La fracture existentielle qui sépare le Brésil en deux

Luíz Inácio Lula da Silva, élu le 30 octobre 2022, va présider deux Brésil irréconciliables : le sien et celui de Jair Bolsonaro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Screenshot 2022-10-31 at 15-32-43 (1) Pronunciamento do presidente eleito do Brasil Luiz Inácio Lula da Silva - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fracture existentielle qui sépare le Brésil en deux

Publié le 1 novembre 2022
- A +

Luíz Inácio Lula da Silva, élu de justesse (50,9 % des voix) le 30 octobre 2022, va présider deux Brésil irréconciliables : le sien et celui de Jair Bolsonaro, son adversaire et mauvais perdant (49,1 % des voix).

Le premier promet l’illusion d’un retour au passé, celui d’un socialisme tropical assez inopérant, dépensier et solidaire avec des dictatures locales comme Cuba ou le Vénézuéla, mais aussi plus lointaines, avec la Russie et la Chine, cette dernière étant devenue son premier et encombrant partenaire commercial depuis 2009. Un passé par ailleurs révolu, alors que le présent annonce une récession mondiale, et pas très glorieux aussi pour avoir été entaché par la corruption et l’inaptitude à investir à long terme dans les infrastructures, l’industrialisation, les écoles et la santé.

Le pays bénéficiait pourtant alors du boom des matières premières et des échanges commerciaux, et Lula en a profité pour subventionner les pauvres, ce qui suggère une empathie envers ces derniers – lui-même eut une enfance misérable -, mais aussi un clientélisme bien brésilien. Les pauvres sont les plus nombreux, et ils votent. Lula dit vouloir créer des emplois pour relancer l’économie. Mais avec quel argent ?

Il exprime également son désir de préserver ce qui reste de l’Amazonie, mais en a-t-il les moyens ? Jadis farouche adversaire du projet de Washington d’une zone de libre commerce des Amériques, il va sans doute tenter de revitaliser sa diplomatie Sud-Sud et chercher à dominer l’arc de la gauche latino américaine, désormais articulé autour de Cuba, du Mexique, du Nicaragua, du Vénézuela, de la Colombie, du Pérou, de l’Argentine et du Chili.

Lula va également relancer les BRICS, une association dont l’intérêt reste à prouver. Brésil et Inde se retrouvent ainsi liés à une dictature communiste, la Chine, à une Russie soviétisée et belliqueuse, enfin à l’Afrique du Sud, démocratie à la probité problématique.

Durant sa présidence, Jair Bolsonaro, ancien militaire et député obscur, ne s’est pas révélé un grand champion de la démocratie, et n’a pas non plus inventé l’eau tiède. Comme Lula, il fait référence au passé, mais un passé radicalement différent quand il chante les louanges d’une longue dictature militaire (1964-1985) au bilan économique calamiteux qui laissa à la démocratie renaissante une inflation à trois chiffres et un bilan humain désolant.

Bolsonaro, traditionaliste radical, fervent évangéliste hostile à l’avortement, se présente comme le défenseur de la famille et de la liberté. Il a fait campagne en 2017 sur un programme économique très libéral, avec aux manettes un vieux banquier « Chicago Boy », Paulo Guedes, qui promit de déréguler  l’économie, privatiser des entreprises publiques, instaurer une flat tax et une réforme des retraites, alors extraordinairement inégalitaires. C’est finalement la seule réforme qui sera accomplie. La pandémie de la covid – que Bolsonaro traite de grippette pour ne pas entraver l’économie – met la politique entre parenthèses et frappe le Brésil, causant la mort de 600 000 personnes.

À l’heure où sont écrites ces lignes, Bolsonaro n’a pas encore accepté sa défaite et reste silencieux. Dans un pays de 215 millions d’habitants, seuls deux millions de voix lui ont manqué. Il a perdu, mais avec un score honorable. Le sera-t-il, lui aussi ? Ou va-t-il refuser sa défaite et menacer le pays d’un coup d’état militaire dont on peut espérer qu’il n’aura pas lieu, mais qui doit inquiéter.

 

La fracture du Brésil

Le Brésil est cassé en deux, non pas entre les riches et les pauvres, ni entre les blancs et les autres, ou le sud contre le nord. La fracture est existentielle.

Les partisans de Bolsonaro, parmi lesquels se trouvent de nombreux déçus de Lula, veulent la sécurité, la défense de leurs droits, voient la famille comme le réseau essentiel de la vie et du bonheur. Ils croient à la liberté d’entreprendre et à la défense de la propriété. Beaucoup sont croyants, et parmi eux, nombreux sont évangélistes. Tout cela ressemble à une classe moyenne conservatrice, mais en réalité elle se sent fragile, craint de tomber dans la pauvreté, laquelle est une réalité, et souvent un souvenir familial. Son inquiétude la conduit à chercher une autorité qui prône la main ferme et la foi en Dieu. De telles caractéristiques forment un Brésil idéal. Un Brésil d’extrême droite ? Je le vois plutôt conservateur.

Les fidèles de Lula ont eux aussi une vision essentialiste de la gauche. Ils se souviennent de la générosité des subsides de Lula, de son charisme d’ancien ouvrier champion des pauvres et des démunis. L’emprisonnement de Lula pour corruption ne fut pas pour eux la justice rendue, mais un piège tendu par la droite. Dès lors, Bolsonaro est vu comme un militariste obtus, un personnage détestable et dangereux, ami de l’agro-business prêt à dévorer la forêt amazonienne.

On voit mal ces « deux Brésil »  se réconcilier un jour alors que chacun d’eux incarne un pays singulier. Le rapport de force est équilibré, ce qui risque d’attiser des affrontements. Bolsonaro bénéficie de la majorité au Congrès et du soutien de nombreux gouverneurs de région. Lula a le peuple avec lui, lequel se voit, lui aussi, en incarnation d’un Brésil idéal.

La désillusion, d’un côté comme de l’autre, est pour bientôt.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait une fracture existentielle au sein des brésiliens avec deux visions différentes. Au contraire Bolsonaro et Lula semblent exprimer deux facettes de la pusillanimité qui afflige la société brésilienne. On recycle des vieilleries politiques et idéologiques, les candidats sont misérables. Je pourrais dire la même chose d’un peu partout dans le monde. Faute d’audace et de créativité, on passe d’un candidat à l’autre sans vision rafraîchissante, qui se traduit soit dans l’immobilisme soit dans la surenchère clivante ou la conquête impérialiste à marche forcée. Le monde se flétri, nous sommes réellement dans une phase de consolidation. Facilitons cette digestion avec l’effervescence d’un bicarbonate (une pincée de poudre d’ouverture d’esprit).

    • Bolsonaro et Lula sont 2 personnages identiques : sans idées pour relever un pays très riche. 2 arnaqueurs avides de pouvoir pour rentrer dans l’histoire. Aucun des 2 n’a su trouves solutions pérennes aux problèmes du pays. Bref, des politiciens aussi médiocres, intéressés, incompétents et clientélistes que ceux qu’on trouve en France !

  • Le bilan politique de la dictature des généraux était effectivement calamiteux, mais pas le bilan économique. C’est mal connaître l’histoire récente du Brésil que d’affirmer cela. La politique économique a effectué avec eux un retournement à 180°, qui a permis de faire du pays un exportateur de produits manufacturés, en plus des traditionnelles exportations primaires. On parlait à l’époque du miracle économique brésilien avec une croissance forte, dans les années 1960 et 1970, l’endettement externe excessif est venu après, à la fin des années 1970.
    Les prédécesseurs de la dictature, comme Goulart, Quadros ou Kubitschek, et Vargas avant eux, tablaient sur une industrialisation par substitution d’importations, avec un fort protectionnisme, qui s’est révélée une impasse. Les militaires ont abandonné ce modèle pour une export-led growth qui a transformé l’économie, et sur laquelle le Brésil n’est jamais revenu depuis.

  • Le Brésil est une république fédérative donc les gouverneurs ont d’importants pouvoirs et ce sont eux qui ont gérés la crise du Covid ; le pourcentage insignifiant de décès ne devait pas freiner l’activité économique.
    Obésité et diabète sont très présents dans le pays donc on eut une influence importante sur la mortalité.
    Le précédent gouvernement LULA et Dilma ont été particulièrement efficace sur deux axes ; corruption et violences urbaines. C’est aussi la voie empruntée par les camarades vénézuéliens avec les résultats que l’on sait.
    Non Bolsonaro n’a pas été un mauvais président car sous sa mandature l’économie c’est plutôt bien porté et la corruption atténuée.
    La politique sociale de Lula c’est souvent résumée à la «  bolsa familial «  ; 30 euros par mois et par famille .
    Si il y as des tensions c’est que le MST as déjà repris les occupations illégales de terre et de nombreux cas de pillages de magasins. Promesses électorales ?
    Pour moi lula est le pire choix en matière de président et les lendemains vont déchanter…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l'espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles