Le sombre avenir international du régime Macron II

L’avenir du rayonnement de la France sous le régime « Macron II » ressemble à un crépuscule déclinant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
discours Macron 09112021 source Elysée

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le sombre avenir international du régime Macron II

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 novembre 2022
- A +

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres institutions et intérêts :

–Union européenne (approbation des décisions autoritaires, outrancières et antinationales de la Commission empêtrée dans des scandales d’incompétence et de corruption liés à la crise sanitaire du covid, décisions invasives de la Cour européenne des droits de l’Homme) ;

— ONU (engagements illégitimes, dont le Pacte félon de Marrakech sur les migrations, 2018) ; OTAN (alignement inconditionnel sur la politique étatsunienne) ;

— Francophonie (dilution de la France, nomination incongrue comme marraine d’une activiste issue de l’immigration hostile à notre pays) ;

— Forum de Davos (sous influence ahurissante du gourou mondialo-progressiste Klaus Schwab) ;

— Instances non élues de gouvernance mondiale dont le G7 des pays les plus industrialisés, le G20 des plus développés, où la France ne sert plus que d’estafette entre les puissances qui comptent vraiment ;

— Discours incantatoires et métaphoriques creux en guise d’aveux d’impuissance lors du Sommet annuel de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec) où la France, qui y détient la majeure partie de sa zone économique exclusive (ZEE), deuxième du monde, perd continument des contrats stratégiques, du poids et de la crédibilité ;

— DOM-TOM abandonnés à l’insécurité et à la submersion migratoire, en état de quasi guerre civile ;

— Politique volontariste d’effacement culturel, de retrait militaire et de recul économique en Afrique par une politique masochiste permanente de repentance injuste et contreproductive.

etc.

Ainsi, la liste est sans fin et douloureuse de trahisons par reniements et de provocations internes envers tous les acquis et les symboles de la France, de soumission volontaire à des influences étrangères, à des intérêts et à des lobbies idéologiques et économiques concurrents et prédateurs. Dans tous les domaines, le président actuel de la France, incontrôlable car intouchable et non rééligible, joue « contre son camp », contre les intérêts de la nation et du peuple qu’il représente.

Pour deux raisons principales.

 

L’usure accélérée du pouvoir faute de projet et de cohérence

Rappelons que le candidat Macron est parvenu au pouvoir présidentiel en 2017 à la faveur de la déstabilisation orchestrée de François Fillon son principal concurrent représentant la majorité nationale. Macron a été élu par surprise, par rejet et par défaut. Par une addition de minorités qui ne constituent une majorité que dans le dépouillement indistinct des urnes. Dans un flou magistral quant à un projet indéfini de société (« En marche » vers quoi ?). Sur la base d’un malentendu intégral quant à un programme inexistant faute de réflexion, d’épaisseur et de compétence (une fuite en avant du changement pour lui-même, déguisé en progrès).

Dans ces conditions, la seule feuille de route présidentielle et gouvernementale a consisté, depuis plus de cinq ans à systématiquement « casser tous les codes » dans tous les domaines. Elle n’a fait que diviser, déconstruire et détruire, sans rien construire. L’accumulation des frustrations de toutes les catégories électorales, trompées par des discours et des promesses démagogiques reposant sur un principe mensonger, cynique et intenable du « en même temps », ont privé l’illusionniste Macron de toute crédibilité et de marge de manœuvre politique intérieure.

La vacuité politique et morale d’Emmanuel Macron a livré la France en pâture à la triple alliance la plus nuisible qu’on puisse imaginer, entre des courants jusque-là cantonnés séparément dans des élucubrations marginales mais parvenue, groupée quoique disjointe, au pouvoir exécutif et législatif : le mondialo-progressisme multiculturaliste et scientiste macronien, l’extrémisme islamogauchiste mélenchonien, l’écologisme aberrant et incompétent rousseau-jadotien. Le cadre étriqué d’une France déchirée n’apportant désormais à Macron que des coups à prendre et des comptes à rendre, ce qu’il a le don malin d’éviter avec l’agilité d’une anguille, il ne lui reste qu’à se concentrer sur son avenir personnel sur la scène internationale.

 

L’ambition personnelle à l’échelle internationale

La double présidence d’Emmanuel Macron dont l’ascension nationale était au départ aussi incertaine que soudaine (succès par culot d’un joueur plutôt qu’audace d’un leader) a été une opportunité inespérée dont il a su tirer un profit personnel comme d’un tremplin pour une nouvelle carrière internationale qui convient mieux à son ambition abyssale.

Champion d’art oratoire manipulatoire, vainqueur par confusion rhétorique et par chaos idéologique davantage que par KO rationnel face à de faux contradicteurs sélectionnés et inconsistants (le Grand Débat-llage national et autres monologues à des tribunes internationales), son vibrionisme politique de président hyperactif a agacé, lassé puis exaspéré autant, sinon plus, de ses homologues et interlocuteurs internationaux, qu’il n’en a séduit.

Dans ces conditions, Emmanuel Macron, ayant réussi sans aucune conviction personnelle à ouvrir les champs du possible dans tous les domaines, surtout du pire, n’a pas d’autre choix pour assouvir sa soif mégalomaniaque de puissance et poursuivre sa quête pathologique de reconnaissance que de se créer tous les choix possibles de reconversion dans le projet mondialiste qu’il a choisi de servir. Cela pourrait passer, consécration officielle, par le très politisé prix Nobel de la paix tant convoité, pour récompenser ses efforts permanents de conciliation et d’apaisement. Par des discours toujours lisses et des initiatives décalées, pour se distinguer et affirmer une personnalité indépendante. Par exemple, en maintenant (à juste titre) un canal de communication avec la Russie, condamnée sans nuances par l’Union européenne. Pour se donner une stature internationale et se mesurer aux dirigeants des grandes puissances, dont ne fait plus partie la France. Le lien entre Alfred Nobel et la carrière d’Emmanuel Macron, par laquelle il cherche à se tailler une statue de granit, est la dynamite. Ou, la théorie politique du « chaos créateur » (cf. George Friedman, fondateur de Stratfor) pour imposer dans une totale opacité un mode de gouvernance d’une « mondialisation technofinancière » dont il tire profit.

 

Ainsi, l’avenir du rayonnement de la France sous le régime « Macron II » ressemble à un crépuscule déclinant. C’est l’aboutissement de l’accélération en marche forcée d’un programme implacable de déconstruction sociétale continu depuis quatre décennies. En cassant systématiquement et irrémédiablement tous les codes, par remplacement. En effaçant tous les acquis, par reniement et dénigrement. L’avenir personnel d’Emmanuel Macron est assuré, il se prépare activement à une nouvelle aube encore diffuse mais pleine de promesses, prélude à une aurore éclatante vers des fonctions et des prix les plus brillants. Avec la même assurance et la même ambition, sans limites, et une même détermination, sans failles. Au détriment de la France.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Une fripouille, une belle petite gouape.

  • La France est disqualifiée mondialement depuis Mitterrand. Depuis que, sidéré, le monde s’est rendu compte que la France devenait bolchevique par ses nationalisations. Depuis que la gauche a drogué les français à l’assistanat et à l’oisiveté. Depuis que la droite, par lâcheté, a continué l’oeuvre de la gauche. Depuis la démonstration de son incompétence à gérer les finances publiques. Depuis son incapacité de dire non aux allemands dont elle est devenue son toutou.
    Comment dans ces conditions la France peut elle rayonner dans le monde alors qu’elle est la dernière roue du carrosse en Europe ?
    Macron est dans ce moule qui dure depuis 40 ans. Sauf, qu’en plus, il se fout de la France : nomination d’un Ministre raciste à l’éducation nationale, d’un clown à la justice, d’une gauchiste-écolo (dont le parti fait moins de 4% aux élections) 1iere Ministre, maintien d’un Ministre des finances open bar. Mise en place du wockisme (être diplômé dépend désormais de son origine sociale et non du savoir acquis par le travail), nivellement des connaissances par le bas, subventions aux ONG immigrationistes, etc, etc. N’oublions pas enfin que Macron n’hésite pas à dénigrer les Français lors de ses discours à l’étranger, à lécher le cul des algériens qui nous détestent, à ne faire preuve que d’une fermeté de façade face à l’Australie (pour rappel, en compensation du dynamitage raté du Rainbow Warrior par Mitterrand, l’Australie entre autre, avait exigé qu’il autorise l’importation de ses ovins en France sans restriction).
    Bref, la France est un pays de q. molles qui a perdu ses compétences et savoir faire dans la majorité de ses domaines de pointe ; pendant que la Chine, la Turquie, Israël, L’Allemagne montent en puissance.
    Ce n’est pas l’équipe gouvernementale qui va y changer quelque chose.

  • on peut ajouter la vacuité intellectuelle…

  • Tout est dit, ce personnage n’est qu’un ambitieux sans envergure, un imposteur, tout sauf un president, un petit gestionnaire comme en pond l’ENA chaque année mais en aucun cas un gerant de l’avenir; Il est arrivé au pouvoir sur une arnaque l »affaire » F Fillon comme l’avait été l’éviction de D Strauss Kahn a une autre époque.Avec de telles méthodes , pas étonnant que les Francais se détournent des urnes.

    • Pour retrouver les déclarations de revenus sur plus 25 ans de la famille Fillon, Stockées dans des lieus différents, sur des types de supports différents, qui ont changés dans le temps, Il faut au minimum une enquête dirigée par le ministre des finances en personne.
      Mais je divague, personne ne s’est jamais posé la question !
      Vous avez dit bizarre ?

  • Ce type est un vrai cancer qui diffuse ses métastases à une société en phase terminale .

  • Après un quinquennat d’Hollande et deux quinquennats de l’impétrant actuel, la France ne sera plus q’une jungle livrée à la guerre civile et à la misère.
    Que ces individus aient pu arriver au pouvoir sans pouvoir être virés , nous le devons à la Constitution scélérate et anti démocratique de la V ème ripoublique

    • Je suis coupable, avec Hollande, je le jure, j’étais persuadé qu’il était impossible de tomber plus et que l’on ne pouvait que rebondir. Colossale erreur, je n’avais pas imaginé une seconde qu’il fut possible qu’un pervers grave puisse arriver a l’Elysée ! ?

  • Un article de colère amplement justifiée.

  • A part Biden, quand il a sa tête, connaît l’avenir de la France, de l’Europe ? Black machin peut être….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les tensions internationales actuelles ont accentué un débat qui existe depuis au moins une décennie entre deux visions du monde et des relations internationales : le monde unipolaire et le monde multipolaire. Quand les libéraux sont en désaccord en politique étrangère, cela s’explique souvent par un différend à ce sujet.

Cet article a pour but de montrer que le libéralisme est contraire au concept de monde unipolaire et qu’il va dans le sens du monde multipolaire.

 

Unipolaire vs multipolaire

Pour rappel, par « mond... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles