L’Allemagne se détourne de la France : c’était à prévoir

L’Allemagne est fatiguée de nos frasques et de nos éternelles explications pour démontrer que nous restons le stratège politique de l’Europe et elle le financier bienveillant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 6
Screenshot_2020-11-19 Terrorisme Macron appelle à une réponse rapide et coordonnée de l'UE AFP - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne se détourne de la France : c’était à prévoir

Publié le 3 novembre 2022
- A +

Le mythe de l’amitié franco-allemande est en train d’en prendre un coup. L’Allemagne est fatiguée de nos frasques et de nos éternelles explications pour démontrer que nous restons le stratège politique de l’Europe et elle le financier bienveillant.

Depuis des dizaines d’années nous affirmons être d’égal à égal avec l’Allemagne. Or cela n’a jamais été le cas même si pendant les années 1990 le PIB par habitant était comparable.

Entre-temps, l’Allemagne a récupéré sa sœur de l’est et l’a reconstruite. Bien sûr aussi avec les subventions européennes. Mais contrairement à la France qui telle la cigale chantant haut et fort en se désindustrialisant, l’Allemagne a continué de produire des machines-outils, des automobiles haut de gamme et même des chars Léopard dont elle a vendu 1500 exemplaires à la Grèce en pleine crise économique de cette dernière. La moraline française était remplacée par le pragmatisme et l’efficacité germaniques. L’Allemagne n’a pas eu besoin d’annuler des ventes de bateaux de guerre à la Russie pour raison de droits de l’Homme. Elle se contentait de faire du commerce sans vouloir redresser le monde et donner des leçons à toute la planète.

Avec le Brexit, la France s’est soudainement retrouvée en face-à-face avec son puissant voisin.

Avec la crise énergétique, l’Allemagne réagit enfin après s’être laissée embobiner par les Grünen destructeurs qui en réalité partageaient la vision très française d’un pays à nettoyer de toute pollution et puissance industrielles. Et elle s’en donne les moyens, ce que la France ne peut plus faire car fauchée, endettée, dirigée par des idéologues et des incompétents sans aucune vision d’avenir.

Et voilà nos médias qui s’effarouchent de cette nouvelle arrogance allemande qui refuse de participer à la construction du SCAF avec la France, qui achète des avions américains, qui prépare un bouclier militaire en excluant la France, qui investit 100 milliards pour reconstituer son armée….

Et hop ! la France s’affole ! Aucun doute que nos mêmes médias nous serviront bientôt le retour de l’ogre allemand…

Or il n’y a rien à faire d’un pays qui s’applique à se ruiner lui-même…

Cette arrogance politique doublée d’une piètre performance économique, l’Allemagne l’a docilement acceptée pendant longtemps car à la sortie de la dernière guerre mondiale on a interdit aux Allemands de penser et de se contenter de travailler pour reconstruire leur pays. Ce qu’ils ont fait…

Ils ont donc progressivement remonté la pente tout en restant un nain politique, ce qui faisait se  gonfler la grande nation.

Aujourd’hui ce statu quo est rompu et le risque de partage de l’Europe est grand car les Hollandais, les Danois, les Polonais, les Hongrois et tous les nordiques ne croient plus non plus à la vision française de gestion du monde !

Il est ridicule de voir notre Macron national tout excité en montant les marches des palais bruxellois et gesticulant devant un Scholtz ébahi de tant de gaieté d’un adolescent revenant d’un camp de vacances.

Ou ce même Macron se féliciter par téléphone de la victoire de Lula au Brésil. On est un peu gêné d’un président si immature et si peu digne de sa fonction…

Pour jouer au montreur d’ours encore faut-il qu’il y ait un ours et une France en déclin économique en perd tout crédit politique. Comme le disait à la droite défaite le député André Laigniel au début de la saga mitterrandienne : vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement minoritaires.

C’est la position actuelle de la France face à l’Allemagne !

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    3 novembre 2022 at 8 h 09 min

    Au-delà de l’Allemagne, la vraie question est: combien de temps les Pays-Bas vont-ils accepter de subir 12% d’inflation annualisée tout ça parce que la BCE continue de traîner les pieds pour permettre au gouvernement français de dépenser sans absolument aucun projet économique sérieux en contrepartie ? L’avenir de l’euro, eta fortiori de l’UE, va se jouer là. Et la France peut tout perdre. Mais bien évidemment, ce pays vit dans sa bulle, amoureux de lui-même, et pas grand monde n’y comprend la gravité de la situation.

    14
    • « Et la France peut tout perdre. Mais bien évidemment, ce pays vit dans sa bulle, amoureux de lui-même, et pas grand monde n’y comprend la gravité de la situation. »
      Vous avez malheureusement AMHA, raison! Ceux qui n’y comprennent rien vont pleurer quand il sera trop tard et ceux qui comprennent (les libéraux) ne sont plus assez nombreux dans ce pays pour peser suffisamment dans les décisions qui pourraient infléchir la trajectoire!
      Au 21° siècle, on peut dévier la trajectoire d’un astéroïde, d’une pichenette, Pour la France, la collision avec le mur des réalités est inévitable. CPEF

      11
      • Avatar
        The Real Franky Bee
        3 novembre 2022 at 8 h 36 min

        J’écoutais avec curiosité Gilles Raveaud expliquer sur Thinkerview que la France est « un pays très riche » et « qu’il y a beaucoup de riches partout » (sous-entendu : « arrêtez de nous bassiner avec le déficit de l’Etat »). Cela dénote deux choses. 1. Ces cuistres ne sont jamais vraiment sortis de chez eux car il y a bien plus riche que la France aujourd’hui. 2. Cette prétendue richesse est en grande partie dépendante de la capacité du gouvernement à continuer à s’endetter encore davantage. La réalité est que la France s’appauvrit et que le processus peut s’accélérer encore plus violemment si nos voisins disent « stop ». On a les « économistes » que l’on mérite (et tout le monde les applaudit).

        12
        • J’ai découvert récemment « Thinkerview ». Un entretien entra Gaël Giraud, Raphaël Rossello, et Gilles Raveaud.
          Très simplement la solution pour « ces gens là » est la mise en place d’une dictature écolo-gauchiste…

  • L’Allemagne ne se retourne pas de la France. Depuis Khole, elle veut être le seul état qui décide en Europe. Et agit en prédateur sur la France avec la bénédiction de nos chers élus qui n’ont pas d’autres choix que de se prosterner pour que l’Allemagne se taise.
    L’Allemagne a fait main basse sur Airbus, Eurocopter, Nexter, MBDA, Safran (en récupérant la production du moteur Vulcain d’Ariane contre une participation au financement d’Ariane 6). Elle essaye de faire main basse sur Dassault avec la SCAF.
    Eurocopter, Nexter, et MBDA sont les exemples typiques de prédation : l’Allemagne ne veut plus d’hélicoptère européens pour son armée. Elle bloque le développement du char Franco allemand car elle veut récupérer la part française (tourelle + canon) pour son industrie. Elle achète des missiles américains au détriment des produits d’MBDA. Enfin elle s’oppose aux ventes d’armes franco-allemande à nombre de pays l’étranger en continuant à y vendre ses propres chars.
    Tout cela démontre une forte motivation à détruire l’industrie aéronautique et d’armement de la France.

  • Macron par son attitude, sa prétention, son immaturité aura en plus réussi à nous mettre à dos l’Allemagne!
    Chapeau Monsieur le Président de la République française.

  • Parfaitement expliqué. Rien à ajouter. Merci pour votre lucidité, M. Kircher.

  • « pas grand monde n’y comprend la gravité de la situation. »
    pas étonnant quand vous avez des medias subventionnés incompétents et aux ordres
    ou quand vous avez un ministre des finances dont le budget « est à l’euro près »avec 155 milliards de déficit prévus
    ou le « quoi qu’il en coûte », ou le « çà ne coûte rien, c’est l’Etat qui paye », etc etc

  • On comprend plus facilement les raisons du voyage précipiter à Rome de Mr Macron pour rencontrer Me Melonie

  • Un texte parfaitement dans le vrai … avant. Aujourd’hui, ce n’est plus cela, non parce que la France est devenue vertueuse mais parce que l’Allemagne la copie. Et c’est bien le problème, l’Allemagne ne pourra plus financer les cigales, l’heure du chacun pour soi est venue, attachez vos ceintures.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo d'une ville
3
Sauvegarder cet article

Ceci est la première partie d’une analyse sur la disqualification de l’industrie.

Je suis souvent perplexe devant la manière dont les acteurs de l’industrie se perçoivent. Ils se contentent souvent d’être le zèbre pas-tout-à-fait-le-plus-lent de la horde, qui continue de brouter joyeusement parce qu’aujourd’hui les lions se repaissent de la carcasse d’un autre.

Mais que feront ces zèbres demain, lorsque des militants anti-industrie reviendront dans la savane réclamer du sang ? Vont-ils radicalement changer d’attitude ? La horde ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles