Des chemins de fer privés: menace pour la sécurité?

Les trains anglais déraillent. C’est l’argument massue avancé par tous les adversaires de la privatisation de la SNCF

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des chemins de fer privés: menace pour la sécurité?

Publié le 27 novembre 2011
- A +

Comme pour les télécommunications ou la poste, les chemins de fer ne sont pas des services publics, mais bien des activités marchandes. Pourquoi vouloir les faire fonctionner avec l’argent du contribuable ?

Un article de l’aleps

Les trains anglais déraillent

C’est l’argument massue avancé par tous les adversaires de la privatisation de la SNCF, syndicats en tête. « Privatiser, c’est chercher la rentabilité. Or, la rentabilité s’obtient en sacrifiant la sécurité » disent-ils. Ce brillant raisonnement devrait s’appliquer aux constructeurs de voitures et d’avions, aux boulangers, aux maçons, etc. Cet argument indigent est de plus mensonger. Il y a eu des accidents en Angleterre après 1993, date de la privatisation, parce que la British Rail nationalisée avait un parc roulant vétuste et des rails et signaux en piteux état. Il a été démontré depuis lors que les accidents survenus sur les lignes de la SNCF étaient tout aussi nombreux et graves, supérieurs à ceux que l’on observe dans les autres pays qui ont privatisé les transports ferroviaires : Suède, Allemagne, Pays Bas et Belgique.

L’ouverture à la concurrence

Comme pour les télécommunications, ou la poste, ou l’énergie, les chemins de fer ne sont pas des services publics, mais bien des activités marchandes puisque les clients sont repérables, et peuvent payer un prix. Pourquoi les faire fonctionner avec l’argent du contribuable ?

Ce soi-disant service public est bien « à la française » : il bénéficie d’un monopole protégé par la loi, en infraction depuis vingt ans par rapport à la législation européenne (directive 91/440 instaurant l’ouverture à la concurrence). Cette année encore Bruxelles a enjoint sévèrement Paris à respecter ses engagements.

Sans doute la France a-t-elle consenti, comme le veut la directive, à séparer la gestion des voies et installations (confiée à Réseau Ferré de France – RFF) et le transport de fret et des voyageurs assuré par la SNCF. Mais elle a refusé de donner à la SNCF un statut de société commerciale et la SNCF est toujours à ce jour une administration (EPIC, établissement public industriel et commerciale). Enfin la France devrait accepter de faire circuler sur ses lignes des trains étrangers, de marchandises (ce qui s’est fait avec un décalage de 10 ans par rapport aux autres pays, et avec beaucoup d’obstacles) et de voyageurs (ce qui se fait théoriquement depuis décembre 2009, mais sans réelle portée pratique). Pourtant quel mal y a-t-il à faire rouler des trains italiens sur des voies ferrées françaises ? Trenitalia paie la location des rails et propose pour le mois prochain un Paris Milan Venise.

SNCF : pourrait mieux faire !

Les réticences et les retards accumulés par les autorités françaises n’ont pas pour origine la défense des consommateurs. Depuis plusieurs mois, prendre le train est devenu une aventure : insécurité dans la région Côte d’Azur, rupture de matériel par manque d’entretien, désorganisation qui vaut à des voyageurs de mettre 26 heures pour aller de Strasbourg à Port-Bou. La SNCF fait peu de cas des besoins de ses clients, comme en témoigne la révision à fin décembre 2011 de 93 % des horaires de RER et de 100 % des TGV au prétexte de « cadencement ». Les grèves incessantes et sauvages font le charme des déplacements.

Les dirigeants actuels de la SNCF le reconnaissent : un peu plus de concurrence permettrait de faire évoluer la SNCF dans la bonne direction.

La privatisation remet le train sur les rails

La privatisation ne signifie pas la disparition du transport ferroviaire. Tout au contraire le nombre de voyageurs transportés et le tonnage de fret ont augmenté de près de 20 % dans les pays voisins où la privatisation et la concurrence ont été mises en œuvre. En Angleterre et en Allemagne plusieurs compagnies de trains se sont créées, y compris des compagnies « low cost ». Mais, évidemment, les effectifs ont diminué, et la productivité a augmenté parce qu’au lieu de l’utiliser pour donner des salaires et des avantages sociaux (comme la retraite) aux cheminots, l’argent a été investi dans des équipements mieux adaptés qui permettent de lutter contre la concurrence et de l’avion et de la route. Les performances réalisées par les compagnies privées permettront peut-être d’offrir à tous les Européens un moyen de transport que jusqu’à présent on jugeait non rentable, et qui en réalité peut apporter une solution économique et écologique à l’encombrement de la route et de l’air.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • 413 accidents en France, contre 107 en Angleterre, 80 tués contre 57 : la SNCF surpasse British Railways. L’argument suivant lequel la privatisation fait dérailler les trains ne tient visiblement plus.

    http://www.irefeurope.org/content/accidents-de-train-la-sncf-fait-mieux-que-les-anglais

  • Heu… transports ferroviaires privatisés en Belgique ??? La SNCB n’appartient plus à l’Etat !!?? Oups, depuis quand ??

    Suis belge et si c’était le cas, ça se saurait ! Car le rail belge est une atroce souffrance pour ses usagés !

  • Impressionnant cet article, à titre d’info les chemins de fer allemand sont constitués d’un conglomérat étatique regroupant gestionnaire infrastructure et exploitant, la SNCB est bien entendu étatique ainsi que la Nederlandse Spoorwegen… De plus, depuis la privatisation du fret en France le volume transporté a diminué de….70%, au profit de la route.

  • En france, le chemin de fer est surtout un dogme auquel chacun doit se plier sous peine de passer pour un méchant étrangleur de chatons. Et d’accepter les subventions toujours plus grande que l’état y apporte, alors que nous apprenons de plus en plus à nous passer de ce mode de transport?

    Je suis persuadé que dans BEAUCOUP de cas, des lignes de bus privées feraient aussi bien, voire mieux. Notamment pour les dessertes « interdépartementales » et « régionales ».

    D’ailleurs, les jeunes l’ont bien compris, ils utilisent de plus en plus le covoiturage, qui n’est pas nécessairement le mode de transport le plus « fiable » ni le plus confortable. Mais il répond à leur besoin. Et il a l’avantage de la flexibilité.

    Par contre, le TGV, répond de moins en moins aux besoins des gens. C’est un mode de transport horriblement peu flexible ni bon marché.

    Il n’y reste principalement que les cadres dont le voyage est payé par la boite.

    Privée ou pas, je ne crois pas que le train soit un mode particulièrement bien adapté à un territoire comme la france.
    Je pense que si l’on privatisait la SNCF, elle coulerai comme une brique dans l’eau. « Avantages sociaux » ou pas « avantages sociaux ».

    Par contre, le train peut etre toujours rentable pour les dessertes européennes ou les dessertes courtes à forte rotation comme en région parisienne. Mais pour ce dernier cas, il ne serait pas plus viable de mettre des armées de bus sur des voies réservées????

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

 

Comme nous l’avons déjà exposé, les politiques publiques actives de l’emploi (assurance-chômage non comprise donc) ne brillent pas par leur efficacité. Une situation que la crise sanitaire n’a pas substantiellement modifiée, même si les dispositifs spéciaux mis en œuvre se doivent d’être étudiés à part.

Il s’agit surtout de savoir si des conséquences pérennes pourraient s’observer sur le marché du travail et d’examiner l’impact des politiques publiques anciennes et no... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles