17 grandes plateformes en ligne dans le collimateur de la Commission européenne

Twitter pourrait être contraint de quitter le marché européen à la suite de l’application du règlement DSA.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

17 grandes plateformes en ligne dans le collimateur de la Commission européenne

Publié le 12 mai 2023
- A +

Mardi 25 avril, la Commission européenne a adopté les premières décisions de désignation au titre du nouveau règlement européen sur les services numériques ou règlement « DSA » pour Digital Services Act, désignant ainsi 17 très grandes plateformes en ligne et deux très grands moteurs de recherche qui disposent désormais de quatre mois pour se conformer aux obligations établies par le règlement.

On en a beaucoup entendu parler, le règlement DSA complète et modifie sur certains aspects la fameuse directive européenne dite « e-commerce » de juin 2000, devenue obsolète sur de nombreux points, compte tenu de l’évolution technologique et de la place prise par les nouveaux services de la société de l’information et des services dits « intermédiaires » dans le quotidien des consommateurs et dans l’économie de manière générale.

 

Ce qui est illégal hors ligne est illégal en ligne

Avec le règlement DMA (pour Digital Market Acts), et les récentes initiatives législatives européennes en matière de cybersécurité, le Digital Services Act traduit la volonté de l’Union européenne de se saisir et de réguler les aspects de l’environnement numérique qui échappaient jusqu’à présent à toute réglementation, s’agissant, à la fois de la protection de l’internaute « consommateur », et de la dimension économique et concurrentielle de ce secteur.

Au sein du marché européen, le règlement DSA entend plus précisément lutter contre les contenus illicites, la vente de produits illégaux, la désinformation et les pratiques frauduleuses, en harmonisant les règles applicables aux services dits « intermédiaires » et à leurs fournisseurs : entendre, par là, les services dédiés dans la transmission d’informations fournies par un utilisateur, la fourniture d’accès à un réseau de communication (dont les réseaux sociaux font partie) ou de mise en relation des utilisateurs (plateformes en ligne telles que Le Bon Coin, Vinted, AirBnb…), les services de « mise en cache », les services d’hébergement et de stockage et plus généralement encore, tous les services fournis normalement contre rémunération, à distance par voie électronique dès lors qu’ils sont proposés à des destinataires situés dans l’Union européenne, et ce quel que soit le lieu d’établissement du fournisseur.

L’objectif global consiste alors à garantir un environnement en ligne plus sûr, dans lequel les droits consacrés par la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne puissent être protégés, mais capable néanmoins de faciliter l’innovation.

Pour les Institutions de l’Union – au centre desquelles, la Commission européenne –, il s’agit de retranscrire et d’appliquer le principe selon lequel : « ce qui est illégal hors ligne est illégal en ligne ».

Applicable à compter du 17 février 2024, le règlement DSA s’applique déjà néanmoins pour certaines de ses dispositions qui concernent les très grands moteurs de recherche et plateformes en ligne qui comptent plus de 45 millions d’utilisateurs dans l’UE.

Conformément aux termes de l’article 33§4 du règlement, ce mardi 25 avril, la Commission européenne a adopté ses premières décisions de désignation des très grandes plateformes en ligne et des très grands moteurs de recherche dont le nombre mensuel moyen de destinataires actifs du service dans l’Union européenne est égal ou supérieur à 45 millions.

Sont ainsi désignées comme « très grandes plateformes en ligne » : Alibaba, Aliexpress, Amazon Store, Apple AppStore, Booking.com, Facebook, Google Play, Google Maps, Google Shopping, Instagram, LinkedIn, Pinterest, Snapchat, TikTok, Twitter, Wiipedia, Youtube, Zalando. Quant à eux, les « très grands moteurs de recherche » désignés sont Bing et Google Search. Conformément aux termes du règlement, l’ensemble de ces plateformes et moteurs de recherche désignés dispose désormais de 4 mois, à compter de la date de la désignation, pour se conformer pleinement aux obligations particulières que leur impose cette nouvelle législation.

Concrètement, ils ont donc jusqu’au 25 août pour adapter leurs systèmes, leurs ressources et processus de mise en conformité, mettre sur pied un système indépendant de contrôle de la conformité, et surtout, effectuer leur première évaluation annuelle des risques et l’avoir communiquée à la Commission (article 34 du règlement). Parmi les obligations qui pèsent désormais sur eux, trois grandes « familles » se dégagent :

 

Les obligations liées à la transparence

Les entreprises concernées devront notamment répondre sans délai aux injonctions des autorités nationales compétentes à fournir des informations concernant des destinataires spécifiques de leurs services. Il faudra donc qu’elles aient identifié un point de contact unique pour communiquer avec les autorités nationales et européennes désignées.

Les entreprises devront également assurer la clarté de leurs conditions générales en ligne et inclure impérativement des renseignements précis sur les politiques, procédures, mesures et outils utilisés à des fins de modération, y compris – et c’est innovant – s’agissant des prises de décisions issues d’un algorithme.

Une fois par mois, elles auront également la tâche de produire un rapport de « transparence » placé à la disposition du public et concernant les éventuelles actions de modération des contenus auxquelles elles se sont livrées.

 

Les obligations liées à la lutte contre les contenus et les pratiques illicites

Les entreprises concernées devront mettre en place un mécanisme spécifique de notification pour permettre aux destinataires de leurs services de signaler la présence d’éléments ou d’informations considérés comme du contenu illicite.

En outre, elles seront désormais tenues par une obligation de diligence pour la notification des infractions pénales : lorsque le fournisseur a connaissance d’information(s) conduisant à soupçonner qu’une infraction pénale présentant une menace pour la vie ou la sécurité d’une ou plusieurs personnes est commise où est susceptible d’être commise, il devra en informer « promptement » les autorités judiciaires ou répressives de l’État membre concerné. Cette obligation renvoie, parmi d’autres exemples nombreux, aux cas de harcèlements en ligne.

Par ailleurs, les fournisseurs auront également pour obligation de suspendre la fourniture de leurs services aux destinataires qui fournissent fréquemment des contenus manifestement illicites.

 

Les obligations liées à la protection de l’internaute « consommateur »

Le règlement dispose en outre que les fournisseurs de plateformes en ligne ne puissent plus, ni concevoir, ni organiser, ni exploiter leurs interfaces en ligne de façon à tromper ou à manipuler les destinataires de leurs services, ou – et c’est une approche pour le moins élargie – « de toute autre façon propre à altérer ou à entraver substantiellement la capacité des destinataires de leur service à prendre des décisions libres et éclairées ».

De nouveaux garde-fous entoureront également la publicité sur les plateformes en ligne, dans le but d’améliorer l’information des internautes : ces derniers devront notamment pouvoir se rendre compte que les informations concernées consistent en de la publicité, y compris, si nécessaire, par le biais de marquages bien visibles. Il s’agit par ce biais d’écarter les « pièges à utilisateurs ».

Commissaire au marché intérieur, Thierry Breton a révélé au média EURACTIV qu’il ne s’agissait que de la première série de plateformes à être désignées, la Commission enquêtant encore sur plusieurs autres plateformes pour lesquelles une décision finale devrait être prise dans les semaines à venir.

Et, lors de la conférence de presse, monsieur Breton a également confirmé que Twitter faisait partie des plateformes particulièrement surveillées par la Commission européenne.

Pour certains observateurs, la plateforme Twitter ne serait ainsi pas en mesure de se conformer à la nouvelle réglementation européenne, n’excluant plus, de ce fait, sa sortie prochaine du marché européen.

Au centre des inquiétudes, la nouvelle direction prise par la plateforme récemment rachetée par Elon Musk, pour laquelle la conformité réglementaire ne serait pas la priorité.

La question de sa sortie du marché européen pourrait ainsi se poser plus tard dans l’année, lorsque Twitter sera contraint, au même titre que les plateformes et moteurs de recherche désignés, de publier sa première évaluation des risques.

Les très grandes plateformes en ligne et les très grands moteurs de recherche n’échappent donc pas à ces nouvelles règles et ont, au contraire, une place à part au sein du règlement DSA dont l’application sera dument contrôlée par la Commission Européenne.

Serions-nous à l’aube d’un nouveau tournant pour la régulation du numérique ? C’est en tout cas ce qu’annoncent fermement Margrethe Vestager, Commissaire européen à la concurrence, et Thierry Breton, commissaire au marché intérieur.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Transparence » et « protection du consommateur »

    Venant de la commission européenne, et du parlement corrompu c’est franchement comique.

    Vladimir Bukovski avait finalement raison sur tout la ligne: l’UE n’est finalement qu’une nouvelle itération de l’URSS.

    Vivement le Great Firewal europen, l’interdiction des VPN et de toute communication cryptée…. pour votre sécurité et votre protection, bien entendu.

  • Par bonheur aucune plateforme numérique européenne n’est visée par la présente directive.
    Notre espoir économique résiderait dans notre capacité à réglementer l’activité des entreprises non européennes parce que nous n’avons pas, ou plutôt nous ne sommes pas autorisés, à innover.
    Une Union européenne qui s’éteint malgré son désir d’électrification à marche forcée par ailleurs etc.

  • Depuis que Macron s’est discrédité pour le poste, Thierry Breton ne se verrait-il pas succéder à Ursula ?

    • Thierry Breton est bien ce gars qui a réussi à mettre à mal la société Atos par sa brillante gestion du numérique. Au poste qu’il occupe il est passé au stade supérieur avec un CV calamiteux mais il doit avoir des amis… On peut donc en conclure qu’il est taillé pour le poste et sa directive d’empêchement. Mais pourquoi n’irait -il pas faire un stage en IA dans une entreprise américaine, il pourrait apprendre des trucs…

  • l
    Les « pièges à utilisateurs ». Mais qui va décider lesquels le sont? Déjà aujourd’hui, nous sommes bombardés de publicités pour tel ou tel produit, telle ou telle façon de vivre, de conseils pour marcher, aller à vélo, faire du co-voiturage, ne pas remplir sa piscine quand on en a une, préférer la marche à pied à l’avion, le vélo à la voiture, trier ses déchets dans les les différents récipients ciblés, ne pas manger trop de sel, de sucre, de viande, de boire de l’eau du robinet, de l’alcool, de fumer des cigarettes (pour la drogue, pas de consignes). La liste est tellement longue que j’ai dû oublier quelques autres injonctions. Veuillez m’en excuser mais je dois dire que cette surveillance sournoise me met en colère car c’est prendre les gens pour de véritables crétins ou des enfants.

    • Mais nous sommes déjà surveillés, en plus de toutes ces injonctions de faire ou ne pas faire, puisque les services fiscaux européens ont accès à chacun de nos comptes en banque et peuvent surveiller les transactions. La surveillance accrue des réseaux et leur surveillance continue ne sont que l’ étape suivante. Ensuite les CB DCs et le tour est joué: démocracie à la chinoise.

      • Encore un an ou deux et la seule différence entre Chinois et Français sera que eux, au moins, ont le droit de s’enrichir. Le « Il est glorieux de s’enrichir ! » de Deng n’a toujours pas été démenti là-bas.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le très court délai d’organisation des scrutins des 30 juin et 7 juillet prochains favorise indéniablement le Rassemblement national (RN) en forte dynamique aujourd’hui à la droite de l’échiquier politique face à une gauche minée par ses querelles intestines, malgré une unité de façade purement électorale, des Républicains en plein divorce et une majorité présidentielle victime entre autres du rejet de la réforme des retraites, et de l’inflation.

Toutes les études d’opinion soulignent que le vote RN est un vote de colère et de méconten... Poursuivre la lecture

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

Lors de la visite du président Xi Jinping en Europe, le rôle des liens entre la Chine et la Russie dans les relations de l'UE est examiné à la loupe.

Article original du South China Morning Post.

Lors de la conférence de presse conjointe avec M. Macron à Paris, M. Xi s'oppose aux critiques formulées à l'encontre de son pays en raison de ses liens étroits avec la Russie. L'Europe est préoccupée par la guerre en cours en Ukraine, et les relations Chine-Russie créent des défis supplémentaires", déclare un analyste du groupe de réflex... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles