Macron part en guerre contre le protectionnisme de Biden

Emmanuel Macron a raison de souligner qu’en faussant la concurrence par les subventions, Joe Biden favorise certains secteurs de production américains au détriment de ses concurrents.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-04-25 at 09-30-17 (2) Le discours de victoire intégral d'Emmanuel Macron au Champ-de-Mars - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=_WrbnCVamKc

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Macron part en guerre contre le protectionnisme de Biden

Publié le 2 décembre 2022
- A +

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européennes. Pour Emmanuel Macron, l’investissement public de l’État américain menace de fragmenter l’UE au plus grand bénéfice de l’emploi américain. Il a ajouté qu’existait un « risque » de voir l’Europe et la France devenir « une sorte de variable d’ajustement » de la rivalité entre les États-Unis et la Chine.

 

La paille et la poutre

C’est un peu l’hôpital qui se moque de la charité, mais qui, par inadvertance, pointe un problème bien réel. Comme le président Biden, Emmanuel Macron n’a pas ménagé sa peine pour injecter de l’argent public afin de soutenir l’économie française éreintée par une crise covid par ailleurs gérée de manière chaotique et court-termiste.

La dette publique a explosé, et le choix du quoi qu’il en coûte, c’est-à-dire de dépenser l’argent public que nous n’avons pas pour ralentir l’effondrement de notre commerce intérieur laminé par les confinements, couvre-feux et autres joyeusetés liberticides. Pire encore, une fois à la tête de l’UE, le président français a fait des pieds et des mains pour convaincre en particulier son partenaire allemand de changer de logiciel pour adopter celui socialiste franco-français : le meilleur moyen de lutter contre l’inflation et la crise énergétique, ce serait de s’endetter jusqu’au cou et de mener une politique interventionniste à échelle continentale. En d’autres termes, si Macron avait le pouvoir de socialiser l’économie comme Biden le fait, il le ferait avec joie et bonne humeur.

Seulement, dans la course effrénée pour gaspiller l’argent des citoyens, l’UE ne peut pas lutter contre les mastodontes américain et chinois. Si les deux superpuissances décident de changer de braquet et d’encourager le mercantilisme, c’est-à-dire le nationalisme étroit appliqué à l’économie, alors la nature même des échanges économiques mondiaux s’en trouve détériorée.

 

Un jeu à somme nulle

Emmanuel Macron a raison de souligner qu’en faussant la concurrence par les subventions, Joe Biden favorise certains secteurs de production américains au détriment de ses concurrents. Et la capacité américaine à mobiliser de l’argent public pour soutenir ses secteurs considérés comme stratégiques n’a pas d’équivalent dans le monde. Seulement, ce ne sont pas seulement les producteurs français qui sont ici le dindon de la farce : il y a aussi le consommateur américain qui va voir disparaître une partie de l’offre bon marché mais pas Made in USA, et surtout le contribuable américain, qui est en train de financer par l’impôt l’un des plans de relance les plus coûteux de l’histoire des États-Unis. Pire encore, Joe Biden ne semble pas vraiment percevoir le lien de causalité entre une inflation galopante et des dépenses publiques démentielles dont les répercussions mondiales sont catastrophiques comme le souligne Emmanuel Macron.

 

L’étau nationaliste fatal

Face à une Amérique nationaliste convertie à la guerre économique pour conjurer le déclin on trouve une Chine communiste qui elle n’a aucun scrupule à essorer son propre peuple via un système bancaire malfaisant tout orienté à financer l’impérialisme et le néocolonialisme de ses élites bureaucratiques. Les mêmes causes ici produisent les mêmes effets : on ponctionne les individus pour subventionner certains secteurs d’activité désignés comme essentiels par la classe politique, détruisant la richesse produite par l’impôt et favoriser certains intérêts particuliers au détriment d’autres.

On ne le rappellera jamais assez : seul l’échange volontaire et la coopération non contrainte sont créateurs de richesses sur les marchés. L’introduction de la coercition physique (ou ici étatique), comme l’a par exemple montré avec brio Frédéric Bastiat avec son exemple de la vitre cassée, ne se traduit que par du gaspillage et de la destruction de richesses, qui, malheureusement, passent sous le radar de l’action politique. La montée en puissance des nationalismes, qui tendent à remplacer le libre échange par le protectionnisme, ne peut se traduire que par l’appauvrissement général et la régression en matière d’innovation et de prospérité. Qui aujourd’hui pour convaincre les nations de choisir le commerce plutôt que la guerre ?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • hem… les victimes des mesures protectionnistes ce sont DES contribuables américains..

    les usa et la chine sont pour nous des données qu’on ne maitrise pas.. c’ets leur droit le plus strict d’etre protectionniste..ou bidouiller leur économie…
    se plaindre des politiques us ou chinoises c’est se plaindre du temps qu’il fait…

    or le politique est le type qui dit je sais où aller car je sais ce qui va se passer..

    le protectionnisme n’est meme pas idiot il est arbitraire est consiste juste à faire le choix de perdre tel quantité de prospérité globale pour maintenir tel activité dans le pays.. pour des raisons en général de limitation des inégalités des richesses .. moins de richesse absolue mais moins d’inégalités.. du moins dans l’intention..la bête économique étant rebelle est les gens des menteurs..

    ce qui est idiot est de dire que c’est la clef de la prospérité globale..de richesse absolue..
    comme les couillons qui parlent du localisme ou autre modes…ou de la banale redistribution..

    la France est encore un pays souverain qui peut même quitter l’ue..

  • Macron s’en va-t-en guerre, Mironton, mironton, mirontaine, …
    et ça finit par
    Chacun mit ventre à terre, Et puis se releva. (Ter) Pour chanter les victoires, Mironton, mironton, mirontaine, Pour chanter les victoires Que Macron remporta.
    Rien de neuf sous le soleil.

  • Amusant : Scholtz part en Chine pour défendre les intérêts allemands en refusant la demande de Macron de l’accompagner pour défendre les intérêts européens, et Macron part aux USA pour défendre les intérêts européens et particulièrement allemands (puisque les subventions de Biden sur les voitures ne concernent pas la France). Trouvez l’erreur !!
    Merci au lèche bottes allemands.

  • Macron, qui a ressuscité le soviétisme, donnant des leçons de libéralisme restera un moment gravé dans les livres d’économie.

  • « on ponctionne les individus pour subventionner certains secteurs d’activité désignés comme essentiels par la classe politique, détruisant la richesse produite par l’impôt et favoriser certains intérêts particuliers au détriment d’autres. »
    Et ça, on nous le presente comme du neo-libéralisme-turbo-capitaliste. Et on nous dira que la catastrophe due à ça sera en fait due au méchant néo-libéralisme-turbo-ultra-mega-capitaliste.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’UE prépare à présent des directives et missions au-delà des frontières de la zone.

Le groupe répand ses bienfaits jusqu’au cœur de l’Afrique.

Rapporte Politico :

« Les projets-phare du Global Gateway de l’Europe visent à offrir aux pays en développement une alternative à la générosité stratégique du programme Belt and Road de la Chine, à travers lequel Beijing projette son autorité sur des voies commerciales, via le développement de ports, des projets dans l’énergie, et des réseaux de télécoms.

Les premiers proje... Poursuivre la lecture

maltsev donnant un cours
1
Sauvegarder cet article

Par David Gordon.

 

Je suis désolé de devoir annoncer le décès de Yuri Maltsev. Il était professeur d'économie au Carthage College dans le Wisconsin. Il a occupé divers postes au gouvernement et dans la recherche à Moscou, en Russie. Avant de faire défection aux États-Unis en 1989, il était membre d'une équipe économique de haut niveau qui a travaillé sur le paquet de réformes du président Mikhail Gorbachev, la perestroïka. Avant de s'installer dans le Midwest, il a été chercheur principal à l'Institut de la paix des États-... Poursuivre la lecture

école
3
Sauvegarder cet article

Jamais le choix scolaire n’aura été si important.

Ce n’est un secret pour personne : l’école publique moderne est basée sur le modèle prussien du XIXe siècle. Elle avait pour but de former en masse des citoyens dociles. C’est d’ailleurs de là que vient l’expression anglo-saxonne Toe the line : c’était tellement strict que les écoliers devaient placer leurs orteils derrière une ligne.

Néanmoins, le libéralisme a permis de réformer cette aberration en introduisant des programmes spéciaux pour captiver les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles