Une contamination généralisée aux pesticides ?

Les agriculteurs peuvent légitimement s’interroger : les redevances pour pollutions diffuses et les fonds alloués au plan Ecophyto sont-ils bien investis dans ce genre de projet ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Tractor Fertilize Field Pesticide And Insecticide by Aqua Mechanical (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une contamination généralisée aux pesticides ?

Publié le 24 février 2023
- A +

Ça y est ! Une « étude accablante » a réussi à percer dans les médias… enfin, sauf erreur, fort modestement car cela se limitait (à l’heure où j’écrivais) à « Une étude accablante confirme la contamination généralisée de la plaine niortaise aux pesticides », dans Ouest-France du 7 novembre 2022.

Le journal n’y va pas de main morte. Outre le titre, le chapô :

« 112 molécules actives ont été retrouvées par des chercheurs dans les poils de micro-mammifères du sud Deux-Sèvres. Près de la moitié sont interdites depuis plusieurs années. Accablant. »

Et, dans le texte :

« Ces travaux s’inscrivent malheureusement dans la lignée de nos précédentes conclusions : nous sommes face à une contamination aussi invisible que généralisée, commente Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC), en dévoilant les résultats d’une étude menée en collaboration avec une équipe de chercheurs du CNRS de Besançon et publiée dans la dernière édition de la revue Scientific Reports. »

 

L’article « scientifique »

L’article en question, c’est : « Pervasive exposure of wild small mammals to legacy and currently used pesticide mixtures in arable landscapes » (exposition généralisée des petits mammifères sauvages à des mélanges de pesticides anciens et actuels dans les paysages de grandes cultures) de Clémentine Fritsch, Brice Appenzeller, Louisiane Burkart, Michael Coeurdassier, Renaud Scheifler, Francis Raoul, Vincent Driget, Thibaut Powolny, Candice Gagnaison, Dominique Rieffel, Eve Afonso, Anne-Claude Goydadin, Emilie M. Hardy, Paul Palazzi, Charline Schaeffer, Sabrina Gaba, Vincent Bretagnolle, Colette Bertrand et Céline Pelosi.

Le titre a franchi les fourches caudines de la revue par les pairs…

Ce que les auteurs ont étudié, ce sont des petits mammifères prélevés dans deux zones (et non une comme le laisse supposer Ouest-France), la Zone Atelier Arc Jurassien (16 animaux) et la Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre (77 animaux). Il y a donc généralisation abusive.

 

Le résumé

Voici, comme d’habitude, et découpé, le résumé :

« Les lacunes dans les connaissances concernant le rôle potentiel des pesticides dans la perte de la biodiversité agricole dans le monde et les questions liées aux mélanges empêchent une évaluation correcte des risques liés aux impacts involontaires des pesticides, ce qui rend essentielle la surveillance de l’exposition de la faune à ces composés.

L’exposition des mammifères en liberté aux anciens pesticides (interdits et restreints : BRP [Banned and Restricted]) et aux pesticides actuellement utilisés (CUP [currently used pesticides]) a été étudiée, en testant les hypothèses suivantes : (1) une bioaccumulation de fond pour les BRP alors qu’un modèle de « point chaud » pour les CUP [sic], (2) des profils de contamination différents entre les carnivores et les granivores/omnivores, et (3) le rôle des zones non traitées comme refuges vers [« towards », sic] l’exposition aux CUP.

Des souris Apodemus (omnivores) et des musaraignes Crocidura (insectivores) ont été échantillonnées dans deux paysages agricoles français (n = 93).

Les concentrations de 140 substances chimiques mères et métabolites ont été analysées dans des échantillons de poils. Un total de 112 composés a été détecté, montrant une exposition des petits mammifères aux fongicides, herbicides et insecticides avec 32 à 65 résidus détectés par individu (13-26 BRP et 18-41 CUP).

Les fréquences de détection dépassaient 75 % des individus pour 13 BRP et 25 CUP. Des concentrations supérieures à 10 ng/g ont été quantifiées pour 7 BRP et 29 CUP (chez 46 % et 72 % des individus, respectivement), et supérieures à 100 ng/g pour 10 CUP (chez 22 % des individus).

La contamination (nombre de composés ou concentrations) était globalement plus élevée chez les musaraignes que chez les rongeurs et plus élevée chez les animaux capturés dans les haies et les cultures céréalières que dans les prairies, mais ne différait pas significativement entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique.

Une contamination générale et omniprésente par les pesticides anciens et actuels a été mise en évidence, soulevant des questions sur les voies d’exposition et les impacts sur les écosystèmes.

Nous proposons un concept appelé biowidening, décrivant une augmentation de la diversité des composés aux niveaux trophiques supérieurs. Ce travail suggère que l’exposition de la faune à des mélanges de pesticides est une règle plutôt qu’une exception, soulignant la nécessité de prendre en compte le concept d’exposome et remettant en question la pertinence des processus actuels d’évaluation et d’atténuation des risques. »

 

Une remise en question ? Ben voyons…

On ne s’étonnera pas de la conclusion du résumé : jeter la suspicion et le doute sur « la pertinence des processus actuels d’évaluation et d’atténuation des risques » est un sport favori de la recherche militante.

Mais, fondamentalement, à part des fréquences de détection et des niveaux de résidus dans les poils, nous ne disposons d’aucune indication sur la signification pratique de ce qui a été trouvé.

Ce long article porte sur 93 animaux capturés sur deux sites, dans divers habitats (fermes conventionnelles et biologiques, champs avec cultures différentes, prairies et haies) et les auteurs se sont livrés à diverses comparaisons. Rassurez-vous… il y a un graphique affichant un p value de 0,001…

 

 

Boxplots du nombre de molécules et de la somme des concentrations pour (a) les pesticides interdits ou restreints (BRP) et (b) les pesticides actuellement utilisés (CUP) selon les habitats, les espèces et les sites. Les différences statistiques entre les groupes sont indiquées par des lettres minuscules, des lettres différentes indiquent des différences statistiquement significatives entre les niveaux de facteurs (signification statistique : valeur p< 0,05). C céréales, G prairies, H haies, Crru Crocidura russula musaraigne, Apsy Apodemus sylvaticus souris des bois, ZAAJ Zone Atelier Arc Jurassien, ZAPVS Zone Atelier Plaine et Val de Sèvre.

 

Des détections, mais à quel niveau ?

On peut se limiter aux données de base des tableaux 1 et 2 qui vous donnent l’essentiel de ce qui a été trouvé. C’est – évidemment – dans l’ordre des fréquences de détection, réunir les fréquences de 100 % en un bloc étant bien plus anxiogène que, par exemple, un classement alphabétique des substances analysées.

Voici le début et une partie médiane du tableau 1, sur les concentrations de pesticides interdits ou restreints (BRP) dans des échantillons de poils de petits mammifères, classées – répétons-le – par nombre décroissant de détections. La fin du tableau porte sur les 17 substances qui n’ont pas été détectées.

 

 

On peut sursauter devant le fait que l’on trouve encore des résidus de substances bannies ou retirées du marché il y a, notamment, 34 ans. Il y a plusieurs raisons à cela, y compris la persistance des molécules qu’on a pu utiliser par le passé, ou la séquestration suivie du relargage de molécules.

Mais il faut s’attacher aux concentrations, exprimées en nanogrammes de substance par gramme de poils. Cela risque de ne pas vous dire grand-chose.

Alors convertissons :

Un nanogramme/gramme (ng/g) = un microgramme/kilogramme (µg/kg) = un milligramme/tonne (mg/t)

Ou, en gros, un tiers de gramme dans une piscine olympique de 3000 m3.

Notons en passant que des limites de quantification inférieures aux limites de détection (lignes 3, 13, 15 sur la partie reproduite du tableau) sont pour le moins curieuses.

Plus important, il y a des limites de détection à 0,001 ng/g, soit… un tiers de milligramme dans une piscine olympique.

Et tout l’argument est monté sur les détections, c’est-à-dire, en quelque sorte, les mouvements d’un pouce sur le bouton-poussoir d’un compteur, plutôt que sur les quantifications, c’est-à-dire des mesures précises (ou relativement précises).

 

La dangerosité illustrée par le cas du fipronil

Mais cela ne dit encore rien de la dangerosité ou pour reprendre les termes du résumé, « la pertinence des processus actuels d’évaluation et d’atténuation des risques ».

De manière arbitraire, les auteurs ont mis en gras les valeurs maximales supérieures à 10 ng/g. Cela n’a aucun sens comme l’illustre le fait que les doses journalières admissibles (DJA) pour les humains varient d’une substance à l’autre.

Il y a dans la liste (ligne 9) le fipronil. La limite de détection est annoncée à 0,003 ng/g (ou µg/kg). La médiane (50 % des animaux sont en dessous de cette valeur, 50 % au-dessus) est de 0,011 ng/g pour les musaraignes et de 0,013 ng/g (ou µg/kg) pour les souris.

Cette médiane est, en gros, 10 fois inférieure à la limite de quantification (0,1 ng/g). Si le travail avait été réalisé sur la base des limites de quantification, on n’aurait pas trouvé 100 % de contamination, mais seulement quelques musaraignes et aucune souris présentant des traces de fipronil.

Dans le cas de la DCPMU, par exemple, le résultat aurait été… zéro.

Relevons encore que plus les instruments gagnent en précision (et plus on cherche), plus on trouve.

Mais retournons au fipronil.

Il se trouve que le fipronil entre dans la composition de produits antipuces et antitiques pour chats et chiens. J’ai dans ma main… – euh… ça c’était Joseph McCarthy – dans ma pharmacie des pipettes dosées à 50 mg. Cela fait 10 mg/kilogramme de poids corporel pour un chat de 5 kilos.

En d’autres termes, les auteurs ont trouvé une concentration médiane qui représente en gros le millionième de la dose administrée à un chat, dont une partie se retrouve sur nos mains quand on caresse le chat en ayant oublié qu’on l’a antipucé une heure avant.

 

Les substances en cours d’utilisation

Pour les substances en cours d’utilisation on a fort logiquement trouvé quelques concentrations maximales notablement plus élevées. Mais les médianes sont du même ordre et on reste dans le petit ou l’infiniment petit.

 

La difficulté ici est que, sauf erreur, il n’y a pas d’études faisant un lien entre la concentration d’une substance dans les cheveux ou les poils et l’effet de la substance sur la santé.

Risquons-nous à une comparaison acrobatique pour le pire cas : la concentration maximale observée est de 500 ng/g (0,5 mg/kg) dans le cas du dichlorprop chez une musaraigne. La dose journalière admissible (DJA) humaine a été fixée à 0,06 mg/kg p.c. sur la base d’une NOAEL (dose sans effet nocif observable) de 6 mg/kg de poids corporel (p.c.) à long terme établie sur la souris. Ces 500 ng/g correspondent en gros à 8 % de la NOAEL. La médiane (0,482 ng/g, inférieure à la limite de quantification de 1 ng/g…) est en gros 1000 fois inférieure à ce maximum et 800 000 fois inférieure à la NOAEL, ou 8000 fois notre DJA.

Ces chiffres sont à manier avec une grande prudence. Le poil contient les doses ingérées sur une période prolongée mais seule une fraction de ces doses se retrouve dans le poil. Il serait fastidieux de se plonger dans la toxicocinétique ; cependant, il n’y a manifestement pas de quoi prêcher l’apocalypse.

Il aurait sans doute été intéressant de procéder à des dosages sur d’autres matrices (cela vient d’être fait sur le sang de quelques oiseaux pour quelques substances).

Et donc ?

Pour résumer, donc, le chambard médiatique n’a pas lieu d’être.

 

Où vont nos sous ?

« Ce travail a été soutenu financièrement par l’Agence Française pour la Biodiversité, les redevances pour pollutions diffuses provenant du plan Ecophyto via l’agence nationale ONEMA, dans le cadre de l’action pilotée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le ministère de la Transition écologique et solidaire (projet « RESCAPE », appel à recherche « Résistance et Pesticides » 2014) ; la Zone Atelier Arc Jurassien (appel à recherche 2015, appel à recherche 2017) ; et l’Université de Franche-Comté (projet « INEXSS », appel à recherche « Chrysalide » 2017). »

Les agriculteurs peuvent légitimement s’interroger : les redevances pour pollutions diffuses et les fonds alloués au plan Ecophyto sont-ils bien investis dans ce genre de projet ?

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • hem…. si les contaminations chimiques sont à éviter ,peu importe les effets sur la santé, etc..
    he ben on va rire…

    lutter contre les pollutions , est souvent complètement stupide… tout simplement..

    mais lutter contre toute pollution est absolument necessaire si on veut «  »preserver l’environnement »… ben oui…

    les écolos disent n’importe quoi quand ils affirment que preserver l’environnement est preserver l’homme..

    et pourtant l’ecologie c’est important…entend on partout…

    • et l’inovation s technologique est rarement sinon jamais moins impactante sur l’environnement, elle l’est différemment;.

  • Et combien de ng de carbone 14 hautement radioactif dans chaque individu?
    Et combien de nb de cocaïne / cannabis, substances pourtant interdites, en moyenne dans chaque francais? On trouvera toujours une molécule de n’importe quelle substance partout. Doit on avoir peur de tout pour autant?

  • Un de mes professeurs à l’université, qui se reconnaîtra s’il lit Contrepoints, avait coutume de répéter continuellement: »Si on analyse suffisamment finement un cm3 de quoi que ce soit, on y trouvera forcément toutes les saloperies du tableau périodique ».

    C’est un peu ce que je conclus de cet article. Certes, on trouve des pesticides dans les poils de souris. On peut aussi y trouver de l’or, de l’uranium, et tout ce que vous voulez si on cherche bien. Et alors? C’est un non-évènement, un article qui reflète simplement l’obligation qu’ont les chercheurs universitaires de produire régulièrement des articles. Peu importe le contenu ou le manque de contenu des articles en question, il faut produire des articles, point. Ces articles sont normalement destinés à être lus par d’autres universitaires de leur espèce, et tout se passe bien, c’est-à-dire qu’il ne se passe rien. Le problème, c’est lorsque des articles de revues scientifiques sont ramenés dans la sphère des médias grands publics, et utilisés à des fins politiques, alors là on assiste à un cirque désolant de désinformations, comme si les chercheurs qui ont écrit l’article prétendaient révéler des vérités absolues sur l’univers. C’est rarement le cas, les scientifiques honnêtes vous dirons tous que la science est une affaire de doutes, beaucoup plus qu’une affaire de certitudes.

  • « La contamination généralisée de la plaine niortaise aux pesticides » est une allusion subliminale pour accuser l’agriculture. Mais les défenseurs de l’environnement sont plus discrets sur certaines pollutions : Ainsi celles prouvées dans les exutoires de stations d’épuration de villes comme démontré dans l’article . Ces rejets polluants déversés directement dans les eaux de surface ne font jamais l’objet de campagnes médiatiques. Les phytos utilisés par les paysans sont utilisés dans le même but que les médicaments, fabriqués par les mêmes firmes et homologués selon les mêmes normes par la puissance publique. De plus, les agriculteurs payant directement ces phytos les utilisent avec la plus grande parcimonie. Pourquoi veut-on leur interdire de protéger leurs plantes et leurs animaux de la même manière que les citoyens se protègent avec les médicaments ? Les quantités utilisées annuellement étant sensiblement les mêmes, pourquoi toujours s’inquiéter uniquement de la pollution agricole.

  • Si trouve encore de nombreux petits mammifères à examiner, c’est que la situation n’est pas si grave…

  • Étude évidement bidon, une vraie recherche aurait eu lieu… Chez les coiffeurs, les souris, on s’en fout , ce sont des parasites dans les cultures.

  • vous vous souvenez de l’incendie qui a fait peur??

    eh ben il a contaminé pensez donc on a retrouvé des picogrammes de je ne sais quoi de dangereux.. dans une flaque d’eau alentour..

    l’épistemiologie est un art difficile mais ça reste le juge de paix quand on parle « pollution » ou contamination ..

    vous avez par exemple le le choix entre une étude épistemio à ‘l’arrache sur les agriculteurs : circulez il n’y a rien à voir en terme de santé publique . rapport anxiogène qui fait la très longue liste des effets possibles sur la santé ..

    ajoutez une évidence souvent omise .. … si vous supprimez la pollution alors vous observerez la disparition des effets de la pollution.. mais pas QUE ça!!! l’epistemo se force de penser « toutes choses égales par ailleurs »..elle pense je supprime la fumée sans supprimer le feu..
    parfois…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Reportage très inquiétant de BFM à Toulon dans le Var. On y apprend que sur 12 canadairs possédés, seuls cinq sont opérationnels. Les autres ne sont pas entretenus et donc inutilisables. Pire, il y a aussi des problèmes de formation du personnel et des manques de pilotes.

Un manque de canadairs signifie que les feux ne pourront pas être combattus et vont donc s’étendre. Les sinistres vont ainsi pouvoir se propager. Le coupable sera tout désigné : le réchauffement climatique et le capitalisme, alors que le véritable problème réside dans... Poursuivre la lecture

Ce vendredi, les dirigeants européens se réuniront à Bruxelles pour discuter de la répartition des postes de direction de l'UE. Malgré toutes les incertitudes, Ursula von der Leyen semble bien partie pour se succéder à elle-même à la présidence de la Commission européenne. Non seulement parce que le président français Macron semble la soutenir, malgré les élections législatives françaises, mais aussi parce que le Parti populaire européen (PPE), qui a remporté des sièges au Parlement européen et y reste le groupe le plus important, continue de... Poursuivre la lecture

Peu de monde semble l’avoir relevé vendredi lors de l’annonce des premières grandes mesures du programme de la gauche, unie pour la circonstance. Personnellement, cela m’a tout de suite frappé : où était passée l’écologie dans ces grandes annonces ?

 

La gauche réconciliée

La présentation devant les médias était bien pensée et parfaitement calibrée. À qui pensait la gauche désunie, irréconciliable après les haines, invectives, menaces, insultes, mésententes, imbroglios de toutes sortes, il n’y avait qu’à bien se tenir : la gauche ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles