Forum économique mondial 2022 : le retour de l’homme de Davos

Les planificateurs centraux du Forum économique mondial sont des autoritaires qui souhaitent écraser les plans des individus. Ils croient qu’ils ont indubitablement raison, en dépit de l’horrible bilan de l’interventionnisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
world economic forum on latin america 2018 by Ministério da Indústria, (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Forum économique mondial 2022 : le retour de l’homme de Davos

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 juin 2022
- A +

Par Michael Rectenwald.

La réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) à Davos est peut-être la conférence la plus impopulaire au monde, et son fondateur et président, Klaus Schwab, l’une des personnalités les plus méprisées au monde. Souvent comparé au Dr. Denfer, le personnage joué par Mike Meyers dans la série Austin Powers, et régulièrement comparé à un super-méchant de James Bond sur Internet, Schwab est considéré comme un mégalomane messianique dirigeant une infâme cabale de dirigeants mondiaux et de chefs d’entreprise vers un avenir dominé par une élite mondialiste.

Un sondage Twitter réalisé par TruthBoost a posé la question suivante : « Le Forum économique mondial rend-il le monde meilleur ? » Au moment où nous écrivons ces lignes, 98,4 % des personnes interrogées ont répondu par la négative.

Qu’est-ce qui rend le WEF et ses réunions si méprisés dans cette confabrication et chez ses dirigeants ? Après tout, le WEF est « engagé à améliorer l’état du monde », comme le dit son slogan. Il se trouve que la plupart des gens n’apprécient pas qu’un groupe de dictateurs non élus et autoproclamés émettent des décrets top-down et recommandent des politiques qui restreignent leur liberté et enfreignent leurs droits.

La réunion annuelle de cette année a été présentée comme la plus importante de ses cinquante ans d’histoire, compte tenu de la guerre en Ukraine et de la « nouvelle normalité » post-pandémique. C’est ce qu’a laissé entendre M. Schwab dans son allocution de bienvenue, ajoutant :

« Nous devons renforcer notre résistance à un nouveau virus, éventuellement, ou à d’autres risques qui figurent à l’ordre du jour mondial » (8:30, c’est moi qui souligne).

Étant donné que la rhétorique et les plans collectivistes de Schwab ont été si mal accueillis qu’il a dû écrire un livre intitulé The Great Narrative pour justifier et refondre The Great Reset comme étant nécessaire et anodin, on pourrait penser qu’il aurait pu choisir ses mots avec davantage de soin en ne suggérant pas qu’un « nouveau virus » ou « d’autres risques » font partie d’un « programme mondial » que « nous » (ils) mettons en place – comme s’il s’agissait d’événements futurs en cours de planification. Mais Schwab et le WEF sont des spécialistes pour générer des théories du complot et des théoriciens du complot. (soit dit en passant, le mot collectif est utilisé 52 fois dans The Great Narrative).

La réunion annuelle a donné lieu à des tables rondes sur un certain nombre de sujets, notamment la réalité augmentée, les monnaies numériques des banques centrales, la transition climatique dans les économies émergentes, l’empreinte carbone des cryptomonnaies, l’économie numérique, la diversité, l’équité et l’inclusion, les sanctions économiques, l’emploi dans la quatrième révolution industrielle, la transition énergétique en Chine, l’indexation environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), la géopolitique, une taxe mondiale, les soins de santé pandémiques, la consommation responsable, le retour de la nature dans les villes, la Russie, ainsi qu’un discours spécial du président de l’Ukraine, Volodymyr Zelenskyy.

L’éventail des sujets est stupéfiant mais aussi révélateur de l’éthique de planification centrale hubristique du Forum économique mondial. Des monnaies numériques centralisées à la planification urbaine, les préoccupations du WEF rappellent le Club de Rome, qui les a probablement influencées, et sont empreintes de son néo-malthusianisme. Il semble qu’il n’y ait rien dont le WEF ne se dise pas expert et rien sur lequel il n’émette pas de recommandations. Pourtant, les médias grand public considèrent toujours le Great Reset du WEF comme une théorie du complot, malgré la récente remarque de Joe Biden selon laquelle les prix élevés du gaz doivent être célébrés comme faisant partie d’une « incroyable transition » vers les énergies renouvelables. En d’autres termes, les prix élevés du gaz ont toujours fait partie de la planification du Green New Deal, et le politburo de Joe Biden a, il est vrai, participé à leur augmentation.

L’un des temps forts de la réunion 2022 a été la déclaration de Julie Inman Grant, commissaire australienne chargée de l’eSafety, lors d’un débat intitulé « Ushering in a Safer Digital Future », selon laquelle « la liberté d’expression n’est pas synonyme de liberté pour tous » et « nous allons devoir recalibrer toute une série de droits de l’Homme en ligne, de la liberté d’expression à la protection contre la violence en ligne ».

Ces commentaires inquiétants font suite au glissement de l’Australie vers le totalitarisme pendant la pandémie et à l’approbation récente par l’Union européenne du Digital services Act, qui interdit les « discours haineux » et la « désinformation » et représente une étape majeure vers une gouvernance mondiale unique d’Internet. En particulier, le cadre européen pour les communications numériques réglementera les discours relatifs au « changement climatique », aux problèmes de santé tels que le coronavirus et autres « pandémies », ainsi que les « discours haineux » ou autres « discours illégaux » tels que définis par l’UE. Pour répondre aux exigences réglementaires de l’UE et rationaliser leurs efforts, les sites de recherche et les plateformes de médias sociaux vont très probablement se contenter d’appliquer un seul ensemble de règles, celles de l’UE, à tous les contenus en ligne.

En bref, que le WEF et ses participants soient des planificateurs centraux et des mondialistes inconscients ou, ce qui est plus probable, de puissants influenceurs ayant un impact sur tout, des politiques gouvernementales aux décisions des entreprises, ce groupe a la témérité de suggérer qu’il est ou devrait être en charge du monde. Peu importe de laisser les individus libres de poursuivre leurs intérêts, y compris leur vie économique et familiale. Ces maîtres planificateurs doivent intervenir contre tous les plans individuels, locaux, régionaux et nationaux. Comme l’a noté Ludwig von Mises, ces planificateurs centraux sont toujours des autoritaires qui souhaitent écraser les plans des individus. Ils croient qu’ils ont indubitablement raison, en dépit de l’horrible bilan de l’interventionnisme.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • ‘le cadre européen pour les communications numériques réglementera les discours relatifs au « changement climatique »’
    Aha! voici venir le Ministère M deondial de la Vérité.

    Le problème de cette prétendue élite est la disproportion entre son influence et sa compétence.

    • Bof, on a déjà le GIEC qui exerce une influence disproportionnée par rapport à ses compétences en climatologie et en écologie, on aura le WEF qui s’occupera de tout en étant compétent en rien!
      ça promet des lendemains un peu piquants, que étant donné mon âge, j’ai une chance de ne pas voir! Mais les jeunes, au lieu de brailler avec Greta, feraient mieux de réfléchir sérieusement à l’avenir qu’ILS SE PREPARENT!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Le renouvellement du gouvernement le 20 mai dernier est marqué par un nouvel étendard : la planification écologique. Selon les déclarations d’Élisabeth Borne, cette préoccupation devra nécessairement impacter chaque ministère à l’heure où l’inflation atteint en France 5,8 % selon les normes européennes. Autrement dit, un sujet à la pointe de la préoccupation des français.

Sans surprise, le gouvernement Borne se compose d’une ribambelle de technocrates aux fonctions tout aussi pompeuses les unes que les autres, et dont le rôle s’avère c... Poursuivre la lecture

Il a fallu plusieurs semaines interminables de tractations et de discussions pour construire l’architecture du gouvernement Borne. C’est enfin chose faite.

Il a surtout fallu plusieurs semaines pour réussir à faire la part des choses entre la réalité que représente l’exercice du pouvoir et les gages données par Emmanuel Macron pendant la campagne électorale où après avoir travaillé pendant le premier tour à convaincre les électeurs de droite qu’il était le meilleur candidat de droite, il avait ensuite œuvré pendant le second tour à con... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles