Nourrir l’humanité, de Malthus à 2050

Jusqu’à présent l’humanité a résolu toutes les pénuries, et ça va continuer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Agriculture workers on a strawberry farm - Crédits Nahuel Berger ( CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nourrir l’humanité, de Malthus à 2050

Publié le 15 novembre 2022
- A +

Le XVIIIe siècle se termine mal : émeutes déclenchant la Révolution française et les réflexions de Malthus sur une famine inévitable.

Depuis, deux camps s’affrontent : les malthusiens et les techno-optimistes qui pensent que tout problème a des solutions techniques…

L’objet de cet article est de tirer les conséquences de plus de deux siècles d’histoire en analysant concrètement les données du problème et en rappelant les évolutions techniques.

L’alimentation dépend du nombre d’hommes à nourrir, de la productivité agricole et de ses composants, comme le dérèglement climatique.

Nous allons successivement aborder ces trois points.

 

Rappel rapide de la démographie mondiale

L’argument clé de Malthus était que la population avait « une croissance géométrique » (on dirait aujourd’hui exponentielle).

Sa faiblesse était qu’il supposait un rythme constant alors que l’histoire nous a montré que ce rythme, qui reflète la différence entre la fécondité et la mortalité, pouvait considérablement varier… et même mener à une diminution, comme c’est le cas dans de nombreux pays actuellement.

La démographie des pays occidentaux au XXe siècle

Dans les décennies qui suivent l’alerte de Malthus, la population se met effectivement à augmenter très rapidement. Au Royaume-Uni, elle passe ainsi de 12 millions en 1801 à 41 millions en 1901. Il en va de même dans tous les pays occidentaux, étant précisé que ces derniers comprennent les pays en cours de peuplement par l’Europe. Cet « Occident » est bouleversé par d’importants mouvements migratoires, notamment vers les États-Unis, mais ça ne change pas sa population globale.

Dans la deuxième partie du XIXe siècle, cette croissance démographique de l’ensemble occidental ralentit tandis que de nouvelles terres agricoles sont mises en exploitation notamment sur le continent américain.

Le ralentissement démographique occidental continue dans la première moitié du XXe siècle : le Royaume-Uni met ainsi 50 ans pour passer de 42 à 50 millions d’habitants.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, on constate une légère reprise de la fécondité de sa population et surtout la forte accentuation d’une immigration en provenance des pays du Sud, donc une reprise de la hausse de la population, puis de nouveau un fort ralentissement de la fin du XXe siècle à nos jours, ce qui mène le Royaume-Uni à compter environ 66 millions d’habitants aujourd’hui.

L’évolution de la démographie des pays du Sud

L’évolution de la démographie des pays du Sud n’est pas du tout parallèle.

Leur population reste faible au XIXe siècle et au début du XXe siècle, et probablement relativement stagnante dans la mesure où on peut l’évaluer, faute de statistiques.

Ensuite, la colonisation génère une croissance de plus en plus rapide de la population avec d’une part la fin de l’esclavage et des luttes tribales, et d’autre part un début de diffusion de la médecine et surtout de l’hygiène.

Il semble que l’équilibre démographique ancien était de huit enfants par femme, dont deux survivaient, avec le décès d’un grand nombre de mères autour de cette huitième naissance, donc avant la fin de leur vie féconde.

Cet équilibre fut rompu par la survie de plus de deux enfants, mais les familles n’en étaient pas conscientes ou ne voulaient pas prendre le risque de n’avoir que deux enfants qui pouvaient mourir. C’est ainsi qu’à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, la croissance de la population du Sud devient extrêmement rapide : 6 puis 7 enfants sur 8 survivent au lieu de deux… la population est multipliée par trois à chaque génération !

Mais de la fin du XXe siècle à nos jours, l’urbanisation accélère la prise de conscience de la meilleure survie des enfants et par ailleurs augmente leur coût : scolarisation, logement, fin de l’aide aux champs. La fécondité se met donc à baisser très rapidement en Asie orientale et du Sud-Est mais également assez rapidement ailleurs dans le monde.

Par contre, en Afrique, cette baisse arrive plus tardivement et plus lentement, ce qui explique l’explosion démographique de ce continent : environ 100 millions vers 1900 (auparavant il n’y a aucune évaluation valable), environ 300 millions d’habitants dans les années 1960 et 1,64 milliard actuellement, puis probablement nettement plus de 2 milliards en 2050. Cette augmentation vient de l’Afrique du Nord en début de période et de l’Afrique subsaharienne actuellement.

J’ai pris comme horizon l’année 2050 parce que les prévisions démographiques sont assez bonnes jusqu’à cette date, tout simplement car les parents de 2050 sont déjà nés et que l’on en connaît donc le nombre.

Les estimations sont actuellement d’une population mondiale d’environ 9,5 milliards en 2050 contre environ un milliard en 1800. Après 2050, aucune hypothèse n’a de base solide et la population mondiale peut aussi bien continuer à croître que commencer à décroître. Pour l’instant, la croissance de la population africaine fait plus que compenser la diminution de celle du reste du monde.

Maintenant que nous avons une idée du nombre des hommes, voyons la productivité agricole.

 

Une productivité agricole qui a plutôt précédé la démographie

Dans ce qui suit, je prendrai le terme de productivité au sens le plus concret du terme : le nombre de litres de lait par vache et par jour (soit une trentaine en Occident aujourd’hui, 5 à 10 jadis ou en Inde aujourd’hui), le nombre de quintaux de blé ou de riz à l’hectare, etc.

Cette productivité a progressé de manière continue au Nord dès le XIXe siècle, et même avant, puisque l’on sait maintenant que c’est la révolution agricole initiée par les gentlemen farmers britanniques qui a rendu possible la révolution industrielle, car sans elle on n’aurait pas pu nourrir les ouvriers.

Et cela a continué jusqu’à nos jours : comme tous ceux de ma génération, j’ai lu Paris et le désert français où Jean-François Gravier pointait le retard de l’agriculture française et expliquait comment imiter les Néerlandais qui avaient des vaches et des champs bien plus productifs que les nôtres.

Paris et le désert français (1957) :  résoudre le déséquilibre démographique ville campagne.

Dans le Sud, la croissance de la productivité a été plus tardive. Elle s’est accélérée avec la révolution verte de la deuxième partie du XXe siècle.

Cette évolution a été particulièrement suivie par l’agronome Gilbert Étienne qui repassait périodiquement dans le même village de l’Inde et du Pakistan et constatait les progrès en irrigation et en intrants chimiques qui généraient de fortes augmentations de production et du niveau de vie.

Il y a eu des évolutions analogues, notamment dans les rendements en riz avec des semences mieux sélectionnées aux Philippines, en Indonésie et probablement ailleurs.

C’est grâce à cette révolution verte que l’on a pu nourrir l’explosion démographique du Sud.

Elle est aujourd’hui critiquée à juste titre pour l’épuisement des nappes phréatiques et la dégradation des sols par les engrais et des pesticides.

Mais remarquons que cela arrive au moment où la croissance de la population du Sud ralentit nettement.

En résumé, les grandes lignes de l’évolution de la productivité agricole ont été parallèles à celles de la démographie. Est-ce vraiment un hasard ?

Vous me direz que l’exception démographique africaine contredit ce parallélisme grossier. À mon avis, ce n’est pas certain.

Certes, l’Afrique a pris du retard en matière de productivité agricole parce que ses dirigeants ont préféré importer de la nourriture bon marché du Nord plutôt que de perfectionner leur agriculture. Il y a à cela des raisons de maintien de l’ordre, c’est-à-dire de celui des régimes en place, en évitant les « émeutes du pain » dans les grandes villes.

D’autres raisons proviennent de choix politiques sur la nature du régime, avec par exemple la nationalisation stérilisante des terres en Algérie – où le paysan ne travaille plus pour lui mais pour une administration – nationalisation qui n’a été levée qu’autour de l’an 2000.

Il en va de me même de l’expropriation des colons du Zimbabwe et de la distribution de leurs terres aux amis du président qui les délaissent.

Et plus généralement la mauvaise gouvernance dans beaucoup de pays.

Mais cela me paraît être en train de changer :

  • d’une part, on prend conscience de l’importance des terres agricoles africaines non cultivées ou très mal cultivées et de grandes entreprises, notamment chinoises, sont en train de coloniser de vastes espaces,
  • d’autre part, parce que l’Afrique part d’une productivité agricole très basse pouvant donner lieu à un rattrapage rapide même s’il est partiel, car l’Afrique va bénéficier des progrès techniques agricoles accumulés au Nord.

 

Mais, dit-on de plus en plus souvent, le dérèglement climatique va avoir des effets catastrophiques.

 

L’impact du dérèglement climatique et des maladresses antérieures

Rappelons d’abord que la hausse des températures génère des gagnants.

Par exemple, la Russie va voir d’immenses espaces échapper au gel permanent et devenir cultivables. Et jusqu’à présent, le réchauffement entraîne la remontée de nombreuses espèces végétales et animales vers le Nord et non une diminution de la production agricole.

Plutôt que la hausse des températures, ce sera le manque d’eau à certains endroits qui peut menacer la production. Mais là aussi il y a eu des progrès : on consomme beaucoup moins d’eau qu’il y a quelques années pour irriguer et on sélectionne des plantes résistant mieux à la sécheresse.

L’appauvrissement des sols est bien réel mais les techniques de culture commencent à en tenir compte, par exemple par des comportements bio (au sens très général du terme plutôt qu’au sens commercial actuel de labellisation).

Enfin, la grande percée technique me semble être l’apparition des « viandes » végétales ou de culture. On commence à commercialiser massivement des imitations de viande à partir de protéines végétales, et on progresse en laboratoire vers la production cellule de « vraies viandes » cultivées in vitro sans passer par l’élevage puis la mort d’un animal.

Ces « nouvelles viandes » devraient énormément diminuer les émissions de méthane, avec un effet très positif et assez rapide sur la hausse de la température, car le méthane est beaucoup plus « réchauffant » que le gaz carbonique. De plus, il disparaît plus rapidement, ce qui fait que les énormes émissions aujourd’hui pourront être gommées bien plus rapidement que celles de CO2.

Ces nouvelles viandes libéreront d’immenses espaces dédiés à l’élevage et aux cultures destinées aux animaux, notamment de soja brésilien, qui est une des causes de la déforestation de l’Amazonie. On peut également penser au maïs, grand consommateur d’eau et dont une grande partie est destinée aux animaux. Au total, plus de 60 % de la surface agricole mondiale serait consacrée directement ou indirectement aux animaux.

Il y a un domaine où les écologistes jouent un rôle négatif : celui des OGM qui sont un excellent moyen d’adaptation rapide des plantes à la sécheresse, à la diminution des insecticides etc. Pour des raisons politiques, l’Europe a bloqué sa recherche et leur pratique alors que les États-Unis et surtout la Chine s’y mettent au contraire à grande échelle.

 

En conclusion, je constate que jusqu’à présent l’humanité a résolu toutes les pénuries et je pense que ça va continuer. La véritable inconnue est le temps que les nouvelles techniques prendront pour être massivement employées dans le monde entier. Il y a une course entre cette diffusion et l’augmentation des températures, et je ne sais pas ce qui va l’emporter.

De plus, des erreurs politiques peuvent aggraver la situation, y compris celles venant de bonnes intentions comme le rejet des OGM et du nucléaire. Bref, je ne suis pas prophète…

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • hmm..
    je n’ai rien contre le malthusianisme lorsqu’on l’applique à soi… pareil pour le techno optimisme..

    nourrir l’humanié?? mais qui pense de pareilles choses???

    le VRAI sujet est dans l’admission du « NOUS. ».. une fois qu’on a admis l’idée d’un interet commun qui dépasse son interet individuel. i la liberté individuelle passe à la trappe…or je ne veux pas vivre comme un esclave..

    je pense au covid!!!

    Les malthusiens en général mais aussi certains techno « optimistes » sont de simples tyrans..

    Je trouve que le terme optimisme est mal choisi..ce n ‘est pas une question d’optimisme c’est une question de choisir de trouver une solution aux problèmes connus..pas imaginés…. pragmatisme..

    Je ne suis absolument pas optimiste.. je pourrais meme dire que je pense qu’un jour Malthus ou les écologistes auront raison.. un jour…pas aujourd’hui.. mais….je sais aussi que le problème de la surpopulation est un problème qui se résout..tout seul.. ..
    fils de paysan la perspective de crever de faim a toujours été présente.. perdre la récolte ou le bétail..ça arrive.. et alors??? quand on a pas de solution ça sert à quoi de se lamenter ..le plaisir de se croire plus lucide que les autres?

  • Comme s’ il suffisait de nourrir les êtres humains pour que tout baigne, en France tout le monde mange et à première vue c’ est pas suffisant….Et puis l’ Afrique à 2,5 milliards en 2050 celà veut dire que les européens finiront comme les indiens d’ Amérique. Je suis pessimiste parceque l’ histoire a été et sera toujours tragique.

  • Encore de la pertinence dans cet article, toutefois un bémol, je ne pense pas que l’on soit capable de produire de la viande de « synthèse », avec une efficacité supérieure à la nature.

    • Je ne suis pas d’accord avec le bémol. D’une façon générale, la « nature » est caractérisée par :
      1) son faible rendement. (Regardons la photosynthèse. Regardons le simple rendement de la fabrication du corps d’un animal).
      2) sa lenteur. La nature met presque un an sous nos latitudes pour produire une récolte.
      Il n’est donc pas très difficile de faire mieux que la nature. Et la viande synthétique au bon goût et meilleur marché que la vraie est pour très bientôt.

  • Moi aussi je suis optimiste. Pour la technique bien entendu mais plus encore par notre capacité de diffusion des nouveautés. C’est un trait propre à notre espèce. C’est vraiment fascinant ! On ne s’en rend pas compte mais la quantité et la vitesse de diffusion n’a jamais été aussi énorme que de nos jours. On a tendance à voir que ce qui ne marche pas. Or dans diffusion il y a intégration et celle-ci n’est jamais « mécanique ». Il y a de nombreuses résistances à franchir, des renversements sociaux à provoquer (nouvelle articulation avec la tradition locale), etc, qui demandent patience et persévérance. Cependant dans le grand concert des sociétés/pays c’est juste une question de temps. Et le temps s’accélère malgré quelques ralentissements circonstanciels.
    Ces diffusions peuvent être douces et pacifiques (échanges commerciaux et culturels, rivalités, alliances..) ou brutales et contraintes (conquêtes, guerres, rivalités/alliances des élites, despotisme..). A ne pas confondre avec l’isolement, l’URSS de Staline ou la Chine de Mao, qui sont des cas de paroxisme de schismogenèse du fait de tyrans pathologiques.
    Par exemple il y a eu des améliorations dans l’agriculture anglaise par l’apport des techniques hollandaises (Glorieuse Révolution – Prince hollandais devenu roi d’Angleterre ) ce qui a sans doute favorisé l’essor industriel (dont l’Angleterre qui disposait de charbon et de fer était un terreau favorable). Alors que les hollandais d’alors avaient une maîtrise agricole unique lié à la géographie de leur territoire, ils n’ont pas connu d’essor industriel.

    Je ne vois pas pourquoi cela s’arrêterait.

  • Dérèglement climatique…. Je n’arrive plus à lire ce genre d’article, ce n’est plus possible, le climat, il n’a jamais été réglé, ça varie tout ke temps, enfin, la météo l, le climat, c’est des milliers d’annees, d’où que l’homme est encore sur terre, il s’adapte toujours, il a le temps.

  • Parler de démographie sans évoquer les conditions économiques de vie dans 40 ou 100 ans est lire dans une boule de cristal.
    Le pétrole sert à fabriquer les engrais (180 millions de tonnes de fertilisants (N-P-K)) et les phytosanitaires indispensables à l’agriculture moderne. Sans eux, les rendements s’effondrent. Le diesel (100 à 150 litres pour ha/an pour planter, traiter et récolter). De 1900 à 2000, la production mondiale a augmenté de 600%. Et la population en conséquence est passée de 1,7 à 7 milliards et ne pourra plus être nourrie suffisamment. Il suffit de regarder la Corée du Nord où la production a diminué de 40% (sans engrais et diesel) et la faim a tué 1 million de personnes pour imaginer le futur de l´humanité sans pétrole et gaz. Donc, vers 2060, avec le déclin des énergies fossiles nous reviendrons à l’économie de 1800 et 2 milliards d´habitants sur la planète. Les guerres de Napoléon, le canal du midi, Versailles n’ont jamais utilisé de pétrole, avec notre savoir nous pouvons faire mieux.

    Les agro-carburants ont eux aussi besoin d´engrais, de phytosanitaires et diesel pour avoir un rendement suffisant. Ils ne seront donc pas la solution du futur. A peine 2% aujourd’hui, dont 40% du maïs des USA, alcool de canne du Brésil etc…Tout est ordre de grandeur.

  • l auteur est tres optimiste en parlant de l avenir. et il se trompe en parlant du passé. les famines liées a la surpopulation etaient courante au moyen age. Le XIX sciecle et le decollage de la production de nourriture et du nombre d humain est plutot l exception que la regle

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-deuxième Centre du progrès est Manchester pendant la première révolution industrielle (1760-1850). Parfois appelée "la première ville industrielle", Manchester a incarné les changements rapides d'une époque qui a transformé l'existence humaine plus que toute autre période de l'histoire. Manchester a été l'une des premières villes à connaître l'industrialisation. Sa métamorphose n'a pas été facile car elle impliquait des conditions de travail et de vie bien inférieures à celles auxq... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l'espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles