L’Union européenne va obliger les Pays-Bas à interdire l’élevage de bétail

Une décision de justice de 2019 a commencé à contraindre les agriculteurs néerlandais à cesser leurs activités – à dessein.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Cow

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’Union européenne va obliger les Pays-Bas à interdire l’élevage de bétail

Publié le 28 janvier 2023
- A +

Par Baylen Linnekin.

Les éleveurs de bétail néerlandais sont de plus en plus indignés et désemparés par une décision de justice qui a commencé à contraindre des milliers d’entre eux à cesser leur activité – à dessein.

En 2019, le Haut Conseil des Pays-Bas, l’autorité judiciaire suprême du pays, a jugé qu’un système de 2015 consistant à autoriser de nouveaux projets émetteurs d’azote en exigeant des compensations d’azote ne respectait pas les limites d’émission convenues par tous les membres de l’Union européenne. La décision du Haut Conseil répondait au verdict d’un procès intenté en 2016 par des militants écologistes néerlandais devant la Cour de justice de l’UE, dans lequel les plaignants affirmaient que les Pays-Bas n’avaient pas protégé les zones Natura 2000 de l’Union européenne contre le ruissellement de l’azote.

Le Haut Conseil a stoppé la quasi-totalité des nouveaux permis de construire aux Pays-Bas, y compris les agrandissements de fermes. Depuis lors, les agriculteurs néerlandais sont engagés dans une bataille réglementaire avec le gouvernement néerlandais pour savoir si le secteur de l’élevage, incroyablement dense dans le pays, peut continuer à être le premier exportateur de viande de l’Union européenne.

La réponse semble être Non.

En juin, le gouvernement néerlandais a présenté un plan dont le coût s’élève à plusieurs dizaines de milliards de dollars visant à réduire « radicalement » le nombre d’animaux élevés dans le pays, soit plus de 35 millions d’ici 2030. Ce plan prévoit de « payer certains éleveurs néerlandais pour qu’ils se délocalisent ou quittent le secteur, et d’aider les autres à passer à des méthodes d’élevage plus extensives (par opposition à intensives), avec moins d’animaux et une plus grande surface de terre. »

Ce plan a suscité la fureur des agriculteurs néerlandais, ainsi que d’autres protestations.

« Cette fière nation agricole subit d’immenses pressions pour apporter des changements radicaux afin de réduire les émissions nocives, et certains agriculteurs craignent que leurs moyens de subsistance ne soient anéantis », a rapporté la BBC l’été dernier, une des nombreuses fois où les agriculteurs néerlandais sont descendus dans la rue.

« Je suis propriétaire foncier, donc une question essentielle est de savoir si le gouvernement est autorisé à pousser les agriculteurs hors de leurs terres », a déclaré Marije Klever, productrice laitière et membre du syndicat des jeunes agriculteurs néerlandais, au Guardian en décembre. « Ça ne peut pas être La Haye qui dit aux agriculteurs qu’ils doivent partir, il faut un accord. »

« Ce n’est pas possible. » Ça ne devrait pas l’être. Mais ça l’est.

L’élevage et la consommation de viande sont clairement attaqués par les militants du climat. L’automne dernier, comme je l’ai détaillé dans une chronique, la ville néerlandaise de Haarlem a interdit les publicités pour la viande afin de lutter contre le changement climatique. Quelques mois plus tard, les étudiants d’une université publique d’Écosse ont voté l’interdiction de la vente de viande sur le campus de l’école pour la même raison. Et dans une chronique publiée au début du mois, j’ai mis en lumière une nouvelle étude qui préconise l’apposition d’un « avertissement climatique » sur les aliments contenant de la viande rouge.

Un reportage du Guardian de cette semaine suggère que le même sort pourrait finalement être réservé aux agriculteurs des États-Unis également. « Avons-nous atteint le « pic de viande » comme le pic de pétrole : tellement de bétail, tellement de pollution locale, que le seul avenir durable est dans la réduction ? », s’interroge le journal. « Ce sont des questions auxquelles les États-Unis, premier producteur mondial de viande bovine, devront aussi bientôt répondre. »

Cependant, les Néerlandais sont célèbres pour leur innovation agricole.

Comme l’a noté le Washington Post l’année dernière, les Pays-Bas fournissent de la nourriture à la plupart des pays d’Europe occidentale – viande et fruits et légumes – sur une superficie équivalente à celle du Maryland. Les serres du pays peuvent produire des légumes en utilisant une fraction de l’eau nécessaire aux opérations de culture en plein air.

Ces serres utilisent également moins d’engrais, ce qui laisse aux éleveurs de poulets, de vaches et de porcs tellement de fumier qu’ils ne savent qu’en faire. Ces excréments inutilisés ont à leur tour produit une abondance d’azote qui s’infiltre dans les écosystèmes non agricoles et les altère, comme les zones Natura 2000 que les États membres de l’UE ont accepté de protéger.

C’est pourquoi les Pays-Bas renoncent à leur riche histoire d’innovation agricole pour réduire l’élevage dans le pays. Mais pourquoi ne pas utiliser une partie des milliards mis de côté pour payer les agriculteurs néerlandais afin qu’ils renoncent à la viande de bœuf et l’utiliser pour travailler avec ces mêmes agriculteurs afin de collecter, traiter et expédier l’excédent de fumier du pays vers l’Angola, qui a été brièvement une colonie néerlandaise ? La pénurie d’engrais en Angola – dont le fumier est un exemple efficace et naturel – a menacé les récoltes et exacerbé la pauvreté et la faim de millions de personnes dans ce pays. Les habitants d’autres pays pauvres souffrant d’un déficit en engrais pourraient également en profiter si d’autres pays ayant un excédent d’engrais (dont les États-Unis) adoptaient la même approche.

La pollution est un problème. Interdire la viande n’est pas la réponse à ces problèmes.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

 

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • sous sujet..cela n’est qu’une conséquence..

    lutter contre les émissions de CO2..
    protéger l’environnement;..

    implique quasiment tout interdire..

    mais un quota de CO2…collectif..demande de répartir la charge de l’effort sur tel ou tel personne ou secteur..
    notez qu’il doit ou devrait y avoir une contrainte..en réduisant au minimum la prospérité générale..un truc comme ça..

    avoir la main sur la politique et le narratif permet d’interdire ce qu’on aime pas d’abord..jouissance du pouvoir arbitraire..

    comme pour la pollution par particules à paris taper sur les bagnoles avent les foyers ouverts..pas de cohérence..
    les camions mais pas les avions..car les avions ils les utilisent..

    avant de finir par être interdit soi meme…sauf à apparaitre pour ce qu’on est un tYYran..

    mais je le répète c’est juste une conséquence;.
    si le peuple accepte l’idée de réduire collectivement les émerisions de CO2, de laisser la gestion aux élus..et donc le pouvoir de prendre des décisions arbitraires.. rien à dire..
    quand on accepte que macron gère la crise covid, et avec des critères qui empêchent au contraire des émissions de conclure succès ou échec, on est plus en droit de se plaindre de la gestion;.

    des limites de la démocratie..des limites du pouvoir..
    dans les rapports du giec en français vous aviez une truc sidérant..
    « résumé pour les décideurs. ». la science est en général non résumable.. tous les faits et logique..
    En démocratie c’est le peuple qui décide..et dans une démocratie saine c’est le peuple éclairé qui décide..

    des décideurs..conseillés par des « scientifiques »;. qui est responsables?
    nous avons un amoureux des animaux qui exigeait que seuls les gens informés et ayant compris vote sur un sujet.. ai je le droit de questionner un député? macron?

    moi ça m’allume des warnings dans tous les coins du cerveau.. mais bon..

    efforts de « rédaction »? non..

  • Hé bien, il semble qu’après s’être attaqués à l’élevage français, les écolos s’attaquent à l’élevage néerlandais. Ainsi le prix de la viande va augmenter en Europe et les sans-dents ne vont bientôt se nourrir que d’herbes comme au moyen âge.
    Attention, se nourrir que de verdure n’a qu’un temps. En effet, si les Européens sans-dents ne mangent que ça, ils vont faire comme les ruminants : péter du méthane qui est 4 fois plus à effet de serre que le CO2. Il faudra donc éradiquer ces nouveaux péteurs. Comme l’a fait Pol Pot, un pionnier de l’écologie au Cambodge, en tuant plus de 25% de la population de pauvres.
    Heureusement il y aura la viande allemande (en particulier le porc élevé à grande échelle) pour nourrir les élites écolos d’Europe et continuer la lutte.
    Prochaine étape écolos, la viande espagnole qui concurrence l’Allemagne.

  • Je ne suis pas un spécialiste des questions agricoles mais il me semble que votre idée quant à l’exportation de fumier en Angola se heurte à un problème de volume et donc de transport.
    L’équivalent de 500 kg d’engrais de synthèse, c’est 50 tonnes de fumier de bovins, ce qui correspond à 100 m3 pour du fumier frais. C’est à peu près la dose nécessaire pour un ha.
    Au delà de cet aspect technique, je pense que nos pays prospères sont essentiellement menacés par des enfants gâtés qui ne savent pas comment vivaient leurs grand-parents et qui sont persuadés que c’était beaucoup mieux avant, quand les carences alimentaires nous faisaient des chicots pourris.
    Nous n’avons pas besoin d’ennemis de l’extérieur, notre propre détestation suffira à nous détruire.

    10
  • Les écolos programment la future grande famine , en toute décontraction.

  • Pourquoi ne pas aussi nous interdire de respirer, car nous émettons du CO². Ces idiots d’écolos veulent nous faire crever de faim. Ils veulent exclure l’agriculture de nos pays pour la remplacer par des forêts. Il n’est pas certain que les sangliers y vivant seront suffisants pour nourrir la population. Par contre, ce qui est certain, c’est que nous devrons importer notre nourriture (si nous pouvons la payer) de pays qui ne nous en feront pas cadeau. L’écologie est promue par des individus au ventre repu. Quand viendra la famine, les agriculteurs survivants les reconnaîtront

    • Vous avez tout compris, « l’escrologie » s’attaque à la vie car « ça pollue » et (in)directement à la société dite capitaliste !

      • en fait le but unique et revendiqué des « écologistes » est d’anéantir le capitalisme, rien de plus, rien de moins. Même si ils tentent de le cacher derrière divers prétextes « environnementaux ».

    • Exact, un individu au repos émet 1,04 kg de CO2 par jour. Soit pour arrondir, 365 kg par an. 7 milliards d’individus émettent donc 2555 millions de tonnes de CO2 par an, à comparer aux 355 millions de tonnes par an émises par le transport en avion. Naturellement, un individu qui fait du sport en émet beaucoup plus. Donc nos footballeurs, coureurs, et sportifs sont des criminels de la planète. Je ne comprends pas comment un pays aussi écolos à 2 balles que la France, peut recevoir les J. O. 2024. Mais que font donc Sandrine et Greta ?

  • J ‘ ai apprécié l’ article et les questions suscitées. Toutefois une précision s’ impose :
    L’ Angola a été une province portugaise pendant 500 ans. La seule brève période d’ occupation hollandaise l’ a été, suite à l’ occupation espagnole du Portugal en conséquence d’ une crise de succession (1580-1640).

  • Qu’ils exportent tout et affament les Pays-Bas !!

  • Pourquoi ne se reconvertissent-ils pas dans leur spécialité séculaire, les tulipes?

    -3
  • Les ecolos sont de bien piètres agriculteurs… les effluents agricole ne polluent pas en tant que tels c’est l’excès et surtout le ruissellement qui produit un déséquilibre et la croissance de plantes que ça favorise voire d’algues
    Il faut ne pas laisser s’écouler les lisiers et fumiers divers mais plutôt utiliser la methanisaion pour récupérer du gaz et ensuite sécher le résidu et le vendre comme «  engrais «  organique (350 euros la tonne il y a 3 ans) pour exporter ensuite.
    Plutôt que de vouloir imposer un diktat il aurait fallu chercher ensemble une solution mais cela no Zelites européennes ou autres pensent que nous ne sommes pas capables de réflexion.

  • C’est aberrant et honteux J’ose espérer que les éleveurs néerlandais ne vont pas se laisser marcher dessus.!

  • 30 centrales nucléaires de dernière génération (+/-) en plus en Europe et nous n’avons plus de problème de c02.
    Nous atteindrions d’un coup les objectifs de réduction d’émissions les plus ambitieux!

    Devinez l’attitude des dirigeants politiques face à ce qui les priverait d’un prétexte pour réguler/taxer/exproprier/contrôler 99% de la vie des individus?

    PS La réponse est dans la question

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Climat est devenu un mot-valise où l’humanité range toutes ses problématiques, et même toutes ses angoisses de l’avenir. À la limite, peu importent les fondements scientifiques de la chose, on a l’impression que même si une découverte fondamentale contredisait clairement le consensus, cela ne changerait rien au processus. Certes, notre planète se réchauffe, nous émettons du CO2 qui contribue au réchauffement. La question est : est-ce-grave ?

 

Qu’on défende l'alarmisme climatique ambiant ou qu’on le relativise, une chose es... Poursuivre la lecture

10
Sauvegarder cet article

Débats et controverses sur le climat et sur les causes de ses évolutions et changements ne cessent d'agiter la communauté scientifique depuis les années 1960.

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) est un organisme créé par l’ONU après sa résolution 43/53 de décembre 1988 qui mentionnait « l’évidence que le réchauffement climatique pourrait être dû à la croissance des gaz à effet de serre ». Il a été créé pour « mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’o... Poursuivre la lecture

Quand les ministres découvrent les conséquences de leurs actes...

Le ministre de la Défense, Sébastien Lecornu, est en colère. En cause ? Une banque française refuse de faire des prêts à des PME françaises au motif que celles-ci investissent dans le nucléaire.

« Vous avez des PME qui se voient refuser des financements par une banque de détail bien connue dans le pays au titre de (leur) sous-traitance pour la dissuasion nucléaire, car il s'agirait d'une arme, je cite, controversée. »

Le ministre menace de faire du name and... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles