Les éléments du progrès : les OGM (7)

Golden rice BY Josep Folta(CC BY-NC 2.0) — Josep Folta, CC-BY

Les aliments génétiquement modifiés sont sûrs et nutritifs, mais ils se heurtent encore à l’opposition des extrémistes.

Par Tony Morley.
Un article de HumanProgress

Les aliments génétiquement modifiés, également connus sous le nom d’organismes génétiquement modifiés (OGM), existent depuis l’aube de l’agriculture. Depuis près de 30 000 ans, l’Homme a modifié génétiquement les plantes et les animaux, d’abord par inadvertance, puis par le biais d’une méthode de sélection primitive.

Presque tous les produits alimentaires et animaux que nous considérons comme naturels et historiquement inchangés seraient méconnaissables dans leurs formes préhistoriques originelles.

Soyons clairs : la consommation d’aliments génétiquement modifiés est sûre, saine et nutritive. Des centaines de millions de personnes achètent et consomment quotidiennement des denrées alimentaires génétiquement modifiées, pour leur plus grand bien et celui de leur famille.

Alors que les cultures et les aliments dérivés d’OGM ont été testés de manière extensive et avec succès depuis des décennies, le mouvement anti-OGM s’oppose toujours à la recherche, à la production et à la consommation de cultures alimentaires génétiquement modifiées.

Cette dissidence, qui ne peut être soutenue sur le plan académique, a historiquement retardé, et continuera de retarder, le bien-être et le développement des êtres humains. Cela est particulièrement vrai pour les populations les plus pauvres du monde.

Dans les pays et régions en développement, où plusieurs millions de personnes vivent principalement de riz ordinaire, une carence en vitamine A peut entraîner une infirmité invalidante ou la mort.

Entre 250 000 et 500 000 enfants par an sont atteints de cécité suite à une carence en vitamine A, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Au moins la moitié de ces enfants meurent dans les 12 mois suite à cette carence.

Le manque de vitamine A dans l’alimentation est un problème exclusivement réservé aux pays pauvres. Il s’agit d’un problème technique pour lequel il existe une solution facilement réalisable.

La solution en question a d’abord été proposée par Peter Beyer, professeur de biologie cellulaire à l’université de Fribourg en Allemagne, et Ingo Potrykus de l’Institut des sciences végétales en Suisse. Beyer et son équipe ont utilisé le génie génétique pour insérer les gènes producteurs de bêta-carotène dans l’ADN du riz normal. Le résultat a été un riz modifié de manière à produire du bêta-carotène in situ dans la plante – que l’on a appelé riz doré. La couleur du riz est un indicateur évident de la vitamine A qu’il contient.

Dans de nombreuses régions de Chine, d’Inde et du Bangladesh, une portion quotidienne de riz doré pourrait prévenir des millions de cas de cécité, sauver un nombre égal de vies et améliorer les perspectives économiques et le bien-être général d’innombrables familles dans les décennies à venir.

De nombreuses ONG et des environnementalistes extrémistes, comme Greenpeace, continuent d’interdire, de retarder et de restreindre la capacité de l’homme à déployer le génie génétique dans l’agriculture moderne.

Une minorité de personnes riches des pays développés pourrait bien profiter d’un mode de vie biologique strictement exempt d’OGM sans conséquences néfastes.

Mais imposer un tel mode de vie aux pauvres du monde est injuste, contraire à l’éthique, improductif et inutile. Les améliorations des technologies agricoles ont sauvé des centaines de millions de vies et en sauveront sans aucun doute des centaines de millions d’autres à l’avenir.

La peur irrationnelle et la répulsion que suscitent les cultures génétiquement modifiées ont des racines profondes dans l’évolution humaine. Plus de cent mille ans d’essais et d’erreurs ont permis à notre espèce de déterminer laborieusement quelles plantes et quels animaux étaient comestibles et nutritifs, et lesquels étaient dangereux ou pauvres en nutriments. Ces informations ont été recueillies et transmises oralement de parent à enfant, de famille à famille et de commerçant à commerçant.

Si de nombreux facteurs ont contribué au retard pris dans la recherche, la production et la distribution des principales cultures génétiquement modifiées, la cause première est trop souvent une peur irrationnelle des dangers et risques inconnus des produits génétiquement modifiés.

Une étude récente, intitulée « Les opposants extrêmes aux aliments génétiquement modifiés sont ceux qui en savent le moins mais pensent en savoir le plus », dresse un état des lieux parfait :

« Les aliments génétiquement modifiés (GM) sont jugés par la majorité des scientifiques comme étant aussi sûrs pour la consommation humaine que les aliments cultivés de manière conventionnelle, et ont le potentiel de fournir des avantages substantiels à l’humanité, tels qu’un contenu nutritionnel accru, un rendement à l’hectare plus élevé, une meilleure durée de conservation et une résistance aux maladies des cultures – même si leur utilisation suscite une opposition publique importante dans le monde entier.

Aux États-Unis, un sondage du Pew Research Center a révélé que 88 % des scientifiques pensaient que les aliments génétiquement modifiés étaient sans danger pour la santé, alors que seulement 37 % des profanes le pensaient, ce qui représente l’écart le plus important pour toutes les catégories testées. »

Chaque mois de retard dans le développement de cultures à haut rendement, plus nutritives, plus résistantes aux conditions extrêmes et nécessitant moins d’engrais et de pesticides est un mois de plus que les générations futures considéreront avec honte.

Au cours des 25 prochaines années, le développement et le succès du génie génétique dans la production agricole joueront un rôle clé dans l’amélioration de l’épanouissement humain. Cela permettra de sauver et d’enrichir la vie de millions de personnes.

Mais cela ne sera possible que si les gens soutiennent la recherche, le développement et l’utilisation des technologies génétiques de manière rationnelle.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.