Capitalisation et vieillissement

Pourquoi la capitalisation nous libère de la démographie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Photo de Claudio Schwarz sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Capitalisation et vieillissement

Publié le 19 janvier 2023
- A +

Un article de la Nouvelle Lettre

 

Ce qu’a dit mardi madame le Premier ministre n’a aucune importance, le texte qui sera soumis au Parlement n’aura aucune importance puisque le débat sur les retraites continue à tourner autour d’une idée stupide : sauver le système de répartition.

 

Vanité des réformes paramétriques

Depuis des décennies je ne cesse de dénoncer la vanité des réformes paramétriques. On bricole la répartition alors que la seule solution est une réforme systémique : passer le plus vite possible au système de capitalisation. 1

Fort heureusement la capitalisation commence à se faire une place dans le débat public, l’article de David Lisnard dans Le Figaro du 6 janvier « Pour en finir avec le sado-réformisme des retraites : la capitalisation » a été très commenté car l’auteur, maire de Cannes, est président de l’Association des Maires de France et l’un des rares libéraux de la classe politique2.

Cependant, certaines présentations de la capitalisation en oublient la véritable signification et pensent que l’explosion du système de répartition peut être évitée si la population française rajeunit. La répartition est en effet fondée sur la solidarité intergénérationnelle et un nombre de cotisants accru permet d’assurer de meilleures pensions aux retraités du moment. Cette idée, au demeurant irréfutable, oriente la solution de la réforme vers une politique nataliste3.

Mais en quoi la démographie peut-elle sauver la répartition ?

 

Tares de la répartition et sens de la capitalisation

Les partisans de cette approche ignorent les tares de la répartition et le sens de la capitalisation.

Les tares de la répartition

Elles sont évidentes : l’argent des cotisations est gaspillé, il ne sert qu’à payer les pensions des retraités du moment.

De la sorte, la répartition crée une opposition d’intérêts entre ceux qui payent et ceux qui sont payés. Cette opposition ne pourrait s’éviter que si la même personne réussissait à payer moins pendant qu’elle serait en activité (moindres retenues sur les salaires bruts ou moindres trimestres de cotisation) et à recevoir davantage quand elle prendrait sa retraite (âge moindre ou pensions plus élevées). Mais n’est-ce pas ce que rêvent beaucoup de Français et ce que proposent beaucoup de « réformateurs », syndicats en tête ? Et n’est-ce pas le privilège dont jouissent les salariés de la plupart des régimes spéciaux, dont celui des fonctionnaires ?

Les bienfaits de la capitalisation

Ils sont évidents. Au lieu d’être gaspillé, l’argent capitalisé va pouvoir être « placé », recyclé dans l’économie, les investissements vont créer des richesses nouvelles.

La loi des intérêts composés permettra de doubler la valeur des cotisations en très peu de temps (12 ans à un taux de 6 %) et contrairement à ce qui est dit, sans aucun risque (sinon celui du détournement de fonds par le gestionnaire, risque propre à tout contrat mais délit gravement puni). En dehors de cet avantage mathématique, la capitalisation a un autre bienfait : elle permet à chacun de gérer sa retraite comme il le souhaite.

J’ai suggéré, comme d’autres économistes, que la transition de la répartition vers la capitalisation soit facilitée par la possibilité d’étaler tout au long de la vie de l’assuré l’effort financier qu’il doit faire : durant les premières années d’activité, éponger la dette accumulée par la stupidité de la répartition (aucun retraité actuel en répartition ne doit voir sa pension diminuer), puis ensuite constituer son propre pécule au rythme et au montant choisis. Cette gestion dynamique et personnalisée est conforme à l’observation de ce qu’on appelle, depuis les travaux de Modigliani, « le cycle vital » : les jeunes dépensent sans trop penser à leurs vieux jours, ils ont à investir dans leurs enfants, leurs loyers, leurs équipements ; à l’âge mûr on commence à préparer ses vieux jours et les seniors vivent des fruits de leur épargne.

Il est vrai que les bienfaits de la capitalisation exigent des conditions qui peuvent aujourd’hui sembler utopiques : d’une part la stabilité monétaire, puisque l’inflation fausse et détruit toute anticipation rationnelle, d’autre part la conscience et la confiance du futur, alors qu’aujourd’hui c’est le carpe diem, l’instabilité et les loisirs qui animent trop de jeunes – faute d’un accompagnement familial et scolaire stable et de qualité.

 

Un choix sociétal ?

Je me pose donc la question : le choix entre répartition et capitalisation et l’équilibre intergénérationnel n’est-il pas un choix « sociétal » ?

Gary Becker a répondu à la question à l’occasion d’un débat sur les retraites à Paris en 19964 :

C’est un retour au travail : plus de gens seront actifs et plus longtemps ;

C’est un retour à l’épargne : alors que la répartition dilapide l’argent gagné et détruit le capital humain et la richesse nationale, la capitalisation place l’argent gagné, le fructifie ;

C’est un retour à la responsabilité personnelle : la répartition contient tous les germes de la collectivisation et aboutit à faire disparaître toute idée de progrès personnel.

Sur le web

  1. L’essentiel des arguments et des modalités de cette transition figure dans un article écrit en juin dernier qui figure sur le site et a été repris par Contrepoints le 8 janvier : Retraite à 60 ou 65 ans : le faux débat
  2. Quand j’ai rédigé mon Vaccin Libéral pendant l’été 2021 il s’était publiquement déclaré candidat aux présidentielles, il a ensuite renoncé compte tenu des modalités choisies par Christian Jacob pour les primaires LR.
  3. C’est en particulier la position de l’économiste Jacques Bichot, exposée au cours d’une réunion, au cours d’une conférence de Population et avenir (avril 2018) et dans l’ouvrage collectif publié par l’Association des économistes catholiques : Concevoir et organiser la politique familiale comme un investissement, 2022.
  4. À l’occasion d’un colloque organisé par l’ALEPS et la Caisse des retraites des médecins (Gérard Maudrux). Cf mon essai Comment sauver vos retraites ? éd .libréchange, Nice 2014, p.113
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les gens qui arrivent à une conclusion juste sur un raisonnement foireux ne cesseront jamais de m’étonner.

    -2
  • « M Lisnard un des rares libéraux »
    M Lisnard n est pas libéral conféré ses prises de position coercitives sur la gestion du covid,et sa demande d un plus état encore plus régalien ( école, sécurité ect)
    Donc passons ce personnage, ce n est pas un libéral loin de là.

    -2
    • Arrêtons de nous focaliser sur les étiquettes collées à des personnes ! Seules les propositions comptent, et elles ne valent pas plus ou moins suivant qui les a faites.

      • Je ne me focalise pas sur »des étiquettes collées à des personnes »
        Je me base sur ses déclarations et ses décisions qu il a prise point,

        • Donc c’est bien ce que je dis, vous faites primer la personne et les autres idées sans rapport qu’elle a pu soutenir par ailleurs sur l’idée précise exprimée à cette occasion.
          Comme le souligne l’article, l’intervention de David Lisnard a eu l’immense mérite de lancer le débat sur la capitalisation. Quels que soient par ailleurs les défauts (ou les qualités) de cette personne, ils ne peuvent pas servir de prétexte pour « sauter » la question de la capitalisation. Ne soutenez pas qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain.

          • Autant pour moi votre argumentation est clair
            Sachez que en aucun cas j ai voulu occulté le problème de la capitalisation au contraire
            Vous avez raison autant être pragmatique si je puis dire .
            Je voulais juste signaler un fait je constate que cela n était pas approprié dans ce contexte.

  • Enfin un article sensé sur le sujet.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une chronique de Cécile Philippe. Un article de l’Institut économique Molinari.

S’inspirer de Jean Jaurès pour sauver le système de retraites ?

Oui car le sujet de la retraite a été trop souvent traité sous un angle purement politicien, ce qui contribue à entretenir un statu quo intenable.

Relire Jaurès nous montre qu’on peut être à gauche et défendre la capitalisation.

Il suffit de se replonger dans L’Humanité de 1909. Jaurès y expose comment la capitalisation « en soi est parfaitement acceptable » et peut consti... Poursuivre la lecture

La nécessaire réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron suscite la colère.

Selon le dernier sondage Elabe pour BFM-TV les Français y sont opposés à 66 % et ce taux s’élève même à 75 % chez les 35-64 ans.

Cette réforme est pourtant nécessaire puisque le rapport entre actifs et inactifs est déséquilibré tandis que l’espérance de vie ne cesse de progresser. L’âge de départ à la retraite en France est de 62 ans ; de 65 ans en Italie et 67 ans au Danemark. Tous les leaders syndicaux se sont accordés pour s’opposer aux mesures ... Poursuivre la lecture

Si le débat sur la « réforme » des retraites est d’abord politique, il peut aussi s’engager sur le terrain de la Constitution. D’ailleurs, on apprend par le Canard enchaîné que Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, émettrait des doutes sur la constitutionnalité de cette réforme, au regard du véhicule législatif utilisée et de la procédure adoptée. Il redoute notamment un vice de procédure voire un détournement de procédure. En contentieux constitutionnel, il y a vice de procédure quand la violation est substantielle (voir en c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles