!!

          3. @ Olalan : pouvez-vous nous montrer des exemples de passages haineux, qu’on en discute ?

          4. @Olalan Et libé, le nobs, le monde, etc, c’est le fdesouche du socialisme, la haine du musulman étant remplacée par la haine du riche, du capitaliste, de la réussite…

        2. « TOUS les changements climatiques observés correspondent à des variations de l’activité solaire…! »

          Et l’activité volcanique par exemple ? Ou même la tectonique ? Jusqu’à preuve du contraire, ce sont des processus indépendants de l’activité solaire. On en a pourtant des traces dans l’histoire géologique de la planète.

          Renseignez vous sur les cycles de Milankovitch, ce ne sera pas superflu !!

          1. @Lamarse

            Les cycles de Milankovitch confirment le raisonnement sur le fait que c’est l’insolation plus ou moins variable de la Terre par le soleil qui provoque les modifications climatiques !!!

            Donc, en plus des variations de l’activité solaire propre, MilanKovitch apporte une autre raison des variations de ensoleillement : la modification par des raisons astronomiques (donc naturelles) de la forme de l’ellipse que parcourt la Terre…etc.

            Nous sommes donc bien d’accord, que pour diverses raisons, c’est bien, in fine, le soleil (ses variations d’insolation) qui détermine les changements climatiques !!!

            L’Homme dans tout ça ne fait que subir…
            Le rendre responsable du réchauffement climatique, c’est lui donner une importance qu’il n’a pas !

            Par contre, pas question de nier l’impact négatif sur la Planète de la POLLUTION provoquée par l’Homme…

            Merci pour cette précision concernant les Cycles de Milankovitch !

        3. Les Danois l’ont appelé Terre Verte dans l’espoir de faire venir des colons avec un nom attractif

      2. Je n’insinue pas du tout le contraire, joli procès que vous me faites là (« homme de paille » revient régulièrement ici non ?).

        Je remarque juste qu’on a ici un fait [la banquise de l’Antarctique a battu un record] et que l’on passe directement à la conclusion [les « partisans » du réchauffement climatique ont tort]. Il serai plus juste d’expliquer l’origine de ce fait, les mécanismes qui entrent en jeu, etc… Autrement ça ne s’appelle pas de la science, surtout lorsqu’on s’intéresse à de l’événementiel comme ici.

        Pourquoi y a-t-il une explication différente au Sud et au Nord ? Tout simplement parce que les fonctionnements climatiques des pôles ne sont pas identiques… De la même manière, pour une même latitude, d’Est en Ouest, tout n’est pas homogène. On apprend cela en 1ère année de climatologie, géographie, géologie, etc.

        1. Lamarse : « Je n’insinue pas du tout le contraire, joli procès que vous me faites là (« homme de paille » revient régulièrement ici non ?). »
          ————————————-
          Bah si, vous insinuez que les chiffres de record de banquise en Antarctique « ne veulent pas dire grande chose » sans explication scientifique. Ce qui est parfaitement débile.
          Les chiffres sont les chiffres, quand un athlète bat un record de vitesse, vous faut-il une « explication scientifique » pour que ce record ait un sens ?

          —————————-
          Lamarse : « Je remarque juste qu’on a ici un fait [la banquise de l’Antarctique a battu un record] et que l’on passe directement à la conclusion [les « partisans » du réchauffement climatique ont tort].  »
          —————————-
          Personne ici n’a fait cette conclusion grotesque, à part vous. Ce qu’on dit, c’est que les réchauffistes ne retiennent que ce qui les arrangent et balayent sous le tapis les faits qui fichent en l’air leur propagande alarmiste. Ce qui n’a rien à voir avec ce que vous nous faites dire.

          —————————————-
          Lamarse : « Pourquoi y a-t-il une explication différente au Sud et au Nord ? Tout simplement parce que les fonctionnements climatiques des pôles ne sont pas identiques…  »
          —————————————-
          Ca vous n’en savez rien, vous sortez une explication a-postiori du chapeau, « explication » qui de toute façon est un truisme (le pôle Nord fonctionne différemment du pôle Sud, tu parles d’un scoop !) et qui n’explique en aucun cas pourquoi un réchauffement « global » entraînerait un… record de banquise.

          Si un record de banquise ne contredit pas le réchauffement global, alors dans quel état la banquise devrait être pour contredire le réchauffement global ??? Ha, encore une question de logique élémentaire qui dérange et que vous allez balayer sous le tapis.
          Pas étonnant que malgré des années de propagande, les réchauffistes arrivent à convaincre toujours de moins en moins de monde. Tu parles d’une bande de charlatan !

          1. « […] qui n’explique en aucun cas pourquoi un réchauffement « global » entraînerait un… record de banquise. »

            Un phénomène global n’a pas nécessairement un impact uniforme sur la totalité du système. Avez vous des notions de zonalité et de localité en climatologie ? Les réponses naturelles à un facteur varient parfois énormément en fonction de la géographie, du relief, etc…

            Les modèles climatiques et les études glaciologiques expliquent pourtant très bien l’augmentation de la surface couverte par la banquise. On a la chance d’avoir plusieurs équipes scientifiques là-bas, des observations régulières avec les satellites, etc…

            Pour résumer, l’Antarctique perd des milliards de tonnes de glace par an (cf les travaux d’Isabella Velicogna par exemple) et ses glaciers (installés sur un socle rocheux) glissent vers la mer de manière tout à fait naturelle. Cependant, ils ont tendance à accélérer (évidemment pas de manière uniforme sur tout le continent) ce qui entraine une plus grande extension de glace sur la mer. On peut ajouter à cela une évolution des courants marins qui, du fait de l’inertie de l’eau de mer et des mécanismes de « mixing », sont plus froids au voisinage de l’Antarctique et augmente de ce fait la persistance de la banquise.

            Je ne crois pas au réchauffement climatique, mais simplement au changement… On est à peine capable d’imaginer le climat futur à une échelle décennale, pourquoi s’y raccrocher ? Donc :

            « Si un record de banquise ne contredit pas le réchauffement global, alors dans quel état la banquise devrait être pour contredire le réchauffement global ?? »

            Je ne vois pas l’intérêt de cette question…

          2. Lamarse : « Un phénomène global n’a pas nécessairement un impact uniforme sur la totalité du système. Avez vous des notions de zonalité et de localité en climatologie ? »
            ———————————-
            Et… quel rapport avec la chouchroute ?

            —————————————-
            Lamarse : « Les modèles climatiques et les études glaciologiques expliquent pourtant très bien l’augmentation de la surface couverte par la banquise. »
            —————————————-
            Les modèles climatiques n’expliquent rien de tel, cessez de mentir effrontément. Preuve que vous mentez, vous n’en citez aucun, vous vous contentez de brasser du vent.
            D’ailleurs, s’ils expliquaient « très bien » la hausse de surface de la banquise, pourquoi il faut « des » modèles et non un modèle ? Imaginez qu’on parle « des » modèles de la gravitation et non DU modèle de la gravitation, ça frise le comique mais visiblement, le ridicule et le grotesque ne vous effraient pas.

            ————————–
            Lamarse : « Pour résumer, l’Antarctique perd des milliards de tonnes de glace par an (cf les travaux d’Isabella Velicogna par exemple) et ses glaciers (installés sur un socle rocheux) glissent vers la mer de manière tout à fait naturelle. »
            ——————————–
            Ils glissent vers la mer de manière naturelle et ils fondent de manière naturelle avec le réchauffement climatique. Bref, explication sortie du chapeau => poubelle. Quant au bilan de glace de l’Antarctique, personne n’en sait fichtrement rien vu qu’il est estimé à partir… de modèles. On peut tout aussi trouver des études qui montrent qu’elle en perd qu’elle en gagne et un gain est bien plus probable vu que le continent se refroidit, cf par ex. les dernières mesures satellites présentées en sept 2012 par Zwally de la Nasa : http://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/casi.ntrs.nasa.gov/20120013495_2012013235.pdf
            Mais ça évidemment, vous n’en parlez pas parce que ça fiche en l’air votre belle propagande.

            En résumé, l’Antarctique a gagné de la glace, donc toute votre théorie à deux balles pour « expliquer » la hausse de la surface de banquise, poubelle. Faudrait peut-être penser à en informer vos co-religionnaires, histoire qu’ils réfléchissent à de nouvelles fables.

            —————————————–
            Lamarse : « Je ne crois pas au réchauffement climatique, mais simplement au changement…  »
            —————————————–
            Croire au changement climatique, ah oui, c’est super original. Encore un effort et vous allez croire au changement des saisons.

            —————————————–
            Lamarse : « Je ne vois pas l’intérêt de cette question… »
            —————————————–
            Alors je repose la question : si un record de banquise ne contredit pas le changement climatique global, alors dans quel état la banquise devrait être pour contredire le changement climatique global. »

        2. Quel passage dit « les partisans du réchauffement climatique ont tort » ? Merci de nous le montrer.

        3. @Lamarse

          Pour avoir des convictions et non pas des interrogations sur ce fameux réchauffement climatique, ce ne sont pas des études de climatologie qu’il faut avoir fait mais, assurément, avoir lu toute la bibliographie libérale 😉

    3. Recrachage entendu il y a looooongtemps d’un climatologue :
      Plus il fait chaud, plus l’atmosphère peut contenir de l’eau.
      Plus il fait chaud, plus l’eau sévapore des océans (voir 1)
      Plus il y a d’eau dans l’atmosphère plus la formation de nuages est facile (voir expérience CLOUD largement relatée ici)
      Plus il y a de nuages dans l’atmosphère, plus il pleuvera et neigera (cas qui nous occupe ici) et moi il fait chaud (albedo).

      L’échelle de temps pour l’atmosphère est le siècle. Pas les 4 ou 5 années d’une élection (en fonction du pays).

      J’espère être dans le juste et avoir répondu à votre interrogation.

      1. Hélas vous êtes dans le faux.
        Voilà un magnifique raisonnement « + d’humidité -> + de nuages et pluie » parfaitement calqué sur le fameux enchainement
        « plus de gruyère = plus de trous ; plus de trous = moins de gruyère ; donc plus de gruyère = moins de gruyère »
        sérieusement : dire que l’atmosphère peut contenir plus d’eau quand il fait plus chaud signifie juste que le « point de rosée » se produit à une température plus élevée, ce qui ne change rien à la formation des nuages. L’atmosphère contient plus d’eau, et c’est tout. Ça fera peut-être plus de nuages, ou peut-être moins : tout dépendra de … plein d’autres trucs pas bien élucidés.

        Et votre histoire de « Plus il fait chaud, plus l’eau s’évapore des océans (voir 1) », c’est tout aussi approximatif. A la base c’est une confusion entre chaleur et température. Or ce n’est pas la température qui fait s’évaporer l’eau, c’est la chaleur apportée par le soleil, qui parallèlement fait aussi monter la température. Et il est bien clair qu’une température plus élevée ne fait pas automatiquement augmenter la quantité d’énergie solaire disponible pour l’évaporation.
        Si la température impacte l’évaporation, ça ne peut être qu’indirect, via le vent, les nuages etc., et il est impossible a priori d’affirmer que l’effet sera (+ chaud -> + d’évaporation) ou négatif (+ chaud -> moins d’évaporation). En fait, on entend souvent les réchauffistes déclarer qu’une température plus élevée rendra plus sec ce qui est déjà sec et plus humide ce qui est déjà humide, donc que tantôt l’effet sera négatif, tantôt il sera positif ; mais toujours pour le pire, évidemment…

        Contrairement à ce qu’on peut imaginer en voyant toute cette étendue de glace, l’Antarctique fait une des partie les plus sèches du monde ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Climat_de_l%27Antarctique#Pr.C3.A9cipitation ) ; ceci parce que le vent y souffle de l’intérieur vers les côtes, un air de haute altitude, débarrassé de son humidité par son ascension, qui est redescendu sur le pôle à cause du froid. Et il se passe la même chose sur l’arctique, la seule différence c’est que l’océan apporte de la chaleur (alors que l’antarctique n’a que le soleil direct comme source de chaleur, ce qui est peu même en été)…

      2. @grain2sel

        Et plus il y a de neige (fraîche) sur la banquise plus elle réfléchit le rayonnement du soleil, et plus elle croît.

  3. Capture page écran google:
    Arctique
    http://imgur.com/delete/XIN650WU4xDPU7e

    Antarctique
    A part une référence à cet article, rien..
    http://i.imgur.com/ISTVZ.png

  4. @ Lam arse : que la calotte glacière continentale antarctique diminue, c’est très contestable. Et contesté. (C’est agaçant cette habitude de faire passer pour fait établi quelque chose qui ne l’est pas, j’avoue).

    http://wattsupwiththat.com/2012/09/10/icesat-data-shows-mass-gains-of-the-antarctic-ice-sheet-exceed-losses/

    1. L’explication de Lamarse est très intéressante : vous mettez quelques glaçons dans un verre d’eau froide et hop toute l’eau du verre se transforme en glaçon !
      La seule explication de ce(s) record(s) c’est évidement que l’océan Austral se refroidit ce qui contredit tous les modèles basés sur l’effet supposé du gaz satanique devant conduire a un océan plus chaud depuis 30 ans…

  5. Dommage, que sur un site où l’on trouve un authentique désir de vérité, le réchauffement global soit ainsi, souvent hystériquement, nié.

    Pourtant, il existe, est d’origine anthropique, très rapide, et portera son lots de conséquences, lesquelles sont déjà mesurables voire visibles un peu partout (glaciers, grande barrière de corail, etc.)

    Les faits sont vraiment têtus, ils se moquent de nos dénégations. Le libéralisme, auquel je souscris, n’y changera rien.

    Les idées libérales méritent mieux que cet aveuglement en leur nom.

    1. Sauf que cela fait maintenant plus de 20 ans qu’on nous dit qu’on va voir ce qu’on va voir et on ne voit rien, on voit même des preuves du contraire.
      Cela fait aussi 40 ans qu’on est dans le discours du réchauffement, alors qu’avant, c’était le refroidissement, et avant, le réchauffement (one more time with feelings).

      Non seulement les faits se moquent des écolos, mais les écolos entre eux aussi.
      Le réchauffement est très très exagéré, n’est pas anthropique, et n’apportera aucune conséquence notable.

      Plus à propos avec l’article au-dessus : où est l’erreur factuelle ?

    2. Personne n’a nié et encore moins « hystériquement » qu’il puisse y avoir un réchauffement global, bref, vous êtes obligé de caricaturer la position des autres pour les critiquer, preuve que vos arguments, typiques de ceux du réchauffiste de base, sont nuls.

      Quant à « vos faits », vous n’en avez apporté aucun, vous vous contentez de répéter de vagues fatuités.

    3. « souvent hystériquement, nié. »

      Celle-là est amusante quand on mange du catastrophisme avec des vrais milliards de mort et des fin du monde à tout les coins de rue et depuis des décennies.

      Pluie acide, trou de la couche d’ozone, refroidissement, famine, réchauffement ils se pressent au portillons par dizaine, par centaine les prêcheur de l’apocalypse et ce sentiment millénaire n’épargne pas non plus les scientifiques.

      Au milieu de cette hystérie justement les Libéraux ce contentent de dire… bof ! Aucune preuves, pas mieux que Tertullien de Carthage qui déclarait voici 2000 ans « «Notre population est si énorme que la Terre peut difficilement nous soutenir» »

      Évidemment quand on n’a aucun recul historique ni culture scientifique critique, c’est la panique.

      ———————————–
      « La croissance démographique dépassera inévitablement et complètement toutes les maigres augmentations que nous pouvons réaliser en matière de ressources alimentaires[…] Entre 1980 et 1989 quelque 4 milliards d’individus, dont 65 millions d’Américains, périraient dans « la grande hécatombe »
      Paul Ehrlich – 19 avril 1970

      « Cela fait une vingtaine d’années que la planète est en train de se refroidir considérablement. Si la tendance actuelle se poursuit, la température moyenne du globe aura perdu quelque 4 degrés en 1990, et 11 en 2000. C’est environ deux fois plus qu’il n’en faudrait pour nous faire entrer dans une ère glaciaire. »
      Kenneth Watt – Janvier 1970

    4. Le record de la banquise antarctique n’étant, lui, naturellement, pas un fait. Ni l’absence de réchauffement depuis 14 ans. Ni l’ilôt de chaleur urbaine. Ni l’optimum médiéval. Ni les résultats de l’expérience CLOUD du CERN. … Finalement, plus on décortique toute cette affaire, plus on se rend compte que le seul vrai fait (estampillé incorruptibles officiels de l’ONU), c’est YAD061.

    5. Le problème ce que « les faits » sont trop rares pour qu’on puisse statistiquement sortir quoi que ce soit d’autre que « grosso modo ça il fait en moyenne (sur les rares points où il y a des mesures) plus chaud depuis ’75 ». Avec déjà des doutes vu 1° le manque de points de mesure, leur répartition très peu homogène et 2° l’erreur de mesure plus grande que la variation observée et 3° la moyenne pour une température observée ça ne veut rien dire (thermodynamique de base).

      Donc la réalité c’est:
      – Il y a observation imcomplète d’une phénomène, incertain (changement de température moyenne).
      – Ce qui ne contredit rien de ce qu’on a toujours su sur le climat (il change tout le temps, mais on ne sait pas trop bien comment ni dans quelles proportions).
      – Comme on ne sait pas on construit des modèles (complexes, hein, vu le manque de simplicité du phénomène) avec plein plein de paramètres d’ajustement.
      – On fait tourner ça avec des conditions initiales différentes et, oh surprise pour un système de type chaotique, on a plein de résultats très différents.
      – On choisit les couples paramètres-résultats qui vont bien pour faire peur et avoir plus de pognon de la part de ceux qui en ont vraiment beaucoup (les politiciens), et on monte des tentatives de théories pour justifier ça.
      – Problème de fond, on monte des théories autour de résultats de modèles qui dépendent au mieux des théories en question, et au pire d’un joyeux bidouillage (gros gros data mining).
      – On monte ça en sauce avec une déontologie et un sens éthique à faire pâlir un copy-cat serial-killer (cf les 2 climategate), avec distorsion du processus de révision et sélections de journaux académiques.

      In fine on est très très très loin des faits (qui, le peu que l’on ait, tout du moins, montre qu’on s’est engagé après une période de réchauffement ni très forte, ni très longue, dans une période de stabilité/refroidissement. Même le GIEC l’avoue) et tout à fait dans la manipulation d’opinion. Avec comme objectif avoué de brider l’activité « anarchique du capitalisme qui détruit la planète », de mettre en place des régulations et lois au niveau global, sans contrôle du peuple (qui n’y comprend rien). Ceci permettant de cacher le fait que la pollution objectivement présente est en constante baisse dans le monde « capitalisto-occidental », et atteint des niveaux qui feraient rêver les habitants de notre pays depuis au moins le XII° siècle.

      Bref, l’aveuglement n’est pas où on le croit trop vite.

  6. Bin cela s’appelle la « bascule polaire »…

    A LIRE>>>

    http://www.pensee-unique.fr/oceans.html#polar

  7. Mais non, vous n’y êtes pas ! La véritable raison, c’est qu’avant il n’y avait qu’un ou deux milliards d’individus qui pétaient. Maintenant il y en a près de 7 milliards qui pètent. Ça fait un sacré paquet de H2S et CH4 en plus, ça !!

  8. Cet article aura au moins l’avantage de faire sourire ^^ ! En effet on a remarqué la même chose pour certains glaciers alpins en France dans les années 1990 dont le front progressait vers les fonds de vallées! « Victoire » doit-on se dire, « le réchauffement global, c’est de la farce », « on nous ment!!! ». Eh bien non. Une surface record ne veut rien dire si l’on ne prend pas en compte l’énorme perte de volume de glace depuis toutes ces années… Mais c’est facile d’oublier de le dire et laisser penser que l’antarctique ne subit aucun changement depuis des années (voir http://www.skepticalscience.com/images/Antarctica_Ice_Mass.gif ). Finalement dire « on nous ment, sur le réchauffement climatique », c’est très bien. Mais faire pareil dans l’autre sens dissipe vite le mal-entendu et ne montre qu’une chose : vous n’avez aucune connaissance sur le sujet, et vous n’avez pas la moindre crédibilité…

    Cordialement.

  9. Comment est-t-il possible d’oser publier un tel « article » ? La désinformation est décidemment plus que jamais en marche…

    La machinerie climatique est bien plus complexe qu’une affirmation comme : « Si il y a réchauffement global, « ça fond partout » ! » si la glace antarctique se développe beaucoup plus que celle de l’Arctique, cela est normal ; le continent est isolé et entouré par tous les océans mondiaux. La courantologie, en particulier n’est pas du tout la même que celle de l’Arctique (courants circumpolaires…) ; les vents catabatiques sont également bien plus puissants en Antarctique qu’en Arctique…
    Avant de publier de telles âneries et de fustiger les vrais scientifiques du GIEC, apprenez d’abord les principes de l’océanographie et la climatologie.
    Des données sans interprétations ne servent à rien. Les données publiées ici ne servent à rien et ne prouvent rien.

    1. C’est ça votre réponse?
      Oui, mais non, c’est plus compliqué et du coup vous avez tord quand même.
      C’est même pas le début d’un argument… Si vous savez de quoi vous parlez informez nous, sinon et bien ne publiez pas ici!

Les commentaires sont fermés.